TUAC Canada

TUAC Canada

11 nov. 2008 06h21 HE

Repeat: La « solution de l'A-E » pour la crise des régimes de retraite

Le président national des TUAC Canada estime que des cotisations et le surplus de la caisse d’assurance-emploi devraient être utilisés pour stabiliser les régimes de retraite

Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Rédacteur municipal, Directeur général et de l'information, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales TORONTO--(Marketwire - 11 nov. 2008) -

Wayne Hanley, le chef du plus grand syndicat du secteur privé au Canada, croit qu'une portion du surplus de la caisse d'assurance-emploi de 52 milliards de dollars devrait être utilisée immédiatement pour protéger les régimes de retraite des travailleurs abîmés par la transformation désastreuse de la crise du crédit.

« Les cotisations d'assurance-emploi payées par les travailleurs ont accumulé ce surplus et continuent à le faire », de dire Hanley, président national des TUAC Canada. « Alors utilisons ce surplus, ainsi qu'une portion des cotisations futures d'assurance-emploi pour aider aux régimes de retraite des travailleurs à traverser la crise financière et à améliorer la capitalisation de ces régimes. »

Même avant le début de la dégringolade actuelle du marché boursier, dans le premier trimestre de 2008 seulement, l'ensemble des actifs des régimes de retraite des travailleurs avaient érodé de plus de 100 milliards de dollars. Par conséquent, plusieurs régimes ont été mis en péril, ou ont descendu en dessous du niveau d'actifs prescrit par les exigences réglementaires. Ceci pourrait résulter en une réduction des prestations auxquelles les retraités s'attendaient de recevoir, ou en un lourd fardeau pour les employeurs devant injecter des fonds afin de ramener les actifs des régimes de retraite aux niveaux requis, ou les deux.

« Sans mesure d'allègement quelconque, l'impact pour les employeurs et les travailleurs pourrait être catastrophique », explique Hanley. « Les cotisations d'assurance-emploi ont été versées pour leur fournir une sécurité du revenu, et les rentes de retraite constituent un revenu. Les milliards de dollars payés en trop par les travailleuses et travailleurs canadiens en cotisations d'assurance-emploi devraient faire partie d'un plan en vue d'assurer que ces régimes de retraite survivent jusqu'à ce que le marché boursier se rétablisse, et d'aider à parer aux insuffisances futures. »

La « solution de l'assurance-emploi » à la crise des régimes de retraite pourrait avoir deux volets - une partie du surplus de la caisse d'assurance-emploi pourrait être utilisée immédiatement pour renforcer l'ensemble des actifs des régimes sous-capitalisés, alors qu'une portion des cotisations d'assurance-emploi présentement versées au gouvernement par les travailleurs et les employeurs serait désormais réaffectée aux régimes de retraite des travailleurs.

« Il ne s'agit pas d'une réduction d'impôts ni d'une faveur », souligne Hanley, « et cela ne réduirait pas la responsabilité des employeurs et des employés de continuer leurs cotisations normales de retraite. En affectant une portion des cotisations d'assurance-emploi aux régimes sous-capitalisés, cela contribuerait grandement à rééquilibrer ces régimes, tout en assurant leur financement courant pour stabiliser et assurer la sécurité des régimes de retraite à employeur unique et à employeurs multiples dans l'avenir. »

« Bien que le marché boursier finira par se redresser éventuellement, la sécurité de retraite de millions de travailleurs canadiens a besoin d'attention maintenant », de dire Hanley. « La richesse de notre pays fut créée par les travailleurs. Leurs régimes de retraite doivent être protégés et le surplus de la caisse et les cotisations d'assurance-emploi peuvent jouer un rôle important à cette fin. »

Non seulement la solution de l'assurance-emploi protégerait-elle les retraités, elle protégerait aussi les travailleurs actuels en permettant aux entreprises de se servir de leur flux de trésorerie pour payer des salaires, chose qui ne serait peut-être pas possible si les employeurs sont obligés d'allouer des fonds pour étayer leur régime de retraite. »

La solution de l'assurance-emploi agirait également comme stimulant économique puisque les régimes de retraite réinvestiraient la liquidité additionnelle dans le marché des actions, des projets d'infrastructure et directement dans un nombre d'entreprises canadiennes », conclut Hanley. « L'assurance-emploi doit aussi continuer à fournir un soutien à la formation et au revenu des travailleurs sans emploi. En apportant une protection aux sans-emploi et à ceux qui travaillent et payent des cotisations, la solution de l'assurance-emploi pourrait s'avérer un choix décisif pour aider au Canada à passer à travers la crise actuelle. »

- 30 -

/Renseignements: www.tuac.ca/ IN: ÉCONOMIE, JUSTICE, TRAVAIL, DÉTAIL

Renseignements

  • Michael Forman, Bureau national des TUAC Canada, TUAC CANADA
    Numéro de téléphone: 416-675-1104 poste 249
    Numéro de téléphone secondaire: 416-579-8330