SOURCE: WWF-Canada

WWF-Canada

19 déc. 2013 19h14 HE

Northern Gateway: Une décision qui fait fi de la science et des citoyens, affirme WWF

VANCOUVER, BC and TORONTO, ON and MONTRÉAL, QB--(Marketwired - 19 décembre 2013) - La décision rendue aujourd'hui par la Commission d'examen conjoint en faveur du projet d'oléoduc Northern Gateway fait totalement abstraction de la très forte opposition citoyenne et de très sérieuses démonstrations scientifiques des risques qu'il comporte, affirme le WWF-Canada.

" Nous sommes extrêmement déçus que la Commission n'ait pas entendu la population de la Colombie-Britannique, qui a estimé que les oléoducs et les pétroliers représentent un trop grand risque pour la région du Grand Ours, a déclaré David Miller, président et chef de la direction de l'organisme de conservation. Le développement responsable suppose que l'on sache déterminer que certains risques ne doivent jamais être courus, et la région du Grand Ours est un joyau écologique mondial que l'on ne doit pas exposer à de tels risques. "

" Nous pressons le gouvernement du Canada de prendre résolument la défense de ce joyau canadien et mondial, et de rejeter fermement le projet d'oléoduc Northern Gateway de la société Enbridge. "

Selon le WWF-Canada, le projet d'Enbridge - qui, rappelons-le, prévoit la construction de deux oléoducs à travers la forêt pluviale du Grand Ours et la circulation de 220 superpétroliers annuellement dans les eaux périlleuses de la côte britanno-colombienne - constitue une menace pour les communautés, les espèces et les écosystèmes côtiers. Un seul déversement d'importance suffira à détruire les acquis de plusieurs décennies de travail de conservation dans la région.

Le mémoire déposé par le WWF-Canada dans le cadre des audiences de la Commission a démontré qu'un déversement de pétrole en mer aura un effet dévastateur sur l'habitat essentiel au rétablissement des populations de rorquals à bosse qui fréquentent les côtes de la région du Grand Ours. Les superpétroliers feront grimper les décibels dans des zones marines parmi les plus paisibles de la Colombie-Britannique, et indispensables à la survie des baleines.

Une étude financée par le WWF-Canada et menée par l'université de la Colombie-Britannique a fait état des coûts énormes de ce projet pour les Premières Nations et les communautés côtières, et a conclu que le moindre déversement d'importance annulera tout gain économique que pourrait éventuellement retirer la région du projet d'Enbridge.

Quelques chiffres

  • Selon une étude du Fonds mondial pour la nature, menée par l'université Curtin d'Australie, la société de recherche appliquée JASCO au Canada et l'université St Andrews d'Écosse, les niveaux de bruit - évalués suivant le projet de passage de 220 pétroliers par année dans le cadre du projet Northern Gateway d'Enbridge - pourraient être décuplés dans les fjords du nord de la Colombie-Britannique, ce qui aurait un impact considérable sur certains des habitats les plus paisibles et les plus essentiels pour les baleines. 
  • Selon une étude financée par le WWF-Canada et menée par des économistes du centre d'études sur les pêcheries de l'université de la Colombie-Britannique (UBC Fisheries Centre), des pertes de l'ordre de 300 millions de dollars au chapitre de l'activité économique, conjuguées à des coûts de nettoyage d'un déversement pouvant s'élever à 9,6 milliards de dollars, annuleront tout gain potentiel supputé par le projet Northern Gateway d'Enbridge.
  • Une étude récente sur la prévention, la préparation et la capacité d'intervention à la suite d'un déversement de pétrole - réalisée à la demande du gouvernement de la Colombie-Britannique - a démontré que pas plus de 3 à 4 pour cent d'un déversement de quelque 10 000 tonnes de pétrole pourront être récupérés dans les 5 jours suivant la catastrophe.

Ressources

Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2013/12/19/11G011052/Images/Whale_Tail-214810496429.jpg

Renseignements

  • Personne-ressource :

    Marie-Claude Lemieux
    Directrice pour le Québec
    WWF-Canada
    514-260-6233
    mclemieux@wwfcanada.org