Questerre Energy Corporation
TSX : QEC
OSLO STOCK EXCHANGE : QEC

Questerre Energy Corporation

17 nov. 2011 16h21 HE

Questerre Energy Corporation: Résumé de la recherche sur la stabilité des failles au Québec

CALGARY, ALBERTA--(Marketwire - 17 nov. 2011) -

DIFFUSION INTERDITE DANS LES AGENCES DE TRANSMISSION DES É.-U. OU AUX ÉTATS-UNIS

Aujourd'hui, Questerre Energy Corporation (« Questerre » ou « la Société ») (TSX:QEC)(OSE:QEC) a publié le résumé d'une étude intitulée « La stabilité des systèmes de failles sur la Rive-Sud des Basses-Terres du Saint-Laurent du Québec : les répercussions du développement du gaz de shale », par John Brodylo, géologue de profession, bachelier d'une double majeure en géologie et en géophysique; Jean-Yves Chatellier, Docteur en géologie structurale; Guillaume Matton, Docteur en ressources minérales et Michel Rheault, géologue de profession, maîtrise en télédétection.

Hier, John Brodylo, vice-président de l'exploration chez Questerre, a présenté les résultats préliminaires de son rapport lors de la Canadian Unconventional Resources Conference (conférence sur les ressources non conventionnelles du Canada) à Calgary. Le rapport a été rédigé en réponse aux préoccupations soulevées dans le rapport du BAPE.

Michael Binnion, président de Questerre, a déclaré que « le rapport s'ajoute à un nombre substantiel déjà existant de données indépendantes provenant de sources indiquant que la fracturation hydraulique des shales en profondeur n'a aucune incidence sur les aquifères d'eau douce. Le ministère de l'Environnement de New York, la Fondation Suzuki, l'Université du Texas, le Groundwater Protection Council (conseil sur la protection des eaux souterraines) et d'autres organisations ont tous affirmé que la fracturation hydraulique effectuée à une distance sécuritaire des aquifères n'a aucune répercussion négative sur l'eau douce. » Binnion a ajouté que « le développement du gaz de shale présente de véritables risques et conséquences, mais également de véritables avantages. Nous voulons briser le mythe affirmant que la fracturation hydraulique contamine les eaux souterraines et discuter des véritables enjeux tels que la construction de puits, la cimentation et la gestion de l'eau à la surface. »

Voici quelques importants constats préliminaires :

  • Des données géophysiques considérables sont disponibles, y compris des relevés sismiques et aéromagnétiques 2-D, des analyses de linéaments, de diagraphies de puits et de tremblements de terre pouvant être utilisées pour évaluer les répercussions de la fracturation hydraulique sur les systèmes de failles.
  • Au Québec, les tremblements de terre d'origine naturelle se produisent presque toujours en dessous de 5 sur l'échelle de Richter et se produisent habituellement à une profondeur de 10 à 25 kilomètres, alors que la fracturation hydraulique de l'Utica se produit à une profondeur de 1 à 2 kilomètres.
  • Des évènements de microséismes (mini tremblements de terre) comme ceux produits par la fracturation des shales d'Utica (de -4 à -3 sur l'échelle de Richter) dégagent une énergie inférieure à celle d'une brique s'écrasant au sol après une chute d'un mètre.
  • Les contraintes sous la surface et la pression des fluides interstitiels sont les deux facteurs majeurs régissant le glissement des failles ou la réactivation des failles. Les volumes de fluides utilisés pour la fracturation hydraulique ne sont pas assez importants pour activer une faille dans un régime de contraintes sous une surface stable.

Le rapport du BAPE recommande au gouvernement d'établir une carte des systèmes de failles majeures au Québec. « Nous possédons des données s'échelonnant sur 30 ans qui nous permettent d'établir une carte très précise du réseau de failles de gisements cambro-ordoviciens, le secteur ciblé par le développement du gaz de shale », explique Brodylo. « Même si le rapport n'est pas terminé, les résultats préliminaires démontrent que les risques de stimulation de fractures utilisée dans le développement du gaz naturel réactivant des failles en surface et affectant les aquifères peu profonds sont faibles en raison de la géologie et de la stabilité des failles propres aux Basses-Terres du Saint-Laurent. »

L'étude est limitée à l'établissement de cartes des systèmes de failles, à l'évaluation des contraintes des roches, à comparer des évènements sismiques et à établir les répercussions des opérations de fracturation hydraulique. Le rapport est axé sur les facteurs géologiques pouvant comporter des risques pour les eaux souterraines et ne comprend pas l'ingénierie des puits, facteur majeur de la protection de ces eaux. Un exemplaire du résumé du rapport et une présentation PowerPoint de ces découvertes préliminaires sont accessibles sur le site Web de l'entreprise au www.questerre.com. Une fois l'évaluation par les pairs terminée, le rapport complet sera accessible au public en anglais et en français.

Questerre a entrepris l'élaboration de ce rapport dans le cadre de son engagement continu à la transparence. Au printemps 2010, la société est devenue la première au Québec à divulguer publiquement les additifs utilisés dans la fracturation hydraulique et elle a également publié une vidéo en français expliquant le forage horizontal et les processus de fracturation hydraulique utilisés dans le développement du gaz de shale.

Questerre Energy Corporation est une société d'énergie indépendante axée sur le gaz de shale en Amérique du Nord. La société se concentre sur l'établissement de la commercialité de sa découverte de gaz de shale d'Utica dans les Basses-Terres du Saint-Laurent, au Québec. Questerre est engagé dans le développement économique de ses ressources d'une manière écoresponsable et sensibilisée à l'environnement.

Ce communiqué de presse ne constitue pas une offre de vente de titres aux États-Unis. Ces titres ne peuvent pas être offerts ou vendus aux États-Unis s'ils ne sont pas enregistrés ou ne font pas l'objet d'une dispense en vertu de la loi intitulée « United States Securities Act de 1933 », en sa version modifiée.

En cas de divergence entre le présent communiqué de presse en français et le communiqué de presse en anglais, le communiqué de presse original en anglais a préséance.

Renseignements

  • Questerre Energy Corporation
    Karen Carle
    Directrice des affaires publiques
    403-835-1284
    403 777-1578 (FAX)
    kcarle@questerre.com