Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

26 févr. 2008 22h02 HE

PIPSC, Le budget fédéral 2008 : un simple jeu de passe-passe

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 26 fév. 2008) - Le budget fédéral du ministre des finances Jim Flaherty ne comporte guère de nouveautés sur le plan des annonces et regurgite l'énoncé économique de l'automne dernier, déclare l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, syndicat qui représente 55 000 professionnels employés par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. La préoccupation principale de l'Institut à propos de ce budget est le transfert possible de laboratoires scientifiques du gouvernement au secteur universitaire.

Le budget prévoit de consacrer 21 millions $ sur deux ans à l'établissement d'au plus 20 Chaires de recherche d'excellence mondiale du Canada. Ces Chaires seront établies dans les quatre secteurs prioritaires identifiés par la Stratégie des sciences et de la technologie du gouvernement : environnement, ressources naturelles et énergie, santé, technologies de l'information et des communications. "Il est révélateur que trois de ces quatre Chaires sont destinées à des domaines où il existe un ministère du gouvernement" a déclaré Michèle Demers, la Présidente de l'Institut professionnel. "Qu'est-ce que cela signifie?"

L'impact de la révision stratégique de 17 ministères et agences totalisant des dépenses annuelles de 13,6 milliards $ constitue une autre préoccupation potentielle pour l'Institut. Les ramifications de cette révision sur les besoins actuels en dotation dans ces ministères et agences n'apparaissent pas encore clairement. "Au moment où tout le monde est d'accord sur le fait que s'annoncent une crise démographique et un besoin urgent de renou-vellement de la fonction publique, il serait extrêmement inopportun de supprimer des postes dans la fonction publique", a ajouté Madame Demers.

La création de deux nouvelles corporations de la Couronne figure parmi les mesures les plus discutables du budget. La première sera créée à partir d'un fonds de partenariat public-privé de 1,26 milliards $ (Fonds P3). Cette nouvelle agence ne fera qu'accélérer le mouvement déjà beaucoup trop rapide de privatisation du secteur public au Canada.

La deuxième nouvelle corporation de la Couronne s'occupera du programme de l'Assurance emploi (AE). Son objectif est de s'assurer que les primes AE ne seront utilisées que dans le cadre du programme AE. "Pourquoi a-t-on besoin d'une corporation de la Courronne supplémentaire pour s'assurer que les fonds AE seront administrés correctement?", demande Madame Demers. "Quel cafouillage!"

Le budget fédéral 2008 peut se comparer à un simple jeu de passe-passe. Au fond, ce budget se distingue bien plus par ce qu'il ne contient pas que par ce qu'il apporte. Il ne fait aucune allusion au renouvellement de la fonction publique et de ses besoins criants. Les sommes consacrées à l'environ-nement et au secteur manufacturier sont dérisoires en comparaison des énormes réductions d'impôt que le gouvernement a consenties dans l'énoncé économique de l'automne dernier et de la somme impressionnante qui va au remboursement de la dette.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada est le plus important syndicat au pays représentant 55 000 professionnels et scientifiques partout au Canada.

Renseignements

  • Institut professionnel de la fonction publique du Canada
    Chantal Lecours
    613-228-6310, poste 2229 ou 613-864-4368 (Cell)