Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

08 mars 2011 08h15 HE

Mises en chantier d'habitations en février au Nouveau-Brunswick

MONCTON, NOUVEAU-BRUNSWICK--(Marketwire - 8 mars 2011) - Selon les données provisoires(1) diffusées aujourd'hui par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), la construction résidentielle dans les centres urbains du Nouveau-Brunswick a été plus lente que l'année dernière, en février. Au total, 31 habitations ont été mises en chantier le mois dernier, contre 40 en février 2010.

« Le repli de l'activité observé en février est essentiellement attribuable au fait qu'aucun logement collectif n'a été mis en chantier durant ce mois à Fredericton et Moncton », a déclaré Claude Gautreau, analyste principal de marché à la SCHL pour le Nouveau- Brunswick. En février, 12 logements collectifs ont été commencés, soit 46 % de moins qu'à pareil mois en 2010. Le cumul annuel des mises en chantier de logements collectifs ne s'est chiffré qu'à 16 unités à la fin de février, alors que celui des deux premiers mois de 2010 avait atteint les 159 unités.

Dans le segment des maisons individuelles, le nombre de mises en chantier est demeuré pour ainsi dire inchangé en février, puisqu'il a augmenté de une unité pour s'établir à 19. Le cumul des maisons individuelles commencées durant les deux premiers mois de l'année a diminué de 5 % en regard de celui de 2010 et a atteint 74 unités. « La stabilité relative de l'activité observée dans ce segment du marché en janvier et février 2011 a été neutralisée par la faible performance livrée par le segment des logements collectifs », d'ajouter M. Gautreau.

Dans les centres urbains du Canada, le total des logements commencés a régressé de 7 % en février, passant de 10 637, en 2010, à 9 900, cette année. Les mises en chantier de maisons individuelles ont fléchi de 27 % au cours du mois, pour s'établir à 3 300, tandis que celles de logements collectifs se sont accrues de 8 %, atteignant 6 600. Dans la région de l'Atlantique, 269 habitations ont été entamées en février 2011, comparativement à 453, un an plus tôt.

Mettant à contribution plus de 60 ans d'expérience à titre d'organisme national responsable de l'habitation au Canada, la SCHL aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité. Elle offre également des données, des analyses et des rapports fiables, impartiaux et actuels sur le marché de l'habitation pour aider les consommateurs et le secteur de l'habitation à prendre des décisions importantes.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site www.schl.ca ou composer le 1-800-668-2642.

(Also available in English)

SOMMAIRE DES DONNÉES MENSUELLES PROVISOIRES SUR LES MISES EN CHANTIER DANS LES CENTRES URBAINS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

  2011 2010   CUMUL ANNUEL  
      Var. en %     Var. en %
  FÉVR. FÉVR.   2011 2010  
   CENTRES URBAINS D'AU MOINS 50 000 HABITANTS
RMR DE SAINT JOHN            
Logements individuels 6 5 20.0% 16 26 -38.5%
Logements collectifs 12 0 - 12 65 -81.5%
TOUS LOG. CONFONDUS 18 5 ## 28 91 -69.2%
RMR DE MONCTON            
Logements individuels 2 5 -60.0% 10 20 -50.0%
Logements collectifs 0 14 ## 0 45 ##
TOUS LOG. CONFONDUS 2 19 -89.5% 10 65 -84.6%
AR DE FREDERICTON            
Logements individuels 2 7 -71.4% 31 29 6.9%
Logements collectifs 0 8 ## 4 48 -91.7%
TOUS LOG. CONFONDUS 2 15 -86.7% 35 77 -54.5%
   CENTRES URBAINS D'AU MOINS 10 000 HABITANTS*
TOUS LES CENTRES            
Logements individuels 19 18 5.6% 74 78 -5.1%
Logements collectifs 12 22 -45.5% 16 159 -89.9%
TOUS LOG. CONFONDUS 31 40 -22.5% 90 237 -62.0%

Les données du mois le plus récent sont provisoires; elles peuvent être révisées pour tenir compte de corrections ou de mises à jour liées à l'enquête trimestrielle ou aux résultats de l'échantillonnage.

* Tous les centres urbains d'au moins 10 000 habitants (RMR de Saint John, RMR de Moncton, AR de Fredericton, AR de Bathurst, AR de Campbellton, AR d'Edmundston et AR de Miramichi).

## Variation en pourcentage supérieure à 100 %. Les variations supérieures à 100 % ne sont pas signalées à cause de l'instabilité résultant de petits nombres absolus.

Renseignements