BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

12 févr. 2011 09h00 HE

RAPPEL : Selon le sondage de la Saint-Valentin de BMO, plusieurs couples n'ont pas encore abordé la question des REER

- Le tiers des Canadiens n'ont pas eu de discussion approfondie sur leur plan de retraite avec leur conjoint.

- La plupart des Canadiens ne profitent pas des avantages des REER de conjoint.

- BMO vous suggère de prendre rendez-vous avec votre partenaire pour discuter ensemble de votre avenir financier et de vous mettre au diapason quant à votre plan de retraite.

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 12 fév. 2011) - Juste à temps pour la Saint-Valentin, BMO Groupe financier dévoile les résultats de son sondage sur l'épargne retraite destiné au couples. Le sondage révèle une réalité étonnante : le tiers des Canadiens (31 pour cent), qui sont mariés ou conjoints de fait, n'ont pas discuté avec leur partenaire des détails de leur plan de retraite, notamment du style de vie qu'ils désirent adopter et de la meilleure façon d'épargner pour atteindre leurs objectifs.

« Cela peut paraître un peu moins romantique qu'un dîner aux chandelles, mais une discussion approfondie sur votre avenir financier pourrait s'avérer fort rentable à terme, a déclaré Caroline Dabu, vice-présidente, Retraite et stratégie de planification financière, BMO Groupe financier. Consulter un conseiller financier est une première étape facile à franchir pour vous assurer de bien planifier votre avenir et vous permettra, notamment, d'explorer les diverses options mises à votre disposition pour vous aider à maximiser votre épargne de retraite. »

Le sondage effectué par Léger Marketing a en outre révélé que la majorité (60 pour cent) des couples mariés ou des conjoints de fait ne profitent pas des avantages d'un régime enregistré d'épargne-retraite (REER) de conjoint. 

« Les REER de conjoint sont un outil d'investissement optimal pour les conjoints mariés ou en union de fait car ils peuvent leur permettre de reporter leurs impôts maintenant et de les réduire une fois la retraite venue, poursuit Mme Dabu. Si votre conjoint et vous êtes dans des fourchettes de revenu différentes, vous pourriez profiter de réductions d'impôt du fait que vous retirez le même montant de deux revenus moins élevés différents plutôt que d'un seul revenu plus élevé. De plus, le partenaire qui cotise au REER profite de la déduction d'impôt courante. »

La Saint-Valentin est l'occasion idéale de faire une cotisation au REER de son conjoint. Le sondage a aussi fait ressortir d'autres données importantes :

  • Presque la moitié (44 pour cent) des Canadiens qui sont mariés ou conjoints de fait ne sont pas préparés à l'éventualité de se retrouver seuls à la retraite et n'ont pas de plan qui leur permettrait d'avoir une stabilité financière si cela devait se produire.
  • Les hommes sont plus enclins que les femmes à dire qu'ils ont plan au cas où ils se retrouveraient seuls à la retraite (60 pour cent et 48 pour cent respectivement).
  • Les couples sans enfants au foyer sont plus susceptibles d'avoir discuté de leur plan de retraite que ceux qui ont encore des enfants à la maison.

Le sondage en ligne a été effectué par Léger Marketing, du 31 janvier au 2 février 2011, auprès de 1 510 adultes canadiens.

Renseignements