Ressources Robex Inc.
TSX CROISSANCE : RBX
FRANKFURT : RB4

Ressources Robex Inc.

08 nov. 2011 08h00 HE

Ressources Robex inc./Nampala : l'étude de faisabilité révèle une valeur actuelle nette (VAN) avant impôt de 113,6 M$ à 1 250 $ par once d'or et un taux de rentabilité interne (TRI) de 46,45 %

QUÉBEC, QUÉBEC--(Marketwire - 8 nov. 2011) - Ressources Robex Inc (TSX CROISSANCE:RBX)(FRANCFORT:RB4) est fière de présenter les excellents résultats de l'étude de faisabilité du gisement de Nampala, situé sur le permis de Mininko, au Mali, projet dont elle détient 100 % des droits. L'étude a été effectuée par un consortium d'experts-conseils de l'industrie minière de renommée internationale dirigé par la firme Bumigeme, en collaboration avec la société d'ingénieurs-conseils Met-Chem Canada (Met-Chem) et M. Jacques Marchand, ingénieur géologue indépendant et personne qualifiée pour l'estimation des ressources minérales en vertu de la norme canadienne 43-101.

Voici les points saillants de l'étude de faisabilité (tous les montants sont en dollars US) :

  • Au prix de 1 250 $ par once d'or (scénario de référence) : valeur actuelle nette (VAN) avant impôt de 113,6 M$, actualisée à un taux de 5 %, taux de rentabilité interne (TRI) de 46,45 % (100 % par capitaux propres) et période de recouvrement de l'investissement de deux (2) ans;
  • Au prix de 1 600 $ par once d'or, ce qui se rapproche du cours au comptant actuel : VAN avant impôt de 207,6 M$, actualisée à un taux de 5 %, et TRI de 73,70 %;
  • Durée de vie initiale de huit ans à une cadence de production de 5 200 tonnes par jour en utilisant les méthodes conventionnelles d'exploitation à ciel ouvert et un faible degré de concassage-broyage avec récupération de l'or par lixiviation au carbone (CIL), suivie de deux (2) ans de traitement du minerai à faible teneur mis en stockage si les conditions économiques le justifient;
  • Production annuelle moyenne de 39 327 onces (or récupérable) pour la durée de vie initiale de huit ans;
  • Au prix de 1 250 $ par once d'or (scénario de référence) : total estimé des bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) de 206,3 M$;
  • Coût moyen de production de 585 $ par once pour la durée de vie initiale de huit ans (640 $ si le minerai de faible teneur mis en stockage est traité au cours des années 9 et 10);
  • Faible capital de démarrage de 52,9 M$ (coûts du propriétaire non compris);
  • Taux moyen de récupération de l'or de 88 %;
  • Faible taux de découverture (strip ratio) de 0,55:1;
  • Faible taux de consommation de cyanure;
  • Réserves prouvées et probables à ciel ouvert de 17,3 millions de tonnes à une teneur de 0,7 gramme d'or par tonne, ce qui représente un total de 392 520 onces d'or minées (345 418 onces d'or récupérées en tenant compte d'un taux de récupération de 88 %);
  • Possibilité de convertir les ressources en réserves et potentiel d'augmentation des ressources.

Voici ce qu'a affirmé André Gagné, président et chef de la direction, à propos de l'étude de faisabilité : « En moins de trois ans, nous avons transformé Robex, une entreprise d'exploration avec une trésorerie déficitaire, en une société en passe de devenir un producteur aurifère dont la production annuelle est estimée à 40 000 onces. L'étude de faisabilité de Nampala dresse un portrait économique solide, le BAIIA généré s'établissant à 206,3 M$ avec une valeur actualisée nette (VAN) avant impôt à 113,6 M$ et un taux de rentabilité interne de 46,45%, d'après le scénario de référence de 1 250 $ par once d'or et un taux d'actualisation de 5 %. Au prix de 1 600 $ par once d'or, ce qui se rapproche du cours au comptant actuel, les prévisions économiques du projet Nampala s'améliorent considérablement, avec une VAN avant impôt de 207,6 M$, un TRI de 73,70 % et un BAIIA estimé à 324,8 M$. Outre ces chiffres impressionnants, le projet Nampala est très prometteur en ce qui concerne la croissance des ressources et des réserves; c'est pourquoi des travaux d'exploration sont actuellement mis en œuvre pour sonder l'extension de 2,4 km largement inexplorée au sud du gisement actuel de Nampala. Nous sommes très fiers d'avoir pu effectuer une étude de faisabilité concluante en si peu de temps, et nous remercions le gouvernement du Mali et les autorités minières responsables pour leur considération et leur soutien. L'étude sera présentée sans délai aux autorités maliennes concernées afin d'obtenir le permis d'exploitation le plus rapidement possible. »

Le tableau ci-dessous présente la liste des paramètres du projet provenant de l'étude de faisabilité :

Nombre total de tonnes de minerai usiné (Mt) – y compris le traitement du minerai de faible teneur pendant les années 9 et 10 17,3 millions de tonnes
Cadence de traitement de minerai de la mine à ciel ouvert 5 200 tonnes par jour
Teneur en or moyenne du minerai usiné (premiers huit ans) 0,77 g/t
Teneur en or moyenne du minerai usiné – y compris le traitement du minerai de faible teneur pendant les années 9 et 10 0,70 g/t
Taux de récupération de l'or 88 %
Durée de vie de la mine 8 ans
Durée de vie de la mine – y compris le traitement du minerai de faible teneur pendant les années 9 et 10 10 ans
Nombre total d'onces d'or minées 392 520 onces
Production d'or totale (onces récupérées) – y compris le traitement du minerai de faible teneur pendant les années 9 et 10 345 418 onces
Production annuelle moyenne d'or (premiers huit ans) 39 327 onces
Dépenses en immobilisations 52,9 M$
Coût de production (par tonne) 12,75 $ par tonne
Coût de production (par once récupérée – premiers huit ans) 585 $ par once
Teneur de coupure 0,3 g/t
Taux de découverture (strip ratio) 0,55:1

Le scénario de référence est fondé sur un prix de 1 250 $ l'once et une teneur de coupure de 0,3 g/t, ce qui signifie que 17,35 millions de tonnes de minerai à teneur moyenne de 0,7 g/t seront acheminées au concentrateur sur une période de 10 ans, si on tient compte des deux années au cours desquelles le minerai de faible teneur sera traité. En utilisant un taux d'actualisation de 5 %, le projet génère une VAN avant impôt de 113,6 M$ ainsi qu'un TRI de 46,45 %. Les coûts de production ont été estimés à 585 $ par once pour la durée de vie initiale de huit ans (aucune redevance liée aux sous-produits n'a été prise en compte pour l'argent, dont la teneur moyenne s'établit à 0,46 g/t).

Le tableau ci-dessous montre la VAN avant impôt, le TRI, l'estimation du BAIIA et la période de recouvrement de l'investissement pour chaque niveau du prix de l'or :

Prix de l'or
(par once)
VAN à 5 %
avant impôt
(millions)
TRI
avant impôt
(%)
BAIIA
(millions)
Période de recouvrement
avant impôt (années)
1600 $ 207,6 $ 73,70 % 324,8 $ 1,3
1400 $ 153,9 $ 58,34 % 257,1 $ 1,6
1250 $ 113,6 $ 46,45 % 206,3 $ 2,0
1000 $ 46,5 $ 24,81 % 121,6 $ 3,3
900 $ 19,6 $ 14,46 % 87,7 $ 4,3

COÛTS DE PRODUCTION

Le coût total de production (y compris les services, la maintenance et le campement) a été estimé à 12,75 $ par tonne de minerai, y compris un fond pour imprévus de 12 %.

Description $ par tonne
Extraction 2,44 $
Traitement 7,38 $
Frais administratifs 1,58 $
Imprévus 1,35 $
Coût de production 12,75 $

DÉPENSES EN IMMOBILISATIONS

Les dépenses en immobilisations ont été estimées au moyen de propositions de prix pour les principaux équipements et les services d'entrepreneurs en fabrication et en construction du Mali.

Description $
Équipement minier 8 341 645
Concentrateur 26 042 331
Infrastructure et services 8 272 260
IAGC 5 118 748
Imprévus 5 147 189
Dépenses en immobilisations 52 922 173

Extraction du minerai, production et alimentation de l'usine

Les estimations du projet se fondent sur un débit d'alimentation de 5 200 tonnes de minerai par jour au concentrateur. Aucun dynamitage ne sera nécessaire avant l'extraction, puisque seulement la première couche d'environ 70 à 80 mètres de profondeur sera minée dans la saprolite. D'ailleurs, environ 12 % du minerai de saprolite devra être concassé et acheminé au broyeur à boulets pour que 80 % du minerai soit réduit en particules inférieures à 150 micromètres; le reste sera directement envoyé à la lixiviation par cyanuration.

Bumigeme recommande à Robex de prévoir d'autres dépenses en immobilisations secondaires pour améliorer la flexibilité du projet. Notamment, l'ajout d'un circuit de concentration gravimétrique visant à récupérer entre 15 et 20 % d'or améliorerait les conditions de lixiviation pour le minerai restant et pourrait faire passer la capacité de production de 5 200 tonnes à 6 000 tonnes par jour.

Par ailleurs, l'ajout d'un épaississeur permettrait de récupérer un plus grand volume d'eau aux fins de réutilisation dans le processus de traitement; le passage du minerai dans un deuxième épaississeur et un groupe de cyclones avant le traitement de lixiviation par cyanuration permettrait aussi de mieux contrôler la densité de pulpe. Ces dépenses additionnelles en capital compléteraient bien l'usine initiale, et l'augmentation de la capacité à 6 000 tonnes par jour les justifierait pleinement. Robex a confié à Bumigeme le mandat de préparer un addenda à cet effet.

Réserves et ressources minérales

Le programme d'exploration de Nampala a été supervisé par M. Jacques Marchand, ingénieur géologue. Met-Chem a revu le travail, les données et les analyses, puis a confirmé l'estimation des ressources qui seront utilisées pour la préparation des réserves minérales. Notons que M. Marchand est une personne qualifiée indépendante en vertu de la norme canadienne 43-101.

Ressources minérales de Nampala (mesurées et indiquées)*

Teneur de coupure
g/t – Au
Tonnes
(en millions)
Teneur en or
g/t
Or contenu
(once troy)
Type
0,3 2,67 0,48 41 103 Cuirasse latéritique
0,3 15,15 0,71 347 997 Saprolite
0,3 17,82 0,68 389 100 Total
0,4 1,55 0,57 28 538 Cuirasse latéritique
0,4 12,72 0,78 320 474 Saprolite
0,4 14,27 0,76 349 012 Total

*Il est à noter que la dernière mise à jour concernant les ressources mesurées et indiquées a confirmé la présence de plus de 523 000 onces de minéral aurifère oxydé à une teneur de coupure de 0,3 g/t (chiffres annoncés dans le communiqué du 20 septembre 2011).

RÉSERVES MINÉRALES

Parmi les ressources minérales mesurées et indiquées, la réserve minérale est la partie visée par le plan final de la carrière et dont les métaux précieux permettront de rentabiliser le traitement. L'estimation suivante, concernant la réserve minérale présentée dans l'étude de faisabilité, a été préparée par Met-Chem.

Réserve minérale (teneur de coupure de 0,3 g/t)

Type Tonnes
(millions)
Teneur en or
(g/t)
Confirmée 12,17 0,77
Probable 5,15 0,55
Total 17,35 0,70
Stérile 9,5
Taux de découverture (strip ratio) 0,55:1

PLAN MINIER

Le minerai sera extrait sur une période de dix (10) ans pour une production totale de 345 410 onces d'or, calculée d'après un taux de récupération de 88 % à l'étape du broyage. Le taux de production visé est de 5 200 tonnes par jour sur une période de 350 jours par année, pour un total de 1,8 Mt par année. Le taux de découverture est de 0,55 stérile/minerai. Pendant les huit premières années d'exploitation, 2,75 Mt de minerai à faible teneur de 0,35 g/t seront acheminés à la pile de stockage en vue de leur traitement au cours des deux dernières années (années 9 et 10).

Aucun dynamitage ne sera nécessaire pendant les dix (10) années de vie de la mine, puisque seuls le saprolite et la couche superficielle seront exploités; cela aura pour avantage de limiter le nombre de pièces d'équipement sur le site. La production de minerai et de stérile peut être accomplie simplement à l'aide d'un bouteur ainsi que d'une excavatrice et d'une chargeuse d'une capacité de 4 mètres cubes chacune. Le transport du minerai et du stérile sera assuré par cinq camions d'une capacité de 41 tonnes. On estime le coût de production à 2,44 $ par tonne de minerai (y compris les stériles).

BROYAGE/TRAITEMENT

Le schéma de traitement final a été préparé d'après les résultats constatés dans les installations de SGS à Lakefield et d'Acme à Vancouver. Le broyeur du circuit de CIL fonctionnera jour et nuit, 350 jours par année, 90 % du temps.

Seulement 12 % du minerai devra être concassé et traité par un broyeur à boulets; le reste sera criblé et directement acheminé au circuit de lixiviation, qui doit recevoir au moins 80 % des particules de moins de 150 microns (tamis 100). Le crible est conçu pour une capacité de 300 tonnes par heure, y compris une certaine marge de sécurité. Quant au broyeur à boulets, il est conçu pour une capacité de 13 kWh/tonne selon l'indice de Bond.

Le temps de séjour des particules dans le circuit de lixiviation sera de 30 heures. Ultérieurement, Robex pourrait envisager l'ajout d'un réservoir supplémentaire pour augmenter la durée de lixiviation, si les travaux métallurgiques démontrent un gain possible par rapport au taux de récupération de 88 %. Voici les données concernant la conception du circuit de CIL :

Circuit de CIL Unité Critères
Débit d'alimentation t/h 230
Teneur g/t 0,70
Taux de particules solides % 42
Granulométrie micron 80 % < 150 micromètres
Récupération % 89,7
Temps de séjour h 30
Rejets liquides g/t 0,021
Rejets solides g/t 0,117
Charbon g/l 10
Teneur en carbone g/t 3500
Débit de transfert du charbon tpj 1,2
Durée d'un transfert de charbon h 3
Nombre mensuel d'élutions 20

Le charbon sera régénéré sur le site, et l'or sera récupéré par électroplacage sur des cathodes d'acier. Ensuite, les cathodes plaquées d'or seront retirées de temps en temps, puis mélangées à des fondants qui seront acheminés dans un four pour métaux aurifères. SGS et Acme ont démontré que la consommation de cyanure et de chaux en tant que réactifs était basse, soit respectivement de 0,43 kg CN/t et de 0,5 kg/t. On estime les coûts d'exploitation du broyeur à 7,98 $/tonne, et c'est la production d'énergie qui en représente la plus grande proportion.

Services d'ingénierie

Bumigeme est une firme d'ingénieurs-conseils qui œuvre dans le secteur métallurgique et participe à divers projets en Afrique occidentale; elle travaille actuellement à la réalisation d'un projet d'exploitation aurifère au Mali. Fort de 30 années d'expérience en Afrique et sur divers mandats, M. Jacques Marchand est la personne qualifiée affectée aux ressources minérales.

Établie à Montréal, Met-Chem a participé à la révision du modèle géologique et était chargée de la conception du plan d'exploitation, y compris la réserve minérale, l'équipement et les dépenses. Met-Chem est reconnu pour ses travaux en Afrique et à l'échelle mondiale.

Un rapport technique indépendant complémentaire, conforme à la norme NI 43-101, sera déposé sur SEDAR dans les semaines à venir.

Pour en savoir plus sur le gisement de Nampala et pour lire la présentation de l'entreprise, visitez le :
www.robexgold.com

Les informations sur la ressource dans ce communiqué ont été vérifiées par Jacques Marchand, ing. géol. et personne qualifiée indépendante.

Le présent communiqué comporte des énoncés pouvant être considérés comme des « renseignements prévisionnels » ou des « énoncés prospectifs » en termes de droit des sûretés. Ces renseignements prévisionnels sous-tendent des incertitudes et des risques, dont certains échappent au contrôle de Robex inc. (« Robex »). Les réalisations et les résultats finaux peuvent différer considérablement des prévisions formulées implicitement ou explicitement. Ces écarts peuvent être attribuables à de nombreux facteurs, notamment à l'instabilité du prix des métaux sur le marché, aux conséquences de la fluctuation du taux de change et des taux d'intérêt, à une évaluation inexacte des ressources, aux risques en matière d'environnement (durcissement de la réglementation), à des situations géologiques imprévues, à des conditions d'exploitation défavorables, aux risques politiques inhérents à l'exploitation minière dans les pays en développement, à un changement de politiques gouvernementales ou de règlements (lois et politiques), à une incapacité d'obtenir les permis et les approbations nécessaires auprès des organismes gouvernementaux ou à tout autre risque lié à l'exploitation et au développement miniers. Rien ne garantit que les circonstances prévues dans ces énoncés prospectifs surviendront, voire qu'elles profiteront à Robex le cas échéant. Les renseignements prévisionnels sont fondés sur les estimations et les opinions de l'équipe de direction de Robex au moment de leur publication. Robex ne s'engage aucunement à rendre publics des mises à jour ou des changements concernant ces énoncés prospectifs à la lumière de nouveaux renseignements ou événements, ou pour tout autre motif, sauf si les lois en matière de valeurs mobilières l'exigent.

La Bourse de croissance TSX ou le fournisseur de services de réglementation (tel que défini dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n'assume aucune responsabilité quant à l'authenticité ou à la précision de ce communiqué.

Renseignements

  • Relations avec les investisseurs
    André Gagné
    Président et chef de la direction
    418-527-5023
    a.gagne@robexgold.com
    Skype : andregagne11

    Frédéric Bérard
    Vice-président
    HKDP Communications et affaires publiques
    514-395-0375, poste 259