Gouverneur général du Canada

Gouverneur général du Canada

13 juin 2008 15h50 HE

Message de Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada, à l'occasion de la présentation des excuses officielles aux anciens élèves des pensionnats indiens

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 13 juin 2008) -

Il y a quelques jours à peine, j'écoutais le chef de l'Assemblée des Premières Nations Phil Fontaine parler, de façon très émouvante, devant plus de 200 personnes venues de toutes les provinces et territoires du Canada, de la tragique histoire des pensionnats indiens. Il témoignait d'expérience de ces histoires atroces de sévices et de dépossession vécues par des milliers d'enfants autochtones qui ont été comme lui, arrachés à leurs familles et dépouillés de leurs cultures et de leurs langues.

La consternation et l'horreur se lisaient sur tous les visages, la plupart prenaient conscience pour la première fois de l'énormité de ces injustices perpétrées pendant plus d'un siècle, jusqu'à la fermeture du dernier pensionnat en 1996. L'auditoire, profondément troublé par le récit du chef Fontaine, s'est levé pour l'applaudir et lui manifester sincèrement des regrets.

Que ces femmes et ces hommes n'aient jamais rien su de ce chapitre indigne de notre histoire reflète une vérité pour le moins troublante : nombreux sont les Canadiennes et les Canadiens qui ignorent tout de ces événements dévastateurs et qui n'en mesurent pas les séquelles. Ce qui explique que bien des gens ne comprennent pas les problèmes de détresse si répandus dans les communautés autochtones.

Il était plus que temps d'abattre le mur de l'indifférence et que, par un geste sans équivoque, la vérité historique soit enfin rétablie pour qu'ensemble nous acceptions d'agir sur ce douloureux héritage.

L'Histoire retiendra les mots prononcés le 11 juin 2008.

Devant des millions de Canadiennes et de Canadiens, des paroles de contrition et de profond regret, des excuses ont été exprimées, dans un véritable aveu des torts causés. Elles ont résonné dans tout le pays pour faire place à des expressions d'espoir et de réconciliation. Des survivants des funestes pensionnats indiens ont été témoins de ce qu'ils n'auraient jamais cru possible. Leur souhait le plus cher est que ce jour mémorable ravive la promesse lumineuse d'un avenir meilleur.

J'ai été très touchée d'assister à la signature de cette déclaration solennelle, historique et cruciale. Dans le halo de fumée du foin d'odeur, de chants sacrés, de violon et de danses, des témoignages douloureux ont de nouveau surgi, entremêlés de larmes de joie et de prières. Jamais les tambours n'ont résonné aussi fort dans l'enceinte du Parlement. Ensemble, Inuits, Métis, membres des Premières nations et non-Autochtones, nous avons célébré la richesse d'un patrimoine qui a survécu à des décennies d'outrages. Ensemble, nous avons fait le vou de combler les fossés que des années d'injustice ont creusés.

La route est longue et nous sommes encore loin d'être arrivés à destination. Mais comme l'a dit le chef Fontaine, "Le combat n'est pas encore terminé, mais nous le menons désormais ensemble."

Michaëlle Jean

Renseignements

  • Bureau de presse de Rideau Hall
    Lucie Caron
    613-993-8158
    www.gg.ca
    www.ecoutedescitoyens.gg.ca
    ou
    Porte-parole officielle de la gouverneure générale du Canada
    Marthe Blouin
    613-993-0397