Cushman & Wakefield

Cushman & Wakefield

10 oct. 2013 08h00 HE

New York demeure le plus grand marché des investissements immobiliers au monde

ONTARIO, ONTARIO--(Marketwired - 10 oct. 2013) -

http://www.winningingrowthcities.com/

  • Toronto occupe la 19e place à l'échelle mondiale, tandis que Montréal figure parmi les principales villes gagnantes

  • New York constitue le plus grand marché en matière d'investissements immobiliers au monde pour la troisième année consécutive, avec des volumes en hausse de 39 % pour atteindre 49,2 milliards USD du deuxième trimestre 2012 au deuxième trimestre 2013

  • Londres conserve sa deuxième place notamment grâce à une augmentation de 6 % des volumes d'investissement qui totalisent 32,3 milliards USD

  • Affichant la plus forte croissance de l'ensemble des 25 premières villes, Los Angeles devance Tokyo et prend la troisième place

  • Les flux mondiaux de capitaux transfrontaliers ont atteint 170,7 milliards USD du deuxième trimestre 2012 au deuxième trimestre 2013

  • L'Asie constitue la plus importante source de capitaux transfrontaliers avec 55,4 milliards USD investis à l'étranger, soit 32 % du total des investissements

New York a attiré le plus grand nombre d'investissements immobiliers à usage commercial au cours de la dernière année, alors que le marché mondial des investissements immobiliers a connu une hausse des volumes de 16,7 %, soit 649 milliards USD selon le rapport annuel de Cushman & Wakefield Winning in Growth Cities rendu public à l'occasion du salon EXPO REAL qui se tient actuellement à Munich, en Allemagne.

Les 25 premières villes mondiales ont vu leur part de marché passer de 53 % à 55 % au cours du premier semestre de l'année avec une hausse des volumes de 20,7 % par rapport au reste du marché qui enregistre une hausse 12,1 %. Toutefois, même si ce groupe de villes continue d'avoir les faveurs des investisseurs grâce à leurs qualités à faible risque, certains signes suggèrent un désintérêt pour ces principales villes mondiales, car les investisseurs sont à la recherche de nouvelles opportunités. En effet, selon le rapport, la part de marché des 25 plus importantes villes est passée de 58 % au premier trimestre 2013 à 50 % au deuxième trimestre 2013.

Comme l'a fait remarqué Carlo Barel di Sant'Albano, président de Cushman & Wakefield : « La plupart des indicateurs suggèrent que la demande en biens immobiliers augmentera et s'étendra aux nouveaux marchés et qu'une proportion accrue des investissements sera transfrontalière étant donné que les investisseurs augmentent leur tolérance au risque. En supposant que la relance des États-Unis continue de porter ses fruits en favorisant la confiance et la croissance dans toutes les économies, nous prévoyons que l'année prochaine sera favorable à l'essentiel du marché étant donné que les mesures de stimulation et la relance entraînent une hausse des valeurs des capitaux pour une superficie de meilleure qualité avec une forte demande des occupants. »

La composition des 25 premières villes a peu changé par rapport à l'année dernière. En effet, Beijing et Stockholm se retrouvent désormais en fin de liste et Denver et Francfort remontent de la liste, car les villes américaines et allemandes se sont surpassées.

Les principales villes gagnantes sont Austin, Milan, Las Vegas, Montréal et Tampa. En fait, l'Amérique du Nord compte 15 des 25 principales villes enregistrant la plus forte croissance dont 14 se trouvent aux États-Unis, plus Montréal. Cette tendance est essentiellement due aux signaux antérieurs de relance économique et aux poids des capitaux nationaux dans le marché nord-américain. Quatre villes européennes figurent parmi les 25 premières villes (Milan, Francfort, Berlin et Hambourg) alors que l'Asie compte 6 villes dans ce classement : Séoul, Perth, Brisbane, Sydney, Nagoya et Osaka.

« Pour Montréal, le transfert d'épicentres est l'un des moteurs clés de l'activité », explique Bernie Marcotte, directeur général principal du Québec de Cushman & Wakefield. « L'essentiel du centre-ville est en train de se déplacer et Sherbrooke Street est en pleine évolution. Les immeubles de bureaux deviennent à présent des possibilités intéressantes pour les investisseurs de logements résidentiels et mixtes à l'image de ce que nous avons vu se développer à Toronto autour de la place Maple Leaf ».

Paris est la principale ville à avoir reculé de la liste des 10 premières, passant de la quatrième place l'année dernière à la huitième place cette année en raison d'une chute des transactions plus importantes. Toronto et Chicago figurent parmi les autres grandes villes à avoir chuté du classement, mais certaines des baisses les plus notables concernent la Chine : Shanghai, Beijing, Guangzhou, Chengdu et Tianjin ont toutes accusé un recul d'au moins 40 %, hors ventes d'aménagement foncier. Cette baisse s'explique en partie par une réduction des dépenses nationales plutôt que transfrontalières. Un certain nombre de villes européennes a également reculé du classement, dont Saint-Pétersbourg, Istanbul et Budapest.

Les bureaux constituent le secteur le plus recherché dans les 25 premières villes des capitaux des investisseurs, mais ce secteur a perdu des parts de marché au cours de l'année dernière en passant de 48 % à 45 %. Les logements résidentiels comptent également parmi les grands gagnants, affichant une hausse de leurs parts de marché de 18,1 % à 26 %. Bien qu'à ce jour, bon nombre des plus importants acteurs mondiaux se sont concentrés sur les bureaux, ils élargissent à présent leur intérêt vers d'autres secteurs et recherchent notamment les grands aménagements commerciaux et résidentiels mixtes.

Les flux globaux de capitaux transfrontaliers ont atteint 170,7 milliards USD du deuxième trimestre 2012 au deuxième trimestre 2013, soit une hausse de 11,8 % par rapport à la même période en 2011-2012. Londres demeure de loin le marché le plus prisé des investisseurs internationaux avec des parts de marché s'élevant à 13 % (soit 22,4 milliards USD) par rapport à Paris dont les parts de marché s'élèvent à 4 % et New York 3,6 %. Shanghai et Sydney sont les deux premières villes de l'Asie-Pacifique en matière d'investissements étrangers à se classer respectivement aux quatrième et troisième places.

L'Asie constitue la plus importante source de capitaux transfrontaliers avec 55,4 milliards USD investis à l'étranger, soit 32 % du total des investissements. Une proportion considérable de ces investissements est axée sur la région asiatique toutefois, et en termes absolus et relatifs, les investisseurs américains étaient les plus grands acteurs à l'extérieur de leur propre région l'année dernière, avec 40,8 milliards USD investis.

Moteurs du succès

En plus de déterminer les villes gagnantes d'aujourd'hui en matière d'investissement immobilier commercial et de différences de prix et de demande, le rapport Winning in Growth Cities s'intéresse également aux moteurs clés de la performance des villes, y compris à la base de compétences, aux innovations et à la qualité de vie.

Premières de la liste dans tous les domaines, New York et Londres doivent clairement leurs places de gagnantes aux investissements immobiliers. Paris, Tokyo, Hong Kong, Singapour et San Francisco démontrent également une force générale dans tous les secteurs, suivies de près par Shanghai, Beijing, Séoul et Los Angeles.

Selon David Hutchings, directeur de la recherche européenne de Cushman & Wakefield : « Il est difficile de dissocier la concentration des activités que nous voyons dans quelques villes en faveur des autres villes, mais compte tenu du fait que le marché des investissements immobiliers est susceptible d'augmenter et l'éventail des participants s'élargir, il faut s'attendre à ce que la concurrence entre les villes se renforce. Nous aurons certainement à l'avenir un plus large éventail de grandes villes dominantes, si ce n'est un recul de certaines "villes alpha" existantes. »

Activité en Amérique

La relance du marché immobilier a certainement suscité l'intérêt des acheteurs américains, mais la demande a en fait été très forte du côté des actions et des titres de créances dans tous les secteurs des États-Unis. Grâce à de meilleures tolérances aux risques, l'intérêt s'est répandu au-delà des grandes villes pour englober des villes secondaires tout comme des marchés étrangers.

D'après Greg Vorwaller, directeur mondial des marchés de capitaux de Cushman & Wakefield, « Avec une relance constante de la croissance économique et un prochain déclin de l'assouplissement quantitatif, une hausse des taux d'intérêt a redéfini les attentes du marché, toutefois étant donné que la demande d'augmentation de superficie et de construction est toujours passive, la circulation importante des capitaux dans l'immobilier est susceptible de se poursuivre. Par conséquent, la hausse des taux d'intérêt n'aura qu'un effet limité sur les marchés principaux, mais un marché de titres adossés à des financements hypothécaires d'immeubles de rapport plus lent se traduira par des marchés secondaires plus vulnérables. »

« Le sentiment économique est plus froid à l'égard de l'Amérique latine avec une chute du prix des matières premières et des zones de tensions sociales, mais les tendances dans la région sont en réalité devenues plus diverses et nous prévoyons certains secteurs de hausse de la demande véritables en 2014. »

À propos de Cushman & Wakefield

Cushman & Wakefield est la plus importante société privée de services immobiliers à usage commercial au monde. La société conseille et représente les clients sur tous les aspects de l'occupation et des investissements des propriétés, et occupe une place prépondérante dans les principaux marchés mondiaux, comme en témoigne son engagement fréquent dans bon nombre des plus importantes locations, ventes et hypothèques immobilières. Fondée en 1917, elle compte 253 bureaux répartis dans 61 pays et emploie plus de 15 000 personnes. Elle offre une gamme de services complète pour tous les types de propriété, comprenant les locations, les ventes et les acquisitions, le financement par capitaux propres, par emprunt, le financement structuré, les finances corporatifs et les services bancaires d'investissement, les services corporatifs, la gestion des biens, la gestion des installations, la gestion des projets et les services de conseils et d'évaluation. La société gère plus de 3,7 milliards USD d'actifs dans le monde. En tant que chef de file reconnu dans le domaine de la recherche immobilière nationale et mondiale, la société publie ses renseignements sur le marché et ses études sur son site Web à l'adresse suivante www.cushmanwakefield.com/knowledge.

Un graphique est disponible à l'adresse suivante : http://media3.marketwire.com/docs/1010cushman_wakefield_FR.pdf

Renseignements