Parcs Canada

Parcs Canada

11 août 2006 13h00 HE

Parcs Canada : La ministre Ambrose dépose trois programmes de rétablissement pour les écosystèmes à chênes de Garry

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(CCNMatthews - 11 août 2006) - L'honorable Rona Ambrose, ministre de l'Environnement et ministre responsable de Parcs Canada, a déposé aujourd'hui trois programmes de rétablissement définitifs au Registre public de la Loi sur les espèces en péril, lesquels visent 20 espèces fauniques des écosystèmes à chênes de Garry, en Colombie-Britannique. On peut consulter ces documents à partir du site Web du Registre public, à http://www.registrelep.gc.ca.

"Les écosystèmes à chênes de Garry renferment plus d'espèces de végétaux que tout autre écosystème terrestre de la zone côtière de la Colombie-Britannique, a déclaré la ministre Ambrose. Ces habitats supportent plusieurs espèces d'oiseaux, d'amphibiens, de reptiles, de mammifères et d'insectes que l'on ne trouve nulle part ailleurs au Canada. Il est devenu extrêmement important de sauver ce qui reste de ces écosystèmes."

Les chênaies de Garry n'existent qu'en Colombie-Britannique, et presque exclusivement le long de la côte sud-est de l'île de Vancouver, de même que dans les îles Gulf voisines et dans deux petits peuplements de la vallée de la rivière Fraser. Ces écosystèmes sont composés de boisés ombragés, de prés et de peuplements épars. Les chênes de Garry y poussent parmi des peuplement mixtes où l'on trouve principalement des arbousiers et des Douglas taxifoliés.

La perte d'habitat, la fragmentation et a détérioration des chênais de Garry sont des phénomènes qui se produisent à un rythme accéléré. Plus de 100 espèces des écosystèmes à chênes de Garry et autres écosystèmes connexes sont en péril et pourraient disparaître à tout jamais, et moins de 5 % de l'habitat original subsiste à l'état quasi naturel.

Le rétablissement d'une espèce en péril est le processus par lequel est arrêté ou inversé le déclin de cette espèce et qui en réduit les facteurs qui menacent sa survie. Si le processus de rétablissement réussit, l'espèce continuera d'exister à l'état sauvage dans son habitat naturel. Traditionnellement, au Canada, la planification du rétablissement adopte une démarche distinctive, basée sur une seule espèce à la fois. Reconnaissant l'importance d'adopter une démarche plus holistique à la conservation de ces milieux particuliers, les trois programmes de rétablissement des écosystèmes à chênes de Garry déposés aujourd'hui sont les premiers à proposer une approche écosystémique au rétablissement en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Cette démarche permettra d'assurer la protection à long terme de ces habitats essentiels pour les espèces en péril. Elle permettra aussi d'éviter que d'autres espèces dépendant des écosystèmes à chênes de Garry ne viennent s'ajouter au nombre des espèces en péril. En bout de ligne, nous espérons que les espèces et les écosystèmes à chênes de Garry actuellement en péril seront hors de danger et que leur survie à long terme sera assurée.

Les trois programmes de rétablissement ont été élaborés par Parcs Canada, en collaboration avec le gouvernement de la Colombie-Britannique, les communautés des Premières nations, les propriétaires fonciers et d'autres intervenants. Le public a aussi été invité à formuler ses commentaires à propos de ces programmes de rétablissement. En 2005-2006, dans le cadre de son travail continu pour aider à protéger et restaurer les écosystèmes à chênes de Garry et les espèces en péril qu'ils abritent, Parcs Canada a lancé une initiative au coût de 1 387 300 $ à l'appui de la restauration d'écosystèmes et de la réintroduction de papillons, qui fait intervenir les propriétaires fonciers et d'autres groupes d'intervenants.

Egalement diffusé par Internet à l'adresse www.pc.gc.ca sous la rubrique Salle des médias.

Renseignements

  • Cabinet de la ministre de l'Environnement
    Ryan Sparrow
    Directeur associé et attaché de presse
    (819) 997-1441
    ou
    Parcs Canada
    Bureau d'unité de gestion de la Colombie-Britannique côtière
    Steve Langdon
    (250) 654-4048