AlterGo

AlterGo

23 janv. 2013 11h21 HE

Montréal physiquement active atteindra ses objectifs par l'inclusion des personnes handicapées et des aînés

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 23 jan. 2013) - « Plus de 10 % des Montréalais ont une limitation fonctionnelle. Plus de 16 % ont plus de 65 ans. Si Montréal veut devenir une ville physiquement active, il faut que les lieux et les équipements de sport et de loisir soient universellement accessibles et les intervenants doivent être sensibilisés aux besoins de ces clientèles ». C'est le constat général qu'a fait M. Maxime Gagnon, directeur général adjoint d'AlterGo et directeur du Défi sportif AlterGo, le 22 janvier lors de la présentation du mémoire de l'organisme devant la Commission sur la culture, le patrimoine et les sports de la Ville de Montréal dans le cadre de la consultation publique Montréal physiquement active.

L'objectif de la consultation est de permettre à la Ville de Montréal d'élaborer un cadre d'intervention globalen matière d'activité physique, de sport et de mobilité pour permettre à la population d'adopter un mode de vie physiquement actif. « À l'heure actuelle, des personnes handicapées qui souhaitent pratiquer des activités sportives ne peuvent le faire parce que les lieux et les équipements ne sont pas accessibles, parce que le financement du programme d'accompagnement en loisir est insuffisant pour répondre aux besoins ou parce que les organismes leur offrant des activités sportives n'ont pas les budgets nécessaires », souligne M. Gagnon.

L'inaccessibilité des lieux et des équipements de oisirl est susceptible de mettre un frein à la pratique de certains sports et loisirs non seulement pour la personne handicapée, mais également pour les membres de son entourage. « Un parent avec une limitation fonctionnelle inscrira-t-il son enfant au hockey si l'aréna local n'est pas universellement accessible et rend ainsi impossible pour le parent d'accompagner son enfant? La famille dont un des enfants a un handicap profitera-t-elle de la baignade libre de la piscine locale si celle-ci ne peut adéquatement accueillir l'enfant handicapé? », questionne M. Gagnon.

Dans son mémoire, AlterGo fait 5 recommandations à la Ville de Montréal, notamment l'adoption de normes d'application de la Politique d'accessibilité universelle qui devront être respectées par l'ensemble des 19 arrondissements.

L'organisme recommande également que des démarchessoient entreprises en partenariat avec les différents acteurs contribuant à l'administration du Programme d'accompagnement en loisir (PACL), afin d'obtenir, du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, une augmentation de l'enveloppe budgétaire disponible. Les sommes disponibles permettent de répondre à seulement 50 % des demandes exprimées par les personnes ayant une limitation fonctionnelle.

Créé en 1975, AlterGo regroupe plus d'une centaine d'organismes du territoire de l'île de Montréal quisont préoccupés par l'accès au loisir des personnes ayant une limitation fonctionnelle. La mission de l'organisme consiste à soutenir l'inclusion des personnes handicapées par l'abolition des obstacles à la pratique du loisir.

Renseignements

  • Source :
    Marina Le Chêne
    Agente de communication
    514-933-2739, poste 236