Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

08 nov. 2005 09h30 HE

MPO : De nouveaux fonds de recherche scientifique enrichiront les connaissances sur le thon rouge et sur les autres poissons grands migrateurs dans l'Atlantique

HALIFAX, NOUVELLE-ECOSSE--(CCNMatthews - 8 nov. 2005) - Le ministre de Pêches et Océans, M. Geoff Regan, a annoncé aujourd'hui que deux des centres de recherche du Ministère, la station biologique de St. Andrew et l'Institut océanographique de Bedford, recevront cette année 203 000 $ qui servira à accroître les connaissances scientifiques sur les poissons grands migrateurs de l'océan Atlantique.

"Ces fonds nous aideront à combler les lacunes dans les connaissances scientifiques sur les stocks de poisson en haute mer et dans les écosystèmes océaniques, a déclaré le ministre Regan. Ces fonds permettront aussi au Canada d'unir ses efforts à ceux de la communauté mondiale afin de constituer une large base scientifique sur laquelle reposera la réforme des régimes de gestion régionale des pêcheries".

Les chercheurs de la station biologique de St. Andrew mettront au point de nouvelles façons de valider l'âge du thon rouge, et ce afin de mieux évaluer l'abondance des stocks. Ils participeront aussi, de concert avec la Nova Scotia Swordfish Harpoon Association, à un projet de marquage d'espadons au moyen d'étiquettes de haute technologie. Ce projet entrepris pour la première fois au Canada permettra de connaître les habitudes migratoires de ces poissons. Pour leur part, les chercheurs de l'Institut océanographique de Bedford utiliseront les fonds pour étudier les habitudes migratoires des requins-taupes et des requins bleus.

Le gouvernement du Canada a annoncé un financement de 20 millions de dollars réparti sur trois ans pour les initiatives scientifiques, politiques, juridiques et de sensibilisation qui sous-tendent la stratégie canadienne visant à appuyer la gouvernance internationale des pêches en haute mer en avril 2005. Plus de la moitié de ce montant (11 millions de dollars) avait été réservé pour des recherches scientifiques visant à mieux connaître les écosystèmes marins hauturiers et à prendre des décisions judicieuses quant à la gestion des ressources qu'ils contiennent. Ces recherches comprenaient des initiatives sur les stocks de poissons grands migrateurs, comme le thon et l'espadon, ainsi que les requins dans l'océan Atlantique.

La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA) fixe les quotas canadiens de pêche du thon et de l'espadon. Le Canada est tenu de respecter les limites de quotas et de déclarer le volume des débarquements à la CICTA lors de l'assemblée annuelle de cette organisation. L'assemblée de cette année se déroulera à Séville, en Espagne, du 14 au 20 novembre. Parmi les objectifs qu'il s'est fixés en vue de cette réunion, le Canada tentera d'obtenir un engagement au sujet des rapports organisationnels afin de continuer à améliorer la manière dont les pays gèrent les stocks de poisson en haute mer.

Afin d'en connaître davantage sur la stratégie adoptée par le Canada pour lutter contre la surpêche et renforcer la gouvernance internationale des pêches, veuillez visiter le site www.overfishing.gc.ca.


Fiche documentaire
Nouveaux projets de recherche scientifique des stocks de
poissons grands migrateurs dans l'océan Atlantique

Origine des stocks de thon rouge dans le centre de l'Atlantique Nord

La CITCA considère deux populations distinctes dans sa gestion des stocks de thon rouge de l'Atlantique Nord, une dans la zone ouest et une dans la zone est. L'une des plus grandes difficultés liées à la gestion internationale de ces populations consiste à déterminer la quantité de chacune d'elles et à déterminer comment elles se fréquentent dans le centre de l'Atlantique Nord. En collaboration avec l'industrie, le Canada a examiné la possibilité de prélever des échantillons dans les eaux éloignées lors des expéditions de pêche commerciale au cours de la première année de financement de ce projet. Plusieurs possibilités d'échantillonnage ont été cernées, de sorte que le prélèvement d'échantillons devrait avoir lieu en 2006 et 2007. Ce projet a un lien avec les initiatives lancées récemment par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA) pour accroître le fonds de connaissances scientifiques au sujet du mélange des stocks et de la dynamique des populations de thon rouge.

Projet de validation de l'âge du thon rouge

Ce projet consiste à mettre au point une façon de valider l'âge du thon rouge. Les études sur la croissance et la mortalité par tranche d'âge fournissent de l'information très utile à l'évaluation des stocks de thon rouge. La mesure exacte de l'âge du thon rouge par rapport à sa taille permet aux chercheurs d'apprécier son taux de croissance, d'évaluer plus précisément l'abondance des stocks adultes et de prédire l'ampleur des populations futures. Des études similaires ont déjà été réalisées, mais on ignore si les résultats de ces études s'appliquent aujourd'hui. En outre, les chercheurs aimeraient disposer de meilleurs moyens de mesurer l'âge des poissons. Cette étude cadre avec les objectifs du programme annuel du thon rouge de la CICTA. Les résultats seront présentés à l'atelier de ce programme, au début de 2006.

Structure des stocks et tendances migratoires de l'espadon

De concert avec la Nova Scotia Swordfish Harpoon Association, des scientifiques de Pêches et Océans Canada (MPO) ont entrepris pour la première fois au Canada une expérience de marquage d'espadons au moyen d'étiquettes de haute technologie afin de déterminer le régime des migrations de ces poissons dans l'océan Atlantique. Les étiquettes émettrices détachables sont essentiellement de minuscules ordinateurs étanches, programmés pour enregistrer la profondeur d'immersion du poisson, la température de l'eau et l'emplacement du poisson, tout en supportant des plongées de plus de 3 000 pieds. Toute cette information est relayée à un satellite ARGOS lorsque l'étiquette se détache et remonte à la surface, ce qui doit se produire en été 2006. Les données sont ensuite téléchargées à un ordinateur et analysées au moyen de programmes par les scientifiques, en vue d'établir les habitudes migratoires du poisson. Onze étiquettes ont été apposées sur des espadons femelles au cours de la présente saison.

Habitudes migratoires et zones de mise bas du requin-taupe commun

Bien que le requin-taupe soit actuellement pêché dans les eaux canadiennes et internationales, ce mammifère marin figure maintenant parmi les espèces menacées au Canada. Le requin-taupe, un grand migrateur, passe beaucoup de temps dans les eaux canadiennes avant d'hiverner dans des eaux inconnues, peut-être dans la limite des 200 milles nautiques, mais sans certitude à cet égard. On ignore également tout sur les aires de mise bas du requin-taupe. Le projet vise à cerner les axes migratoires et les aires de mise bas du requin-taupe, afin d'assurer une meilleure gestion de cette espèce et de classer éventuellement les aires de mise bas parmi les zones marines protégées.

Habitudes migratoires et mortalité due aux rejets chez le requin bleu

Les requins bleus constituent un élément important mais mal compris de la communauté des gros pélagiques vivant au large de l'Est du Canada. Ces espèces de grands migrateurs peuvent vivre pendant de longues périodes dans les eaux canadiennes avant de partir dans les eaux profondes. On sait que les requins bleus sont capturés accidentellement en grand nombre dans des pêches ciblant d 'autres espèces, mais on ignore le taux de survie de ceux qui sont rejetés à l'eau. Il est important de quantifier le taux de survie pour assurer la réussite des efforts déployés à l'échelle internationale pour évaluer les stocks. Ce projet consiste à apposer des étiquettes satellites d'archivage sur les requins bleus rejetés à l'eau. Les données obtenues grâce à ces étiquettes serviront à déterminer les axes de migration des stocks dans le nord-ouest de l'Atlantique et de quantifier le taux de mortalité des requins rejetés.

http://www.dfo-mpo.gc.ca

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada, Ottawa
    Steve Outhouse
    Relations avec les médias
    (613) 998-1530
    ou
    Pêches et Océans Canada, Ottawa
    Cabinet du ministre
    Sujata Raisinghani
    Attachée de presse
    (613) 992-3474