Rogers Sugar Inc.
TSX : RSI

Rogers Sugar Inc.

18 nov. 2014 16h01 HE

Rogers Sugar Inc. : Résultats du quatrième trimestre de 2014

- La marge brute ajustée du trimestre affiche une hausse par rapport à celle du quatrième trimestre de l'exercice précédent et demeure comparable en ce qui a trait à l'exercice

- L'augmentation des charges administratives pour le trimestre et l'exercice est imputable aux suppressions d'emplois en vue de rehausser la productivité à montréal ainsi qu'à une charge hors trésorerie au titre des régimes de retraite

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 18 nov. 2014) - Rogers Sugar Inc. (TSX:RSI)

Message aux actionnaires : Au nom du conseil d'administration, je suis heureux de présenter les principaux résultats financiers de Rogers Sugar Inc. (la « Société ») pour le trimestre et l'exercice clos le 27 septembre 2014.

Les résultats pour les exercices 2014 et 2013 et les quatrièmes trimestres de ces exercices s'établissent comme suit :

Trimestres clos Exercices clos
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 28 septembre
2013 (1)
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 28 septembre
2013 (1)
(non audité)
(en tonnes métriques)
Volume
170 767 176 641 646 376 649 274
(en milliers de dollars)
Marge brute 15 077 $ 17 330 $ 82 939 $ 84 791 $
Charges :
Charges administratives et de vente 9 238 3 425 24 304 18 187
Frais de distribution 2 133 2 166 8 801 8 110
Résultat des activités opérationnelles (« BAII ») 3 706 11 739 49 834 58 494
Charges financières nettes 2 492 2 627 10 556 9 127
Charge d'impôt sur le résultat 340 2 603 10 049 12 875
Bénéfice net 874 $ 6 509 $ 29 229 $ 36 492 $
Bénéfice net par action - de base 0,01 $ 0,07 $ 0,31 $ 0,39 $
(1) Ajusté pour tenir compte de l'incidence de l'adoption des modifications de l'IAS 19 (2011), Avantages du personnel, comme il est décrit à la note 3 q) i) des états financiers intermédiaires au 27 septembre 2014.

Le volume au quatrième trimestre a reculé d'environ 5 900 tonnes métriques par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Le volume des produits liquides a reculé d'environ 4 800 tonnes métriques au quatrième trimestre de 2014 en raison d'un contrat de produits de substitution du SMHTF arrivé à échéance en mars 2014. Le volume des produits industriels et à l'exportation a également diminué d'environ 2 000 tonnes métriques et 800 tonnes métriques, respectivement, en raison du calendrier de livraison. La baisse de volume enregistrée pour ces marchés a été quelque peu compensée par la hausse d'environ 1 700 tonnes métriques des produits à la consommation attribuable aux calendriers promotionnels des clients.

La quantité totale de sucre livrée par la Société au cours de l'exercice a reculé. Pour l'exercice 2014, le volume total des ventes s'est élevé à 646 376 tonnes métriques, ce qui représente une baisse d'environ 2 900 tonnes métriques ou 0,4 % par rapport à l'exercice précédent.

Le volume du marché des produits industriels a augmenté d'environ 5 400 tonnes métriques en raison de la hausse de volume attribuable aux clients existants et aux nouveaux clients.

Le volume total du marché des produits de consommation a augmenté d'environ 2 900 tonnes métriques par rapport à celui de l'exercice dernier. La Société a conclu un nouveau contrat national pluriannuel qui est entré en vigueur en janvier 2014 avec un important client de détail. L'accroissement de volume découlant de ce contrat pluriannuel a été contrebalancé dans une certaine mesure par le fait la Société n'a pas renouvelé un contrat avec un autre client de détail important de l'Est depuis le deuxième semestre de l'exercice considéré.

Les hausses enregistrées dans les marchés des produits industriels et de consommation ont été plus que contrebalancées par une réduction des volumes d'exportation d'environ 9 500 tonnes métriques. À l'exercice 2013, la Société avait livré environ 15 000 tonnes métriques au Mexique. À l'exercice 2014, le marché mexicain présentait des stocks excédentaires et, par conséquent, le volume d'exportation vers le Mexique a été minime. La perte des volumes d'exportation vers le Mexique a été quelque peu compensée par les quelque 5 600 tonnes métriques pouvant entrer aux États-Unis aux termes du contingent mondial ouvert puis fermé le 1er octobre 2013.

Enfin, le marché des produits liquides a présenté une réduction de 1 700 tonnes métriques comparativement à l'exercice précédent en raison du calendrier de livraison de certains clients.

Compte tenu de l'évaluation à la valeur de marché de l'ensemble des instruments financiers dérivés et des dérivés incorporés dans des instruments non financiers à la clôture de chaque période de présentation de l'information financière, les résultats opérationnels de la Société peuvent afficher d'importantes fluctuations. Ce résultat comptable n'est pas complètement représentatif des facteurs et tendances qui touchent les activités de la Société. Nous avons par conséquent calculé des mesures non conformes aux PCGR, soit la marge brute ajustée et le bénéfice ajusté, qui rendent compte de la performance de la Société durant la période visée. Ces mesures de performance ajustées sont comparables au bénéfice ajusté présenté pour les périodes intermédiaires antérieures. Dans le présent communiqué de presse sont analysées des marges brutes ajustées qui tiennent compte des résultats opérationnels, mais non de l'évaluation à la valeur de marché des instruments financiers dérivés et des dérivés incorporés dans des instruments non financiers.

Profit / (perte) Trimestres clos Exercices clos
(en milliers de dollars) le 27 septembre 2014
(non audité)
le 28 septembre
2013
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 28 septembre
2013
(non audité)
Ajustement à la valeur de marché (6 148 ) $ (1 756 ) $ (1 432 ) $ (7 972 ) $
Cumul des écarts temporaires (2 763 ) 1 544 2 436 10 646
Ajustement total du coût des ventes (8 911 ) $ (212 ) $ 1 004 $ 2 674 $

La Société ne comptabilise les profits ou pertes sur ces instruments qu'à la livraison des contrats sur le sucre à l'utilisateur final ou à la consommation du gaz dans le cadre des activités.

Au cours du trimestre, une perte de 7,5 millions de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché a été comptabilisée à l'égard des contrats à terme normalisés sur le sucre, comparativement à un profit de 0,7 million de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice 2013, étant donné que le prix mondial du sucre brut a fléchi par rapport au cours de clôture du trimestre précédent. Pour l'exercice à ce jour, une perte de 5,3 millions de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché a été comptabilisée, en regard d'une perte de 7,2 millions de dollars pour l'exercice 2013. En ce qui concerne le gaz naturel, une perte de 1,0 million de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché a été comptabilisée pour le trimestre, comparativement à un profit négligeable lié à l'évaluation à la valeur de marché pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent, en raison du recul des prix du gaz naturel depuis la clôture du troisième trimestre de 2014. Pour l'exercice à ce jour, un profit de 0,5 million de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché a été inscrit, comparativement à une perte de 1,2 million de dollars à l'exercice précédent. Les contrats de change à terme et les dérivés incorporés, sur lesquels la fluctuation des taux de change a une incidence, ont permis de réaliser un profit combiné lié à l'évaluation à la valeur de marché de 2,3 millions de dollars pour le trimestre et d'environ 3,4 millions de dollars pour l'exercice en raison de la variation du dollar canadien en regard du dollar américain. Pour l'exercice 2013, la Société avait inscrit une perte de 2,5 millions de dollars pour le trimestre et un profit de 0,4 million de dollars pour l'exercice.

Le cumul des écarts temporaires découle du fait que la Société ne constate les profits et pertes liés à l'évaluation à la valeur de marché qu'au moment de la vente de sucre à un client ou de la consommation de gaz naturel. Les profits et pertes sur les transactions visant le sucre et les opérations de change à terme connexes sont largement compensés par les profits et pertes correspondants sur les transactions physiques, c'est-à-dire les contrats de vente et d'achat conclus avec les clients et les fournisseurs. L'ajustement à la clôture de l'exercice constitue la somme de tous les résultats trimestriels. Cet ajustement est ajouté aux résultats liés à l'évaluation à la valeur de marché pour obtenir l'ajustement total du coût des ventes. Pour l'exercice 2014, l'ajustement total du coût des ventes a été un profit de 1,0 million de dollars à porter en réduction des résultats opérationnels consolidés, contre un profit de 2,7 millions de dollars au titre du coût total des ventes à porter en réduction des résultats opérationnels consolidés à l'exercice 2013 pour arriver au résultat opérationnel ajusté.

La Société a également inscrit un profit lié à l'évaluation à la valeur de marché de 0,1 million de dollars pour le trimestre et une perte à cet effet de 0,4 million de dollars pour l'exercice au titre de l'évaluation à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt, inscrits sous les charges financières, contre une perte liée à l'évaluation à la valeur de marché de 0,1 million de dollars pour le quatrième trimestre de 2013 et un profit à cet effet de 1,8 million de dollars pour l'exercice 2013, les pertes liées à l'évaluation à la valeur de marché des exercices antérieurs s'étant renversées au fil du temps quant au swap de taux d'intérêt précédent.

L'ajustement total porté au bénéfice net avant impôt sur le résultat pour le trimestre a donné lieu à une perte de 8,8 millions de dollars, comparativement à une perte de 0,3 million de dollars au trimestre correspondant de l'exercice 2013. L'ajustement total porté au bénéfice avant impôt sur le résultat pour l'exercice 2014 a donné lieu à un profit de 0,6 million de dollars, comparativement à un profit de 4,5 millions de dollars pour l'exercice précédent.

L'information financière consolidée ajustée s'établit comme suit :

Trimestres clos Exercices clos
(en milliers de dollars) le 27 septembre
2014
(non audité)
le 28 septembre
2013 (1)
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 28 septembre
2013 (1)
(non audité)
Marge brute selon les éléments ci-dessus 15 077 $ 17 330 $ 82 939 $ 84 791 $
Ajustement selon les éléments ci-dessus 8 911 212 (1 004 ) (2 674 )
Marge brute ajustée 23 988 17 542 81 935 82 117
BAII selon les éléments ci-dessus 3 706 11 739 49 834 58 494
Ajustement selon les éléments ci-dessus 8 911 212 (1 004 ) (2 674 )
BAII ajusté 12 617 11 951 48 830 55 820
Bénéfice net selon les éléments ci-dessus 874 6 509 29 229 36 492
Ajustement du coût des ventes selon les éléments ci-dessus 8 911 212 (1 004 ) (2 674 )
Ajustement à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt (108 ) 80 433 (1 787 )
Impôt différé sur les ajustements ci-dessus (2 291 ) 16 113 1 018
Bénéfice net ajusté 7 386 $ 6 817 $ 28 771 $ 33 049 $
Bénéfice net par action - de base 0,08 $ 0,07 $ 0,31 $ 0,35 $
(1) Ajusté pour tenir compte de l'incidence de l'adoption des modifications de l'IAS 19 (2011), Avantages du personnel, comme il est décrit à la note 3 q) i) des états financiers intermédiaires au 27 septembre 2014.

La marge brute ajustée par tonne métrique s'est établie à 140,47 $ pour le trimestre à l'étude, comparativement à 99,31 $ lors du trimestre correspondant en 2013, ce qui représente une augmentation de 41,16 $ par tonne métrique. Cette hausse s'explique en partie par un profit non récurrent de 1,9 million de dollars, ou de 11,13 $ par tonne métrique, découlant de la réception anticipée, en comparaison de nos besoins, d'une cargaison de sucre brut afin de tirer parti des écarts favorables des contrats à terme normalisés sur le cours n° 11 du marché mondial du sucre brut. Par ailleurs, la hausse est également attribuable aux événements défavorables survenus au cours du dernier trimestre de l'exercice 2013, comme la hausse des coûts des matières premières à Taber, l'augmentation des coûts d'entretien à Vancouver en raison d'un bris inhabituel, et le recul du rendement global des usines. Enfin, la composition des ventes, affichant un volume de ventes de produits liquides et de produits industriels moindre, de même qu'un volume de ventes à la consommation plus élevé, a eu une incidence favorable sur la marge brute ajustée par tonne métrique pour le trimestre à l'étude, comparativement au quatrième trimestre de l'exercice 2013.

La marge brute ajustée s'est chiffrée à 81,9 millions de dollars, en baisse de 0,2 million de dollars par rapport à l'exercice précédent. Par tonne métrique, la marge brute ajustée se chiffrant à 126,76 $ a été comparable à celle de l'exercice précédent, mais comprend plusieurs éléments compensatoires.

Comme il est indiqué plus haut, la Société a inscrit au cours du trimestre un profit non récurrent de 1,9 million de dollars attribuable à la réception anticipée d'une cargaison de sucre brut en comparaison de nos besoins. En outre, la marge brute ajustée de l'exercice 2013 comprenait une charge de 1,9 million de dollars au titre d'un engagement de mises à jour futures des prestations de retraite. Ces deux facteurs ont accru la marge brute ajustée de 3,8 millions de dollars, soit 5,88 $ par tonne métrique, à l'exercice 2014.

Cet écart favorable a été contrebalancé par une hausse de 1,4 million de dollars des coûts de l'énergie à Montréal comparativement à ceux de l'exercice 2013 en raison de l'achat de gaz naturel et de pétrole d'appoint coûteux lorsque l'approvisionnement en gaz naturel a été interrompu conformément aux modalités de livraison du fournisseur de gaz naturel. Les activités de la raffinerie de Montréal ont été interrompues pendant 49 jours au cours l'exercice considéré, contre 27 jours au cours l'exercice 2013. Le recul d'environ 1,3 million de dollars des produits tirés des sous-produits a également contribué à la baisse de la marge brute ajustée et de la marge brute ajustée par tonne métrique en raison de la superficie moindre de betteraves récoltées lors de l'exercice 2014 par rapport à la superficie en cause lors de l'exercice 2013. Enfin, la composition défavorable des ventes a eu une incidence sur la marge brute ajustée en raison d'une hausse du volume du marché des produits industriels et de la baisse des ventes à l'exportation, lesquelles présentent habituellement des marges plus élevées.

Les charges administratives et de vente se sont accrues d'environ 5,8 millions de dollars et 6,1 millions de dollars respectivement en regard de celles du trimestre correspondant de l'exercice 2013 et de l'exercice 2013 dans son ensemble. Au cours de l'exercice 2014, la Société a retenu les services d'une société d'experts-conseils en amélioration des processus pour examiner la structure de coûts de la raffinerie de Montréal et ses processus de fabrication. Au terme de l'analyse et d'un examen approfondi des activités opérationnelles de Montréal avec son équipe de production, la Société a annoncé en septembre 2014 l'abolition de 59 postes d'employés horaires par une combinaison de mises à pied, de retraites anticipées et de départs volontaires. Cette analyse a eu pour conséquence directe l'inscription de charges de 2,5 millions de dollars d'honoraires de consultation et d'indemnités de départ au cours du quatrième trimestre de l'exercice 2014, ce qui porte le total pour l'exercice à 2,8 millions de dollars. Au cours du trimestre considéré, la Société a accru sa charge hors trésorerie au titre de la liquidation du régime de retraite à prestations définies des salariés en Colombie-Britannique et en Alberta (le « régime des salariés ») de 1,0 million de dollars au troisième trimestre de l'exercice 2014 pour la porter à 2,2 millions de dollars pour tenir compte de la baisse des taux d'intérêt survenue au cours du trimestre. Enfin, en sus des raisons susmentionnées, les charges administratives et de vente ont augmenté par rapport à celles de l'exercice précédent en raison des frais juridiques plus élevés et des charges de commercialisation imputables au lancement de nouveaux produits.

Les charges de distribution pour le trimestre ont été comparables à celles du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Les charges de distribution de l'exercice se sont accrues d'environ 0,7 million de dollars par rapport à celles de l'exercice précédent en raison de coûts ponctuels liés à la surestarie ainsi que de frais de stockage additionnels en raison du report important de stocks de sucre de betterave à la clôture du dernier exercice.

Les charges financières nettes pour le trimestre considéré ont été comparables à celles du quatrième trimestre de l'exercice 2013, compte non tenu du profit et de la perte liés à l'évaluation à la valeur de marché et des swaps de taux d'intérêt. Pour l'exercice, la Société a comptabilisé une perte découlant de l'évaluation à la valeur de marché de 0,4 million de dollars, comparativement à un profit découlant de l'évaluation à la valeur de marché de 1,8 million de dollars. Compte non tenu des variations découlant de l'évaluation à la valeur de marché, les charges d'intérêts pour l'exercice 2014 ont été inférieures de 0,8 million de dollars à celles de l'exercice 2013, en raison principalement de la baisse du taux d'intérêt s'appliquant aux nouveaux swaps de taux d'intérêt. Avec prise d'effet le 30 juin 2014, la Société a conclu un swap de taux d'intérêt d'une durée de 5 ans à un taux de 2,09 % pour une valeur de 10,0 millions de dollars. En outre, avec prise d'effet le 28 juin 2013, la Société a conclu un swap de taux d'intérêt d'une durée de 5 ans à un taux de 2,09 %, pour une valeur initiale de 50,0 millions de dollars, qui passera à 40,0 millions de dollars le 29 juin 2015 et à 30,0 millions de dollars le 28 juin 2016. Le swap de taux d'intérêt précédent de la Société de 70,0 millions de dollars, d'une durée de 5 ans et assorti d'un taux de 4,005 %, est arrivé à échéance le 28 juin 2013.

Dans le but de fournir des renseignements supplémentaires, la Société mesure les flux de trésorerie disponibles générés par ses activités. Les flux de trésorerie disponibles s'entendent des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, exclusion faite de la variation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement, des ajustements liés à l'évaluation à la valeur de marché et au moment de la constatation des instruments dérivés, des montants hors trésorerie au titre des instruments financiers, des fonds reçus ou versés à la suite de l'émission ou du rachat d'actions ainsi que des dépenses d'investissement en capital. Les flux de trésorerie disponibles n'ont pas pour objet d'être représentatifs des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles ou du résultat opérationnel calculé conformément aux IFRS. Ils pourraient ne pas être comparables à des mesures similaires utilisées par d'autres sociétés.

Les flux de trésorerie disponibles se présentent comme suit pour le trimestre et depuis le début de l'exercice :

(en milliers de dollars) Trimestres clos Exercices clos
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 28 septembre
2013
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 28 septembre
2013
(non audité)
Activités opérationnelles
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 11 419 $ 30 635 $ 31 965 $ 37 653 $
Ajustements :
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement (7 825 ) (20 187 ) 2 984 3 452
Variations de l'impôt sur le résultat payable hors trésorerie (433 ) (499 ) 760 1 423
Variations des intérêts à payer hors trésorerie (1 582 ) (1 668 ) (33 ) 368
Ajustements liés à l'évaluation à la valeur de marché et au moment de la constatation des instruments dérivés 8 803 292 (571 ) (4 461 )
Montants hors trésorerie des instruments financiers 1 916 (877 ) 4 621 6 458
Dépenses en immobilisations (5 688 ) (4 201 ) (11 569 ) (9 117 )
Dépenses d'investissement en capital 2 017 850 2 869 1 430
(Rachat) émission de titres - - (372 ) 92
Frais de financement différés - (119 ) (90 ) (569 )
Flux de trésorerie disponibles 8 627 $ 4 226 $ 30 564 $ 36 729 $
Dividendes déclarés 8 463 $ 8 470 $ 33 858 $ 67 751 $

Les flux de trésorerie disponibles pour le trimestre ont augmenté de 4,4 millions de dollars en regard de ceux du trimestre correspondant de l'exercice 2013 grâce à la hausse de 0,7 million de dollars du résultat ajusté tiré des activités opérationnelles et à la baisse des cotisations en trésorerie aux régimes de retraite en regard d'une charge de retraite de 4,2 millions de dollars. Ces facteurs ont été quelque peu atténués par la hausse des dépenses en immobilisations, compte tenu des dépenses d'investissement en capital, de 0,3 million de dollars. Les flux de trésorerie disponibles pour l'exercice 2014 ont été inférieurs de 6,2 millions de dollars à ceux de l'exercice précédent. Ce recul est surtout attribuable à la baisse du résultat ajusté tiré des activités opérationnelles de 7,0 millions de dollars et à la hausse des dépenses en immobilisations, compte tenu des dépenses d'investissement en capital, de 1,0 million de dollars. Ces facteurs ont été atténués par la diminution de 1,8 million de dollars des intérêts et de l'impôt payés.

PERSPECTIVES

Au cours de l'exercice 2014, la Société a conclu un contrat national pluriannuel avec un client important, mais n'a pas renouvelé avec un autre client important de l'Est, ce qui entraînera une augmentation nette du volume dans ce secteur pour le prochain exercice.

Au cours des exercices 2013 et 2014, la Société a récupéré des volumes au titre d'un compte de produits de substitution du SMHTF pour un contrat d'un an. Avec le recul des prix du maïs, la Société n'a pas été en mesure d'offrir des prix concurrentiels et, par conséquent, le contrat n'a pas été renouvelé. Ainsi, le volume de ventes de produits liquides devrait reculer d'environ 10 000 tonnes métriques au cours de l'exercice 2015.

Des récoltes importantes au Mexique et aux États-Unis au cours de l'exercice 2013 ont donné lieu à des stocks excédentaires considérables et à une pression à la baisse sur les prix de vente aux États-Unis au cours de l'exercice 2014. En mars 2014, les États-Unis ont entrepris des procédures en matière de dumping envers le Mexique, lesquelles pourraient avoir une incidence sur la commercialisation du sucre et sur les marges aux États-Unis et au Mexique, si elles sont fructueuses. Les occasions d'exportation demeureront limitées jusqu'à la résolution complète du différend opposant les deux pays. Le volume total des ventes à l'exportation devrait diminuer au cours de l'exercice 2015, le contingent canadien ayant été réduit, passant de 12 050 à 10 300 tonnes métriques en raison du différend opposant les États-Unis au Mexique. Par ailleurs, la part de la Société du volume entré aux États-Unis aux termes du contingent mondial de 7 090 tonnes métriques ouvert et fermé le 1er octobre 2014 a reculé par rapport à celle de l'exercice 2014. En conséquence, le volume des ventes à l'exportation devrait diminuer d'environ 5 000 tonnes métriques en 2015. Pour accroître ses ventes à l'exportation, la Société continuera d'étudier d'autres débouchés pour ses ventes à l'exportation, similaires à ceux obtenus il y a quelques années au Mexique.

Le marché des produits industriels devrait présenter des chiffres comparables à ceux de l'exercice 2014.

Dans l'ensemble, le volume de ventes total devrait diminuer un peu au cours de l'exercice 2015 par rapport à l'exercice 2014 pour les raisons susmentionnées.

En septembre 2014, 59 postes ont été abolis à la raffinerie de Montréal au terme d'une analyse de sa structure de coûts et de son processus de fabrication. Ainsi, la Société s'attend à réaliser des économies au titre du coût de la main-d'œuvre d'environ 5,0 millions de dollars au cours de l'exercice 2015 comparativement au coût rapporté pour l'exercice 2014.

La Société a procédé à l'étude de diverses solutions afin de réduire le risque présenté par les coûts élevés des sources d'énergie d'appoint en raison d'interruptions de service de son fournisseur de gaz naturel. En septembre 2014, la Société a obtenu la confirmation par son fournisseur de gaz naturel que sa demande d'un contrat ferme d'approvisionnement avait été acceptée par La Régie de l'énergie du Québec. Par conséquent, la Société ne sera plus assujettie aux interruptions découlant des conditions hivernales rigoureuses et s'attend à réaliser des économies nettes d'environ 1,8 million de dollars en n'étant pas tenue de se procurer du gaz naturel aux termes de contrats interruptibles.

Les économies susmentionnées devraient être contrebalancées de manière générale par l'effet combiné d'une réduction du volume de vente ainsi que de plus faibles marges sur les ventes, étant donné que la Société s'attend à une diminution de la valeur des contrats conclus pour l'exercice 2015 par rapport à ceux de l'exercice 2014 en raison du contexte concurrentiel du marché. Par ailleurs, la Société a tiré parti lors de l'exercice 2014 d'un profit de 1,9 million de dollars attribuable à l'arrivée anticipée d'une cargaison de sucre brut, ce qui ne devrait pas se reproduire au cours de l'exercice 2015.

Près de 75 % des besoins en gaz naturel pour l'exercice 2015 font l'objet d'opérations de couverture, à des prix moyens comparables à ceux de l'exercice 2014. Tout volume qui ne fait pas l'objet d'opérations de couverture devrait profiter des prix actuellement peu élevés du gaz naturel se trouvant à proximité. En outre, nous avons pris certaines positions limitées sur le marché à terme pour les exercices 2016 à 2018. Certaines de ces positions sont prises à des prix supérieurs à ceux pratiqués sur le marché à l'heure actuelle, mais à des prix identiques, ou encore plus avantageux, que ceux de l'exercice 2014. Nous continuerons à surveiller de près la dynamique du marché du gaz naturel dans le but de réduire au minimum nos coûts de gaz naturel.

Les charges administratives et de vente pour l'exercice 2015 devraient reculer en raison des événements ponctuels survenus lors de l'exercice 2014.

La liquidation du régime des salariés aidera à réduire, à l'avenir, les cotisations en trésorerie aux régimes à prestations définies. Pour l'exercice 2015, les cotisations en trésorerie aux régimes à prestations définies devraient se chiffrer à 4,0 millions de dollars, en baisse de 3,5 millions de dollars par rapport à celles de l'exercice 2014.

D'importants projets d'investissement sont en cours. Le total des dépenses en immobilisations ainsi que les investissements en capital pour l'exercice 2015 devrait se chiffrer à environ 13,0 millions de dollars, dont une tranche de 3,0 millions de dollars sera investie en projets d'investissement en capital. La Société continuera de procéder activement à la recherche de capitaux afin de réduire les coûts et d'améliorer l'efficacité des activités de fabrication.

La récolte et la campagne de coupe en tranches des betteraves à Taber se sont amorcées au début du mois d'octobre. Les premières indications sont favorables étant donné que le rendement par acre de récolte et le taux d'extraction à ce jour dépassent les prévisions. À Taber, la plantation de betteraves s'est effectuée sur une superficie d'environ 22 000 acres, et la récolte a lieu actuellement. Si les conditions de récolte actuelles se maintiennent, nos activités de transformation devraient permettre de produire environ 85 000 tonnes métriques de sucre de betterave pour l'exercice 2015.

Comme il a été mentionné précédemment, le Gouvernement du Canada a conclu une entente de principe portant sur un Accord économique et commercial global («AECG ») entre le Canada et l'Union européenne. Aux termes de cette entente, le Canada devrait tirer des avantages financiers considérables de l'exportation de produits contenant du sucre. On s'attend à ce qu'il s'écoule au moins deux ans avant la ratification de l'AECG par toutes les parties. De plus, le Gouvernement du Canada poursuit les négociations aux termes du Partenariat transpacifique (« PTP ») en vue de conclure un accord qui permettrait aux membres de ce partenariat de surmonter les obstacles entravant l'accès aux différents marchés en ce qui a trait au sucre et aux produits contenant du sucre. L'AECG et l'accord commercial éventuel du PTP ne devraient pas avoir une incidence sur la Société avant deux ans. Cependant, la Société sera en mesure de réagir promptement si le processus de ratification de l'AECG est mis en œuvre plus tôt, puisqu'elle a déjà entamé des discussions avec des clients éventuels en Europe.

AU NOM DU CONSEIL D'ADMINISTRATION,
(signé)
A. Stuart Belkin
Vancouver (Colombie-Britannique) - Le 18 novembre 2014

Renseignements

  • Madame Manon Lacroix
    Vice-présidente, finances, et secrétaire
    514-940-4350
    514-527-1610 (FAX)
    www.rogerssugarinc.com