Reporters sans frontières

Reporters sans frontières

19 janv. 2006 20h00 HE

Reporters sans frontières Canada invite la communauté musulmane et les médias canadiens...

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 19 jan. 2006) -

...à se mobiliser pour la libération de la journaliste américaine Jill Carroll, enlevée en Irak le 7 janvier dernier.

A l'invitation de Reporters sans frontières Canada, la communauté musulmane du Canada se mobilise en faveur de la journaliste américaine, Jill Caroll détenue en Irak depuis le 7 janvier 2006.

La section canadienne de l'organisation de défense de la liberté de la presse avait invité les communautés musulmanes du Canada à se mobiliser en faveur de cette journaliste qui n'a fait qu'exercer son métier : informer les irakiens et la communauté internationale sur la guerre en Irak.

Le Conseil Musulman de Montréal (CMM), organisme qui chapeaute les organisations islamiques et les mosquées sunnites de Montréal se mobilise aux côtés de Reporters sans frontières Canada pour demander sa libération immédiate et inconditionnelle.

Le CMM a exprimé toute sa compassion face à la détresse des proches de la journaliste et lance à ses ravisseurs un appel à la clémence. " Au nom de l'Humanité, j'appelle les ravisseurs de Jill Caroll à lever l'ultimatum fixé au vendredi 20 janvier. Je prie et j'espère qu'elle sera bientôt libérée et pourra retourner saine et sauve auprès de sa famille." : a déclaré Salam Elmenyawi, Président du CMM.

Le 17 janvier 2006, une vidéo a été diffusée par Al-Jazira montrant la journaliste américaine Jill Carroll, enlevée le 7 janvier à Bagdad. La chaîne de télévision qatarie a déclaré que les ravisseurs de la journaliste avaient menacé de la tuer si les femmes emprisonnées en Irak n'étaient pas libérées dans les 72 heures. L'ultimatum expire le vendredi 20 janvier en fin de journée.

La journaliste travaille pour plusieurs journaux jordaniens, italiens et américains dont le Christian Science Monitor. Le 7 janvier, aux environs de 10 heures, elle devait rencontrer un dirigeant politique sunnite, Adnane al-Doulaïmi, lorsqu'elle a été kidnappée par des hommes armés dans le quartier d'Adel, à l'ouest de Bagdad. Le corps de son interprète, Allan Enwiyah, tué par balles, avait été retrouvé sur les lieux de l'enlèvement.

Depuis le début de la guerre en Irak, en mars 2003, 77 journalistes et collaborateurs des médias ont été tués (55 journalistes et 22 collaborateurs). 56 étaient de nationalité irakienne (soit 73 %) et 4 de nationalité américaine (soit 5 %). 35 professionnels des médias ont été enlevés depuis le début de la guerre. Cinq d'entre eux ont été tués par leurs ravisseurs (quatre Irakiens : la journaliste Raeda Wazzan, Houssam Hilal Sarsam, Ahmed Hussein Al Maliki, Ahmed Jabbar Hashim et l'Italien Enzo Baldoni). Les autres ont été relâchés sains et saufs. 23 enlèvements ont eu lieu à Bagdad ou dans les environs.

Jill Carroll est la septième femme journaliste enlevée en Irak. Malgré son titre, le Christian Science Monitor n'est pas un journal religieux. Il est réputé pour sa couverture des affaires internationales et le sérieux de ses informations nationales.

Renseignements