Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

23 févr. 2016 07h30 HE

Message des professionnels de la fonction publique fédérale aux députés : Protégez la science publique, assurez l'équité fiscale et conservez l'expertise professionnelle

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 23 fév. 2016) - Les professionnels de la fonction publique communiquent aujourd'hui leur message aux députés sur la revitalisation de la science fédérale, l'équité fiscale pour tous et la réduction de la sous-traitance directement dans le cadre d'une série de rencontres individuelles.

« Le nouveau gouvernement majoritaire se montre beaucoup plus réceptif que son prédécesseur aux professionnels de la fonction publique, déclare la présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), Debi Daviau. De concert avec les députés de l'opposition et les autres Canadiens, nous voulons nous assurer que nos préoccupations continuent d'être écoutées, surtout en ce qui concerne la promotion de l'élaboration des politiques publiques fondées sur des données vérifiables. C'est particulièrement important pour protéger l'intégrité scientifique, assurer l'équité fiscale et conserver l'expertise professionnelle dans la fonction publique.

Nous croyons fermement que le meilleur moyen de garantir que les scientifiques fédéraux ne seront pas muselés par le gouvernement est de faire reconnaître leur droit de parole dans nos conventions collectives. Ainsi, nous serions sûrs qu'il existe un processus exécutoire adéquat pour traiter les plaintes et les préoccupations de nos membres dans l'avenir. La science ne devrait plus jamais être réduite au silence, soutient Mme Daviau.

De plus, on estime que 7,8 milliards de dollars en impôts non perçus dorment dans des paradis fiscaux à l'étranger, poursuit Mme Daviau. Pourtant, combien de députés ou d'autres Canadiens savent qu'il n'en coûterait qu'une fraction de ce montant pour les récupérer? Nous pensons qu'il est important qu'un gouvernement qui se lance dans d'importantes dépenses d'infrastructures le sache, d'autant plus que ces milliards-là sont essentiels pour garantir l'équité du régime fiscal », conclut-elle.

Les membres de l'PFPC sonnent également l'alarme à propos du recours à la sous-traitance de plus en plus excessif du gouvernement, car cette pratique provoque le contournement des normes d'emploi fédérales sur l'embauche fondée sur le mérite, le bilinguisme et l'inclusivité. À l'heure actuelle, les dépenses en sous-traitance du gouvernement fédéral dépassent les budgets de Statistique Canada, de Santé Canada, de Pêches et Océans Canada, d'Environnement Canada, du Conseil national de recherches du Canada, de l'Agence canadienne d'inspection du Canada, de l'Agence de la santé publique du Canada et de la Commission canadienne de sûreté nucléaire combinés.

Les préoccupations soulevées individuellement par les membres de l'IPFPC à leur réunion d'aujourd'hui forment également la base de la proposition prébudgétaire de l'Institut présentée aux membres du Comité permanent des finances de la Chambre des Communes.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente quelque 55 000 scientifiques et autres professionnels, pour la plupart employés par le gouvernement fédéral, dans l'ensemble du pays.

Renseignements

  • Johanne Fillion
    613-228-6310, poste 2303
    613-883-4900 (cell.)