KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L.

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L.

17 mars 2009 11h17 HE

Quel est le portrait type du fraudeur au Canada? Une enquête de KPMG révèle que, trois fois sur quatre, il s'agit d'un homme

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 17 mars 2009) -

A l'attention des rédacteurs en économie, ressources humaines et affaires criminelles

Par les temps qui courent, les investisseurs ont tout intérêt à être à l'affût des fraudeurs. Mais comment les reconnaître? Quel est le portrait type du fraudeur? Au Canada, près des trois quarts des fraudes ont été commises par des hommes qui, le plus souvent, travaillaient pour leur employeur depuis 3 à 5 ans. Dans 69 % des cas, ils avaient entre 30 et 49 ans. C'est ce que révèle le Portrait du fraudeur canadien, la plus récente étude du groupe Juricomptabilité KPMG.

L'enquête pancanadienne a été réalisée auprès de hauts dirigeants, généralement des chefs des finances ou des vice-présidents. Les entreprises sondées appartiennent à divers secteurs d'activité : énergie et ressources naturelles, services financiers, marchés de consommation et marchés industriels. Le quart de celles-ci déclarent des revenus de plus de 1 milliard de dollars canadiens, et 25 % ont des revenus inférieurs à 100 millions de dollars canadiens.

"Les entreprises canadiennes ne peuvent plus se permettre d'attendre le prochain scandale financier ou une nouvelle arnaque du type pyramide de Ponzi. Les actionnaires exigent désormais une plus grande responsabilisation de la part des décideurs", souligne Stéphan Drolet, associé en juricomptabilité chez KPMG.

Le rapport révèle que 69 % des fraudes ont été commises à l'interne; 20 % impliquaient des fraudeurs externes, tandis que 11 % étaient le fruit d'une collaboration entre des complices à l'interne et à l'externe.

Voici les principales constatations de l'étude :

- Soixante-deux pour cent des fraudes ont été commises par des employés non cadres, tandis que 22 % impliquaient des membres de la haute direction.

- La plupart des fraudes ont été commises par des employés qui avaient entre 3 et 5 ans d'ancienneté.

- Le niveau de scolarité des fraudeurs varie : 40 % n'avaient pas fait d'études postsecondaires, 30 % en avaient fait, et 26 % détenaient un diplôme universitaire ou un titre professionnel.

- Le fraudeur a agi seul dans 73 % des cas, et uniquement 7 % des fraudes impliquaient plus de 5 personnes.

- Les trois principaux facteurs de motivation étaient les besoins personnels (28 %), l'occasion (19 %) et l'appât du gain (14 %).

- Il est intéressant de noter que les troubles de dépendance (alcool, drogues, jeu) n'ont été cités que dans 11 % des cas.

Pour contrer les fraudes, les entreprises devraient miser sur une stratégie en trois volets :

- Ligne d'éthique efficace

- Code d'éthique formel

- Système rigoureux de présélection des nouveaux employés

"La communication ascendante est à vrai dire la meilleure façon de repérer rapidement les fraudes. Rien n'est aussi efficace qu'une ligne d'éthique bien implantée", conclut Stéphan Drolet.

KPMG au Canada

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l'Ontario, est le cabinet canadien affilié à KPMG International, réseau mondial de cabinets offrant des services professionnels en vérification et en fiscalité, ainsi que des services-conseils. Les cabinets membres de KPMG sont exploités dans 144 pays et emploient plus de 137 000 professionnels.

Pour plus d'information, visitez www.kpmg.ca.

Renseignements

  • Pour demander une entrevue, veuillez communiquer avec :
    KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., Lucie Frenière
    Directrice régionale, Marketing
    (514) 840-2353
    Courriel : lfreniere@kpmg.ca
    ou
    KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L.
    Isabelle Petibon
    Coordonnatrice principale, Relations avec les médias
    (514) 840-8067
    Courriel : ipetibon@kpmg.ca
    Site Web : www.kpmg.ca