Jobboom

Jobboom

24 août 2005 06h00 HE

Placement des jeunes diplomés en 2005 : Jusqu'à 70 % plus d'offres d'emploi qu'en 2004

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 24 août 2005) -

Les technologies de l'information, l'aérospatiale et l'environnement prennent de la vigueur

Selon une enquête effectuée en juin dernier par Jobboom, les offres d'emploi se sont multipliées par rapport à l'année dernière dans les services de placement des centres de formation professionnelle, des cégeps et des universités du Québec.(i) Selon les établissements et les spécialités, on rapporte des augmentations allant jusqu'à 70 % comparativement à 2004. "Sans être revenu à l'effervescence du début de la décennie, on peut dire qu'une majorité d'établissements ont observé une croissance notable. La santé représente toujours une valeur sûre, et d'autres secteurs qui vivotaient depuis quelques années connaissent des remontées impressionnantes", souligne François Cartier, vice-président et éditeur chez Jobboom.

L'aérospatiale en est l'exemple par excellence. A l'Ecole d'aérotechnique seulement, on a reçu 240 demandes d'employeurs cette année comparativement à 140 l'année dernière. Même son de cloche à l'Ecole des métiers de l'aérospatiale de Montréal, où l'on situe les taux de placement à près de 100 % pour l'ensemble des programmes. Après plus de trois ans d'incertitude, ce domaine fortement atteint par la crise de confiance qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001 reprend de la vigueur. Les carnets de commande se regarnissent, tant chez les joueurs les plus importants que chez leurs sous-traitants.

"De plus, poursuit François Cartier, après quelques années de ralentissement, la demande de diplômés dans le domaine de l'informatique et des technologies de l'information entre dans un cycle de reprise, un constat qui ressort à tous les niveaux de formation."

20 %, 40 %, 60 % PLUS D'OFFRES

La hausse globale des offres d'emploi touche les trois niveaux de formation. Au collégial, l'enthousiasme est palpable. Certains établissements notent non seulement une augmentation du nombre d'offres d'emploi, mais aussi de la qualité de celles-ci.

C'est le cas du Collège Ahuntsic, où l'on souligne avoir reçu 571 offres liées directement au champ d'études principal des différents programmes. Une hausse de 40 % par rapport aux 406 offres de l'an dernier! Par ailleurs, le domaine de la santé, fortement représenté au collégial, génère une importante part de la demande des employeurs pour ce niveau d'études.

Du côté des universités, 9 des 14 établissements interrogés ont noté une croissance, les cinq autres dressant un bilan positif mais stable. Par exemple, l'Université de Sherbrooke a reçu 1 547 offres cette année, contre 973 l'an dernier, soit près de 60 % de plus qu'en 2004.

Le secteur de l'administration a compté pour une part importante des offres reçues. A HEC Montréal, on note une augmentation de 20 %. A l'Université du Québec en Outaouais, ce domaine a raflé plus de la moitié des 900 offres enregistrées. Le secteur du génie et des sciences a lui aussi fort bien tiré son épingle du jeu.

En formation professionnelle, les établissements notent aussi une augmentation de la demande. Les secteurs de la santé et de l'administration, de la fabrication mécanique, de la construction, de l'agriculture et de l'alimentation se sont démarqués. On souligne également une reprise du côté de programmes laissés en plan depuis le 11 septembre 2001, par exemple Mécanique industrielle de construction et d'entretien, Techniques d'usinage et Electromécanique de systèmes automatisés.

3 OFFRES ET PLUS PAR DIPLOME

"Plusieurs programmes génèrent deux ou trois offres d'emploi par élève sortant, souligne François Cartier. C'est notamment le cas de la formation collégiale en Technologie de l'estimation et de l'évaluation en bâtiment, poussée par la bonne santé du secteur de la construction." A l'Institut Grasset, où 17 finissants ont pu choisir parmi une cinquantaine d'offres ? soit le double de l'an dernier ? on note même que les employeurs pressés n'ont pas hésité à courtiser des jeunes qui n'en étaient qu'à leur troisième semaine de cours!

Les Techniques de bureautique spécialisées en micro-édition et en hypermédia, un programme qui tient compte des compétences en informatique et en multimédia qui sont de plus en plus prisées par les entreprises québécoises, figurent aussi au palmarès des formations qui ne peuvent fournir assez de diplômés pour les besoins du marché. Au Cégep de Rimouski, par exemple, on maintient qu'une cohorte de 25 diplômés aurait été facile à placer, mais cette institution n'en avait produit que 7.

FORESTERIE, ENVIRONNEMENT, MINES : A L'ERE DES CHANGEMENTS

Touchées par les nouveaux règlements en matière de droits de coupe, les entreprises qui ouvrent dans le domaine de la foresterie ont besoin d'experts. "L'accent est maintenant mis sur le reboisement et l'exploitation respectueuse des ressources, un type de gestion que connaissent bien les jeunes ingénieurs forestiers, que peuvent épauler les diplômés de la formation professionnelle en Aménagement de la forêt et de la formation collégiale en Technologie forestière. On note donc de bons taux de placement dans toutes ces disciplines, malgré le ralentissement que connaissent les scieries", explique le vice-président éditeur de Jobboom. Par exemple, l'Université Laval observe une augmentation de la demande de stages et d'offres d'emploi dans le secteur forestier, notamment pour les ingénieurs. Au collégial, le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue déplore la mauvaise perception qui affecte ce secteur. Une trentaine d'offres de stages n'ont pas trouvé preneur cette année, et l'on manque de diplômés en technologie forestière pour s'occuper de reboisement, d'exploitation et de plantation.

Par ailleurs, la biologie vit aussi un renouveau dont bénéficient les diplômés. Leur intérêt pour la préservation de la faune et de la flore cadre parfaitement avec les préoccupations actuelles de nombreux employeurs. D'où une augmentation constante du nombre d'offres d'emploi, souligne-t-on à l'Université du Québec à Rimouski. Dans un même ordre d'idées, l'Université de Montréal estime que l'offre a crû de 5 à 10 % pour les diplômés en aménagement du territoire, en urbanisme et en géographie.

Le secteur minier n'est pas en reste. Malgré des fermetures, on travaille activement à l'ouverture de nouvelles mines. On souhaiterait notamment voir plus de diplômés en Technologie minérale au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, où on a intensifié cette année le recrutement d'élèves. En 2004, note-t-on, il y avait eu seulement 11 sortants des trois branches (minéralurgie, exploitation et géologie appliquée), alors que le double aurait pu trouver un emploi.

INFORMATIQUE : LA REPRISE S'ACCENTUE

Après la morosité du début des années 2000, le secteur de l'informatique reprend de la vigueur. Dans les cégeps, où les classes se sont presque vidées entre 2001 et 2003, on note que les employeurs qui avaient cessé d'embaucher sont de retour... et qu'il faudrait plus de diplômés pour répondre à la demande. Par exemple, le Collège de Bois-de-Boulogne situe le taux de placement de ses diplômés des techniques informatiques à environ 90 %, suivant une tendance amorcée l'an dernier. Sans avancer de chiffre, l'Université de Sherbrooke fait un constat similaire pour ses sortants en génie électrique et en génie informatique en mentionnant que la reprise a commencé à se faire sentir au deuxième trimestre de 2004, et qu'elle s'est accentuée par la suite. A HEC Montréal, même les diplômés du secteur finance et technologies de l'information ont connu une recrudescence de l'offre cette année. En formation professionnelle, le DEP en soutien informatique semble aussi reprendre de la vigueur, le taux de placement étant à la hausse. A 75 %, il serait jusqu'à 20 % plus élevé qu'en 2003, signale-t-on au Centre de formation professionnelle Fierbourg de Québec.

SANTE : 5 OFFRES PAR SEMAINE POUR 40 ELEVES

Les bonnes nouvelles continuent d'affluer pour les diplômés des programmes liés à la santé. Les employeurs se disputent carrément les jeunes qui terminent une formation collégiale en soins infirmiers, en réadaptation physique, en inhalothérapie, en archives médicales, en électrophysiologie médicale ou en radio-oncologie. Les responsables du placement ne savent que faire de toutes les offres qu'ils reçoivent pour les diplômés en Techniques d'hygiène dentaire : par exemple, le Collège François-Xavier-Garneau, de Québec, qui ne peut accepter que 40 élèves par an, reçoit au moins 5 offres par semaine!

"En Technologie de radiodiagnostic, la pénurie de diplômés est telle que le gouvernement du Québec avait pour objectif de faire passer le nombre de places de 200 à 400 entre 2003 et 2005, explique François Cartier. Mais malgré d'importants investissements consacrés à l'aménagement des installations, on n'y est pas encore : les 4 cégeps qui offrent le programme n'auront que 321 places en septembre 2005."

La situation est aussi très favorable pour les diplômés des programmes universitaires, comme les sciences infirmières, la physiothérapie, l'ergothérapie et l'audiologie. L'Université de Montréal rapporte même avoir reçu cette année 156 offres d'emplois en orthophonie alors qu'elle ne comptait que 55 finissants à qui les présenter. A l'Université du Québec à Trois-Rivières, sur les 35 étudiants en sciences infirmières qui devaient terminer leur formation en mai dernier, 32 avaient déjà trouvé un emploi... à l'automne 2004.

La formation professionnelle n'est pas en reste. Au Centre de formation Harricana, de Amos, par exemple, on note des taux de placement de 80 à 94 % pour les futurs préposés aux bénéficiaires, infirmières auxiliaires et assistants techniques en pharmacie.

Les résultats complets de cette recherche sont publiés dans les ouvrages "Les métiers de la formation professionnelle", "Les carrières du collégial" et "Les carrières de la formation universitaire", dont les éditions les plus récentes sont maintenant offertes dans toutes les librairies.

(i) Jobboom effectue cette tournée des services de placement deux fois l'an.

LES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE, 436 pages, 16,95 $

LES CARRIERES DU COLLEGIAL, 404 pages, 16,95 $

LES CARRIERES DE LA FORMATION UNIVERSITAIRE, 460 pages, 16,95 $

Jobboom, membre du réseau Canoë, est une filiale de Quebecor Média.


ENQUETE JOBBOOM SUR LE PLACEMENT DES DIPLOMES

BILAN DE MI-ANNEE 2005

La récente enquête de Jobboom auprès des services de placement des centres de formation professionnelle, des cégeps et des universités montre que de nombreuses formations se sont démarquées par leur popularité auprès des employeurs. Voici la liste des diplômes d'études professionnels (DEP), des attestations de spécialisation professionnelle (ASP), des diplômes d'études collégiales (DEC) techniques et des baccalauréats parmi les plus recherchés en 2005.


- Formation professionnelle (DEP et ASP)

Administration, commerce et informatique
Comptabilité
Secrétariat
Secrétariat médical (ASP)

Agriculture et pêches
Fleuristerie
Grandes cultures
Horticulture ornementale
Production de bovins de boucherie
Production horticole
Production laitière
Production porcine
Réalisation d'aménagements paysagers

Alimentation et tourisme
Boucherie de détail
Cuisine d'établissement
Pâtisserie
Service de la restauration
Sommellerie (ASP)

Bâtiments et travaux publics
Carrelage
Charpenterie-menuiserie
Plâtrage
Pose de systèmes intérieurs
Préparation et finition de béton

Entretien d'équipement motorisé
Carrosserie
Mécanique agricole
Mécanique automobile
Mécanique d'engins de chantier
Mécanique de moteurs diesels et de contrôles électroniques (ASP)
Mécanique de véhicules lourds routiers

Fabrication mécanique
Conduite de machines industrielles
Dessin industriel
Matriçage (ASP)
Montage de câbles et de circuits
Montage de structures en aérospatiale
Montage mécanique en aérospatiale
Outillage (ASP)
Usinage sur machines-outils à commande numérique (ASP)

Foresterie et papier
Abattage et façonnage des bois
Abattage manuel et débardage forestier
Affûtage
Aménagement de la forêt
Classement des bois débités
Sciage
Travail sylvicole

Santé
Assistance aux bénéficiaires en établissement de santé
Assistance familiale et sociale aux personnes à domicile
Assistance technique en pharmacie
Santé, assistance et soins infirmiers

- Formation collégiale technique (DEC)

Administration, commerce et informatique
Techniques de bureautique (micro-édition et hypermédia)

Arts
Design d'intérieur
Interprétation théâtrale

Bâtiments et travaux publics
Technologie de l'estimation et de l'évaluation en bâtiment
Technologie du génie civil

Bois et matériaux connexes
Techniques du meuble et d'ébénisterie

Chimie et biologie
Environnement, hygiène et sécurité au travail.
Techniques de laboratoire (chimie analytique)
Techniques de procédés chimiques

Communication et documentation
Techniques de production et de postproduction télévisuelles

Foresterie et papier
Technologie forestière

Mécanique d'entretien
Technologie de maintenance industrielle

Métallurgie
Technologie du génie métallurgique

Mines et travaux de chantier
Technologie minérale (Exploitation, Minéralurgie, Géologie
appliquée)

Santé
Archives médicales
Techniques d'électrophysiologie médicale
Techniques d'inhalothérapie
Techniques de diététique
Techniques de radiodiagnostic
Technologie de radio-oncologie
Techniques d'hygiène dentaire
Techniques de réadaptation physique
Techniques de santé animale
Soins infirmiers

Services sociaux, éducatifs et juridiques
Techniques d'éducation à l'enfance
Techniques d'intervention en délinquance

Transport
Techniques de la logistique du transport

- Formation universitaire (baccalauréats)

Administration
Comptabilité
Finance

Education
Enseignement du français ou de l'anglais, langue seconde
Enseignement secondaire (concentration "mathématiques" ou "science
et technologie")

Sciences de la santé
Audiologie
Ergothérapie
Médecine vétérinaire
Orthophonie
Physiothérapie
Sciences infirmières

Sciences humaines
Communication, rédaction et multimédia
Economie
Géographie

Sciences pures et appliquées
Actuariat
Agronomie
Aménagement du territoire
Aménagement et environnement forestiers/ Opérations forestières
Biochimie
Biologie
Chimie
Economie et gestion agroalimentaires
Génie du bois
Génie civil
Génie de la construction
Sciences et technologie des aliments
Urbanisme

- En reprise

L'enquête de Jobboom a aussi permis de cibler des programmes d'études
qui, après une période où les offres d'emploi étaient plus rares, ont
vu la demande de diplômés augmenter de façon notable :

Avionique (DEC)
Electromécanique de systèmes automatisés (DEP)
Entretien d'aéronefs (DEC)
Génie électrique (bac)
Génie informatique (bac)
Mécanique industrielle de construction et d'entretien (DEP)
Techniques de construction aéronautique (DEC)
Techniques de l'informatique (Gestion de réseaux informatiques)
(DEC)
Techniques de l'informatique (Informatique de gestion) (DEC)
Techniques de pilotage d'aéronefs (DEC)
Techniques d'usinage (DEP)
Soutien informatique (DEP)


NOTE : Les programmes d'études présentés dans ces listes sont ceux qui sont ressortis de manière frappante parmi les réponses reçues et autour desquels il semblait y avoir consensus pour plus d'un établissement.

NOTE : Pour obtenir la version intégrale du "Bilan de mi-année du placement des diplômés, automne 2005", ou pour tout renseignement, veuillez communiquer avec Andrée Peltier.

Renseignements

  • Source :
    Jobboom
    ou
    Renseignements :
    Andrée Peltier
    Relations publiques Andrée Peltier
    (514) 846-0003