Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

28 oct. 2005 11h22 HE

MPO : La collaboration scientifique pourrait améliorer les prévisions sur l'abondance et les périodes de migration des stocks de saumon du Pacifique

SEOGWIPO, COREE--(CCNMatthews - 28 oct. 2005) - Les travaux de recherche scientifiques effectués par les pays membres de la Commission des poissons anadromes du Pacifique Nord (CPAPN) pourraient permettre au Canada de mieux prévoir l'abondance et les périodes de migration des stocks de saumon du Pacifique, selon Geoff Regan, ministre des Pêches et des Océans.

"Le Canada travaille en étroite collaboration avec ses partenaires du Pacifique Nord afin d'étudier les facteurs ayant un impact sur la survie des stocks de saumon en milieu océanique, y compris les changements climatiques", a indiqué le ministre Regan. "Ce travail pourrait nous aider à mieux comprendre pourquoi il est difficile de faire des prévisions sur les stocks de saumon comme ceux du saumon rouge du fleuve Fraser et, par conséquent, à améliorer notre approche de la gestion, de la conservation et du rétablissement de cette précieuse ressource."

La Commission a tenu son assemblée annuelle cette semaine à Seogwipo, en Corée. Les participants ont alors eu l'occasion d'échanger de l'information sur leurs plus récents travaux scientifiques et d'organiser de nouvelles activités de recherche, en plus d'échanger des renseignements sur les activités de pêche illégales et de travailler à l'amélioration des programmes permettant le suivi de ces activités.

Au nombre des principaux résultats de la rencontre de cette année, figure l'annonce d'un second atelier international pour les membres de la Commission, qui aura lieu au Japon en avril 2006. Cet atelier portera sur les facteurs ayant une incidence sur la production de saumoneaux. La Commission a également annoncé le développement d'un nouveau système intégré d'information sur l'application des règlements qui permet aux membres de conserver, dans un site Web privé, l'information sur les activités de pêche illégales ou suspectes des navires qui se retrouvent à l'intérieur de la zone de la Convention.

"Il est interdit de pratiquer une pêche qui vise le saumon et la truite dans les zones hauturières du Pacifique Nord", a expliqué le ministre Regan. "Les pays membres de la Commission ont travaillé fort pour faire respecter cette interdiction. Grâce à nos efforts conjoints, nous avons réussi à réduire de près de 90 pour cent la pêche au filet dérivant - une pratique illégale - dans ce secteur."

La participation du Canada aux activités de surveillance et de contrôle de la Commission a été appelée Opération DRIFTNET par le ministère de la Défense nationale. Cette année, deux aéronefs de patrouille de l'Aviation canadienne ont parcouru à plusieurs reprises une étendue de 4,1 millions de kilomètres carrés dans le Pacifique Nord afin de détecter les navires prenant part à des activités de pêche illicites, non réglementées et non déclarées.

L'opération DRIFTNET constitue un volet clé de la stratégie du Canada visant à lutter contre la surpêche et à améliorer la gouvernance internationale des pêches et des océans. Dans le cadre de sa participation à l'assemblée annuelle de la Commission, et conformément à sa stratégie, le Canada a travaillé à faire valoir l'importance de la déclaration ministérielle de la Conférence de St. John's, en particulier en ce qui a trait à la modernisation des organisations régionales de gestion des pêches.

La Commission est responsable de la conservation et de la gestion du saumon et d'autres stocks de poisson anadrome dans l'océan Pacifique Nord et ses eaux adjacentes, au-delà de la limite de 200 milles des Etats côtiers. Pour remplir son mandat, la Commission encourage la tenue de projets de collaboration scientifiques et la mise en application conjointe des restrictions visant les pêches.

La Commission tiendra son assemblée annuelle de 2006 à Vancouver (Colombie-Britannique). Le chef de la délégation du Canada, Guy Beaupré, a accepté d'assurer la présidence de la Commission pour 2006 et 2007.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la stratégie visant à lutter contre la surpêche et à améliorer la gouvernance internationale des pêches, visitez le site Web à l'adresse suivante : www.overfishing.gc.ca.



Pêches et Océans Canada
---------------------------------------------------------------------
Fiche d'information
---------------------------------------------------------------------
FI-AC-05-88(a)


Le Canada et la Commission des poissons anadromes du Pacifique Nord

En vertu de la Convention pour la conservation des stocks de poissons anadromes de l'océan Pacifique Nord, il est interdit de pratiquer une pêche qui vise les stocks de saumon et autres espèces anadromes du Pacifique Nord dans la zone de gestion de la Commission des poissons anadromes du Pacifique Nord, ce qui oblige les pêcheurs à réduire leurs prises accessoires de poisson anadrome. Toutefois, une pêche limitée a été autorisée pour permettre la réalisation de travaux scientifiques dans le cadre de programmes de recherche nationaux et conjoints approuvés par la Commission.

Le poisson anadrome naît en eau douce, comme dans les rivières, migre vers les océans où il devient adulte puis retourne en eau douce pour frayer. La Commission se charge de gérer les espèces suivantes : le saumon kéta, le saumon coho, le saumon rose, le saumon rouge, le saumon quinnat, le saumon japonais et enfin la truite arc-en-ciel. Sa zone de gestion est constituée de l'océan Pacifique Nord et des mers adjacentes, au nord du 33 degrés degré de latitude nord, au-delà de la zone économique exclusive de 200 milles des Etats côtiers.

La Commission, dont les bureaux sont situés à Vancouver (Colombie-Britannique), a été créée le 16 février 1993. En sont membres le Canada, le Japon, la Russie, la République de Corée ainsi que les Etats-Unis. La Chine travaille aussi en étroite collaboration avec la Commission conformément à une entente avec les Etats-Unis, entente qui prévoit la présence d'observateurs chinois à bord des navires d'arraisonnement.

Les efforts de conservation déployés par la Commission visent principalement à promouvoir la recherche scientifique sur les espèces anadromes et à faire appliquer les restrictions relatives aux activités de pêche.

A l'heure actuelle, les travaux de recherche effectués par les membres de la Commission portent sur : l'étude des facteurs influençant les niveaux d'infestation de pou du poisson; l'élaboration d'une base de données internationale permettant de signaler des changements à l'écosystème; l'étude des relations entre les changements climatiques et les capacités biotiques. La recherche sur le pou du poisson permettra à l'industrie aquacole du Canada de faire des choix éclairés sur les sites de salmoniculture.

Les activités scientifiques de la Commission visent également à mieux comprendre les facteurs ayant des répercussions sur la survie marine et la distribution du saumon ainsi qu'à produire de l'information permettant de mieux prévoir les retours. Ainsi, le Canada pourrait être en mesure de mieux comprendre certains problèmes complexes, comme la difficulté de faire des prévisions sur les stocks de saumon rouge du fleuve Fraser, et de mieux prévoir l'abondance et les périodes de migration des stocks de saumon du Pacifique.

En vue de faire appliquer ses restrictions de pêche, la Commission a mis en place un système de surveillance et de contrôle grâce auquel on a pu réduire de près de 90 pour cent - par rapport aux sommets atteints en 1998 - les activités de pêche illicites, non réglementées et non déclarées dans la zone hauturière du Pacifique Nord. Chaque Etat membre de la Convention a le droit d'arraisonner, d'inspecter et d'arrêter les bateaux de pêche ne respectant pas la Convention et appartenant aux autres parties. Il revient à l'Etat du pavillon d'instruire une infraction au besoin et d'imposer les pénalités subséquentes, pénalités dont l'importance varie en fonction de la nature des infractions.

La responsabilité de la surveillance est partagée entre les membres. Des aéronefs CP-140 Aurora de l'Aviation canadienne effectuent annuellement trois semaines de patrouille pour contribuer aux efforts d'application des règles établies. Les activités suspectes sont signalées à la Garde côtière des Etats-Unis ou à d'autres organisations appropriées. Depuis 1993, 54 bateaux soupçonnés d'avoir réalisé des activités de pêche illicites, non réglementées et non déclarées ont été signalés et arraisonnés dans la zone visée par la Convention. Des tonnes de prises illégales ont aussi été saisies, et de lourdes amendes ont été imposées aux responsables d'infractions.

Pour en savoir plus, visitez le site Web de la Commission : www.npafc.org.

http://www.dfo-mpo.gc.ca

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada, Ottawa
    Sophie Galarneau
    Relations avec les médias
    (613) 990-7537
    ou
    Pêches et Océans Canada, Ottawa
    Sujata Raisinghani
    Attachée de presse, Cabinet du ministre
    (613) 992-3474