Orbite Aluminae Inc.
TSX : ORT

Orbite Aluminae Inc.

26 juin 2012 07h30 HE

Orbite produit avec succès les premiers oxydes de terres rares lourdes séparées provenant d'un dépôt de schiste argileux nord-américain

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 26 juin 2012) -

Note aux rédacteurs : Une photo est associée à ce communiqué de presse.

Orbite Aluminae Inc. (TSX:ORT) (« Orbite » ou la « Société ») annonce qu'à l'aide de son procédé breveté d'extraction des terres rares et des métaux rares et de concert avec deux partenaires européens, elle a établi les paramètres de procédés et de conception finale de la technologie de séparation des terres rares lourdes et métaux rares qui lui ont permis d'extraire avec succès les premiers échantillons commerciaux d'oxyde de terres rares lourdes et de scandium provenant de son dépôt de schiste argileux de Grande-Vallée.

Puisque le procédé est apte à extraire ces terres rares lourdes à partir d'une variété de matières premières, Orbite devient donc, à sa connaissance, la seule compagnie nord-américaine avec une technologie opérationnelle en matière d'extraction d'oxydes de terres rares lourds (tel que le dysprosium, l'erbium etc.) et de métaux rares (tel que le gallium, le scandium et l'yttrium) à partir de schiste argileux. M. Jack Lifton, une autorité dans le domaine des terres et métaux rares cité dans une récente entrevue qu'il a accordée au Critical Metals Report, confirme d'ailleurs, qu'aucune autre compagnie ne sera en mesure d'extraire de métaux rares lourds avant encore plusieurs années, ce qui n'est pas peu dire de l'importance des travaux récemment complétés pour le compte d'Orbite.

TERRES RARES LOURDES

Les éléments de terres rares (ÉTR) regroupent 17 éléments chimiques (métalliques) présents dans le tableau périodique. Les gisements d'ÉTR contiennent les 17 éléments, mais leur distribution et leur proportion varient. Leur rareté s'explique par la difficulté à les trouver en concentration assez élevée pour que leur exploitation soit rentable. Les ÉTR ayant un faible nombre atomique sont généralement appelés les terres rares légères, tandis que ceux ayant un nombre atomique élevé sont appelés les terres rares lourdes.

Dans presque tous les gisements, la concentration des terres rares lourdes dans leurs minerais est très faible, en comparaison avec les terres rares légères. Les éléments de terres rares lourds sont utilisés dans la fabrication de plusieurs produits dont les aimants permanents, les piles rechargeables, les phosphores et les agents de polissage. Le néodyme, le praséodyme, le dysprosium, l'yttrium et le terbium sont les ÉTR les plus utilisés dans ces segments.

À ce jour, aucune étude de faisabilité ou pré-faisabilité en vertu du Règlement 43-101 n'a été complétée relativement au projet d'usine d'alumine métallurgique. Les terres rares et métaux rares seront des sous-produits de la production d'alumine et les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont aucune viabilité économique démontrée.

Le scandium peut être allié avec l'aluminium à des concentrations variant de 0.1% à 0.5% afin d'en augmenter de façon considérable la force et la résistance thermique ouvrant la voie à des applications jusqu'ici restreintes dû à sa rareté notoire et à son prix élevé en découlant. L'usine projetée de production d'alumine métallurgique d'Orbite qui sera mise en place en fin 2013 et entrerait en fonction en 2014 produira potentiellement 540 000 tonnes d'alumine métallurgique et 1 097 tonnes de terres rares et de métaux rares (à un taux d'extraction de 85%) par année, dont plus de 60 tonnes d'oxyde de scandium. Le scandium éventuellement produit par la Société devrait permettre l'application industrielle de ce matériau pour lequel plus de 100 applications furent brevetées au cours des 50 dernières années, notamment comme alliage aluminium-scandium pour les applications militaires ainsi que dans l'industrie de l'aéronautique de même que dans les piles à oxydes solides (« solid oxide fuel cells ») où l'utilisation d'oxyde de scandium en conjonction avec l'oxyde de zirconium permet de produire un électrolyte à basse température augmentant drastiquement l'efficacité de ces piles. En plus du scandium, Orbite prévoit également produire plus de 100 tonnes de gallium par an. Le marché du gallium est en pleine expansion grâce à l'arséniure de gallium utilisé dans les semi-conducteurs de plus en plus en demande dans les applications photovoltaïques de haute performance.

ÉCHANTILLONS D'ORBITE

Les paramètres de conception finaux, les coûts opérationnels, ceux en capitaux et les échantillons équivalents attendus en phase industrielle sont issus à partir des conditions et facteurs de concentration que l'entreprise devrait obtenir dans son procédé d'extraction d'alumine métallurgique. Situé sur la formation de l'Orignal, le dépôt de la Société est semblable aux grands dépôts de Chine sous plusieurs aspects. Suite à l'acquisition de 952 nouvelles concessions minières couvrant 543,2 km2 sur une distance totale de plus de 170 km, soit à partir de l'est de Québec jusqu'à Cap-Chat, au Québec, (voir communiqué du 24 avril 2012), la Société pourrait potentiellement, si les tests géologiques sur les concessions additionnelles et les actuelles non-testées confirment la présence des terres rares et leur teneur, exploiter le gisement de terres rares ayant éventuellement la plus grande valeur au monde avec son contenu de plus de 22% de terres rares lourdes (par rapport au volume total de terres rares) ainsi que la présence de scandium dont l'oxyde fut extrait et séparé comme le témoigne la photo ci-jointe. En sus de l'oxyde de scandium, l'oxyde d'yttrium et celui d'erbium furent aussi extraits en quantité suffisantes afin d'établir les paramètres de conception finales de l'usine commerciale d'Orbite. L'oxyde de gallium est aussi au nombre des éléments extraits avec grand succès à un taux de récupération élevé et les paramètres de conception établis; alors que les travaux finaux sont en cours pour les autres terres rares lourdes. Certaines, (dysprosium et néodynium) sont en voie d'être complétés et la base de conception commerciale et les rendements escomptés établis.

ÉVALUATION INDÉPENDANTE

La technologie d'Orbite pour l'extraction individuelle des terres et métaux rares a été validée par deux tierces parties de réputation mondiale qui ont allié leur savoir-faire, soit le groupe européen CMI-UVK et la société MEAB. L'évaluation a permis de valider les taux d'extraction de certains oxydes de terres rares et de métaux rares à plus de 93% (voir communiqué de presse du 21 juin 2012). C'est donc un avenir prometteur qui attend la technologie verte d'Orbite, constituant aussi une étape plus qu'intéressante pour les utilisateurs de terres rares lourdes et de métaux rares qui désireraient réduire leur dépendance aux sources maintenant restreintes de ces oxydes ainsi que pour ceux désirant développer applications commerciales connues du scandium puisque la Société s'attend à être la première à avoir la capacité de produire des oxydes de terres rares lourdes séparées et l'oxyde de scandium en Amérique du Nord, et probablement au monde, à partir de schiste argileux et ce, à compter de 2014.

« Notez qu'Orbite, de par son procédé de récupération en boucle fermée de l'acide chlorhydrique peut avec succès utiliser toute source de matières premières, même à faible concentration de terres rares, les concentrer sous forme de chlorures, les convertir en hydroxydes et par la suite sous forme d'oxydes », a indiqué Denis Primeau, ing. MBA, chef ingénieur de la Société.

« Nous sommes très fiers de ce nouveau développement technologique qui est essentiellement une première dans le secteur des terres rares lourdes de haute valeur commerciales », souligne le président et chef de la direction d'Orbite, Richard Boudreault. «Il s'agit d'un dépôt de terres rares ayant potentiellement une valeur commerciale significative et nous nous attendons à être les premiers en Amérique du Nord à posséder une technique d'extraction et de séparation des terres rares lourdes en tant que produit dérivé de la production d'alumine. Nous avons réussi à produire des échantillons commerciaux à partir des concentrations démontrées et mesurées à partir de notre lixiviat, notamment pour l'yttrium, l'erbium, le scandium et le gallium, qui devraient permettre de diminuer grandement les risques économiques liés à la concentration chinoise des techniques de séparation. »

FORMATION DES TECHNICIENS EN GASPÉSIE

Afin de répondre à la demande pour des techniciens qualifiés en gestion de produits chimiques, et suite au communiqué du 24 mai dernier, Orbite a signé une entente de collaboration avec le Groupe Collegia, le consortium des services de formation continue du Cégep de la Gaspésie et des Îles et du Cégep de Matane. Cette entente vise à développer, à mettre en œuvre et à offrir, en collaboration avec la communauté, un programme de formation spécialisée en procédés chimiques dans la région de l'Est-du-Québec. L'objectif est d'offrir ce programme de formation dès l'automne 2012.

Le contenu technique de ce communiqué de presse a été revu et approuvé par Denis Primeau, ing., MBA, et chef ingénieur d'Orbite, Personne Qualifiée aux termes du Règlement 43-101 sur l'information concernant les projets miniers (Québec).

À propos d'Orbite

Orbite détient présentement 100% des droits miniers sur un total de 60 984 hectares incluant sa propriété de Grande-Vallée totalisant 6 665 hectares, site d'un dépôt d'argile alumineuse situé à 23 km au sud de Grande-Vallée, et une usine en voie de conversion en usine de production d'alumine de haute pureté d'une superficie d'environ 2 600 m2 située à Cap-Chat, en Gaspésie. Le dernier rapport 43-101 établit la quantité de ressources minérales indiquées dans une partie du dépôt d'un milliard de tonnes métriques d'argile alumineuse. La Société détient également les droits de propriété intellectuelle sur un procédé unique d'extraction de l'alumine, en neuf familles distinctes, lesquels sont protégés par des brevets canadiens et américains, et par des demandes en instance dans divers autres pays. www.orbitealuminae.com

À propos de CMI Industry

Spécialiste des procédés industriels, CMI Industry conçoit, fournit et modernise des équipements de traitement mécanique, thermique et chimique ainsi que des solutions industrielles d'efficacité énergétique. Plus particulièrement, CMI Industry fournit aux sidérurgistes des références inégalées en matière de laminoirs, chaînes de revêtement, chaudières, installations de traitement chimique et équipements spéciaux. Possédant une expérience internationale en tant qu'assembleur, CMI Industry fournit aussi d'autres usines de production. Grâce à sa maîtrise de la technologie de pointe et à sa compréhension des procédés industriels, CMI conçoit des solutions visant à réduire l'empreinte environnementale de tous les types d'installations industrielles. Ces solutions novatrices sont toujours adaptées aux besoins précis de chaque client.

CMI Chemline, branche de CMI Industry dédiée aux procédés chimiques, est spécialisée dans la conception et la fourniture d'équipements de traitement chimique pour les bandes et les produits longs en acier, comptant des bureaux d'affaires au Brésil, en Chine, en France et en Allemagne. CMI Chemline a à son actif de nombreuses références dans le monde entier. Parallèlement, CMI Chemline est le principal fournisseur d'unités de régénération d'acides, dont l'acide chlorhydrique. CMI Chemline a construit le plus grand four à pulvérisation de l'Europe et des usines spécialisées un partout dans le monde. Des clients, tels que Arcelor Mittal, DOFASCO, IMSA et Rio Tinto, se fient aux ingénieurs de CMI Chemline et à leur savoir-faire.

À propos de MEAB

MEAB Metallextraktion AB, est une compagnie suédoise fondée en 1970, de réputation internationale et active principalement dans le domaine de l'hydrométallurgie. Son domaine d'expertise principal se situe au niveau de processus d'extraction par solvant. Son objectif principal est de supporter ses principaux clients avec de l'expertise en développement de processus chimiques selon les demandes de procurer l'ingénierie de procédés et éventuellement tous services de support aux mises en services d'usines d'extraction.

Énoncés prospectifs

Certains renseignements contenus dans le présent document peuvent inclure de l'information prospective. Sans limiter la portée de ce qui précède, l'information et les énoncés prospectifs peuvent inclure des énoncés au sujet des projets, des coûts, des objectifs ou du rendement futurs de la société ou des hypothèses sous-jacentes à ces éléments. Dans le présent document, les termes comme « pourrait », « serait », « devrait », « probable », « pouvoir », « croire », « prévoir », « s'attendre », « avoir l'intention de », « projeter », « estimer » et des expressions semblables, et leur forme négative, ont été employés pour signaler des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne sauraient être interprétés comme une garantie de rendements ou de résultats futurs et n'indiquent pas nécessairement avec précision si ces rendements futurs seront réalisés ni à quel moment ils pourraient l'être. Cette information et ces énoncés prospectifs sont fondés sur les renseignements alors disponibles ou sur les croyances de bonne foi de la direction de la Société à l'égard d'événements futurs. Ils sont assujettis à des risques connus ou inconnus, à des incertitudes, à des hypothèses et à d'autres facteurs imprévisibles, dont bon nombre sont indépendants de la volonté de la Société. Ces risques, impondérables et hypothèses incluent notamment ceux qui sont décrits sous la rubrique « Risques et impondérables » du rapport de gestion déposé le 22 mars 2012 sur SEDAR, et pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux contenus dans des énoncés prospectifs. La Société n'a pas l'intention de mettre à jour ou de réviser l'information et les énoncés prospectifs figurant dans le présent document pour tenir compte de l'information, d'événements ou de circonstances subséquents ou pour toute autre raison, et elle n'est tenue à aucune obligation à cet égard, sauf dans la mesure requise par les lois applicables l'y obligent.

Pour voir la photo associée à ce communiqué, veuillez consulter le lien suivant : http://www.marketwire.com/library/20120626-Orta_0626_800.jpg

Renseignements

  • MEDIAS
    Frédéric Bérard
    Vice-président et directeur général
    H+K Stratégies
    514-395-0375, poste 259

    ORBITE
    Jacques Bédard
    Orbite Aluminae Inc.
    Vice-président aux finances
    et chef de la direction financière
    514-744-6264, poste 111

    RELATIONS AVEC LES INVESTISSEURS
    Louis Morin
    Relations avec les investisseurs
    Orbite Aluminae Inc.
    514-591-3988

    Jason Monaco
    Associé directeur
    First Canadian Capital Corp.
    416-742-5600

    Nicole Blanchard
    Relations avec les investisseurs
    Sun International Communications
    450-973-6600

Multimédia