Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels

Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels

04 avr. 2014 12h12 HE

Renforcer les droits des victimes : L'ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels répond à la Déclaration des droits des victimes

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 4 avril 2014) - L'ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels, Mme Sue O'Sullivan, s'est exprimée aujourd'hui pour la première fois depuis le dépôt récent de la Déclaration des droits des victimes.

Faits en bref

  • Depuis sa création en 2007, le Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels (BOFVAC) pousse le gouvernement du Canada à renforcer les droits des victimes.

  • Dans le cadre de son travail, le BOFVAC a formulé des dizaines de recommandations sur la manière de mieux répondre aux besoins des victimes d'actes criminels, notamment la recommandation que le gouvernement dépose des mesures législatives approfondies pour les victimes.

  • L'ombudsman a pris part activement aux consultations du gouvernement fédéral sur la Déclaration; il a participé aux premières discussions en table ronde, a encouragé les Canadiens à se faire entendre et a fourni près de 30 recommandations écrites relativement à la meilleure manière de renforcer les droits des victimes et de répondre aux préoccupations de celles-ci.

Citations

  • Mme O'Sullivan - Même si la Déclaration ne couvre pas tous les domaines qui, selon les victimes, nécessitent une attention particulière, elle constitue un important changement historique pour les victimes d'actes criminels au Canada. En effet, elle reconnaît clairement le rôle important que les victimes doivent jouer et elle cherche à répondre à leurs besoins en matière d'information, de considération, de protection et de soutien.
  • Mme O'Sullivan - J'examinerai plus en profondeur la Déclaration au cours des prochains jours; cependant, j'ai le plaisir de constater que bon nombre de nos recommandations ont été mises en œuvre, comme telles que assurer que les victimes ont des informations sur leurs droits, qu'ils ont la possibilité d'entendre des enregistrements audio des audiences de libération conditionnelle et que les victimes sont informées dans les cas où un délinquant est renvoyé du Canada. Félicitation à toutes les victimes et à tous les défenseurs des droits des victimes qui ont travaillé sans relâche à ce changement en faveur des victimes au Canada. Cette amélioration ne se serait jamais produite sans les efforts de ceux-ci et s'ils n'avaient pas pris la peine de se faire entendre.

Autres liens :

http://www.victimesdabord.gc.ca/vv/rec1112-rec1112.html

http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Mode=1&DocId=6510370&Language=F

Renseignements