l'Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l'aérospatiale

l'Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l'aérospatiale

22 oct. 2012 10h27 HE

Ottawa met en péril la sûreté du transport aérien

Des compressions draconiennes dans les rangs des agents de contrôle de la sécurité aéroportuaire créent un risque inutile!

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 22 oct. 2012) - « Notre gouvernement fédéral met en péril la sécurité du public voyageur de ce pays en réduisant le nombre d'agents de contrôle de la sécurité aéroportuaire d'un bout à l'autre du Canada », a déclaré, visiblement en colère, Dave Ritchie, vice-président général canadien de l'AIM, le plus important syndicat représentant des agents de contrôle de la sécurité aéroportuaire au pays.

« Déjà, les files d'attente aux postes de contrôle de la sécurité dans les aéroports du pays sont trop longues, parce qu'il manque d'agents. Réduire leur nombre de 15 % de plus aura des conséquences très graves. »

Les fournisseurs de services de sécurité aéroportuaire se voient forcés de réduire les heures de travail de leurs agents de sécurité, ce qui se traduit par des mises à pied massives. Garda Security éliminera plus de 200 postes d'agent de contrôle à temps plein, ce qui représente 15 % de son effectif, à l'aéroport Pearson de Toronto. Pour sa part, G4S Secure Solutions Canada Lteé élimine 60 postes à temps plein à Vancouver.

« Nos membres ne peuvent même pas se permettre d'aller aux toilettes tellement ils sont à court de personnel et la pression s'intensifie quotidiennement pour faire passer de plus en plus de passagers à l'heure aux postes de contrôle », a expliqué M. Ritchie. « Si vous pensez que les files d'attente sont longues, attendez voir ce qui vous attend. Ma crainte est que le tout-puissant dollar prenne le dessus sur la sécurité des passagers. Ottawa met la vie des gens en péril. Déjà, nos membres subissent d'intenses pressions parce qu'ils sont à court de personnel. Maintenant, leurs employeurs les récompensent en éliminant leur emploi ou - dans le meilleur des scénarios - leur offrant un poste à temps partiel.

Le Canada ne peut pas se permettre de vivre un autre "XL Foods" dans l'industrie du transport aérien. Le gouvernement Harper doit annuler ces compressions. »

Renseignements

  • Dave Ritchie
    Vice-président général canadien de l'AIM
    416-386-1789

    Bill Trbovich
    Directeur des communications de l'AIM
    416-386-1789 poste 6331 ou 416-735-9765