Bateau canadien pour Gaza

Bateau canadien pour Gaza

30 mai 2011 20h03 HE

Réponse au ministre des Affaires étrangères : "Le siège de Gaza par Israël est illégal. Nous naviguerons vers Gaza"

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 30 mai 2011) - L'organisation du Bateau canadien pour Gaza (BCG) rejette catégoriquement les fausses informations du ministre Baird concernant la Flottille de la Liberté II, qui partira vers Gaza à la fin du mois, et promet qu'il sera parti prenante à la Flottille. M. John Baird, récemment nommé ministre des affaires étrangères, a entrepris de décourager les Canadien-ne-s qui participent à cette action dont le but est de briser le siège illégal de Gaza.

Nous considérons la déclaration de M. Baird comme une abdication de la responsabilité de son gouvernement d'assurer la sécurité des citoyen-ne-s qui participeront à la Flottille et sur le bateau canadien Tahrir . Il s'agit également d'une tentative de justifier à l'avance les gestes criminels qu'Israël pourrait poser contre des civils pacifiques et non armés, venant du Canada et de plusieurs autres pays comme il l'a fait le 31 mai 2010.

" Nous allons prendre la mer pour contribuer à changer la situation injuste et illégale qu'impose Israël à la population de Gaza et pour manifester notre opposition à l'appui inconditionnel accordé par le gouvernement canadien aux politiques israéliennes " déclare Wendy Goldsmith, membre du comité de coordination du BCG.

" M. Baird a qualifié la Flottille de la Liberté II de geste de provocation. Mais comment le fait de vouloir acheminer de l'aide peut-il être provocateur ? Comment se tenir debout pour défendre le droit international et la justice sociale est-il provocateur ? Comment peut-on considérer provocateur le fait de travailler pour la libération de 1,5 million de Palestinien-ne-s qui vivent dans la prison à ciel ouvert qu'est devenu Gaza ?" demande Ehab Lotayef, un porte-parole du BCG.

" La véritable provocation vient plutôt de l'impunité du gouvernement israélien et de ses violations systématiques du droit international " poursuit M. Lotayef. " La véritable provocation vient aussi du gouvernement Harper quand il se fait l'apologiste de tout ce que fait Israël, peu importe que les actions de ce gouvernement soient illégales et immorales, comme le siège de Gaza . Le BCG et la Flottille de la Liberté II sont des réponses directes, non violentes, aux provocations d'Israël."

Dans sa déclaration, M. Baird mentionne le droit d'Israël de prévenir l'entrée clandestine d'armes à Gaza. " Qu'est-il en train d'insinuer ? " demande Mme Goldsmith. " Si M. Baird a quelque inquiétude concernant notre mission ou le matériel que nous transportons, ajoute-t-elle, nous l'invitons, lui ou tout organisme canadien, à venir inspecter le navire".

" Nous tenons à rappeler à M. Baird que le Comité international de la Croix-Rouge, une des organisations par laquelle transite l'aide humanitaire à Gaza, a déclaré que " tous les États ont l'obligation d'autoriser et de faciliter le passage rapide et sans encombre de tous les envois, des équipements et du personnel de secours (vers Gaza)" (1) et non pas seulement ce qui passe par les canaux approuvés par le gouvernement israélien " conclut M. Lotayef.

Le BCG est une initiative de " société civile à société civile ", financée par des citoyen-ne-s et des organisations de la société civile. Le BCG n'a reçu aucun financement gouvernemental ni bénéficié ni d'exemption fiscale ni de crédit d'impôt comme l'ont faussement laissé entendre dernièrement certains médias.

On peut trouver la liste complète des donateurs, individus et organisations sur le sitewww.tahrir.ca.

(1) http://www.icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/htmlall/palestine-update-140610?opendocument

Renseignements