Parcs Canada



Parcs Canada

28 mars 2013 09h00 HE

Parcs Canada annonce un troisième transfert de bisons des bois du parc national Elk Island à la République de Sakha, en Russie

Le parc national Elk Island appuie un projet de conservation international en son centième anniversaire

FORT SASKATCHEWAN, ALBERTA--(Marketwire - 28 mars 2013) -

Note aux rédacteurs : Deux photos sont associées à ce communiqué de presse.

Aujourd'hui, l'honorable Peter Kent, ministre canadien de l'Environnement et ministre responsable de Parcs Canada, a annoncé que le parc national Elk Island a procuré 30 bisons des bois supplémentaires à la République de Sakha, en Russie. Ce troisième transfert porte à plus de 120 le nombre de bisons des bois en Sakha.

« L'engagement que le gouvernement du Canada a pris à l'égard d'initiatives de conservation ne s'arrête pas aux frontières nationales, a déclaré le ministre Kent. En contribuant à cet important projet international de conservation, nous appuyons la survie et le bien-être de ce majestueux animal emblématique et faisons en sorte que le bison existe toujours dans le monde aujourd'hui. »

Environnement Canada et l'Agence Parcs Canada ont conclu une entente avec la République de Sakha, en Russie, qui prévoit le transfert de bisons du parc national Elk Island au parc naturel de Lensky Stolby en Sakha. Des transferts ont aussi été effectués en 2006 et en 2011.

Des représentants russes étaient au Canada pour observer la sélection et la préparation des bisons et y participer. Le 21 mars, les bisons ont été transportés par avion de l'aéroport international d'Edmonton vers Iakoutsk, en Russie.

« De sa création à ce plus récent transfert de bisons des bois à la Russie, ce n'est pas d'hier que le parc national Elk Island s'occupe de la faune et assure son déplacement en toute sécurité, a déclaré Alan Fehr, directeur de l'unité de gestion des parcs nationaux Elk Island et Prince Albert. Chacun des transferts d'animaux est une célébration de leur survie et un hommage au travail de nombreuses personnes. »

En 1906, cinq pionniers de la protection de l'environnement ont créé le parc Elk près de Fort Saskatchewan, en Alberta. En 1913, le parc Elk est devenu le parc national Elk Island, le sixième membre du réseau de parcs du Dominion du Canada. Des bisons des plaines et, plus tard, des bisons des bois ont été transportés dans le parc clôturé en vue d'établir des troupeaux de conservation exempts de maladies. Des bisons du parc national Elk Island ont été fournis à des aires de conservation au Canada et à l'étranger.

Grâce à des initiatives comme le transfert de bisons, Parcs Canada est un chef de file reconnu en matière de conservation et de préservation du patrimoine naturel et culturel. Le parc national Elk Island célèbre son centenaire en 2013 et est reconnu par la Commission des lieux et des monuments historiques du Canada pour son rôle important dans la conservation du bison des plaines au Canada, Plus de 200 000 personnes visitent le parc national Elk Island chaque année.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le parc national Elk Island, consultez le site Web de Parcs Canada à l'adresse www.parcscanada.gc.ca.

Document d'Information

Elk Island célèbre son centenaire comme parc national en participant à un projet international de conservation du bison - le 21 mars 2013

En 1906, cinq pionniers de la protection de l'environnement - des chasseurs qui ont constaté un déclin de la population de wapiti de la région - ont créé le parc Elk près de Fort Saskatchewan, en Alberta. En 1913, le parc Elk est devenu le parc national Elk Island, le sixième membre du réseau des parcs du Dominion du Canada. De sa création à ce troisième transfert de bisons des bois vers la République de Sakha, en Russie, ce n'est pas d'hier que le parc national Elk Island s'occupe de la faune et assure son déplacement en toute sécurité.

Pendant des millénaires, le bison a permis aux Autochtones des plaines de l'Amérique du Nord de subvenir à leurs besoins et a occupé une place de choix dans leur vie sociale et leurs rituels. En 1900, la chasse excessive et l'expansion des terres agricoles ont poussé le bison au bord de l'extinction; il restait alors environ 200 bisons des plaines et 300 bisons des bois dans le monde. Au début du XXe siècle, une poignée de citoyens des États-Unis et du Canada ont pris des mesures pour sauvegarder l'espèce.

En 1906, le plus gros troupeau de bisons des plaines à l'état sauvage, le troupeau de Pablo-Allard, a été vendu par Michel Pablo au gouvernement du Canada et expédié du Montana à l'Alberta; environ 200 bêtes sont arrivées en mai et le reste en septembre. Les bisons ont été transportés par train, à bord de 17 wagons de marchandises, du Montana jusqu'à Lamont, en Alberta, puis ont été rassemblés dans le tout nouveau parc Elk. La plupart des bisons des plaines d'aujourd'hui sont les descendants de ce premier troupeau.

Le bison des plaines est la mieux connue des deux sous-espèces de bison, et représente l'animal emblématique des prairies d'Amérique du Nord. Le bison des bois est une sous-espèce nordique; c'est un animal plus gros, au pelage plus foncé et son territoire est situé au nord du secteur traditionnel du bison des plaines. Le bison des bois est une espèce menacée qui figure à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. Le bison des bois a été implanté dans le parc national Elk Island en 1965 dans le cadre d'une stratégie de rétablissement de cette espèce en péril.

Le parc national Elk Island occupe le septième rang des parcs les plus petits du Canada et est le seul à être entièrement clôturé. En raison de l'absence de prédateurs naturels, le troupeau de bisons broutant dans l'enceinte clôturée doit être maintenu à un niveau permettant de préserver les pâturages. Périodiquement, il est nécessaire de transférer des bisons à l'extérieur du parc pour éviter la surcharge des pâturages. Cela donne l'occasion au parc national Elk Island de fournir des bisons à des projets de conservation au Canada et à l'étranger. Le troupeau de bison des bois s'est développé, permettant ainsi à Parcs Canada de transférer des bisons dans le cadre de projets de conservation au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest, dans le Nord de la Colombie-Britannique, en Alaska et, pour la troisième fois, à Sakha, en Russie.

En avril 1997, l'Équipe nationale du rétablissement du bison des bois du Canada a reçu une proposition portant sur l'établissement d'un troupeau de bison des bois à Sakha. Le renouvellement d'une importante population d'herbivores, tels que le bison des bois, permettrait d'accroître le capital naturel et la biodiversité de la région. Le bison des bois (Bison bison athabascae) est le plus proche descendant du bison préhistorique (Bison priscus) et il ressemble beaucoup au bison qui vivait à Sakha il y a quelque 5 000 à 6 000 ans.

En 2001, on a déterminé que le projet constituait une occasion supplémentaire d'assurer la survie de cette sous-espèce au sein d'une population séparée sur le plan géographique de même que de participer à un effort international de conservation d'une espèce en péril. La logistique et les coûts liés à ce projet empêchaient son exécution jusqu'à ce que JSK Alrosa, une société minière de la République de Sakha, accepte de prêter un avion pour transporter les animaux du Canada à Sakha.

En 2006 et de nouveau en 2011, 30 bisons des bois du parc national Elk Island ont été transportés au parc naturel de Lenskie Stolby en Sakha. Ces bisons se sont reproduits et le troupeau a grossi. En décembre 2012, un protocole d'entente pour le transfert de bisons a été signé par le gouvernement de la République de Sakha, Environnement Canada (Service canadien de la faune) et l'Agence Parcs Canada. Le 21 mars 2013, 30 autres jeunes bisons des bois (10 mâles et 20 femelles) ont été transférés vers le parc naturel de Lenskie Stolby. Pour chacun des trois envois, un appareil Ilyushin IL-76 est venu de Russie pour transporter les bisons (dans des remorques à l'intérieur de l'avion) de l'aéroport international d'Edmonton à Sakha.

Même si le travail auprès de gros animaux sauvages est monnaie courante pour le personnel du parc et ses partenaires, il reste que chaque transfert est unique et doit être préparé soigneusement pour en assurer la réussite. La gestion diligente du troupeau a permis d'éradiquer les maladies. Les deux pays ont convenu d'un protocole de dépistage et de traitement des maladies chez les animaux et d'un certificat de santé animale pour l'exportation-importation des bisons. Aux fins du certificat sanitaire, les bisons ont été pesés, ont reçu une étiquette d'oreille, ont été testés en vue du dépistage de maladies particulières, ont été traités aux antibiotiques et ont été déclarés exempts de maladies. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et Parcs Canada sont des parties intégrantes du processus; l'ACIA certifie que les animaux sont exempts de maladies et peuvent être transférés à des fins de conservation, notamment en ce qui concerne cet envoi en Sakha le 21 mars.

Le transfert de gros animaux sur de longues distances est une opération risquée, mais la transplantation de bisons à des fins de conservation est un risque qui en vaut la peine. La sécurité des bisons des bois demeure la priorité absolue à toutes les étapes du transfert. Le personnel du parc national Elk Island possède une expertise unique en son genre ainsi qu'une longue expérience de la gestion, de la protection et du transport des bisons, et il bénéficie de l'aide d'un vétérinaire de Parcs Canada. Temple Grandin, oratrice, auteure et spécialiste du bien-être des animaux, a été consultée sur la conception de l'installation de rassemblement des bisons du parc national Elk Island.

Le parc national Elk Island est situé le long de la route Yellowhead, à 45 kilomètres à l'est d'Edmonton. Les visiteurs peuvent facilement voir les bisons des bois dans le secteur du parc se trouvant du côté sud de la route Yellowhead; les bisons des plaines paissent du côté nord de la route. Les bisons des bois errent dans les collines et broutent le long des lacs, et il est possible de les observer depuis les sentiers de randonnée et le long des limites du parc. Dans le secteur nord du parc, les visiteurs peuvent apercevoir des bisons depuis la promenade Elk Island, la boucle de l'enclos des bisons et les sentiers de randonnée.

Le parc national Elk Island accomplit le travail auquel il excelle depuis plus d'un siècle, c'est-à-dire appuyer la conservation du wapiti, du bison des plaines et du bison des bois, y compris le troisième transfert vers Sakha. Aujourd'hui, grâce à des initiatives telles que la conservation du bison et du wapiti dans le parc national Elk Island, Parcs Canada est un chef de file reconnu dans la conservation et la préservation du patrimoine naturel et culturel.

Pour voir les photos associées à ce communiqué, veuillez consulter les liens suivants :

http://www.marketwire.com/library/20130327-Bison1_800.jpg

http://www.marketwire.com/library/20130327-Bison2_800.jpg

Renseignements