SOURCE: Aon Hewitt

Aon Hewitt

10 juin 2015 13h19 HE

Quelle est la valeur d'un programme d'aide aux employés? Les employeurs n'en sont pas certains

Selon Aon Hewitt, les employeurs canadiens ont de la difficulté à quantifier la valeur du PAE

TORONTO, ON--(Marketwired - 10 juin 2015) - Aon plc (NYSE: AON), le leader mondial des services de gestion des risques et des solutions et services d'impartition en ressources humaines, a fait connaître aujourd'hui les résultats d'un nouveau sondage qui dévoile que les employeurs canadiens ont du mal à déterminer les répercussions des programmes d'aide aux employés (PAE). Un bon programme d'aide aux employés peut accroître la mobilisation et la productivité en aidant les employés et les membres de leurs familles à résoudre les problèmes qui affectent leur bien-être. Toutefois, le sondage a révélé que beaucoup d'employeurs canadiens ne savent pas comment un PAE fait progresser leurs objectifs organisationnels globaux.

Un sondage d'Aon Hewitt auprès de plus de 130 organisations a permis de recueillir le point de vue des employeurs sur la façon dont le succès d'un PAE ou d'un PAEF (programme d'aide aux employés et à leur famille) est évalué et la manière dont ces programmes sont compatibles avec les objectifs commerciaux plus généraux. Largement offert par les employeurs canadiens, le PAE propose des conseils et des services de soutien aux employés et à leurs familles en présence de problèmes personnels, comme une rupture de mariage, une toxicomanie, une maladie, des problèmes psychologiques ou des difficultés liées à la conciliation du travail et de la vie personnelle, comme la garde d'enfants et les soins aux personnes âgées. Lorsqu'il est offert dans le cadre de la stratégie organisationnelle de gestion de l'effectif et du risque, ce programme peut se traduire par plusieurs résultats positifs, notamment un niveau supérieur de mobilisation du personnel, une productivité accrue et une réduction des coûts liés aux absences et aux maladies.

D'après l'étude, même si plus de 90 pour cent des répondants offrent un PAE, seulement un quart d'entre eux croit que ce programme fait partie intégrante de leur stratégie globale. Au contraire, près de 40 pour cent disent que leur PAE fait juste partie de leur régime d'avantages sociaux normal et un pourcentage tout aussi important (37 %) affirme que ce programme n'est pas pleinement intégré aux stratégies de personnel/risque.

" Il est évident que les entreprises peuvent mieux intégrer les programmes de santé, y compris le PAE, à leur régime d'assurance maladie et d'avantages sociaux global, a affirmé M. Michael Kennedy, vice-président et responsable national des Stratégies de santé et de mieux-être chez Aon Hewitt. Certains employeurs considèrent certains programmes plus stratégiques que d'autres. Toutefois, beaucoup ont de la difficulté à évaluer efficacement le PAE et ne voient pas la valeur d'intégrer ce programme aux stratégies globales de personnel parce qu'ils ne savent pas comment mesurer son efficacité. "

Bien que plus de quatre employeurs sur cinq (89 %) examinent les données d'utilisation au moins une fois par an et que plus de la moitié disent qu'ils essaient de déterminer la valeur de l'argent dépensé, 84 pour cent ne sont pas du tout certains ou se disent quelque peu certains de leur capacité à déterminer la valeur du PAE pour leur organisation. Par ailleurs, seulement 40 pour cent comparent les statistiques de leur programme avec celles d'autres entreprises, et seulement 35 % se servent actuellement des données d'utilisation pour soutenir les objectifs stratégiques de l'entreprise.

Selon l'étude d'Aon Hewitt, bien que la grande majorité des employeurs croient que le PAE est bénéfique pour la santé des employés et de l'entreprise, la plupart croient que les effets positifs se produisent dans des domaines qui sont plus difficiles à quantifier directement. Plus de 90 pour cent affirment que le PAE influe positivement sur la santé et le mieux-être des employés/familles; une faible majorité indique qu'un tel programme améliore la productivité des employés (53 %) et réduit les coûts indirects, comme l'absentéisme (61 %) et le présentéisme (présent au travail, mais non productif). Cependant, moins de la moitié (45 %) déclare que le PAE abaisse les coûts directs, comme l'utilisation des régimes d'assurance maladie; seulement 36 % croient qu'il augmente la mobilisation du personnel; et moins d'un tiers (30 %) affirme qu'il améliore les résultats de l'entreprise.

Selon les résultats de l'étude, certains PAE tombent à côté de la plaque. " Les promoteurs de régimes étaient très clairs, a noté M. George Shipley, vice-président et responsable canadien du segment des entreprises nationales, Assurance collective, Aon Hewitt. Plus de 80 % voulaient que leur fournisseur de PAE offre des conseils, mais seulement 13 % désiraient que leur fournisseur procure des solutions de mieux-être, tels que la remise en forme, la nutrition ou la naturopathie. Le fait que de nombreux PAE proposent ces ressources pourrait être en contradiction avec les priorités du promoteur. Ce dernier pourrait réduire ce risque en établissant des priorités et en s'assurant que tous les fournisseurs les suivent. "

À propos d'Aon
Aon plc (NYSE: AON) est le leader mondial des services de gestion des risques, de courtage d'assurance et de réassurance, et des solutions et services d'impartition en ressources humaines. Par l'entremise de plus de 69 000 employés dans le monde, Aon s'unit pour aider ses clients dans plus de 120 pays à atteindre les résultats escomptés au moyen de solutions innovatrices visant la gestion des risques et des effectifs. Pour en apprendre davantage au sujet de nos capacités et de la façon dont nous générons des résultats pour nos clients, visitez http://aon.mediaroom.com.

Suivez Aon Hewitt sur Twitter : @AonHewittCA
Pour en savoir davantage sur Aon plc et vous abonner au Service de veille des informations : aon.mediaroom.com

Renseignements