Ville de Beaconsfield

Ville de Beaconsfield

20 nov. 2015 09h27 HE

Mur antibruit au sud de l'autoroute 20 : Accueil réservé des citoyens autant pour son utilité que pour son financement

BEACONSFIELD, MONTRÉAL--(Marketwired - 20 nov. 2015) - Les citoyens de Beaconsfield sont réservés autant au sujet de l'utilité de l'installation d'un mur antibruit au sud de l'autoroute 20 que sur son mode de financement, malgré l'offre d'exception faite par le ministre des Transports, Robert Poëti, pour le réaliser.

C'est ce que révèle un sondage Léger Marketing réalisé auprès de 600 adultes résidents à Beaconsfield, du 16 au 23 octobre derniers, dont les résultats ont été pondérés par le sexe, l'âge, le statut de propriétaire-locataire et le district de résidence. Une telle recherche reflète la position de l'ensemble des citoyens autant sur la pertinence du projet que la manière de le financer. Les résultats comportent une marge d'erreur de 4 %, et ce, 19 fois sur 20.

« Nous avons fait réaliser ce sondage pour bien connaître la position de l'ensemble de la population pour ce projet. Ce que nous constatons confirme la prudence avec laquelle nous abordons ce dossier depuis le début », explique le maire Georges Bourelle.

Les résultats du sondage montrent que la « majorité des citoyens ne semblent pas convaincus de la nécessité du mur antibruit […] parce qu'ils doutent de son efficacité, de son esthétisme ou désapprouvent les coûts engendrés pour réaliser le projet, analyse le sondeur.

« Cette première étape de consultation nous permet de bien cadrer les enjeux à considérer pour donner suite ou non à l'offre ministérielle. Nous adressons maintenant les formules de financement et de consultation pour veiller à ce que la décision soit prise en toute transparence, dans le cadre d'un exercice démocratique respectueux des uns et des autres », ajoute le maire.

Le ministre des Transports, Robert Poëti, a récemment proposé d'assumer 75 % des coûts du projet au lieu de la moitié. Malgré cette offre d'exception, Beaconsfield devrait assumer environ 5 millions de dollars.

Les résultats du sondage démontrent que dans les trois quartiers qui sont les plus rapprochés de l'autoroute 20, la problématique sonore causée par la voie rapide affecte tout juste une majorité des répondants alors que dans les trois autres districts, les répondants disent être peu ou pas affectés.

Pour ceux qui s'opposent au projet, les deux principales raisons évoquées sont les coûts (53 %) et le fait qu'ils ne sont pas directement concernés par les bruits générés par les véhicules sur l'autoroute (46 %).

Cette dynamique est encore plus prononcée quand est soulevée la question des coûts. Les districts les plus impactés souhaitent un partage général des frais tandis que ceux qui le sont moins ou pas estiment que les frais devraient être assumés par les propriétaires affectés.

Pour ceux qui désirent consulter le sondage et ses résultats, il est disponible en ligne sur le site web de la municipalité au www.beaconsfield.ca.

Renseignements

  • Bureau du Maire
    514 428-4410