Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

27 août 2009 11h30 HE

Projet de pilote de l'ACSTA vise à améliorer le contrôle aux aéroports

REGINA, SASKATCHEWAN--(Marketwire - 27 août 2009) - L'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) a dévoilé aujourd'hui un projet pilote à l'aéroport international de Regina. Cette initiative pourrait contribuer à un contrôle de passager plus rapide et plus efficace. L'ACSTA mettra à l'essai et comparera différentes configurations et procédures aux points de contrôle de sûreté dans la zone de contrôle préembarquement. Le projet pilote de 14 semaines qui a commencé le 26 août permettra à l'ACSTA d'identifier de nouvelles stratégies pour augmenter l'efficience et l'efficacité des opérations de contrôle de sûreté.

"L'ACSTA est toujours à la recherche de façons d'améliorer l'expérience des passagers en rendant le contrôle de la sûreté dans les aéroports le plus rapide et commode possible," affirme Yves Duguay, vice-président principal des Opérations à l'ACSTA. "Ce projet pilote sur le contrôle préembarquement nous donnera l'occasion de mettre à l'essai des idées novatrices dans des situations réelles et de recueillir les commentaires valables du personnel de contrôle ainsi que ceux du public voyageur."."

Outre le grand esprit de collaboration qui existe entre l'ACSTA et l'administration aéroportuaire de Regina, la configuration du point de contrôle préembarquement de l'aéroport a également été un facteur important dans la sélection de cet aéroport pour le projet pilote.

"Cette nouvelle occasion de partenariat entre l'ACSTA et l'administration aéroportuaire de Regina démontre et confirme l'excellente relation qui existe entre les deux parties," affirme Jim Hunter, président et chef de la direction de l'administration aéroportuaire de Regina. "Nous sommes heureux d'avoir été sélectionnés pour participer à ce projet pilote important et de pouvoir aider l'ACSTA à améliorer ses méthodes et ses procédures dans le but de faciliter l'expérience de contrôle de sûreté du public voyageur."."

Le projet pilote comporte quatre étapes et chacune introduira des changements graduels à deux des quatre voies de contrôle de l'aéroport international de Regina. Ces changements comportent de nouvelles procédures pour les passagers qui déclenchent l'alarme du portique de détection de métal, de nouvelles techniques de fouille manuelle, de plus grands bacs de radioscopie et des positions et des rôles différents pour les agents de contrôle.

L'ACSTA suscitera une participation active des voyageurs. Ils joueront un rôle clé dans le succès de ce projet. Les passagers seront incités à être plus vigilants lorsqu'ils déposent leurs effets personnels dans les bacs à radioscopie avant de franchir le détecteur de métal. L'ACSTA espère pouvoir diminuer la fréquence des alarmes et accélérer le processus de contrôle pour tous en sensibilisant les voyageurs sur les causes les plus courantes d'alarmes du détecteur de métal, notamment les chaussures et les bottes, les ceintures, les clés, les pièces de monnaie, les téléphones cellulaires, les PDA, le papier en aluminium dans les paquets de gomme ou de cigarettes et d'autres articles qu'on met dans ses poches.

Le projet pilote incorporera également la campagne J'y pense de l'ACSTA, qu'elle a lancé l'année dernière pour inciter les passagers à réfléchir à ce qu'ils peuvent faire pour éviter les retards inutiles aux points de contrôle de sûreté des aéroports.

Lorsque le projet pilote sera terminé, soit le 1er décembre, l'ACSTA évaluera les résultats avant de décider quels changements apporter aux opérations de contrôle.

Pour de plus amples renseignements sur l'expérience du contrôle préembarquement et les conseils sur la préparation des bagages, visitez www.acsta.gc.ca ou composez le 1-888-294-2202.

Créée le 1er avril 2002, l'ACSTA est une société d'Etat fédérale à but non lucratif. Elle est responsable de la prestation de services clés en matière de sûreté de l'aviation, tels que le contrôle préembarquement des passagers et de leurs effets personnels; le contrôle aléatoire des non-passagers; et l'acquisition, le déploiement et l'entretien de l'équipement de détection des explosifs aux aéroports. L'ACSTA est également responsable de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une carte d'identité pour les zones réglementées utilisant la biométrie.

Projet pilote sur le contrôle préembarquement à Regina

L'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) entreprend un projet pilote d'une durée de 14 semaines pour mettre à l'essai différentes configurations et procédures de contrôle préembarquement (CPE) à l'aéroport international de Regina. Le projet pilote débutera le 26 août et se terminera le 1er décembre 2009. Ce projet pilote permettra à l'ACSTA de sensibiliser les passagers afin d'éviter les alarmes inutiles des détecteurs de métal et d'identifier des façons d'utiliser au mieux les ressources et l'espace disponibles tout en assurant des normes de sûreté élevées.

Le projet pilote comporte quatre étapes et chacune introduira des changements graduels à deux des quatre voies de CPE de l'aéroport. Il n'y aura aucun changement dans les deux autres voies afin de pouvoir recueillir des données de base aux fins de comparaison. Les changements lors des quatre étapes seront les suivantes :

Etape 1 (cinq semaines - du 26 août au 29 septembre)

- Un agent de contrôle à l'entrée du point de contrôle vérifie toutes les cartes d'embarquement

- Des poteaux séparent les voies 1 et 2 devant le portique de détection de métal

- On informe les passagers qui déclenchent l'alarme des causes et des solutions possibles, comme ôter les chaussures, et on leur demande de franchir de nouveau le détecteur de métal

- Toute personne qui déclenche l'alarme une seconde fois est contrôlée à l'aide d'un détecteur à main d'objets métalliques et une fouille manuelle partielle.

- Certaines personnes et certains bagages sont choisis au hasard pour une fouille manuelle et une détection de traces d'explosifs (DTE)

Etape 2 (trois semaines - du 30 septembre au 20 octobre)

Identique à l'étape 1, plus :

- Une zone de fouille secondaire (ZFS) est installée derrière le détecteur de métal pour les passagers qui doivent faire l'objet d'un contrôle supplémentaire

- Toute personne qui déclenche l'alarme une seconde fois est automatiquement envoyée dans la ZFS

- Une alarme aléatoire sur le détecteur de métal choisit d'autres personnes pour la ZFS


Etape 3 (trois semaines - du 21 octobre au 10 novembre)

Identique à l'étape 2, plus :

- Un agent de contrôle effectue une détection de traces d'explosifs aléatoire en avant de la voie de contrôle

- Des bacs à radioscopie nouveaux et plus grands sont introduits.

Etape 4 (trois semaines - du 11 novembre au 1er décembre)

Identique à l'étape 3, plus :

- La détection de traces d'explosifs aléatoire se fait à l'endroit initial, à l'arrière de la voie

- Les passagers remplissent leur bac pour la radioscopie, sans l'aide de l'agent de contrôle

- Un agent de contrôle se tient debout entre les voies 1 et 2 pour diriger les passagers

L'ACSTA travaille étroitement avec le personnel de contrôle, l'administration aéroportuaire de Regina, Transports Canada et d'autres partenaires pour assurer le succès du projet de pilote. Les changements qui surviendront au cours des mois à venir sont temporaires. Lorsque le projet pilote sera terminé et que les résultats seront évalués, l'ACSTA décidera lesquels des changements, le cas échéant, devraient être pris en considération.

Renseignements