Gouverneur général du Canada

Gouverneur général du Canada

07 mars 2008 07h57 HE

Message de Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada, à l'occasion de la Journée internationale de la femme

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 7 mars 2008) -

Simone de Beauvoir aurait eu 100 ans cette année. L'occasion est belle de mesurer le chemin parcouru depuis que cette femme engagée a publié le livre-phare qui allait modifier à jamais notre façon de voir les rôles attribués aux femmes dans la société. Non seulement Le Deuxième sexe nous a ouvert les yeux sur la condition des femmes, mais il a jeté les fondements d'une réflexion sur les notions de liberté et de responsabilité que nous poursuivons ensemble aujourd'hui.

Où en sommes-nous, cent ans plus tard? Si d'énormes progrès ont été réalisés en vue d'améliorer le sort des femmes, de nous libérer des préjugés et de débusquer les stéréotypes, force est de constater que l'égalité des choix et des sexes que Simone de Beauvoir appelait de tous ses voeux n'est pas chose faite. Les défis, quand ce ne sont pas carrément les obstacles, auxquels sont confrontés nos mères et nos filles aux quatre coins de la planète nous le rappellent quotidiennement, voire parfois cruellement.

N'en déplaisent à ceux qui ont cherché à le réduire à une mode passagère ou à un accès d'humeur, le féminisme reste d'une actualité incontournable de nos jours. Je le définirais volontiers comme la volonté de tout un chacun de favoriser, de promouvoir et de légitimer le droit des femmes à l'autodétermination. La liberté et ce qu'elle représente dans toutes les dimensions de la vie n'est pas l'apanage des uns et ne doit pas se réaliser au détriment des autres. Rappelons-nous le en cette Journée internationale des femmes.

C'est sans doute ce message de liberté, que les paroles et la vie de Simone de Beauvoir incarnent exemplairement, que ma mère voulait que j'entende par-dessus tout lorsqu'elle me mit précieusement son édition du Deuxième sexe entre les mains alors que je n'étais qu'une toute jeune fille. Je n'ai pas oublié la leçon, et je tenais à la partager avec vous mes concitoyennes et concitoyens alors que, partout dans le monde, nous célébrons le centenaire de cette femme qui a changé le cours des choses et qui, dans mon coeur et dans mon esprit, a mérité pour toujours le nom d'audacieuse.

J'en profite également pour saluer le travail remarquable et essentiel de tous ces organismes, groupes et associations, de ces milliers de professionnels et de bénévoles, au pays, qui sont entièrement voués à l'amélioration des conditions de vie des Canadiennes et au respect de leurs droits.

Michaëlle Jean

Renseignements