Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

12 juil. 2005 10h36 HE

MPO : Le fédéral et la province tiennent leur promesse et investissent en aquaculture

SAINT JOHN, NOUVEAU-BRUNSWICK--(CCNMatthews - 12 juillet 2005) - Andy Scott, ministre régional du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton, au nom de Geoff Regan, ministre des Pêches et des Océans (le MPO), a annoncé aujourd'hui un investissement fédéral ponctuel de 20 millions de dollars dans l'industrie néo-brunswickoise de la salmoniculture. Cet argent vise à aider l'industrie à court terme tandis que des négociations sont entamées pour trouver des solutions stratégiques à long terme.

Cet investissement vise à aider les salmoniculteurs du Nouveau-Brunswick, le seul groupe de l'industrie aquacole touché par des pertes importantes sans compensation par suite de la prise de mesures pour l'éradication de maladies. L'argent permettra aux salmoniculteurs de rétablir leur fonds de roulement et de reprendre l'élevage de saumoneaux cette saison.

"Je me réjouis que le gouvernement ait pu accorder cet investissement ponctuel de 20 millions de dollars à l'industrie de la salmoniculture du Nouveau-Brunswick ", a dit le ministre Scott. " Ce montant d'argent va aider à répondre aux besoins immédiats de l'industrie d'ici à ce que des solutions à long terme soient examinées. Bien que relativement nouvelle, l'industrie de la salmoniculture s'est développée en une industrie agro-alimentaire importante pour le Nouveau-Brunswick et la région. L'aquaculture a été profitable à l'économie de la province, avec son chiffre d'affaires de 179 millions de dollars et ses 1 600 emplois directs en 2003 au profit de plusieurs collectivités côtières. Pour le comté de Charlotte, l'aquaculture est le pilier de l'économie locale et génère des emplois dans les écloseries, les opérations de grossissement et l'industrie des services qui fournit les aliments pour poissons, les paniers d'élevage et les bateaux aux aquaculteurs."

Cette aide est assujettie à deux conditions. Tout d'abord, le gouvernement fédéral et la province du Nouveau-Brunswick doivent négocier les modalités d'une entente bilatérale établissant les responsabilités fédérales-provinciales et les conditions du partage des frais. Et deuxièmement, le gouvernement fédéral, le Nouveau-Brunswick et l'industrie salmonicole de cette province devront conclure un protocole d'entente de trois ans visant la recherche de solutions durables de restructuration stratégique pour cette industrie.

Un des éléments clés de ce protocole sera la restructuration stratégique de l'industrie néo-brunswickoise de la salmoniculture au moyen d'initiatives variées notamment la consolidation, la relocalisation et la mise en jachère des exploitations salmonicoles dans la baie de Fundy au cours des trois prochaines années. Ces changements seront mis en oeuvre afin d'améliorer à long terme la performance économique et environnementale de ces entreprises et de favoriser la santé du poisson. Des discussions ont déjà eu lieu à ce sujet avec l'industrie, et cette mesure va dans le même sens que les efforts de restructuration déjà en cours pour adapter l'industrie aux forces du marché.

Cette annonce fait écho à une recommandation du Groupe de travail visant à favoriser la durabilité de l'industrie salmonicole au Canada atlantique, qui préconisait une assistance financière immédiate à l'industrie aquacole de l'Atlantique. Le Groupe de travail a été formé en décembre 2004 par le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Ecosse et de Terre-Neuve-et-Labrador, et l'Association des éleveurs de saumon du Nouveau-Brunswick afin d'examiner la situation de l'industrie et de formuler des recommandations visant à relever, à long terme, les défis de l'industrie de la salmoniculture du Canada atlantique.

Dans son rapport, le Groupe de travail recommande que les gouvernements fédéral et provinciaux travaillent à l'établissement d'une entente cadre en matière d'aquaculture; il propose aussi l'élaboration d'une formule de récolte basée sur le marché, qui prenne en compte les facteurs environnementaux et socio-économiques. On peut consulter le rapport du Groupe de travail dans le site Web du MPO et dans celui du ministère de l'Agriculture, des Pêches et de l'Aquaculture du Nouveau-Brunswick. (http://www.dfo-mpo.gc.ca/home-accueil_f.htm & http://www.gnb.ca/0027/Index-f.asp)

http://www.dfo-mpo.gc.ca

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada, Ottawa
    Phil Jenkins
    Relations avec les médias
    (613) 990-7537
    ou
    Pêches et Océans Canada, Ottawa
    Cabinet du ministre
    Sujata Raisinghani
    Attachée de presse
    (613) 992-3474