SOURCE: Heart and Stroke Foundation

Heart and Stroke Foundation

14 avr. 2015 00h01 HE

Plus « VITE » vous réagissez, plus « VITE » vous sauvez la personne

L'AVC étant la troisième cause de décès au pays, la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC exhorte les Québécois à en reconnaître les signes

MONTREAL, QC--(Marketwired - 14 avril 2015) - La Fondation des maladies du cœur et de l'AVC (la " Fondation "), Québec, lance aujourd'hui une nouvelle campagne provinciale de sensibilisation sur les signes de l'AVC, laquelle repose sur la mnémonique VITE, une approche de sensibilisation simple, efficace et éprouvée dans de nombreux pays. Le fait de savoir reconnaître les signes de l'AVC et de réagir VITE peut faire la différence entre la vie et la mort, ou entre un rétablissement complet et une incapacité de longue durée.

Le nombre de personnes qui sont capables de reconnaître les signes de l'AVC et qui connaissent les mesures à prendre lorsque ceux-ci se manifestent chez une personne est encore trop faible compte tenu de l'urgence d'agir promptement. Au Québec, seul un adulte sur deux reconnaît les signes de l'AVC, et cette proportion chute drastiquement chez les 18 à 34 ans selon un sondage Omnibus réalisé à l'automne dernier. L'AVC se classe au troisième rang des principales causes de décès au pays et figure parmi les causes prédominantes d'incapacités graves. Chaque année, on compte environ 62 000 cas d'AVC au pays, soit un toutes les neuf minutes. La Fondation décrète donc l'urgence d'apprendre à reconnaître les signes de l'AVC et à réagir VITE afin d'augmenter les chances de rétablissement du plus grand nombre de victimes d'AVC possible.

Julie Rivard, une Lavalloise ayant été victime d'un AVC à 38 ans, peut témoigner de l'importance de savoir en reconnaître les signes. À l'été 2009, elle a fait un AVC alors qu'elle relaxait au soleil en compagnie de son conjoint et de ses trois enfants. Heureusement, elle a reconnu les signes et a réagi VITE.

" Au départ, mon conjoint croyait que je m'amusais à imiter un personnage de dessins animés. En me regardant de plus près, il a vu que ça n'allait pas. Mon visage était déformé, mon élocution n'était pas bonne et j'étais paralysée du côté droit. J'ai immédiatement reconnu les signes de l'AVC et pressé mon conjoint d'appeler le 9-1-1. J'étais prise de panique, je me disais "Ça ne se peut pas, j'ai juste 38 ans." C'était pourtant bien réel. "

Infirmière de formation, Julie savait qu'elle n'avait que quatre heures et demie après le début des symptômes pour être admissible au t-PA, un anticoagulant. " À l'hôpital, à la suite du traitement, nous avons célébré chaque heure en nous donnant un baiser, jusqu'à ce que l'heure critique soit derrière nous. Cinq ans plus tard, l'épreuve n'est toujours pas terminée, mais le plus gros est derrière nous. Je me suis reprise en main et je suis maintenant ceinture noire en karaté! Il y a une vie après l'AVC, mais il est primordial de réagir VITE. Si je ne l'avais pas fait, peut-être que ma vie serait toute autre aujourd'hui ", ajoute-t-elle.

Même si l'AVC survient plus fréquemment chez les personnes de plus de 70 ans, des données issues du Bulletin sur l'AVC 2014 de la Fondation révèlent une hausse alarmante de cas chez les moins de 70 ans. Au cours de la dernière décennie, les cas d'AVC ont augmenté de 24 % chez les personnes dans la cinquantaine et de 13 % chez celles dans la soixantaine. Plus troublant encore, des études internationales récentes prédisent que les taux d'AVC doubleront chez les personnes plus jeunes (de 24 à 64 ans) au cours des 15 prochaines années.

" Lorsqu'une personne est victime d'un AVC, chaque seconde compte, puisque les cellules cérébrales meurent au rythme de deux millions par minute après l'incident. Il n'y a donc pas une seconde à perdre; plus VITE la circulation sanguine peut être rétablie, plus grande est la probabilité d'un bon rétablissement, déclare Francine Forget Marin, directrice, Affaires santé et recherche, Québec, à la Fondation. Notre objectif est de faire en sorte qu'une grande majorité de Québécois, peu importe leur milieu de vie, leur âge ou leur origine, apprennent et mémorisent les signes de l'AVC grâce à l'approche VITE. Plus VITE vous appelez le 9-1-1 pour vous rendre au bon hôpital et recevez le traitement approprié, meilleures sont vos chances de survivre et de vous rétablir avec peu ou pas de séquelles ", poursuit-elle.

La Fondation exhorte les Québécois à apprendre les signes de l'AVC et à relayer l'information auprès de leur entourage, par exemple en faisant partager l'acronyme VITE, en véhiculant les hyperliens des vidéos de la campagne, en affichant les signes dans leur entreprise ou leur demeure, ou encore en parlant de l'importance d'apprendre les signes. L'AVC ne fait pas de discrimination sur le plan de l'âge, du sexe ou de l'origine ethnique. Il pourrait affliger votre père, votre voisin, votre tante ou un pur étranger que vous croiserez dans la rue. La Fondation compte donc sur la collaboration des Québécois pour faire part de ce message d'intérêt public au plus grand nombre de personnes possible et être des ambassadeurs de la campagne afin d'avoir un impact concret sur la santé des gens.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Web www.fmcoeur.ca/VITE.

Outils pour aider la Fondation à partager les signes de l'AVC.

À propos de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC
La Fondation des maladies du cœur et de l'AVC a pour mission de prévenir les maladies, de préserver la vie et de favoriser le rétablissement. En tant qu'organisme bénévole de bienfaisance en santé, nous nous efforçons chaque jour d'améliorer de façon tangible la santé de toutes les familles du pays. " Ensemble, éliminons les maladies du cœur et les AVC pour vivre en santé. " fmcoeur.ca

#viteAVC #CreonsDesSurvivants

Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2015/4/2/11G037426/Images/julie-1292978869529.jpg
Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2015/4/2/11G037426/Images/fr2-702212180669.jpg

Vidéo intégrée disponible: https://www.youtube.com/watch?v=uL6OWfP3oSk

Renseignements

  • Pour plus de renseignements :
    Maryse Bégin
    Gestionnaire, Communications, Québec
    Fondation des maladies du cœur et de l'AVC
    514 871-8038, poste 232
    maryse.begin@fmcoeur.qc.ca