BMO Banque de Montreal

BMO Banque de Montreal
BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

04 oct. 2011 15h05 HE

Pas de hausses de taux avant 2013, selon BMO Etudes économiques

Les propriétaires d'entreprises doivent se préparer à des fluctuations monétaires persistantes

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 4 oct. 2011) - La reprise des hausses de taux se produira au cours de la première partie de 2013 plutôt que pendant la deuxième moitié de 2012, selon l'étude sur l'évolution des taux publiée aujourd'hui par le Service des études économiques de BMO Marchés des capitaux.

« En raison de l'intensification des risques économiques mondiaux, qui a entraîné une baisse importante des prix des produits de base et de la valeur du dollar canadien, le penchant de la Banque du Canada pour ralentir le resserrement des taux s'est probablement encore accentué, a déclaré Michael Gregory, directeur général et économiste principal, BMO Marchés des capitaux. Nous estimons maintenant que c'est au début de 2013 que les taux recommenceront à augmenter. »

M. Gregory a fait remarquer que compte tenu du risque de récession accru des deux côtés de la frontière canado-américaine, et étant donné que les six prochains mois seront particulièrement cruciaux, les chances que la Banque du Canada assouplisse sa politique augmentent également. « Le marché intègre actuellement deux baisses de taux d'un peu moins de 25 points de base d'ici au mois d'avril 2012. Cependant, comme le taux d'inflation mesuré par l'indice de référence est légèrement inférieur à la cible de 2 %, que la valeur du huard est maintenant inférieure de plus de 6 cents par rapport à la valeur que la Banque avait prévue, et que le processus de création de crédit des banques canadiennes continue à bien fonctionner, nous estimons que la barre de la politique d'assouplissement demeure haute. En l'absence de signes d'une récession imminente, la Banque devrait rester en attente. »

L'étude de BMO sur l'évolution des taux présente également des perspectives concernant le dollar canadien. « Le huard a subi un double coup dur, soit l'accroissement de l'aversion pour le risque et la diminution des prix des produits de base, dans un contexte où les attentes du marché à l'égard de la politique de la Banque du Canada sont changeantes, a expliqué M. Gregory. Comme ces facteurs vont se prolonger pendant une bonne partie de l'année prochaine, nous nous attendons à ce que le dollar canadien continue à s'affaiblir, jusqu'à ce que sa valeur mensuelle moyenne s'établisse aux environs de 93 cents américains. Au cours de la deuxième moitié de 2012, les perspectives concernant l'économie mondiale et les prix des produits de base s'améliorant, le huard devrait recommencer à évoluer à la hausse et atteindre la parité vers janvier 2013. »

« Au cours de la dernière année, les entreprises canadiennes ont démontré leur résilience; plusieurs d'entre elles ont modifié leur stratégie pour profiter de la hausse de la valeur du huard et accroître leur productivité en important des produits moins chers des États-Unis, a déclaré Cathy Pin, vice-présidente, Services bancaires aux entreprises, BMO Banque de Montréal. À mesure que les marchés des changes continueront à évoluer, les propriétaires d'entreprises devront adapter leur approche afin de se couvrir et d'atténuer les risques, tout en modifiant leurs stratégies en fonction de plans d'expansion au nord et au sud de la frontière », a ajouté Mme Pin.

Le texte intégral de l'étude peut être consulté sur www.bmocm.com/economics.

Renseignements