Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

15 mai 2008 18h04 HE

Pêches et Océans Canada : Déploiement d'un navire de 47 pieds

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 15 mai 2008) - L'honorable Loyola Hearn, ministre des Pêches et des Océans, a fait la déclaration suivante aujourd'hui :

Le 12 mai dernier, j'ai annoncé des améliorations qui seront apportées aux capacités de la Garde côtière canadienne (GCC) sur la Basse-Côte-Nord du Québec. Grâce à l'ajout d'un navire dans cette région, la Garde côtière pourra continuer de faire ce qu'elle fait de mieux, c'est-à-dire offrir de précieux services aux navigateurs dans les eaux canadiennes.

Dans le cadre de son analyse des besoins en SAR, la Garde côtière canadienne (GCC) a identifié le besoin d'augmenter ses capacités de SAR sur la Basse-Côte-Nord du Québec. En raison de la disponibilité du Cap Percé, la GCC a décidé d'agir rapidement pour répondre à ce besoin en y positionnant le bateau de sauvetage de 47 pieds.

Le NGCC Cap Percé sera déployé du Collège de la Garde côtière à Sydney où il servait à des fins de formation. Il faut par ailleurs préciser que la Nouvelle-Ecosse ne souffrira aucunement d'une perte de capacité ou d'emplois en matière de SAR. Le Cap Percé servait autrefois uniquement à des fins de formation. Il contribuera maintenant à sauver des vies dans une région pour laquelle on avait identifié la nécessité d'augmenter les capacités de SAR.

Le Collège de la Garde côtière canadienne continuera de disposer sur son site de plus de 30 petits navires et bateaux qui servent à la formation. En plus de ces navires, le personnel de la GCC continuera de recevoir une formation à bord des navires de la GCC déployés partout au pays.

Dans les trois premiers budgets de notre gouvernement, la Garde côtière a reçu plus de 1,5 milliard de dollars pour renflouer sa flotter. Nous procédons aux investissements nécessaires pour veiller à ce que la Garde côtière puisse s'acquitter de ses importantes tâches.

Notre gouvernement appuie également sans ambages le Collège de la Garde côtière canadienne. C'est un montant additionnel de 3 millions de dollars que nous ajoutons en permanence au budget annuel de l'école, ce qui permet de remettre sur de solides bases cette institution d'enseignement.

Bien que certaines personnes aient récemment soulevé la controverse autour de l'école pour de basses fins partisanes, les faits nous placent, eux, devant une réalité différente. En 2004, alors que l'avenir du Collège de la Garde côtière canadienne était plus qu'incertain en raison d'un manque de fonds, le Collège n'a pas accepté les demandes de nouveaux étudiants. Il s'en est suivi qu'il n'y a pas eu de diplômés cette année-là.

Notre engagement envers la Garde côtière canadienne et le Collège de la Garde côtière canadienne est clair et il est appuyé de gestes concrets qui serviront aux Canadiens et aux Canadiennes aujourd'hui et pour les années à venir.

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada , Ottawa
    Phil Jenkins
    Relations avec les médias
    613-990-7537
    ou
    Pêches et Océans Canada , Ottawa
    Cabinet du ministre
    Joshua Zanin
    Adjoint spécial, Communications
    613-992-3474