Association québécoise des arénas et des installations récréatives et sportives (AQAIRS)

Association québécoise des arénas et des installations récréatives et sportives (AQAIRS)

02 déc. 2015 15h26 HE

Réduction des gaz à effet de serre : Les arénas du Québec prêts à faire leur part

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 2 déc. 2015) - À l'heure des grandes discussions sur l'environnement et les changements climatiques, les propriétaires d'arénas du Québec sont prêts à faire leur part en remplaçant ou en modifiant le système de réfrigération de leurs installations.

La majorité de ces équipements fonctionnent actuellement aux gaz R12 ou R22, mieux connus sous le nom commercial de Fréon. On a adopté ces gaz comme réfrigérants au moment où on s'est lancé dans la construction systématique d'arénas un peu partout au Québec, soit dans les années 1970. Malheureusement, ce sont des gaz à effet de serre qui ont un impact négatif important sur la couche d'ozone, contribuant au réchauffement du climat. Le Fréon sera d'ailleurs interdit d'utilisation à partir de 2020.

Le gouvernement du Québec a lancé en 2011 un programme de soutien pour le remplacement ou la modification des systèmes de réfrigération fonctionnant au Fréon dans les arénas et centres de curling de propriété municipale ou scolaire. Ce programme de 160 millions de dollars a pour objet de financer à hauteur de 50 % le remplacement ou la modification de ces systèmes d'ici 2020. De plus, le gouvernement souhaitait, grâce à ce soutien financier, améliorer la qualité des infrastructures sportives en raison de leur caractère vieillissant.

Les propriétaires d'arénas, en majorité des municipalités, ont participé, par le biais de leur association provinciale soit l'Association québécoise des arénas et des installations récréatives et sportives (AQAIRS), à la consultation menant à ce programme et appuyé fortement le gouvernement dans sa mise en œuvre. L'AQAIRS a joué un rôle important d'accompagnement de ses membres dans la préparation de leurs demandes pour la première vague du programme.

En mai 2012, le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) a annoncé une première tranche de subventions. Un total de 31 projets municipaux de remplacement ou de modification de système de réfrigération ont pu ainsi bénéficier du programme. Une aide de 25,9 millions a été distribuée, générant des retombées estimées à plus de 136 millions.

Depuis, les municipalités sont en mode pause, attendant le deuxième appel de projets. Cette situation perdure depuis plus de trois ans.

Le programme gouvernemental fournit un soutien majeur et essentiel aux municipalités désireuses de mettre à niveau leurs installations sportives. Il faut le mentionner, car le monde municipal traverse présentement une période économique difficile. Et le temps presse pour réaliser les travaux d'ici l'échéance de 2020.

Plus de 200 arénas et centres de curling sont en attente pour remplacer ou modifier leurs systèmes de réfrigération. C'est un nombre important, et il faut aussi savoir que peu d'entreprises sont qualifiées dans les diverses régions du Québec pour réaliser ce genre de travaux hautement spécialisés. Plus le délai sera court, plus les prix risquent d'augmenter.

En outre, la fourniture des équipements nécessaires au remplacement pourrait s'avérer problématique dans un contexte où l'industrie aurait à répondre à de nombreuses commandes dans un court délai.

Autre source d'inquiétude, les travaux doivent en principe se dérouler en période estivale si on ne veut pas pénaliser les utilisateurs des arénas, en majorité des jeunes pratiquant des sports de glace. Or, le nombre limité de spécialistes et les retards de livraison d'équipements pourraient obliger certaines installations à fermer leurs portes en automne ou même en hiver pour effectuer les travaux. Des jeunes, et même des gens de tous âges, pourraient être privés de leurs activités sportives préférées, ce qui serait tout à fait déplorable.

Les municipalités sont donc prêtes à faire leur part dans la réduction des gaz à effet de serre, mais l'aide gouvernementale promise est indispensable et urgente. Vivement l'annonce de la seconde vague d'appel de projets pour permettre aux propriétaires d'effectuer les travaux requis avant 2020!

Renseignements