Technologies Orbite inc.
TSX : ORT
OTCQX : EORBF

Technologies Orbite inc.

14 janv. 2016 07h30 HE

Orbite reçoit le brevet canadien pour les cendres volantes et l'avis d'acceptation pour le brevet des boues rouges en Russie

Obtient également un avis d'acceptation des E-U et l'émission du brevet australien pour la séparation du titane et autres métaux

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 14 jan. 2016) - Technologies Orbite inc. (TSX:ORT)(OTCQX:EORBF) (« Orbite » ou la « Société ») a annoncé aujourd'hui qu'elle a été avisée par le Service fédéral pour la propriété intellectuelle (ROSPATENT) que sa demande de brevet russe No. 2014131946, relatif à sa technologie de monétisation de la boue rouge et intitulée « Procédés de traitement de boue rouge » a été jugée acceptable. Suite à son communiqué de presse du 28 septembre dernier, le brevet No. 2,862,307 intitulé « Procédés de traitement des cendres volantes » a été émis par l'Office de la propriété intellectuelle du Canada (« OPIC ») et reçu par la Société.

De plus, le United States Patent and Trademark Office (« USPTO ») a avisé la Société que sa demande de brevet No. 14/413,940 « Procédés pour la préparation d'oxyde de titane et de divers autres produits » a été jugée acceptable. En outre, le brevet australien No. 2012231686, intitulé « Procédés permettant de récupérer des éléments de terres rares à partir de matériaux renfermant de l'aluminium » a récemment été émis par IP Australia.

L'acceptation de ROSPATENT couvre les procédés de la Société pour le traitement de boue rouge et fournit une protection dans une région où se trouvent les plus grandes industries d'alumine, donc des piles de stockage de boue rouge. Cette acceptation s'ajoute aux brevets relatifs aux boues rouges déjà délivrés aux États-Unis et au Canada et celui alloué en Australie, en plus des demandes en cours d'homologation dont l'octroi est prévu dans d'autres régions telles l'Asie, l'Europe et l'Amérique latine.

Le brevet canadien couvre l'extraction sélective et la récupération d'éléments de valeur à partir de cendres volantes, les résidus provenant de la combustion du charbon, en utilisant la technologie à base de chlorure d'Orbite. Contrairement à d'autres technologies d'extraction, le procédé d'Orbite a le potentiel de récupérer tous les composants de valeur des matières premières, y compris l'or, le scandium, le gallium, les terres et les métaux rares, l'alumine, l'oxyde de magnésium et le dioxyde de titane. Tel qu'indiqué dans le communiqué de presse du 12 janvier dernier, les cendres volantes peuvent contenir en moyenne jusqu'à 7,5 grammes d'or par tonne.

L'acceptation du brevet par l'USPTO couvre la lixiviation à l'acide chlorhydrique de matériaux contenant de l'aluminium ou du titane, la séparation de matières premières en un solide contenant surtout de la silice et du titane ainsi qu'un lixiviat, ce dernier étant subséquemment traité en utilisant la technologie exclusive d'Orbite afin de permettre la séparation sélective d'éléments de valeur incluant l'aluminium, le fer, le magnésium ainsi que le nickel, spécifiquement couverts par ce brevet. Optionnellement, la fraction solide peut-être traitée afin de séparer le titane de la silice.

Le brevet australien couvre l'extraction sélective d'au moins un élément de terres rares et/ou au moins un métal rare choisi parmi l'indium, le zirconium, le lithium, et le gallium à partir d'un lixiviat obtenu par le contact d'un matériau contenant de l'aluminium avec de l'acide chlorhydrique.

« L'application de la technologie décrite dans la demande de brevet aux États-Unis nous permet d'augmenter la valeur potentielle des matières premières transformables en utilisant le procédé d'Orbite, telles l'argile alumineuse, le kaolin, la boue rouge et les cendres volantes, en récupérant d'autres métaux en sus de l'aluminium et du fer, » a déclaré Glenn Kelly, chef de la direction d'Orbite. « Le brevet russe nous fournit un levier supplémentaire dans un marché où nous voyons un potentiel considérable pour notre technologie de monétisation en raison de la taille même de la production industrielle de déchets appropriés pour notre procédé. Les brevets australien et canadien couvrent d'autres aspects importants de nos stratégies pour les produits spécialisés et la monétisation de déchets. La croissance de notre portefeuille de propriété intellectuelle, tant du côté technologique que géographiquement, crée un intérêt significatif de la part de l'industrie, ainsi que des propriétaires de déchets et autres matières premières, nous plaçant en bonne position pour poursuivre notre stratégie d'expansion. »

Lorsque délivrés, ces brevets donneront l'usage exclusif de ces inventions pour les vingt (20) années suivant leur date de dépôt respective.

À propos d'Orbite

Technologies Orbite inc. est une société canadienne de technologies propres de transformation des minéraux et de développement des ressources dont les procédés novateurs et exclusifs devraient permettre l'extraction de l'alumine ainsi que d'autres produits de grande valeur, comme les oxydes des terres rares et des métaux rares, à des coûts parmi les plus bas de l'industrie, et ce, sans produire de déchets, en utilisant des matières premières, dont l'argile alumineuse, le kaolin, la néphéline, la bauxite, les boues rouges, les cendres volantes ainsi que les résidus de serpentine provenant des sites d'exploitation du chrysotile. À l'heure actuelle, Orbite est en voie de finalisation de sa première usine de production commerciale d'alumine de haute pureté (HPA) à Cap-Chat, au Québec. Orbite a terminé des travaux d'ingénierie de base pour une usine de production d'alumine métallurgique proposée, qui utiliserait l'argile extraite de son gisement Grande-Vallée. La Société possède un portefeuille qui comprend 16 familles de propriété intellectuelle incluant 27 brevets et de 103 demandes de brevet en cours d'homologation dans 11 pays et régions. La première famille de propriété intellectuelle est brevetée au Canada, aux États-Unis, en Australie, en Chine, au Japon et en Russie. La Société opère également un centre de développement technologique à la fine pointe, à Laval, Québec, où ses technologies sont développées et validées.

Énoncés prospectifs

Certains renseignements contenus dans le présent document peuvent inclure de « l'information prospective ». Sans limiter la portée de ce qui précède, l'information et l'information prospective peuvent inclure des énoncés au sujet des projets, des coûts, des objectifs et du rendement futur de la Société ou des hypothèses sous-jacentes à ces éléments. Dans le présent document, les termes comme « peut », « confiant », « ferait », « pourrait », « fera », « probable », « croire », « s'attendre à », « anticiper », « avoir l'intention de », « planifier », « estimer » et des expressions semblables, et leur forme négative, ont été employés pour signaler des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne sauraient être interprétés comme une garantie de rendement ou de résultats futurs et n'indiquent pas nécessairement avec précision si ces rendements futurs seront réalisés ni à quel moment ils pourraient l'être. Cette information et ces énoncés prospectifs sont fondés sur les renseignements alors disponibles ou sur les croyances de bonne foi de la direction de la Société à l'égard d'événements futurs. Ils sont assujettis à des risques connus ou inconnus, à des incertitudes, à des hypothèses et à d'autres facteurs imprévisibles, dont bon nombre sont indépendants de la volonté de la Société. Ces risques, incertitudes et hypothèses incluent notamment ceux qui sont décrits sous la rubrique « Risques et incertitudes » de notre rapport de gestion daté du 31 mars 2015.

La Société n'a pas l'intention de mettre à jour ou de réviser l'information et les énoncés prospectifs figurant dans le présent document pour tenir compte de l'information, d'événements ou de circonstances subséquentes ou pour toute autre raison, et elle n'est tenue à aucune obligation à cet égard, sauf dans la mesure requise par les lois applicables.

Renseignements

  • NATIONAL Equicom
    Marc Lakmaaker
    Consultant externe, relations avec les investisseurs
    416 848-1397
    mlakmaaker@national.ca

    Demandes de renseignements des médias
    TACT Intelligence-conseil
    Eric Gamache
    Consultant externe relations avec les médias
    418 529-3223, poste 33
    egamache@tactconseil.ca