Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle (CRADI)

Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle (CRADI)

08 avr. 2015 15h24 HE

Rapport spécial du Protecteur du citoyen : Des organismes de défense des personnes déficientes intellectuelles ou autistes pressent les ministres responsables d'agir vite

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 8 avril 2015) - Des organismes de défense des droits des personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme partagent les constats du rapport spécial du Protecteur du citoyen sur les services de réadaptation aux 0-18 ans. Le Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle (CRADI) et l'AIliance québécoise des regroupements régionaux pour l'intégration des personnes handicapées (AQRIPH) pressent le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Barrette, ainsi que la ministre responsable de la Réadaptation, madame Charlebois, d'apporter rapidement les correctifs pour rétablir l'accès, la continuité et la qualité des services de réadaptation pour les personnes présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme.

Le rapport du Protecteur du citoyen lève le voile sur plusieurs réalités qui entravent le développement de ces personnes et leur pleine participation sociale. En voici quelques-unes :

  • faute de services de stimulation dans les centres de santé et de services sociaux (CSSS), les enfants en attente de diagnostic sont privés d'outils cruciaux de stimulation pendant des années;
  • faute de ressources dans les centres d'adaptation en déficience intellectuelle et autisme (CRDITED), les enfants sont orientés précocement dans des centres de réadaptation en déficience physique (CRDP), sachant qu'ils auront accès à des services;
  • lorsque le diagnostic de certains enfants est confirmé et qu'un transfert est recommandé à un établissement spécialisé approprié comme un CRDITED, plusieurs enfants se voient à nouveau soumis aux règles d'accès du nouvel établissement; ils sont recalés chaque fois sur des listes d'attente de plusieurs mois.
  • « À mission égale et toute proportion gardée, le Protecteur du citoyen évalue que (…) l'accès aux services professionnels des CRDITED est de six fois inférieur à celui des centres de réadaptation en déficience physique (CRDP) » (p.13)

Depuis des années, les parents d'enfants ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme connaissent et subissent les effets pervers et délétères de la pénurie de ressources : attente de 2 ans pour des services de diagnostic, de stimulation précoce et d'aide au langage; recours au privé et système à deux vitesses; saupoudrage de services. « Plutôt que de se centrer sur le soutien des professionnels et la qualité des services, les dispensateurs de services en sont réduits à gérer par crises et sont contraints de produire des services en fonction des tableaux statistiques des gestionnaires, eux-mêmes soumis à des résultats chiffrés! » déplore Marie-Noëlle Ducharme, directrice du CRADI.

Le CRADI et l'AQRIPH pressent les ministres de la Santé et des Services sociaux et de la Réadaptation de mettre en œuvre les recommandations du rapport spécial du Protecteur du citoyen en prévoyant, le cas échéant, les sommes nécessaires à leur mise en œuvre. « Si certaines des huit recommandations ne dépendent pas ou très peu d'ajouts financiers comme les règles entourant les listes d'attente, plusieurs autres reposent sur l'injection de fonds permettant une offre de services coordonnés et complémentaires, de qualité et en quantité suffisante, ajoute madame Ducharme… ». C'est le cas du soutien à la coordination des services avec les intervenants pivots et de l'offre de services en orthophonie, ergothérapie et autres. « La mise en place des intervenants pivots et les plans de services individualisés sont des mesures cliniques de longue date qui ont besoin d'être consolidées. C'est de ce type de renforcement dont notre système a besoin, et pas nécessairement d'un nouveau processus de fusion administratif » conclut-elle.

Renseignements

  • Marie-Noëlle Ducharme
    CRADI
    514-255-8111

    Isabelle Tremblay
    AQRIPH
    1-418-694-0736