Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés

Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés

04 déc. 2015 12h15 HE

Nouvelle étude souligne que les régimes privés d'assurance-médicaments profitent de l'utilisation accrue de médicaments génériques moins dispendieux, et met en lumière des possibilités...

...de plus amples économies

Le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés publie le premier d'une série de rapports sur les régimes privés d'assurance-médicaments

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 4 déc. 2015) - Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés

Le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB), par l'entremise de l'initiative de recherche du Système national d'information sur l'utilisation des médicaments prescrits (SNIUMP), présente Les régimes privés d'assurance-médicaments au Canada, Partie 1 : Marché des médicaments génériques, 2015-2013, le premier d'une série de trois rapports du SNIUMP qui étudient les enjeux relatifs aux régimes privés d'assurance-médicaments au Canada. Ce rapport porte essentiellement sur l'année civile 2013, en faisant ressortir les tendances depuis 2005; c'est donc un important jalon des mesures de futurs changements du marché des génériques.

Le rapport Les régimes privés d'assurance-médicaments au Canada, Partie 1 : Marché des médicaments génériques, 2015-2013 évalue la tendance à la hausse du remboursement de médicaments génériques par les régimes privés d'assurance-médicaments à la suite de la perte d'exclusivité de nombreux médicaments de marque importants. Il détermine aussi les nouvelles occasions de remboursement de génériques par les régimes privés, comparativement aux régimes publics. Le rapport détermine aussi les économies réalisées grâce aux politiques d'établissement de prix des génériques mises en place par la plupart des gouvernements provinciaux au cours des dernières années.

Plus particulièrement, l'étude a permis de découvrir que les régimes privés d'assurance-médicaments canadiens auraient bénéficié d'importantes économies sur les médicaments sur ordonnance en 2013 si les médicaments de marque avaient été remboursés au prix des génériques, les régimes privés d'assurance-médicaments du Québec réalisant les plus grandes économies. La fréquence de délivrance a été déterminée comme un facteur clé de la hausse des coûts d'ordonnance des produits génériques dans les régimes privés au Québec à des taux nettement supérieurs à ceux des autres régimes. L'étude a aussi révélé que l'utilisation et le coût des produits génériques étaient les mêmes dans la plupart des régimes privés et des régimes publics en 2013, malgré des différences importantes en ce qui concerne la formule des régimes et les populations de bénéficiaires.

Le rapport Les régimes privés d'assurance-médicaments au Canada, Partie 1 : Marché des médicaments génériques, 2005-2013 est diffusé sur le site Web du CEPMB en format PDF et en format HTML accessible.

Les faits en bref

  • Les produits génériques comptaient pour 70 % de tous les médicaments prescrits au Canada en 2013. Le Canada arrivait en troisième place pour le pourcentage sur une base annuelle d'ordonnances de produits génériques, comparativement aux sept pays industrialisés dont le CEPMB tient compte dans l'examen des prix de médicaments brevetés (France, États-Unis, Suède, Suisse, Allemagne, Royaume-Uni et Italie).
  • Le pourcentage d'ordonnances de produits génériques remboursées par les régimes privés d'assurance-médicaments canadiens est passé de 37 % en 2005 à 55 % en 2013, mais est toujours inférieur à celui des génériques remboursés par les régimes publics (71 %), surtout en raison des différences de profils démographique et pathologique des populations de bénéficiaires.
  • Les régimes privés d'assurance-médicaments auraient réalisé des économies pouvant atteindre 5,7 % sur les coûts de médicaments prescrits en 2013, si les médicaments de marque avaient été remboursés au prix des génériques.
  • Les régimes privés d'assurance-médicaments canadiens offraient un remboursement de 5 à 12 % inférieur par ordonnance de produit générique comparativement aux régimes publics en 2013, en raison des délivrances moins fréquentes et des moindres frais de délivrance.
  • Les politiques d'établissement des prix de génériques mises en place par la plupart des gouvernements provinciaux ont grandement réduit le prix des produits génériques remboursés par les régimes privés d'assurance-médicaments. En effet, ce prix est passé en moyenne de 63 % du prix de référence en 2010 à 42 % de ce prix en 2013, ce qui a entraîné des économies de 8 à 13 % du coût global des médicaments au détail en 2013.
  • La fréquence de délivrance constitue un facteur clé ayant contribué à faire grimper le coût d'ordonnance des médicaments génériques dans les régimes privés du Québec, à des niveaux supérieurs de 64 % à ceux de l'Ontario. En moyenne, 35 unités de médicaments solides administrés par voie orale ont été dispensées sur ordonnance dans les régimes privés du Québec, ce qui est largement inférieur à la moyenne de 64 unités pour l'Ontario.

Autres liens

Études analytiques connexes du SNIUMP (Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés)

Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés

Le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés protège et informe les Canadiens en veillant à ce que le prix des médicaments brevetés vendus au Canada ne soit pas excessif, et en faisant rapport des tendances pharmaceutiques.

À propos de l'initiative du SNIUMP

Le Système national d'information sur l'utilisation des médicaments prescrits (SNIUMP) est une initiative de recherche mise sur pied par les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de la Santé en septembre 2001. C'est un partenariat entre le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés et l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

L'initiative du SNIUMP fournit aux décideurs et aux gestionnaires de régimes publics d'assurance-médicaments des analyses critiques des prix des médicaments d'ordonnance, de l'utilisation de ces médicaments et des tendances relatives à leurs coûts, et ce, afin que les responsables du système de soins de santé canadien disposent de renseignements plus complets et plus exacts sur l'usage des médicaments d'ordonnance et sur les sources de pression sur les coûts.

La source principale de données de ce rapport est la base de données du SNIUMP, conçue par l'ICIS.

Renseignements