Orbite Aluminae Inc.
TSX : ORT

Orbite Aluminae Inc.

31 mai 2012 09h09 HE

Orbite dépose une évaluation économique préliminaire révisée confirmant ses résultats économiques

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 31 mai 2012) - Orbite Aluminae Inc. (TSX:ORT) (la « Société ») est heureuse d'annoncer la publication du rapport technique révisé d'une évaluation économique préliminaire (le « Rapport révisé ») qui précise l'information fournie dans le rapport technique initial de la Société, émis le 12 janvier 2012 (le « Rapport technique de janvier 2012 »), et confirme l'évaluation économique préliminaire favorable à l'égard de l'usine de production d'alumine métallurgique projetée par la Société.

Le Rapport révisé, qui est entièrement conforme au Règlement 43-101 sur l'information concernant les projets miniers (Québec) (le « Règlement 43-101 »), repose sur le travail et l'expertise de huit Personnes Qualifiées indépendantes, et reflète les conclusions du rapport d'audit (voir le communiqué de presse du 30 mars 2012), exécuté par la firme d'ingénierie Roche Ltd et par le géologue conseil Alex W. Knox, M.Sc., spécialiste des terres rares.

Le Rapport révisé reclasse les teneurs des terres rares et des métaux rares associés aux ressources alumineuses de la Société, lesquelles passent de la catégorie d'inférée à la catégorie d'indiquée, et présente des scénarios alternatifs en ce qui a trait aux prix du marché de l'alumine, de l'hématite, des oxydes de silicium et de magnésium ainsi que des terres rares, lesquels ont fait l'objet de variations importantes au cours de la dernière année. Le Rapport révisé présente aussi des sources d'énergie et des scénarios de prix alternatifs, étant donné la disponibilité incertaine du gaz naturel à proximité de l'emplacement de l'usine d'alumine métallurgique projetée, ne servant que de référence aux fins d'énergie. Dans l'ensemble, l'évaluation économique préliminaire du projet ne subit aucune modification importante découlant des révisions apportées par le Rapport révisé.

Résumé de l'information révisée

Les changements apportés aux chapitres portant sur l'histoire, l'environnement géologique, la minéralisation, les types de dépôts, le travail d'exploration, le forage, la préparation d'échantillons, les analyses, la sécurité ainsi que la vérification des données sont principalement constitués d'ajouts d'informations d'ordre historique et géologique, lesquelles figurent à même certains rapports géologiques et techniques publiés antérieurement. Ces chapitres intègrent aussi toute l'information sur les forages et l'information d'ordre géologique obtenue dans le cadre de la campagne sur le terrain de 2011, intégrée partiellement dans le Rapport technique de janvier 2012. Ceci en vient ainsi à fournir une description plus complète des origines géologiques du dépôt d'argile alumineuse et de la présence d'éléments de terres et métaux rares.

En ce qui a trait à la classification des ressources minérales, la prévisibilité de la teneur s'est effectuée aisément, comme c'est généralement le cas lorsqu'il s'agit de dépôts de minéraux industriels. La géométrie de la géologie est également relativement simple et se traduit par une constance des volumes quelle que soit la méthode utilisée. Étant donné les volumes bien définis d'argilite et de mudstone à l'intérieur de l'enveloppe choisie du modèle de blocs, ainsi qu'à la densité des forages, il a été possible de classifier tous les principaux oxydes, y compris l'alumine, le silicium, le fer, le magnésium et les terres rares, dans la catégorie des ressources indiquées.

Le tableau suivant montre les teneurs des 1 040 millions de tonnes de ressources indiquées pour le secteur Marin du projet Grande-Vallée de la Société. La teneur moyenne tient compte de toutes les analyses présentant une teneur d'au moins 18 % d'AlΓééOΓéâ et une densité de 2,6 g/cm3. La date d'entrée en vigueur de cette estimation des ressources minérales est le 23 novembre 2011.

Tableau des estimations de teneur à la suite du travail d'exploration de 2011

Oxyde Teneur
AlΓééOΓéâ 23,37 %
SiOΓéé 52,62 %
FeΓééOΓéâ 8,42 %
MgO 1,64 %
Autres 6,9 %
OMR et OTR 563 ppm

Les données sur les oxydes de terres rares et de métaux rares (OTR et OMR) comprennent 142 analyses, soit un nombre bien inférieur aux 2 606 analyses applicables aux principaux oxydes. Par conséquent, les teneurs des OTR et des OMR ne sont pas aussi précises que celles de l'Al2O3 dans l'argilite et le mudstone. Les valeurs des OTR et des OMR sont également beaucoup plus faible, soit de 420 à 660 ppm, pour une teneur moyenne de 23,4 % pour l'Al2O3. Toutefois, des signatures statistiques et une corrélation soutenue par type d'argile avec l'Al2O3, indiquent que les OTR et les OMR devraient afficher des résultats similaires lorsque des analyses additionnelles seront exécutées.

Le Rapport révisé présente en détail les hypothèses concernant le choix des prix au comptant des terres rares figurant dans le Rapport technique de janvier 2012, en y ajoutant un avertissement qui précise que les estimations de revenus de 392 millions de dollars à l'égard des OTR et des OMR correspondent aux estimations des prix au comptant du mois d'août 2011. Au 23 novembre 2011, les prix au comptant des OTR et des OMR, qui étaient considérablement inférieurs à ceux en vigueur en août 2011, correspondaient à des revenus projetés de 247 millions de dollars. Ceux-ci se situaient toutefois bien dans les limites des tableaux d'analyse de sensibilité figurant dans le Rapport de janvier 2012, lesquels sont demeurés inchangés dans le Rapport révisé.

L'objectif économique initial demeure l'alumine, et la viabilité du projet dépend de celle-ci. Les concentrations d'OTR et d'OMR sont faibles. À eux seuls, les OTR et les OMR ne justifient pas le projet et devraient donc être considérés comme des sous-produits.

Des révisions ont aussi été apportées aux procédures d'Orbite en matière d'assurance de la qualité et de contrôle de la qualité (AQ/CQ), ce qui a mené à la mise en œuvre de procédures internes exhaustives actuellement en pratique au sein de la Société. Avant l'application des nouvelles procédures, Orbite n'avait recours qu'aux procédures habituelles de laboratoires indépendants dignes de confiance, alors qu'elle ajoute maintenant ses propres procédures indépendantes en matière d'AQ/CQ.

Le chapitre sur l'infrastructure du projet du Rapport révisé précise l'usage des combustibles fossiles. Il met l'accent sur le fait que des combustibles fossiles ou des carburants de remplacement sont requis pour faire fonctionner l'usine et qu'ils constituent une part importante des dépenses d'exploitation prévues. Le processus ne peut pas fonctionner entièrement à l'électricité puisque l'étape de calcination, qui représente environ la moitié de l'énergie requise, nécessite une flamme directe. L'électricité est également plus coûteuse que certains combustibles fossiles, tels que le gaz naturel, la biomasse, la biométhanisation, le charbon et d'autres sources de carburants de remplacement.

Aux fins du Rapport technique, le gaz naturel provenant de sources locales sert de référence en matière d'énergie et de tarification. À l'heure actuelle, il n'y a aucune réserve de gaz naturel identifiée/classifiée conforme à la norme canadienne sur l'information 51-101 dans la région de Gaspé. Néanmoins, il existe un potentiel de gaz naturel et de fuel léger dans la région, bien qu'il n'y ait actuellement aucune installation de production (puits ou pipelines) en exploitation dans la région de Gaspé, ni dans la région où Orbite a l'intention de construire sa première usine d'alumine métallurgique. Le Rapport technique formule l'hypothèse que du gaz naturel ou un autre combustible fossile serait disponible dans un rayon de 20 km de l'installation, à l'aide de systèmes permanents de stockage et de traitement des combustibles gazeux, solides et/ou liquéfiés. L'estimation du coût en capital du Rapport technique à l'égard de tels systèmes représente environ 8 millions de dollars, montant qui sera de nouveau évalué dans le cadre de l'étude de faisabilité.

Un coût de 4 $ par gigajoule livré à l'usine a été estimé être une référence raisonnable. Une matrice de risques a été élaborée dans le cadre de l'étude de faisabilité afin de fournir les scénarios et les arrangements les plus rentables. Les coûts de l'usine sont très sensibles aux coûts des combustibles. Si une augmentation de l'ordre de 10 % par rapport au prix de référence de 4 $ par gigajoule devait survenir, les dépenses d'exploitation de l'usine augmenteraient d'environ 5 % à 6 % (6 millions de dollars ou environ 12 $ la tonne d'alumine produite) ou diminueraient d'autant en cas de réduction des prix. Si aucune source de gaz naturel n'était immédiatement disponible, du mazout léger pourrait alors être disponible dans cet éventail de prix dans le voisinage. Même un mélange approprié de charbon et de coke de pétrole, à un prix très stable par gigajoule, tel que 3,50 $ à 3,70 $ par gigajoule, est envisagé, ce qui est 7,5 % moins élevé que la valeur de référence utilisée dans le Rapport révisé. À la fin de novembre 2012, le gaz s'élevait à 2,80 $ par gigajoule, soit 30 % de moins que le prix de référence. Les dépenses d'exploitation et les dépenses en capital estimées pour le projet couvrent ces aspects.

Résumé du Rapport révisé

Le Rapport révisé ne modifie pas les deux (2) scénarios d'évaluation économique préliminaire fournis dans le Rapport technique de janvier 2012. En vertu du premier scénario, qui ne tient compte que des revenus générés par l'alumine et l'hématite, le Rapport révisé conclut que l'usine d'alumine métallurgique projetée de la Société, en assumant une exploitation de 25 ans exigeant un investissement initial de 473 millions de dollars, produirait un BAIIA annuel régulier de 154 millions de dollars, tandis que le taux de rentabilité interne (TRI) serait de 33 % et la valeur actualisée nette (VAN) avant impôts de 949 millions de dollars, à un taux d'escompte de 10 %, pour la première usine d'alumine métallurgique. La période de récupération serait de 3,1 ans. Une analyse de sensibilité détaillée a été effectuée, et les prix de l'alumine varient entre 325 $ la tonne et 425 $ la tonne, les prix de l'hématite suivant les mêmes tendances (125 $ la tonne à 200 $ la tonne), ce qui fait en sorte que le TRI varie entre 19 % et 33 %, et la VAN entre 338 millions de dollars et 949 millions de dollars, ou entre 1,65 $ l'action et 4,64 $ l'action sur une base pleinement diluée, pour chaque usine considérée, lorsqu'on utilise un taux d'escompte de 10 %. Les prix du marché de l'alumine ont varié entre 325 $ et 425 $ au cours des 12 derniers mois.

En vertu du deuxième scénario, qui porte sur les revenus générés par tous les produits commercialisables potentiels - scénario privilégié par la Société -, le Rapport révisé conclut que l'usine d'alumine métallurgique projetée de la Société, en assumant une exploitation de 25 ans exigeant un investissement initial de 500 millions de dollars, produirait un BAIIA annuel régulier de 572 millions de dollars, tandis que le TRI serait de 114 % et la VAN de 4,8 milliards de dollars à un taux d'escompte de 10 %. La période de récupération serait de moins d'un an. L'information de l'analyse préliminaire sur les possibilités de commercialisation tend à confirmer le marché potentiel de ces produits, bien qu'une analyse de marché plus poussée doive être menée dans le cadre de l'étude de faisabilité. Une analyse de sensibilité a été menée, d'après les mêmes hypothèses que celles du scénario 1 à l'égard des prix de l'alumine et de l'hématite, le prix du marché de la silice variant de 10 $ à 25 $ la tonne, les revenus des oxydes de magnésium et d'autres oxydes de 8,6 millions de dollars à 11,6 millions de dollars ainsi que ceux des terres rares et des métaux rares de ± 40 % à ± 65 % respectivement.

On peut consulter le Rapport révisé sur le site Web de la Société (www.orbitealuminae.com) ou sur le site de SEDAR (www.sedar.com).

Le contenu technique de ce communiqué de presse a été revu et approuvé par Guy Saucier, ing. (Roche Ltd.), Alex Knox, géol. p. (AWK Geological Consulting Ltd.), Rod Doran, ing. p. (Genivar Inc.) et Denis Primeau, ing., chef ingénieur d'Orbite Aluminae Inc., toutes des Personnes Qualifiées en vertu du Règlement 43-101 sur les normes de divulgation pour les projets minéraux.

À propos d'Orbite

Orbite détient présentement un total de 60 984 hectares incluant 100 % des droits miniers d'une propriété de Grande‐Vallée totalisant 6 665 hectares, site d'un dépôt d'argile alumineuse situé à 23 km au sud de Grande‐Vallée, et une usine en voie de conversion en usine de production d'alumine de haute pureté d'une superficie d'environ 2 600 m2 située à Cap‐Chat, en Gaspésie. Le dernier rapport NI 43‐101 publié en août 2011 établit la quantité de ressources minérales indiquées dans une partie du dépôt d'un milliard de tonnes métriques d'argile alumineuse. La Société détient également les droits de propriété intellectuelle sur un procédé unique d'extraction de l'alumine, en neuf familles distinctes, lesquels sont protégés par des brevets canadiens et américains, et par des demandes en instance dans divers autres pays.www.orbitealuminae.com

Énoncés prospectifs

Certains renseignements contenus dans le présent document peuvent inclure de l'information prospective. Sans limiter la portée de ce qui précède, l'information et les énoncés prospectifs peuvent inclure des énoncés au sujet des projets, des coûts, des objectifs ou du rendement futurs de la société ou des hypothèses sous-jacentes à ces éléments. Dans le présent document, les termes comme « pourrait », « serait », « devrait », « probable », « pouvoir », « croire », « prévoir », « s'attendre », « avoir l'intention de », « projeter », « estimer » et des expressions semblables, et leur forme négative, ont été employés pour signaler des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne sauraient être interprétés comme une garantie de rendements ou de résultats futurs et n'indiquent pas nécessairement avec précision si ces rendements futurs seront réalisés ni à quel moment ils pourraient l'être. Cette information et ces énoncés prospectifs sont fondés sur les renseignements alors disponibles ou sur les croyances de bonne foi de la direction de la Société à l'égard d'événements futurs. Ils sont assujettis à des risques connus ou inconnus, à des incertitudes, à des hypothèses et à d'autres facteurs imprévisibles, dont bon nombre sont indépendants de la volonté de la Société. Ces risques, impondérables et hypothèses incluent notamment ceux qui sont décrits sous la rubrique « Risques et impondérables » du rapport de gestion déposé le 22 mars 2012 sur SEDAR, et pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux contenus dans des énoncés prospectifs. La Société n'a pas l'intention de mettre à jour ou de réviser l'information et les énoncés prospectifs figurant dans le présent document pour tenir compte de l'information, d'événements ou de circonstances subséquents ou pour toute autre raison, et elle n'est tenue à aucune obligation à cet égard, sauf dans la mesure requise par les lois applicables l'y obligent.

Renseignements

  • MEDIA
    Frédéric Bérard
    Vice-président
    H+K Strategies
    Tél. : 514-395-0375, poste 259

    ORBITE
    Jacques Bédard
    Orbite Aluminae Inc.
    Vice-président aux finances et chef
    de la direction financière
    Tél. : 514-744-6264, poste 111

    RELATIONS AVEC LES INVESTISSEURS
    Louis Morin
    Relations avec les investisseurs
    Orbite Aluminae Inc.
    Tél. : 514-591-3988

    Jason Monaco
    Associé directeur
    First Canadian Capital Corp.
    Tél.: 416-742-5600

    Nicole Blanchard
    Relations avec les investisseurs
    Sun International Communications
    450-973-6600