Office de consultation publique de Montréal

Office de consultation publique de Montréal

11 mars 2009 10h18 HE

Rapport de la consultation de l'OCPM : Le projet de développement des ateliers du CN à Pointe-Saint-Charles

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 11 mars 2009) - L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) annonce aujourd'hui la publication de son rapport portant sur le projet de développement des anciens ateliers du CN situés dans le quartier Pointe-Sainte-Charles dans l'arrondissement du Sud-Ouest de Montréal. Cet exercice de consultation a été mené par la présidente de l'OCPM, Mme Louise Roy, ainsi que par Mme Luba Serge, commissaire ad-hoc à l'Office. Tout au long des différentes phases de cette consultation publique pas moins de 300 personnes ont participé à l'une ou l'autre des activités publiques organisées par l'OCPM.

Le mandat confié à l'Office constitue une première puisqu'il se situe en amont du dépôt de projets pour le développement du site. Il comporte deux volets : un volet consultatif dirigé vers le public et un volet participatif impliquant l'Arrondissement, les principaux intervenants sociocommunautaires du quartier, ainsi que le propriétaire du site, le Groupe Mach, et son associé pour le développement du projet résidentiel, la firme Samcon. Mentionnons également la participation de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) qui a annoncé, en septembre 2008, son intention d'occuper une partie importante du site pour y installer un centre d'entretien de ses locomotives.

Le site des anciens ateliers du CN occupe une place importante dans l'histoire du Sud-Ouest de Montréal. Il représente en effet près du quart de l'ensemble du territoire du quartier Pointe-Saint-Charles, au sud du canal Lachine. Pendant plus d'un siècle, ce site a été au cour du développement industriel et ferroviaire de Montréal. Depuis quelques années, le site est sous-utilisé, mais depuis sa vente par le CN au Groupe Mach en juin 2006, les tentatives de redéveloppement des terrains ont repris. Le Plan d'urbanisme de Montréal spécifie toutefois que le dépôt d'un "plan d'ensemble" est nécessaire avant de procéder à toute modification réglementaire sur le site. Le processus de consultation publique doit donc servir à élaborer ces grands principes.

Le projet envisagé par le propriétaire vise à créer, dans la partie sud du site, une nouvelle zone résidentielle en prolongation de la trame urbaine existante. Ainsi, on planifie la construction d'environ 1000 nouvelles unités d'habitation, à 100 % abordables. De ce nombre, le propriétaire pourrait dédier jusqu'à 25 % des unités au logement social et communautaire. Dans la partie centrale du site, le Groupe Mach demande un changement de zonage lui accordant la possibilité d'installer de nouvelles industries et de nouveaux commerces. Au moment de la consultation, toute la partie nord faisait l'objet d'une réserve foncière de la part du gouvernement du Québec pour les futures installations de l'AMT. Cette partie conserverait donc sa vocation industrielle ferroviaire à l'avenir.

Pour la présidente de l'OCPM, le processus de consultation a permis, avec la collaboration des développeurs, de bonifier les projets en préparation et a conduit à des gains pour le quartier. Ces gains ont été reconnus par la population et par les intervenants sociocommunautaires membres du comité d'orientation. La revitalisation industrielle du site a d'abord été saluée comme un des acquis importants puisqu'elle vient, entre autres, relancer les activités ferroviaires sur le site et offrir une possibilité d'emplois de qualité pour la population locale. Le projet de développement résidentiel est aussi accueilli positivement puisqu'il aura pour effet d'agrandir la communauté locale, d'augmenter le parc de logements sociaux et la quantité d'espaces verts publics au-delà des pourcentages prévus par les politiques municipales. La venue de nouveaux services de proximité et la bonification des services de transport en commun devraient également être favorisées.

Toutefois, certaines préoccupations demeurent et la commission tient à les souligner dans son rapport. "La cohérence d'aménagement de la zone industrielle et la cohabitation de cette zone avec la zone résidentielle apparaissent comme des défis à relever. Tout n'était pas rose en cette matière même au temps du CN. La possibilité de recréer un noyau industriel, notamment ferroviaire avec des entreprises apparentées s'avère intéressante pourvu qu'une saine cohabitation puisse s'établir avec le quartier résidentiel à proximité" souligne Mme Roy. Pour cette raison, la commission invite l'Arrondissement à agir avec prudence afin d'éviter l'installation d'entreprises d'insertion difficile dans la zone de transition entre les deux secteurs.

Selon Mme Roy, "l'accès au site est également au cour de la problématique de la revitalisation à cause des répercussions que la localisation des entrées aura sur la circulation dans le quartier et sur le bon fonctionnement des entreprises qui s'installeront dans la zone industrielle. La commission considère qu'il est de première importance pour l'arrondissement de tout mettre en oeuvre pour éliminer la circulation lourde des rues résidentielles", précise-t-elle. La mise en place, le plus rapidement possible d'un accès pour les camions par le passage à niveau de la rue Marc-Cantin et l'amélioration de la desserte en transport en commun permettraient de répondre par des solutions pratiques au sentiment d'enclavement des résidents. La commission suggère à l'Arrondissement de mettre la STM à contribution immédiatement dans l'élaboration de son plan de transport local.

Finalement, la commission considère que la question de la part à accorder au logement social dans l'ensemble résidentiel mérite d'être discutée dans un cadre large d'évaluation des enjeux de la mixité sociale et des perspectives de développement qu'elle pourrait apporter au quartier. La protection du patrimoine industriel fait également partie des préoccupations formulées par les participants à la consultation et la commission salue l'offre de contribution de la Société d'histoire de Pointe Saint-Charles, d'Héritage-Montréal et de Culture-Montréal.

Toute la documentation pertinente à cette consultation, incluant le rapport, peut-être consultée sous forme électronique sur le site Internet de l'Office de consultation publique de Montréal (www.ocpm.qc.ca) ou, en format papier, aux bureaux de l'Office aux heures de bureau habituelles.

Renseignements

  • Office de consultation publique de Montréal
    Luc Doray
    514-872-3568
    Cell : 514-977-8365
    www.ocpm.qc.ca