BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier
BMO Banque de Montreal

BMO Banque de Montreal

22 nov. 2011 11h03 HE

Plus de la moitié des entreprises canadiennes envisagent de ne pas augmenter leurs prix en 2012, selon une étude de BMO

- Malgré la hausse du prix des matières premières, plus de la moitié des entreprises ne prévoient pas augmenter les prix pour leurs clients

- Les entreprises d'Alberta, du Manitoba et de la Saskatchewan sont les plus enclines à maintenir leurs prix à leurs niveaux actuels, tandis que celles de la Colombie-Britannique sont les plus tentées d'augmenter leurs tarifs en 2012

- Soixante-dix-neuf pour cent des entrepreneurs prévoient par ailleurs investir au moins autant d'argent dans leur entreprise l'année prochaine que cette année

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 22 nov. 2011) - Malgré la hausse du prix des matières premières, 57 pour cent des entreprises canadiennes n'envisagent pas d'augmenter leurs prix l'année prochaine, et plus des trois quarts des entrepreneurs prévoient investir au moins autant d'argent dans leur entreprise l'année prochaine que cette année, selon les résultats d'un nouveau sondage commandé par BMO Banque de Montréal.

« La croissance modeste de l'économie et des salaires observée actuellement, de même que les perspectives d'occasions d'affaires au sud de la frontière, ont convaincu de nombreuses entreprises canadiennes de ne pas hausser leurs prix », a expliqué Sal Guatieri, économiste principal, BMO Marchés des capitaux. « Il est essentiel pour les entreprises du Canada de demeurer concurrentielles, ce qui les aidera à long terme. »

M. Guatieri a fait remarquer que le ralentissement de la croissance économique, qui se limitera à deux pour cent en 2012, permettra de contenir la hausse des prix. « Le taux d'inflation baissera probablement de 3,0 pour cent cette année à 2,5 pour cent en 2012, ce qui permettra de soutenir le pouvoir d'achat des ménages. »

« Dans le contexte actuel d'incertitude qui règne sur le plan économique à l'échelle internationale, il est plus important que jamais pour les entrepreneurs d'améliorer leur capacité de résistance à la fois en investissant dans leur entreprise en vue d'améliorer la productivité, et en explorant de nouveaux marchés », a expliqué Cathy Pin, vice-présidente, Services bancaires aux entreprises de BMO. « Les sondages que nous effectuons auprès des entreprises continuent de montrer que les entrepreneurs demeurent d'un optimisme prudent, et qu'ils recherchent des conseils et des solutions qui les aideront à mettre à jour leurs infrastructures, à redéfinir leurs processus d'affaires, à prendre contact avec de nouveaux clients et à conquérir de nouveaux marchés. »

Le sondage, effectué par la firme Léger Marketing, démontre que les entreprises canadiennes ont pris un certain nombre de mesures afin d'améliorer leur rendement durant l'année 2011. Alors que 15 pour cent ont répondu que la baisse des taux d'intérêt avait eu la plus grande influence positive sur leur entreprise, 21 pour cent ont plutôt cité des améliorations apportées à la productivité, notamment grâce à la mise à jour des équipements et des processus. Un répondant sur quatre a mentionné la réduction des frais et dépenses comme ayant eu l'influence la plus importante sur les résultats de leur entreprise cette année.

En ce qui concerne l'année à venir, plus des trois quarts des entrepreneurs canadiens (79 pour cent) prévoient investir au moins autant d'argent dans leur entreprise en 2012 que cette année. De ceux qui prévoient investir encore plus en 2012, 75 pour cent prévoient accroître leurs investissements de jusqu'à 25 pour cent.

Voici les principaux secteurs dans lesquels les entrepreneurs prévoient investir davantage en 2012 :

  • mise à jour/achat de nouvel équipement – 66 pour cent;
  • embauche de nouveaux employés – 39 pour cent;
  • Formation des employés – 31 pour cent.

Le sondage a été effectué du 30 août au 16 septembre 2011, auprès d'un échantillon de 509 propriétaires de petites, moyennes et grandes entreprises. Un échantillon aléatoire de cette taille entraîne une marge d'erreur de plus ou moins 4,4 pour cent, 19 fois sur 20.

RÉGION
TOTAL C.-B. Alb. Man./Sask. Ont. Qc Atl.
Plus 34 % 43 % 27 % 33 % 39 % 29 % 32 %
Moins 4 % 4 % 2 % - 5 % 6 % -
Autant 57 % 47 % 64 % 67 % 51 % 61 % 64 %

Renseignements