Fondation Asie Pacifique du Canada

Fondation Asie Pacifique du Canada

06 sept. 2012 08h00 HE

Pour assurer sa place en Asie, le Canada doit adopter une stratégie cohérente plutôt qu'au coup par coup, selon un nouveau rapport de la Fondation Asie Pacifique du Canada

Pour s'investir sérieusement, le Canada devrait intensifier sa participation aux institutions asiatiques

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 6 sept. 2012) - Si le Canada souhaite assurer sa place en Asie, il devra s'y investir pleinement, en dépassant l'approche centrée essentiellement sur le commerce et les relations bilatérales. C'est là l'une des principales constatations du groupe de travail de la Fondation Asie Pacifique du Canada (www.asiapacific.ca), dont le rapport est publié aujourd'hui, à la veille de la participation du Premier ministre Harper au Sommet de l'APEC (Coopération économique pour l'Asie-Pacifique), qui se tient cette année en Russie. Ce rapport recommande 17 manières par lesquelles le Canada pourrait s'investir pleinement en Asie, en participant à la fois aux institutions régionales et aux accords bilatéraux.

Le rapport, intitulé Assurer la place du Canada en Asie : institutions, moyens et mécanismes, a été rédigé par les membres du groupe de travail, à savoir MM. Don Campbell (conseiller stratégique principal chez Davis S.E.N.C.R.L.), Paul Evans (professeur en relations internationales asiatiques à l'Université de la Colombie-Britannique) et Pierre Lortie (conseiller principal d'affaires chez Fraser Milner Casgrain S.E.N.C.R.L.). Il examine les objectifs et priorités de la participation canadienne à différents forums et accords régionaux asiatiques.

« Ces trois dernières années, Ottawa a accompli une œuvre louable pour relancer l'investissement du Canada à l'égard de l'Asie », fait remarquer M. Don Campbell. « Le défi du Canada consiste désormais à maintenir sa position en Asie et à poursuivre sur sa lancée par une stratégie plus cohérente tirant parti des processus bilatéraux et régionaux. À l'heure actuelle, le Canada est soit absent, soit en marge de certaines institutions clés. »

Le Canada est aujourd'hui membre de l'APEC, partenaire de dialogue de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) et participant au Forum régional de l'ANASE (FRA). Il participe également à des forums non officiels tels que le Conseil de coopération économique du Pacifique (PECC) et le Sommet sur la sécurité en Asie (« Dialogue Shangri-La »). À l'heure actuelle, le Canada ne participe ni à la rencontre des ministres de la Défense de l'ANASE et de ses membres additionnels (ADMM++), ni au Sommet de l'Asie orientale (East Asia Summit, ou EAS). Il attend l'approbation finale de sa demande à participer aux négociations commerciales du Partenariat transpacifique (Transpacific Partnership, ou TPP), mais il n'a pas encore conclu d'accord de libre-échange avec un pays d'Asie.

« On pourrait mettre en question l'intérêt de l'adhésion du Canada à des forums nécessitant de s'investir dans des processus, mais n'oublions pas que l'Asie possède ses propres règles de participation », rappelle M. Campbell. « Il est essentiel d'être un participant actif à ces tables de négociations pour établir une confiance durable avec ses homologues asiatiques. En définitive, il s'agit d'une démarche vitale pour la prospérité à long terme du Canada. »

Préconisant l'adoption en Asie d'une stratégie canadienne de grande ampleur qui soit ambitieuse, coordonnée, transpartisane, multidimensionnelle et durable, le rapport formule des recommandations clés, dont les suivantes :

  • établir une unité de coordination de l'implication du Canada en Asie ayant accès aux grandes instances gouvernementales et se réunissant régulièrement avec les parties prenantes non gouvernementales;
  • officialiser et maintenir un dialogue bilatéral sur l'Asie avec les États-Unis;
  • renforcer les dialogues bilatéraux existants avec les partenaires stratégiques asiatiques, notamment la Chine, le Japon, l'Inde, la Corée du Sud et l'Indonésie;
  • obtenir à brève échéance d'être admis à participer au Sommet de l'Asie orientale (East Asia Summit, ou EAS);
  • se porter volontaire pour présider et accueillir le Sommet de l'APEC en 2017;
  • obtenir d'être admis à participer à la rencontre des ministres de la Défense de l'ANASE et de ses membres additionnels (ADMM++);
  • envisager la création d'un poste d'Ambassadeur du Canada auprès de l'ANASE;
  • conclure, de manière urgente, un accord de libre-échange (ALE) avec la Corée du Sud;
  • poursuivre, à titre hautement prioritaire, des négociations de partenariat économique étendu avec le Japon;
  • s'acheminer vers un accord commercial avec la Chine;
  • conclure les négociations commerciales avec l'Inde;
  • obtenir l'approbation finale de la participation du Canada aux négociations commerciales du Partenariat transpacifique (Transpacific Partnership, ou TPP).

Le groupe de travail sur la participation du Canada aux institutions régionales asiatiques a été créé dans le cadre du Dialogue canadien sur l'Asie (DCA) de la Fondation. Ce compte rendu est le second dans la série de rapports de groupe de travail à paraître dans le cadre du DCA. Cette initiative vise à appeler les Canadiens à réfléchir et à discuter sur l'importance de cette région pour le Canada.

Pour lire le rapport dans son intégralité : http://www.asiapacific.ca/fr/research-report/assurer-la-place-du-canada-en-asie-institutions-moyens-et-me

À propos de la Fondation Asie Pacifique du Canada

La Fondation Asie Pacifique du Canada offre aux Canadiens une source indépendante d'informations sur l'Asie contemporaine et les relations entre le Canada et l'Asie. En tant qu'organisme national à but non lucratif constitué par un acte du Parlement du Canada en 1984, la Fondation rassemble experts et connaissances pour mener des recherches et analyses approfondies et fournir des informations complètes et à jour sur l'Asie et les relations transpacifiques du Canada. Pour de plus amples informations, visiter www.asiapacific.ca.

À propos du Dialogue canadien sur l'Asie

Le Dialogue canadien sur l'Asie est une initiative pancanadienne destinée à appeler les Canadiens à réfléchir et à discuter sur l'importance de l'Asie pour le Canada en mettant l'accent sur l'éducation du public et la formulation de politiques. Cette initiative bénéficie du généreux soutien de nos partenaires fondateurs (Ressources Teck Limitée, Shell Canada, Financière Manuvie, Groupe financier BMO), commanditaires fondateurs (Banque HSBC Canada, Port Metro Vancouver) et donateurs fondateurs (Port of Halifax, Fiera Capital, Deloitte, Vancouver Airport Authority, Husky Energy, Canadien Pacifique, TELUS, Blakes, Cameco, SNC-Lavalin). Pour en savoir plus sur le Dialogue canadien sur l'Asie, visiter www.dialoguecanadiensurlasie.ca.

Renseignements