Rogers Sugar Inc.
TSX : RSI

Rogers Sugar Inc.

19 nov. 2015 16h01 HE

Rogers Sugar Inc. : résultats du quatrième trimestre de 2015

- Volume accru pour le trimestre et l'exercice à ce jour

- BAII ajusté en hausse pour le trimestre et l'exercice à ce jour

- Le Tribunal canadien du commerce extérieur reitère les droits imposés aux Etats-Unis et à l'Union européenne

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwired - 19 nov. 2015) - Rogers Sugar Inc. (TSX:RSI)

Message aux actionnaires : Au nom du conseil d'administration, je suis heureux de présenter les principaux résultats financiers de Rogers Sugar Inc. (la « Société ») pour le trimestre et l'exercice clos le 3 octobre 2015.

Il faut prendre note que l'exercice 2015 comptait 53 semaines d'exploitation, contre 52 semaines pour l'exercice 2014. La semaine supplémentaire est incluse dans les résultats du quatrième trimestre de l'exercice 2015. Les résultats pour les exercices 2015 et 2014 et les quatrièmes trimestres de ces exercices s'établissent comme suit :

Trimestres clos Exercices clos
(en milliers de dollars, sauf l'information visant le volume et les données par action) le 3 octobre
2015
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
Volume 192 912 170 767 658 812 646 376
Marge brute 23 675 $ 15 077 $ 76 295 $ 82 939 $
Charges :
Charges administratives et de vente 6 982 9 238 22 430 24 304
Frais de distribution 2 940 2 133 9 395 8 801
Résultat des activités d'exploitation (« BAII ») 13 753 3 706 44 470 49 834
Charges financières nettes 3 298 2 492 11 931 10 556
Charge d'impôt sur le résultat 2 654 340 8 506 10 049
Bénéfice net 7 801 $ 874 $ 24 033 $ 29 229 $
Bénéfice net par action - de base 0,08 $ 0,01 $ 0,26 $ 0,31 $

Le volume au quatrième trimestre a progressé d'environ 22 100 tonnes métriques par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Le volume des produits industriels a augmenté d'environ 9 800 tonnes métriques par rapport au quatrième trimestre de l'exercice précédent, une tranche d'environ 8 700 tonnes métriques de cette augmentation étant imputable à la semaine supplémentaire. Le reste de l'augmentation s'explique par le calendrier des livraisons. Le volume des produits de consommation a augmenté d'environ 2 300 tonnes métriques en raison de la semaine supplémentaire durant l'exercice 2015 et du calendrier des promotions à l'intention des clients. Le volume des produits liquides a augmenté d'environ 3 900 tonnes métriques par rapport à la période comparable de l'exercice précédent, dont une tranche d'environ 2 100 tonnes métriques est imputable à la semaine supplémentaire. Le reste de l'augmentation s'explique par la forte demande de la part de clients existants au dernier trimestre de l'exercice considéré. Enfin, le volume des ventes à l'exportation a augmenté d'environ 6 100 tonnes métriques par rapport à l'exercice précédent en raison du volume supplémentaire vendu au Mexique ainsi que des ventes à l'exportation aux États-Unis. L'écart entre le cours no 11 du marché mondial du sucre brut et les prix du sucre raffiné aux États-Unis, combiné à la faiblesse du dollar canadien, a permis à Lantic d'exporter des volumes additionnels vers les États-Unis, moyennant le paiement de droits d'environ 360,00 $ US par tonne métrique. Compte non tenu de la semaine supplémentaire d'expéditions au quatrième trimestre de l'exercice 2015, le volume a été d'environ 9 100 tonnes métriques supérieur à celui du dernier trimestre de l'exercice 2014 en raison de la progression des volumes dans tous les secteurs.

En regard de l'exercice 2014, la quantité totale de sucre livrée par la Société a augmenté d'environ 12 400 tonnes métriques. Compte non tenu de l'incidence de la cinquante-troisième semaine de l'exercice 2015, le volume total aurait été comparable à celui de l'exercice précédent.

Le volume des produits industriels a augmenté d'environ 8 100 tonnes métriques, principalement en raison de la semaine supplémentaire d'expéditions durant l'exercice 2015 par rapport à l'exercice 2014.

Le volume total des produits de consommation a diminué d'environ 3 600 tonnes métriques par rapport à l'exercice précédent. La contraction sur douze mois est surtout attribuable au calendrier des contrats avec des clients importants, du fait qu'un nouveau contrat pluriannuel est entré en vigueur le 1er janvier 2014 et qu'un autre contrat avec un client important a pris fin le 31 mars 2014, facteurs qui ont amplifié le volume au deuxième trimestre de l'exercice 2014. La baisse a été quelque peu contrebalancée par la semaine supplémentaire de livraisons au cours de l'exercice 2015.

Le secteur des produits liquides a présenté une hausse d'environ 1 500 tonnes métriques. Le second semestre de 2015 a été caractérisé par une forte demande pour les produits liquides, facteur qui a presque totalement compensé la contraction du volume au premier semestre de l'exercice imputable à l'expiration en mars 2014 d'un contrat d'un an visant un compte de produits de substitution du SMHTF dans l'Ouest du Canada. Dans l'ensemble, la croissance a été solide en ce qui concerne les clients réguliers, ce qui, en regard de l'exercice précédent compte non tenu de la semaine supplémentaire de l'exercice 2015, a entraîné une légère baisse du volume du secteur des produits liquides en regard de celui de la période correspondante de l'exercice précédent.

Le secteur des ventes à l'exportation a enregistré une progression d'environ 6 400 tonnes métriques en regard de l'exercice 2014. L'augmentation s'explique par le volume supplémentaire vendu au Mexique ainsi que par les ventes à l'exportation aux États-Unis en contrepartie de droits de premier niveau. L'écart entre le cours no 11 du sucre brut et les prix du sucre raffiné aux États-Unis, combiné à la faiblesse du dollar canadien, a permis à Lantic d'exporter des volumes additionnels vers les États-Unis, moyennant des droits d'environ 360,00 $ US par tonne métrique.

Compte tenu de l'évaluation à la valeur de marché de l'ensemble des instruments financiers dérivés et des dérivés incorporés dans des instruments non financiers à la clôture de chaque période de présentation de l'information financière, les résultats d'exploitation de la Société peuvent afficher d'importantes fluctuations. Ce résultat comptable n'est pas complètement représentatif des facteurs et tendances qui touchent les activités de la Société. Nous avons par conséquent calculé des mesures non conformes aux PCGR, soit la marge brute ajustée et le bénéfice ajusté, qui rendent compte de la performance de la Société durant la période visée. Ces mesures de performance ajustées sont comparables au bénéfice ajusté présenté pour les périodes intermédiaires antérieures. Dans le présent communiqué de presse sont analysées des marges brutes ajustées qui tiennent compte des résultats d'exploitation, mais non de l'évaluation à la valeur de marché des instruments financiers dérivés et des dérivés incorporés dans des instruments non financiers.

Trimestres clos Exercices clos
Profit / (perte)
(en milliers de dollars)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
Ajustement à la valeur de marché 158 $ (6 148 ) $ (7 350 ) $ (1 432 ) $
Cumul des écarts temporaires (537 ) (2 763 ) (2 237 ) 2 436
Ajustement total du coût des ventes (379 ) $ (8 911 ) $ (9 587 ) $ 1 004 $

La Société ne comptabilise les profits ou pertes sur ces instruments qu'à la livraison des contrats sur le sucre à l'utilisateur final ou à la consommation du gaz dans le cadre des activités.

Au cours du trimestre, un profit de 0,6 million de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché a été comptabilisé à l'égard des contrats à terme normalisés sur le sucre, comparativement à une perte de 7,5 millions de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice 2014, étant donné que le prix mondial du sucre brut a augmenté par rapport au cours de clôture du trimestre précédent. Pour l'exercice à ce jour, une perte de 2,3 millions de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché a été comptabilisée, en regard d'une perte de 5,3 millions de dollars pour l'exercice 2014. En ce qui concerne le gaz naturel, des pertes de 3,6 millions de dollars et de 11,9 millions de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché ont été comptabilisées, respectivement, pour le trimestre et pour l'exercice à ce jour, par rapport à une perte de 1,0 million de dollars et à un profit de 0,5 million de dollars pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent. La perte découlant de l'évaluation à la valeur de marché pour l'exercice 2015 s'explique par le fléchissement de la valeur des contrats à terme normalisés sur le gaz naturel durant l'exercice considéré. Les contrats de change à terme et les dérivés incorporés, sur lesquels la fluctuation des taux de change a une incidence, ont permis de réaliser un profit combiné lié à l'évaluation à la valeur de marché de 3,2 millions de dollars pour le trimestre et de 6,8 millions de dollars pour l'exercice en raison de la variation du dollar canadien en regard du dollar américain. Pour l'exercice 2014, la Société avait inscrit un profit de 2,3 millions de dollars pour le trimestre et un profit de 3,4 millions de dollars pour l'exercice.

Le cumul des écarts temporaires découle du fait que la Société ne constate les profits et pertes liés à l'évaluation à la valeur de marché qu'au moment de la vente de sucre à un client ou de la consommation de gaz naturel. De plus, les profits et pertes sur les transactions sur papier visant le sucre et les opérations de change connexes sont largement compensés par les profits et pertes correspondants sur les transactions physiques, c'est-à-dire les contrats de vente et d'achat conclus avec les clients et les fournisseurs. L'ajustement à la clôture de l'exercice constitue la somme de tous les résultats trimestriels. Pour obtenir l'ajustement total du coût des ventes, cet ajustement est ajouté aux résultats liés à l'évaluation à la valeur de marché, ou en est retranché. Pour l'exercice 2015, l'ajustement total du coût des ventes a été une perte de 9,6 millions de dollars à ajouter aux résultats d'exploitation consolidés contre un profit de 1,0 million de dollars à porter en réduction des résultats d'exploitation consolidés à l'exercice 2014 pour arriver au résultat d'exploitation ajusté de ces deux exercices.

La Société a également inscrit une perte liée à l'évaluation à la valeur de marché de 0,6 million de dollars pour le trimestre et une perte à cet effet de 1,2 million de dollars pour l'exercice au titre de l'évaluation à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt inscrits au poste « charges financières », contre un profit lié à l'évaluation à la valeur de marché de 0,1 million de dollars pour le quatrième trimestre de 2014 et une perte à cet effet de 0,4 million de dollars pour l'exercice 2014, du fait du fléchissement des taux d'intérêt au cours des deux derniers exercices.

L'ajustement total porté au bénéfice net avant impôt sur le résultat pour le trimestre a donné lieu à une perte de 1,0 million de dollars, comparativement à une perte de 8,8 millions de dollars au trimestre correspondant de l'exercice 2014. L'ajustement total porté au bénéfice avant impôt sur le résultat pour l'exercice 2015 entier a donné lieu à une perte de 10,8 millions de dollars, comparativement à un profit de 0,6 million de dollars pour l'exercice précédent.

L'information financière consolidée ajustée s'établit comme suit :

Trimestres clos Exercices clos
(en milliers de dollars, sauf l'information visant le volume et les données par action) le 3 octobre
2015
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
Marge brute selon les éléments ci-dessus 23 675 $ 15 077 $ 76 295 $ 82 939 $
Ajustement selon les éléments ci-dessus 379 8 911 9 587 (1 004 )
Marge brute ajustée 24 054 23 988 85 882 81 935
BAII selon les éléments ci-dessus 13 753 3 706 44 470 49 834
Ajustement selon les éléments ci-dessus 379 8 911 9 587 (1 004 )
BAII ajusté 14 132 12 617 54 057 48 830
Bénéfice net selon les éléments ci-dessus 7 801 874 24 033 29 229
Ajustement du coût des ventes selon les éléments ci-dessus 379 8 911 9 587 (1 004 )
Ajustement à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt 582 (108 ) 1 168 433
Impôt différé sur les ajustements ci-dessus (269 ) (2 291 ) (3 030 ) 113
Bénéfice net ajusté 8 493 $ 7 386 $ 31 758 $ 28 771 $
Bénéfice net par action - de base 0,09 $ 0,08 $ 0,34 $ 0,31 $

La marge brute ajustée par tonne métrique s'est établie à 124,69 $ pour le trimestre à l'étude, contre 140,47 $ pour l'exercice 2014, soit une baisse de 15,78 $ par tonne métrique. Comme il est mentionné plus haut, la Société a comptabilisé au dernier trimestre de l'exercice 2014 un profit non récurrent de 1,9 million de dollars, découlant de la réception anticipée d'une cargaison de sucre brut, en comparaison de ses besoins. Ce profit non récurrent explique une tranche de 11,13 $ de la baisse de la marge brute ajustée par tonne métrique. En outre, la Société a dû composer avec des inefficiences d'exploitation à la raffinerie de Montréal au dernier trimestre de l'exercice considéré, à la suite du bris d'un équipement de raffinage et des coûts d'entretien supplémentaires engagés. Enfin, les coûts de la main-d'œuvre à la raffinerie de Montréal ont fléchi de 0,4 million de dollars en regard de l'exercice précédent du fait des compressions de personnel effectuées en 2014, facteur qui a en partie contrebalancé certaines des variations défavorables susmentionnées.

Pour l'exercice complet, la marge brute ajustée s'est chiffrée à 85,9 millions de dollars, en hausse de 3,9 millions de dollars par rapport à l'exercice précédent. Par tonne métrique, la marge brute ajustée s'est chiffrée à 130,36 $, en hausse de 3,60 $ par tonne métrique par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent.

La variation favorable de la marge brute ajustée et de la marge brute ajustée par tonne métrique par rapport à l'exercice précédent s'explique surtout par la réduction des coûts de la main-d'oeuvre et des coûts de l'énergie. À la suite des compressions de personnel effectuées en 2014 à la raffinerie de Montréal, Lantic a été en mesure de réduire ses coûts de la main-d'œuvre de quelque 4,5 millions de dollars. De plus, la Société a réalisé des économies de l'ordre de 2,6 millions de dollars au chapitre des coûts de l'énergie en raison de la baisse des cours du gaz naturel ainsi que de la conversion d'un contrat d'approvisionnement en gaz interruptible au cours de l'exercice 2014 en contrat ferme durant l'exercice considéré à la raffinerie de Montréal.

La hausse des charges d'exploitation à l'usine de betteraves de Taber en raison de la détérioration prononcée des betteraves à la fin de la campagne de coupe ainsi que les inefficiences d'exploitation à la raffinerie de Montréal au dernier trimestre de l'exercice considéré à la suite du bris d'un équipement de raffinage ont quelque peu contrebalancé les variations favorables susmentionnées. Enfin, comme il est mentionné ci-dessus, au cours de l'exercice 2014, la Société a comptabilisé un profit non récurrent de 1,9 million de dollars découlant de la réception anticipée, en comparaison de ses besoins, d'une cargaison de sucre brut afin de tirer parti des écarts favorables des contrats à terme normalisés sur le cours no 11 du marché mondial du sucre brut. Aucun profit de la sorte n'a été inscrit durant l'exercice 2015, facteur qui a comprimé les variations favorables susmentionnées.

Les charges administratives et de vente ont baissé d'environ 2,3 millions de dollars et 1,9 million de dollars, respectivement, en regard de celles du quatrième trimestre de l'exercice 2014 et de l'exercice 2014 à ce jour. Au cours du dernier trimestre de l'exercice 2014 et de l'exercice 2014 au complet, la Société a engagé des honoraires de consultation et des indemnités de départ de 2,5 millions de dollars et de 2,8 millions de dollars, respectivement, à la suite de l'examen au titre de l'amélioration des processus à la raffinerie de Montréal. De plus, au cours de l'exercice 2014, la décision a été prise de liquider le dernier régime de retraite à prestations définies des salariés (le « régime des salariés »), à l'égard duquel le décompte des années de service était bloqué depuis 2008. Cette liquidation a été effectuée au 31 décembre 2014 et la Société est parvenue aux dernières étapes du processus de règlement. Du fait de cette décision, la Société a comptabilisé une charge hors trésorerie de 0,8 million de dollars durant le quatrième trimestre de l'exercice 2015, contre une charge de 1,2 million de dollars durant la période correspondante de l'exercice précédent. Les charges hors trésorerie se sont établies à 0,8 million de dollars depuis le début de l'exercice 2015, comparativement à 2,2 millions de dollars au cours de l'exercice 2014. Ces réductions susmentionnées des charges administratives et de vente ont été quelque peu contrebalancées par l'accroissement des honoraires de consultation, des charges de commercialisation, de la provision pour créances douteuses et des charges au titre des avantages du personnel.

Les charges de distribution pour le trimestre ont augmenté de 0,8 million de dollars par rapport à celles du trimestre correspondant de l'exercice précédent et de 0,6 million de dollars par rapport à celles de l'exercice 2014. La hausse des charges de distribution s'explique par l'accroissement des coûts de transfert entre nos divers établissements du fait de la baisse des stocks à l'usine de Taber à la fin de l'exercice considéré et des inefficiences de production à la raffinerie de Montréal, facteurs aggravés par la forte demande à l'égard des ventes au dernier trimestre de l'exercice.

Les charges financières nettes pour le trimestre considéré ont été de 0,1 million de dollars supérieures à celles du quatrième trimestre de l'exercice 2014, compte non tenu du profit et de la perte liés à l'évaluation à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt. Pour l'exercice, la Société a comptabilisé une perte découlant de l'évaluation à la valeur de marché de 1,2 million de dollars, comparativement à une perte découlant de l'évaluation à la valeur de marché de 0,4 million de dollars. Compte non tenu des variations découlant de l'évaluation à la valeur de marché, les charges d'intérêts pour l'exercice 2015 ont été supérieures de 0,6 million de dollars à celles de l'exercice 2014, en raison de la hausse des emprunts au cours de l'exercice du fait principalement de l'augmentation des stocks de sucre brut durant l'exercice.

Le 30 octobre 2015, le Tribunal canadien du commerce extérieur (le « TCCE ») a rendu sa décision de réitérer sa conclusion de 1995 à l'endroit du sucre subventionné et faisant l'objet de dumping en provenance des États-Unis et de l'Union européenne. Les droits antidumping et compensatoires continueront en conséquence à s'appliquer à ces importations de sucre.

Les droits sur les importations de sucre raffiné en provenance des États-Unis et de l'Union européenne sont importants pour Lantic en particulier et l'industrie du sucre raffiné du Canada en général, car ils protègent le marché de l'incidence défavorable des importations selon des pratiques commerciales déloyales en provenance de ces pays. Du fait de la décision du TCCE, ces droits seront imposés durant encore cinq ans.

Dans le but de fournir des renseignements supplémentaires, la Société mesure les flux de trésorerie disponibles générés par ses activités. Les flux de trésorerie disponibles s'entendent des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation, exclusion faite de la variation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement, des ajustements liés à l'évaluation à la valeur de marché et au moment de la constatation des instruments dérivés, des montants hors trésorerie au titre des instruments financiers, des fonds reçus ou versés à la suite de l'émission ou du rachat d'actions ainsi que des dépenses d'investissement en capital. Les flux de trésorerie disponibles n'ont pas pour objet d'être représentatifs des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation ou du résultat d'exploitation calculé conformément aux IFRS. Ils pourraient ne pas être comparables à des mesures similaires utilisées par d'autres sociétés.

Les flux de trésorerie disponibles se présentent comme suit pour le trimestre et depuis le début de l'exercice :

Trimestres clos Exercices clos
(en milliers de dollars) le 3 octobre
2015
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 27 septembre
2014
(non audité)
Activités d'exploitation
Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation 41 878 $ 11 419 $ 55 485 $ 31 965 $
Ajustements :
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement (30 551 ) (7 825 ) (11 407 ) 2 984
Variations de l'impôt sur le résultat payable hors trésorerie 676 (433 ) 28 760
Variations des intérêts à payer hors trésorerie 239 (1 582 ) 93 (33 )
Ajustements liés à l'évaluation à la valeur de marché et au moment de la constatation des instruments dérivés 961 8 803 10 755 (571 )
Montants hors trésorerie des instruments financiers (1 ) 1 916 (6 414 ) 4 621
Dépenses en immobilisations (4 382 ) (5 688 ) (11 439 ) (11 569 )
Dépenses d'investissement en capital 269 2 017 772 2 869
(Rachat) émission de titres (122 ) - (14 ) (372 )
Frais de financement différés - - (90 ) (90 )
Flux de trésorerie disponibles 8 967 $ 8 627 $ 37 769 $ 30 564 $
Dividendes déclarés 8 463 $ 8 463 $ 33 856 $ 33 858 $

Les flux de trésorerie disponibles pour le trimestre ont augmenté de 0,3 million de dollars en regard de ceux du trimestre correspondant de l'exercice 2014. Les flux de trésorerie disponibles pour l'exercice 2015 ont été supérieurs de 7,2 millions de dollars à ceux de l'exercice précédent. L'augmentation est imputable principalement à la hausse de 3,9 millions de dollars de la marge brute ajustée, à la contraction de 2,5 millions de dollars de l'impôt sur le résultat payé, à la baisse de 3,1 millions de dollars des cotisations aux régimes de retraite et au fléchissement de 0,4 million de dollars des sorties de trésorerie au titre du rachat d'actions. Ces variations favorables ont été quelque peu atténuées par la hausse des dépenses en immobilisations, déduction faite du capital au titre de l'excellence d'exploitation, de 2,0 millions de dollars et de l'augmentation des intérêts payés de 0,8 million de dollars.

PERSPECTIVES

Comme il a été mentionné plus haut, l'exercice 2015 comportait une semaine d'exploitation supplémentaire. Au cours de l'exercice 2016, les résultats tirés des produits industriels et des produits de consommation devraient être comparables à ceux de l'exercice 2015, après ajustement pour exclure l'incidence de la 53e semaine.

Au dernier trimestre de l'exercice 2015, Lantic a tiré parti de la forte demande à l'égard des ventes dans le secteur des produits liquides. Même si la tendance pour ce secteur est favorable, la Société reste prudente et prévoit une légère diminution du volume des produits liquides pour l'exercice 2016.

Le volume des ventes à l'exportation devrait diminuer d'environ 5 000 tonnes métriques au cours de l'exercice 2016, du fait principalement de la contraction des volumes de ventes au Mexique et aux États-Unis en raison des droits de premier niveau dont font l'objet actuellement les contrats conclus. Pour accroître ses ventes à l'exportation, la Société continuera d'étudier d'autres débouchés, similaires à ceux mis en place il y a quelques années au Mexique et sur d'autres marchés.

Dans l'ensemble, le volume de ventes total devrait être comparable à celui de l'exercice 2015, compte non tenu de la semaine d'exploitation supplémentaire.

En août 2015, la Société a obtenu la confirmation par son fournisseur de gaz naturel que sa demande d'un contrat ferme d'approvisionnement en gaz à long terme avait été acceptée par La Régie de l'énergie du Québec, contrat qui expirera en novembre 2019.

Environ 90 % des besoins en gaz naturel pour l'exercice 2016 font l'objet d'opérations de couverture, à des prix moyens comparables à ceux de l'exercice 2015. Tout volume qui ne fait pas l'objet d'opérations de couverture devrait profiter des prix actuellement peu élevés du gaz naturel se trouvant à proximité. En outre, nous avons pris certaines positions sur le marché à terme pour les exercices 2017 à 2019. Certaines de ces positions sont prises à des prix supérieurs à ceux pratiqués sur le marché à l'heure actuelle, mais à des prix identiques à ceux de l'exercice 2015, voire plus avantageux que ceux-ci. Nous continuerons à surveiller de près la dynamique du marché du gaz naturel afin de maintenir les coûts à des niveaux concurrentiels et de réduire au minimum les variations des coûts de gaz naturel.

Le règlement du régime des salariés devrait se réaliser au cours du premier trimestre de l'exercice 2016. Un déficit de 1,2 million de dollars a été estimé en date du 3 octobre 2015. Cependant, la charge de retraite et les cotisations de retraite peuvent différer une fois le règlement conclu. Pour l'exercice 2016, les cotisations en trésorerie aux régimes à prestations définies devraient se chiffrer à 5,8 millions de dollars, en hausse de 1,5 million de dollars par rapport à celles de l'exercice 2015.

Les dépenses en immobilisations pour l'exercice 2016 devraient augmenter par rapport à l'exercice 2015. L'accroissement prévu des dépenses est imputable à la hausse du report de projets de l'exercice 2015 et à l'engagement de mettre à niveau graduellement des systèmes de contrôle ciblés dans certaines usines de l'Ouest. La Société continuera de procéder activement à des investissements en capital au titre de l'excellence d'exploitation afin de réduire les coûts et d'améliorer l'efficacité des activités de fabrication.

La récolte et la campagne de coupe des betteraves à Taber se sont amorcées au début du mois d'octobre. Les premières indications sont favorables étant donné que le rendement par acre de récolte et le taux d'extraction à ce jour dépassent les prévisions. À Taber, la plantation de betteraves s'est effectuée sur une superficie d'environ 22 000 acres, et la récolte a lieu actuellement. Si les conditions de récolte actuelles se maintiennent, nos activités de transformation devraient permettre de produire environ 85 000 tonnes métriques de sucre de betterave pour l'exercice 2016. Lantic ne prévoit pas que se reproduira la variation d'exploitation négative liée au traitement de la récolte de 2014.

AU NOM DU CONSEIL D'ADMINISTRATION,
Stuart Belkin, président
Vancouver (Colombie-Britannique)
Le 19 novembre 2015

Renseignements