Corporation Minière Osisko
TSX : OSK
FRANKFURT : EWX

Corporation Minière Osisko

28 févr. 2011 14h36 HE

Osisko publie ses résultats financiers de fin d'année et une rétrospective de l'exercice 2010

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 28 fév. 2011) - Corporation Minière Osisko (la « Société » ou « Osisko ») (TSX:OSK)(FRANCFORT:EWX) a le plaisir de présenter une rétrospective de ses activités et de communiquer ses résultats financiers pour l'exercice terminé le 31 décembre 2010.

Faits saillants :

  • Progrès soutenus dans la construction du projet Canadian Malartic (le « Projet ») avec des investissements de 484,1 millions $ en 2010 pour un coût total du projet à date de 888,0 millions $ ;

  • Achèvement de l'acquisition de Brett Resources Inc. et du projet Hammond Reef ;

  • Poursuite du programme intensif de forage d'exploration et de forage intercalaire avec 409 200 mètres forés au cours de l'exercice ;

  • Perte nette de 19,5 millions $ pour l'exercice 2010 comparativement à une perte de 20,8 millions $ en 2009 ;

  • Clôture d'un financement accréditif de 17,2 millions $ ;

  • Financement supplémentaire suite au prélèvement de la deuxième tranche de 75 millions $ en vertu de l'entente de financement avec Placements dans les instruments de crédit de l'OIRPC inc.;

  • Achèvement du programme de relocalisation du projet Canadian Malartic ;

  • Mise en place d'un régime de droits pour la protection des actionnaires ;

  • Signature d'une entente de partage des ressources avec les Premières nations pour la propriété aurifère Hammond Reef.

Au cours du quatrième trimestre de 2010, la Société a enregistré une perte de 1,2 millions $ (0,00 $ par action) comparativement à une perte de 8,4 millions $ (0,03 $ par action) pour la période correspondante en 2009. Pour l'année en cours, la perte s'élève à 19,5 millions $ (0,05$ par action) comparativement à une perte de 20,8 millions $ (0,08 $ par action) en 2009. Des frais administratifs plus élevés reflétant la croissance des activités de la Société ainsi que des charges hors caisse plus élevées liées à l'émission d'options d'achat d'actions au troisième trimestre de 2010 ont été plus que compensés par des gains de change provenant principalement des obligations découlant de contrats de location-acquisition libellés en devises américaines suite au renforcement de la devise canadienne face à la devise américaine, par des revenus d'intérêt plus élevés ainsi que par une hausse des gains non réalisés sur les actifs financiers détenus à des fins de transactions.

M. Sean Roosen, président et chef de la direction, en commentant les activités de 2010, a indiqué : « Nous sommes fiers des progrès réalisés en 2010 afin de transformer Osisko en un chef de file parmi les producteurs aurifères intermédiaires. La construction a progressé de façon significative au projet Canadian Malartic dont la production devrait débuter en mai dans un environnement où le prix de l'or est très favorable »

Projet Canadian Malartic

Le projet Canadian Malartic est en phase d'achèvement alors que la construction est complétée à environ 90 % à la fin du mois de décembre 2010. Parmi les principales réalisations du trimestre, citons notamment :

  • L'avancement des installations mécaniques, électriques et de tuyauterie à l'usine, qui sont maintenant complétées à 90 % ;

  • La mise en service de tous les équipements miniers mobiles selon le plan minier d'origine ;

  • L'achèvement du programme de relocalisation ;

  • L'achèvement du « mur vert » pour atténuer les impacts des activités minières dans la communauté ;

  • Le recrutement et la formation de la main-d'œuvre pour la phase de l'exploitation minière ;

  • Accroissement des activités de pré-décapage.

À la fin de l'exercice, 888,0 millions $ avaient été investis directement sur le Projet, en plus d'engagements additionnels de 30,3 millions $.

Le début des opérations minières au Projet est prévu en mai 2011 et les investissements totaux pour le projet sont estimés à moins d'un milliard de dollars.

Acquisition de Brett Resources

Le 19 mai 2010, la Société a acquis 77 % de Brett Resources Inc. (« Brett ») à la suite d'une offre d'achat amicale annoncée le 22 mars 2010. En vertu des termes de l'offre, Osisko a émis 0,34 action d'Osisko et un montant de 0,0001 $ en échange pour chaque action de Brett. Le 11 août 2010, 94 % des actionnaires de Brett ont approuvé un plan d'arrangement conclu avec Osisko, permettant ainsi à Brett de devenir une filiale à part entière d'Osisko. Le 6 octobre 2010, la filiale a changé son nom pour devenir Osisko Hammond Reef Gold Ltd.

L'acquisition du gîte Hammond Reef accroît l'inventaire de réserves et de ressources d'Osisko et procure à celle-ci l'opportunité de devenir un producteur d'un million d'onces d'or par année d'ici 2015-2016.

Le projet aurifère Hammond Reef est situé près d'Atikokan, en Ontario. Une étude d'évaluation préliminaire (« l'Étude ») a été complétée en novembre 2009, décrivant un projet d'exploitation avec une durée de vie initiale de 14 ans à 50 000 tonnes par jour. Dans les six premières années, Hammond Reef produirait en moyenne 463 000 onces d'or par année à un coût comptant de 382 $ US l'once (incluant les redevances, net des revenus de la vente d'argent). Sur la durée d'exploitation de la mine, Hammond Reef produirait un total de 5,13 millions d'onces d'or à un taux de production moyen de 369 000 onces par année et un coût comptant moyen de 442 $ US l'once (incluant les redevances, net des revenus de la vente d'argent). En utilisant un prix de l'or à 990 $ US l'once, l'Étude démontre que le projet Hammond Reef présente une valeur actualisée nette après impôt de 811 millions $ US (selon un taux d'escompte de 5 %) et un taux de rendement interne de 22,9 %. L'Étude est disponible sur SEDAR.

En plus des ressources actuelles, Hammond Reef présente un potentiel d'exploration intéressant, puisque des récents travaux de forage ont confirmé la continuité de la minéralisation en profondeur dans l'axe de pendage des ressources existantes.

En décembre 2010, la Société a signé une entente de partage des ressources avec huit communautés des Premières nations pour la propriété aurifère Hammond Reef. Les termes originaux de l'entente ont été négociés avec Brett Resources et Osisko a conclu la transaction.

Autres faits marquants

La Société a poursuivi ses efforts visant à accroître son inventaire actuel de réserves et de ressources. Environ 409 200 mètres ont été forés en 2010, incluant 78 600 mètres au cours du quatrième trimestre. L'accent a été mis sur le projet Hammond Reef, où 176 300 mètres ont été complétés, ainsi qu'au projet de coentreprise Duparquet, où près de 123 000 mètres ont été complétés.

La Société poursuit le dialogue entrepris avec les autorités municipales et provinciales en ce qui a trait à la déviation de la route 117 pour permettre l'exploitation du gîte Barnat. Osisko travaille en collaboration avec la Ville de Malartic, le Ministère des Transports du Québec et le Ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

Au cours du quatrième trimestre de 2010, la Société a complété un financement accréditif par l'émission de 982 827 actions pour un produit brut de 17,2 millions $, afin d'aider à financer son programme d'exploration.

Les principaux éléments résumant la situation financière de la Société sont présentés ci-dessous (en millions de dollars) :

  2010   2009  
Liquidités (1) 397,9   790,2  
Fonds de roulement 283,1   760,4  
Actif total 2 064,3   1 338,8  
Dette totale 287,9   180,1  
Avoir des actionnaires 1 588,3   1 112,3  
Perte nette (19,5 ) (20,8 )
Perte nette par action (0,05 ) (0,08 )

(1) Comprend la trésorerie et les équivalents de trésorerie, les placements temporaires, la trésorerie affectée et les placements mis en garantie.

Les états financiers consolidés et le rapport de gestion pour l'exercice terminé le 31 décembre 2010 seront déposés sur SEDAR d'ici le 31 mars 2011.

Corporation Minière Osisko développe présentement le gisement aurifère Canadian Malartic, évalue les secteurs adjacents en vue d'une exploitation minière d'envergure à ciel ouvert et à fort tonnage et poursuit les travaux d'exploration du projet Hammond Reef. La Société est bien financée et dispose d'environ 400 millions $ en liquidités.

Mise en garde concernant les estimations de ressources minérales

Dans le présent communiqué, les termes ressources mesurées, indiquées et présumées sont utilisés comme des mesures relatives du niveau de confiance dans l'estimation des ressources. Le lecteur est avisé que les ressources minérales ne sont pas des réserves minérales économiques et que la viabilité économique de ressources qui ne sont pas des réserves minérales n'a pas été démontrée. De plus, les ressources présumées sont considérées trop spéculatives d'un point de vue géologique pour y appliquer des considérations économiques. On ne doit pas supposer que des ressources minérales présumées seront éventuellement converties, en tout ou en partie, à une catégorie supérieure. Selon la réglementation canadienne, les estimations de ressources minérales présumées ne peuvent servir de base pour les études de faisabilité ou de préfaisabilité ou les études économiques, à l'exception des études d'évaluation préliminaire tel que défini par le Règlement 43-101. Le lecteur est avisé qu'on ne doit pas supposer que des travaux ultérieurs sur les ressources citées se solderont par des réserves minérales pouvant être exploitées de façon économique.

Énoncés prospectifs

Certains énoncés compris dans ce communiqué peuvent être considérés comme des « énoncés prospectifs ». Tous les énoncés dans ce communiqué qui ne sont pas des faits historiques et qui font référence à des événements ou des développements que la Société prévoit sont des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs sont des énoncés qui ne sont pas des faits historiques et qui peuvent généralement mais pas forcément être identifiés par l'emploi de mots comme « prévoit », « planifie », « anticipe », « croit », « a l'intention », « estime », « projette », « potentiel » et d'autres expressions semblables, ou que des événements ou des conditions « se produiront », « pourraient » ou « devraient » se produire. Bien que la Société est d'avis que les attentes exprimées dans ces énoncés prospectifs se fondent sur des hypothèses raisonnables, incluant sans s'y limiter, que toutes les conditions techniques, économiques et financières seront rencontrées de façon à ce que le projet Canadian Malartic atteigne le stade de production commerciale, ces énoncés ne garantissent pas les résultats futurs, et les résultats réels pourraient différer sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs. Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, citons notamment le prix de l'or, l'accès à des consultants et du personnel qualifiés dans les secteurs du développement minier et du traitement du minerai, les résultats découlant des activités d'exploration et de mise en valeur, l'expérience limitée de la Société en matière d'exploitation et de mise en valeur de propriétés minières, les risques non assurés, l'évolution de la réglementation, les vices de titres, la disponibilité de la main-d'œuvre, du matériel et de l'équipement, les délais d'obtention des approbations gouvernementales, le rendement réel des installations, de l'équipement et des procédés par rapport aux spécifications et aux attentes, les impacts environnementaux imprévus sur les activités minières, les prix des substances, l'accès soutenu à des capitaux et du financement, et la conjoncture économique en général. Ces facteurs sont plus amplement décrits dans la plus récente Notice annuelle de la Société déposée sur SEDAR, laquelle fournit également d'autres hypothèses générales en lien avec ces énoncés. La Société met en garde le lecteur à l'effet que la liste de facteurs importants ci-dessus n'est pas exhaustive. Les investisseurs et les autres lecteurs qui se fondent sur les énoncés prospectifs de la Société devraient porter une attention particulière aux facteurs mentionnés ci-dessus, ainsi qu'aux incertitudes qu'ils sous-tendent et aux risques qu'ils comportent. La Société est d'avis que les attentes reflétées dans ces énoncés prospectifs sont raisonnables, mais il n'y a aucune garantie que ces attentes s'avéreront exactes.

Renseignements

  • Corporation Minière Osisko
    John Burzynski
    Vice président, développement corporatif
    416-363-8653
    www.osisko.com
    ou
    Corporation Minière Osisko
    Sylvie Prud'homme
    Relations aux investisseurs
    514-735-7131
    Sans frais : 1-888-674-7563