Rogers Sugar Inc.
TSX : RSI

Rogers Sugar Inc.

23 nov. 2016 15h59 HE

Rogers Sugar Inc. : résultats du quatrième trimestre de 2016

Le volume continuant d'afficher une croissance supérieure à la tendance entraîne des résultats solides au quatrième trimestre pour clore un exercice exceptionnel!

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 23 nov. 2016) - Rogers Sugar Inc. (TSX:RSI)

Message aux actionnaires : Au nom du conseil d'administration, je suis heureux de présenter les principaux résultats financiers consolidés de Rogers Sugar Inc. (la « Société ») pour le trimestre et l'exercice clos le 1er octobre 2016.

Il faut prendre note que l'exercice 2015 comptait 53 semaines d'exploitation, contre 52 semaines pour l'exercice 2016. La semaine supplémentaire est incluse dans les résultats du quatrième trimestre de l'exercice 2015. Les résultats pour les exercices 2016 et 2015 et les quatrièmes trimestres de ces exercices s'établissent comme suit :

Trimestres clos Exercices clos
(en milliers de dollars, sauf l'information visant le volume et les données par action) le 1er octobre
2016
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 1er octobre
2016
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
Volume 187 179 192 912 675 224 658 812
Marge brute 32 418 $ 23 675 $ 128 223 $ 76 295 $
Charges :
Charges administratives et de vente 5 659 6 982 19 636 22 430
Frais de distribution 2 287 2 940 9 989 9 395
Résultat des activités d'exploitation (« BAII ») 24 472 13 753 98 598 44 470
Charges financières nettes 2 227 3 298 9 612 11 931
Charge d'impôt sur le résultat 5 792 2 654 23 407 8 506
Bénéfice net 16 453 $ 7 801 $ 65 579 $ 24 033 $
Bénéfice net par action - de base 0,18 $ 0,08 $ 0,70 $ 0,26 $

Le volume au quatrième trimestre a régressé d'environ 5 700 tonnes métriques par rapport au trimestre correspondant de l'exercice 2015. Cependant, il faut tenir compte du fait que l'exercice précédent comprenait une semaine d'expéditions supplémentaire par rapport au trimestre correspondant de l'exercice à l'étude, ce qui représente une augmentation d'environ 13 000 tonnes métriques du volume de ventes. Par conséquent, après ajustement pour exclure la semaine d'expéditions supplémentaire, le volume pour le quatrième trimestre de l'exercice 2016 a augmenté d'environ 7 300 tonnes métriques et a affiché une progression dans l'ensemble des catégories. C'est sur le volume des produits industriels que la cinquante-troisième semaine de l'exercice 2015 a eu l'incidence la plus prononcée, du fait de la taille de ce secteur. En comparant au quatrième trimestre de l'exercice 2015, le volume des produits industriels a fléchi d'environ 5 900 tonnes métriques. En excluant la semaine supplémentaire dans le calcul du volume du quatrième trimestre de 2015, le volume des produits industriels a augmenté d'environ 2 900 tonnes métriques, en raison de la forte demande de la part des clients existants. Le volume des produits de consommation a connu une légère hausse par rapport à celui du quatrième trimestre de l'exercice précédent et a augmenté d'environ 2 100 tonnes métriques en excluant la semaine d'expéditions supplémentaire. L'amélioration s'explique par l'accroissement des promotions à l'intention des clients et le calendrier des livraisons. Le volume des produits liquides a baissé d'environ 500 tonnes métriques par rapport à la période comparable de l'exercice précédent, dont une tranche d'environ 2 100 tonnes métriques est imputable à la semaine supplémentaire. Par conséquent, sur une base comparable, le volume des produits liquides a augmenté d'environ 1 600 tonnes métriques par rapport au quatrième trimestre de l'exercice précédent en raison du calendrier des livraisons. Enfin, le volume des ventes à l'exportation a augmenté d'environ 300 tonnes métriques par rapport à l'exercice précédent. En excluant la semaine d'expéditions supplémentaire, le volume des exportations a augmenté d'approximativement 700 tonnes métriques comparativement au trimestre comparable de l'exercice précédent, du fait essentiellement de ventes effectuées lors d'opportunités sur les marchés d'exportation.

Pour l'exercice entier, la quantité totale de sucre livrée par la Société a augmenté d'environ 16 400 tonnes métriques par rapport à l'exercice 2015, malgré le fait que l'exercice 2015 comptait une semaine d'expéditions supplémentaire. En excluant l'incidence de la cinquante-troisième semaine de l'exercice 2015, le volume total aurait été d'environ 29 400 tonnes métriques supérieur à celui de l'exercice précédent. En outre, tous les secteurs affichaient une croissance positive à la fin de l'exercice, après ajustement fait de la semaine supplémentaire au cours de l'exercice 2015, le secteur des produits industriels ayant affiché la croissance la plus marquée.

Le volume des produits industriels a augmenté d'environ 10 600 tonnes métriques ou d'environ 19 300 tonnes métriques en excluant la cinquante-troisième semaine d'expéditions en 2015, principalement en raison de la forte demande de la part de clients existants. L'augmentation du volume a été observée tout au long de l'exercice, mais en particulier durant les neuf derniers mois.

Le volume total des produits de consommation a augmenté légèrement, d'environ 1 300 tonnes métriques, par rapport à l'exercice précédent et d'approximativement 3 100 tonnes métriques en excluant la semaine d'expéditions supplémentaire. L'accroissement s'explique essentiellement par la hausse de la demande de la part de clients existants en raison de l'augmentation des activités promotionnelles.

En comparaison à l'exercice précédent, le secteur des produits liquides a présenté une baisse d'environ 400 tonnes métriques. Cependant, en excluant la cinquante-troisième semaine d'expéditions de l'exercice 2015, le secteur des produits liquides a affiché une hausse d'environ 1 700 tonnes métriques en raison de la demande forte et soutenue des clients actuels à partir du second semestre de l'exercice précédent ainsi que du calendrier des livraisons.

En comparaison à l'exercice 2015, le secteur des ventes à l'exportation a enregistré une progression d'environ 4 900 tonnes métriques ou d'environ 5 300 tonnes métriques en excluant la cinquante-troisième semaine d'expéditions de l'exercice précédent. L'accroissement s'explique principalement par des ventes effectuées lors d'opportunités en raison des conditions d'exportation favorables et le volume supplémentaire vendu au Mexique.

Compte tenu de l'évaluation à la valeur de marché de l'ensemble des instruments financiers dérivés et des dérivés incorporés dans des instruments non financiers à la clôture de chaque période de présentation de l'information financière, les résultats d'exploitation consolidés de la Société peuvent afficher d'importantes fluctuations. Ce résultat comptable n'est pas complètement représentatif des facteurs et tendances qui touchent les activités de la Société. Nous avons par conséquent calculé des mesures non conformes aux PCGR, soit la marge brute ajustée et le bénéfice ajusté, qui rendent compte de la performance de la Société durant la période visée. Ces mesures de performance ajustées sont comparables au bénéfice ajusté présenté pour les périodes intermédiaires antérieures. Dans le présent communiqué de presse sont analysées des marges brutes ajustées qui tiennent compte des résultats d'exploitation consolidés, mais non de l'évaluation à la valeur de marché des instruments financiers dérivés et des dérivés incorporés dans des instruments non financiers.

Trimestres clos Exercices clos
Profit / (perte)
(en milliers de dollars)
le 1er octobre
2016
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 1er octobre
2016
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
Ajustement à la valeur de marché 2 332 $ 158 $ 8 078 $ (7 350 ) $
Cumul des écarts temporaires 471 (537 ) 23 974 (2 237 )
Ajustement total du coût des ventes 2 803 $ (379 ) $ 32 052 $ (9 587 ) $

Au cours du trimestre, un profit de 3,6 millions de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché a été comptabilisé à l'égard des contrats à terme normalisés sur le sucre, comparativement à un profit de 0,6 million de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice 2015, étant donné que le prix mondial du sucre brut a augmenté par rapport au cours de clôture du trimestre précédent. Pour l'exercice 2016, un profit de 10,6 millions de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché a été comptabilisé, comparativement à une perte de 2,3 millions de dollars pour l'exercice 2015. En ce qui concerne le gaz naturel, des pertes de 1,4 million de dollars et de 2,5 millions de dollars découlant de l'évaluation à la valeur de marché ont été comptabilisées, respectivement, pour le trimestre et pour l'exercice à ce jour, par rapport à des pertes de 3,6 millions de dollars et de 11,9 millions de dollars pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent. La perte découlant de l'évaluation à la valeur de marché pour l'exercice 2015 s'explique par le fléchissement de la valeur des contrats à terme normalisés sur le gaz naturel durant l'exercice considéré. Les contrats de change à terme et les dérivés incorporés, sur lesquels la fluctuation des taux de change a une incidence, ont permis de réaliser un profit combiné lié à l'évaluation à la valeur de marché de 0,1 million de dollars pour le trimestre, alors qu'une perte négligeable a été subie pour l'exercice, en raison de la variation du dollar canadien par rapport au dollar américain. Pour l'exercice 2015, la Société avait inscrit un profit de 3,2 millions de dollars pour le trimestre et un profit de 6,8 millions de dollars pour l'exercice.

Le cumul des écarts temporaires découle du fait que la Société ne constate les profits et pertes liés à l'évaluation à la valeur de marché qu'au moment de la vente de sucre à un client ou de la consommation de gaz naturel. De plus, les profits et pertes sur les transactions sur papier visant le sucre et les opérations de change connexes sont largement compensés par les profits et pertes correspondants sur les transactions physiques, c'est-à-dire les contrats de vente et d'achat conclus avec les clients et les fournisseurs. L'ajustement à la clôture de l'exercice constitue la somme de tous les résultats trimestriels. Pour obtenir l'ajustement total du coût des ventes, cet ajustement est ajouté aux résultats liés à l'évaluation à la valeur de marché. Pour l'exercice 2016, l'ajustement total du coût des ventes a été un profit de 32,1 millions de dollars à déduire des résultats d'exploitation consolidés, contre une perte de 9,6 millions de dollars à ajouter aux résultats d'exploitation consolidés à l'exercice 2015, pour arriver au résultat d'exploitation consolidé ajusté de ces deux exercices.

La Société a également inscrit un profit lié à l'évaluation à la valeur de marché de 0,2 million de dollars au cours du trimestre et de l'exercice complet au titre de l'évaluation à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt, inscrit au poste « produits financiers », contre une perte liée à l'évaluation à la valeur de marché de 0,6 million de dollars pour le quatrième trimestre de 2015 et de 1,2 million de dollars pour l'exercice 2015, du fait des variations des taux d'intérêt à terme.

L'ajustement total porté au bénéfice avant impôt sur le résultat pour le trimestre a donné lieu à un profit de 3,0 millions de dollars, comparativement à une perte de 1,0 million de dollars au trimestre correspondant de l'exercice 2015. L'ajustement total porté au bénéfice avant impôt sur le résultat pour l'exercice 2016 entier a donné lieu à un profit de 32,3 millions de dollars, comparativement à une perte de 10,8 millions de dollars pour l'exercice précédent.

L'information financière consolidée ajustée (rapprochement des mesures non conformes aux PCGR) s'établit comme suit :

Trimestres clos Exercices clos
(en milliers de dollars, sauf les données par action) le 1er octobre
2016
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 1er octobre
2016
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
Marge brute selon les éléments ci-dessus 32 418 $ 23 675 $ 128 223 $ 76 295 $
Ajustement selon les éléments ci-dessus (2 803 ) 379 (32 052 ) 9 587
Marge brute ajustée 29 615 24 054 96 171 85 882
BAII selon les éléments ci-dessus 24 472 13 753 98 598 44 470
Ajustement selon les éléments ci-dessus (2 803 ) 379 (32 052 ) 9 587
BAII ajusté 21 669 14 132 66 546 54 057
Bénéfice net selon les éléments ci-dessus 16 453 7 801 65 579 24 033
Ajustement du coût des ventes selon les éléments ci-dessus (2 803 ) 379 (32 052 ) 9 587
Ajustement à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt (180 ) 582 (205 ) 1 168
Impôt sur les éléments ci-dessus 793 (269 ) 8 581 (3 030 )
Bénéfice net ajusté 14 263 $ 8 493 $ 41 903 $ 31 758 $
Bénéfice net par action - de base 0,15 $ 0,09 $ 0,45 $ 0,34 $

Pour le trimestre, la marge brute ajustée s'est chiffrée à 29,6 millions de dollars, une hausse de 5,6 millions de dollars par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation s'explique par divers facteurs. Tout d'abord, la diminution des coûts liés aux betteraves à l'usine de Taber et la baisse des charges d'exploitation dans nos trois installations de production ont eu un effet favorable sur la marge brute ajustée pour le trimestre écoulé. De plus, l'usine de Taber a démarré la production issue de la récolte de 2016 à la mi-septembre alors que la production relative à la récolte de 2015 avait commencé au début octobre. Du fait du démarrage précoce de la campagne de 2016, certains coûts fixes ont été reportés dans les stocks au quatrième trimestre de l'exercice 2016, alors qu'ils avaient été comptabilisés en charges durant l'exercice 2015. Ce facteur a donné lieu à une variation positive de 0,7 million de dollars de la marge brute ajustée. De surcroît, la Société a comptabilisé un profit hors trésorerie de 0,6 million de dollars au titre de l'ajustement de la charge de retraite inscrite au troisième trimestre de l'exercice à l'étude à l'égard des engagements d'améliorations futures visant un des régimes de retraite à prestations déterminées de la Société à la suite de la signature de la convention collective avec les employés syndiqués de l'usine de Montréal. Enfin, la raffinerie de Montréal a fait l'objet d'inefficiences opérationnelles au dernier trimestre de l'exercice précédent, à la suite d'une panne d'équipement. Ces variations ont donné lieu à une amélioration globale de plus de 25 % du taux de marge brute ajustée. Le taux de marge brute ajustée du trimestre écoulé s'est chiffré à 158,22 $ par tonne métrique, contre 124,69 $ par tonne métrique pour l'exercice 2015, soit une hausse de 33,53 $ par tonne métrique.

Pour l'exercice à ce jour, la marge brute ajustée s'est améliorée sensiblement en comparaison à celle de l'exercice précédent et s'est chiffrée à 96,2 millions de dollars, en hausse de 10,3 millions de dollars par rapport à l'exercice 2015. La marge brute ajustée pour l'exercice à l'étude comprend une charge de retraite hors trésorerie de 1,8 million de dollars à l'égard des engagements d'améliorations futures susmentionnés. En excluant cet ajustement, la marge brute ajustée de la Société aurait affiché une augmentation de 12,1 millions de dollars par rapport à celle de l'exercice précédent. La variation favorable de la marge brute ajustée vient principalement de l'augmentation du volume de ventes, de l'augmentation des produits tirés des sous-produits, de la diminution des coûts liés aux betteraves et de l'amélioration des charges d'exploitation dans les trois installations de production. Il faut savoir que l'usine de betterave de Taber a engagé des charges d'exploitation supplémentaires au cours de l'exercice 2015 en raison de la détérioration prononcée des betteraves à la fin de la campagne de coupe de 2014. En outre, l'affaiblissement du dollar canadien a également été avantageux pour la Société à l'égard des ventes à l'exportation contractés durant l'exercice 2016. En revanche, la raffinerie de Montréal de la Société a fait l'objet d'un arrêt de travail de six jours en juin 2016, facteur qui a entraîné des coûts supplémentaires de 0,8 million de dollars et a légèrement réduit la variation positive d'un exercice à l'autre.

La marge brute ajustée par tonne métrique de l'exercice s'est chiffrée à 142,43 $, comparativement à 130,36 $ pour la période correspondante de l'exercice précédent, soit une amélioration de 12,07 $ par tonne métrique. En excluant la charge de retraite hors trésorerie, le taux de la marge brute ajusté aurait été de 145,10 $. La hausse d'un exercice à l'autre s'explique en grande partie par les gains d'efficience du fait de l'augmentation du débit dans les deux raffineries de sucre de canne ainsi que par les bons résultats de la récolte et de la campagne de traitement à Taber en plus de la campagne ultérieure d'extraction de jus, facteurs qui ont permis de réduire les coûts liés aux betteraves et les charges d'exploitation.

Les charges administratives et de vente ont baissé d'environ 1,3 million de dollars en comparaison à celles du trimestre correspondant de 2015. La variation positive provient surtout de la non-récurrence d'une charge hors trésorerie de 0,8 million de dollars comptabilisée au quatrième trimestre de l'exercice 2015 au titre de la liquidation du dernier régime de retraite à prestations déterminées des salariés (le « régime des salariés »), à l'égard duquel le décompte des années de service était bloqué depuis 2008, ainsi qu'à la réduction de la provision pour créances douteuses de 0,4 million de dollars.

Pour l'exercice à ce jour, les charges administratives et de vente ont baissé de 2,8 millions de dollars en comparaison à celles de l'exercice 2015. Au cours de l'exercice 2016, la Société a mené à terme la liquidation du régime des salariés par le biais du règlement et du transfert des passifs au titre des prestations déterminées à une société d'assurance. Le processus de règlement a donné lieu au renversement d'un montant hors trésorerie de 1,2 million de dollars à comptabiliser en réduction des charges administratives et de vente relativement au déficit comptabilisé au 3 octobre 2015. Au cours de l'exercice 2015, la Société a comptabilisé une charge hors trésorerie de 0,8 million de dollars, d'où une variation positive de 2,0 millions de dollars d'un exercice à l'autre. En excluant le règlement du régime des salariés, les charges administratives et de vente ont baissé de 0,8 million de dollars par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. La diminution des charges administratives et de vente s'explique par le fléchissement des honoraires de consultation et de la provision pour créances douteuses. Toutefois, la variation positive a été contrebalancée dans une certaine mesure par les charges administratives et de vente supplémentaires engagées du fait de l'arrêt de travail à la raffinerie de Montréal ainsi que par la hausse des charges au titre des avantages du personnel.

Les charges de distribution pour le trimestre ont baissé de 0,7 million de dollars par rapport à celles du trimestre correspondant de l'exercice précédent, mais elles ont augmenté de 0,6 million de dollars par rapport à celles de l'exercice 2015. La hausse des charges de distribution provient de l'accroissement des coûts de transfert entre nos divers établissements du fait de l'augmentation du volume de ventes et du plan de maintien en activité relativement à l'arrêt de travail à la raffinerie de Montréal. Au quatrième trimestre de l'exercice 2015, la Société a engagé des coûts de transfert accrus entre ses divers établissements du fait de la baisse des stocks à l'usine de Taber et des inefficiences de production à la raffinerie de Montréal, facteurs qui expliquent essentiellement la variation positive par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent.

Les charges financières nettes ont été de 0,3 million de dollars inférieures à celles du quatrième trimestre de l'exercice 2015 et de 0,9 million de dollars inférieures à celles de l'exercice 2015, en excluant le profit et la perte liés à l'évaluation à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt. La réduction est attribuable à la baisse des emprunts pour le trimestre et l'ensemble de l'exercice, du fait principalement de la diminution des stocks de sucre brut et de l'amélioration des résultats financiers.

Dans le but de fournir des renseignements supplémentaires, la Société mesure les flux de trésorerie disponibles générés par ses activités. Les flux de trésorerie disponibles s'entendent des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation, exclusion faite de la variation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement, des ajustements liés à l'évaluation à la valeur de marché et au moment de la constatation des instruments dérivés, des montants hors trésorerie au titre des instruments financiers, des fonds reçus ou versés à la suite de l'émission ou du rachat d'actions ainsi que des dépenses d'investissement en capital. Les flux de trésorerie disponibles n'ont pas pour objet d'être représentatifs des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation ou du résultat d'exploitation calculé conformément aux IFRS. Ils pourraient ne pas être comparables à des mesures similaires utilisées par d'autres sociétés.

Les flux de trésorerie disponibles se présentent comme suit pour le trimestre et depuis le début de l'exercice :

Trimestres clos Exercices clos
(en milliers de dollars) le 1er octobre
2016
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
le 1er octobre
2016
(non audité)
le 3 octobre
2015
(non audité)
Activités d'exploitation
Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation 20 498 $ 41 878 $ 66 672 $ 55 485 $
Ajustements :
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement 3 049 (30 551 ) 27 703 (11 407 )
Variations de l'impôt sur le résultat payable hors trésorerie (2 310 ) 676 (3 620 ) 28
Variations des intérêts à payer hors trésorerie (1 580 ) 239 11 93
Ajustements liés à l'évaluation à la valeur de marché et au moment de la constatation des instruments dérivés (2 983 ) 961 (32 257 ) 10 755
Montants hors trésorerie des instruments financiers 727 (1 ) (2 155 ) (6 414 )
Dépenses en immobilisations (7 116 ) (4 382 ) (15 156 ) (11 439 )
Dépenses en immobilisations au titre de l'excellence d'exploitation 544 269 835 772
Rachat de titres - (122 ) (727 ) (14 )
Frais de financement différés - - (90 ) (90 )
Flux de trésorerie disponibles 10 829 $ 8 967 $ 41 216 $ 37 769 $
Dividendes déclarés 8 445 $ 8 463 $ 33 796 $ 33 856 $

Les flux de trésorerie disponibles pour le trimestre ont augmenté de 1,9 million de dollars en comparaison à ceux du trimestre correspondant de l'exercice 2015. Les flux de trésorerie disponibles pour l'exercice 2016 ont été supérieurs de 3,4 millions de dollars à ceux de l'exercice précédent. L'augmentation est imputable principalement à la hausse de 10,3 millions de dollars de la marge brute ajustée. Cette variation favorable a été quelque peu atténuée par la hausse des dépenses en immobilisations, déduction faite de celles au titre de l'excellence d'exploitation, de 3,7 millions de dollars, ainsi que par l'augmentation des cotisations aux régimes de retraite et de l'impôt sur le résultat de 0,8 million de dollars et de 0,1 million de dollars, respectivement. En outre, la Société a imputé un montant supplémentaire de 0,9 million de dollars à sa provision au titre d'obligations liées à la mise hors service d'immobilisations, facteur qui a réduit les flux de trésorerie disponibles. Enfin, le rachat d'actions a également fait baisser de 0,7 million de dollars les flux de trésorerie disponibles.

PERSPECTIVES

Pour l'exercice 2017, nous nous attendons à ce que les volumes pour le secteur des produits industriels et le secteur des produits de consommation soient comparables à ceux de l'exercice 2016.

En revanche, nous prévoyons que le secteur des produits liquides et celui des ventes à l'exportation afficheront une croissance au cours de l'exercice 2017. Comme il a déjà été annoncé, la Société a tiré parti des conditions de marché favorables et de la sécurité en matière d'approvisionnement que procure l'entente de quatre ans avec les Producteurs pour conclure deux ententes de trois ans avec un compte de produits de substitution du SMHTF et un client exportateur.

De ce fait, le volume du secteur des produits liquides devrait augmenter d'environ 20 000 tonnes métriques au cours de l'exercice 2017.

En ce qui concerne le secteur des ventes à l'exportation, nous prévoyons que le volume total augmentera d'environ 5 000 tonnes métriques au cours de l'exercice 2017. L'amélioration prévue s'explique par le volume supplémentaire de ventes au Mexique d'environ 10 000 tonnes métriques, ce qui devrait toutefois être légèrement contrebalancé par la baisse des ventes à l'exportation effectuées lors d'opportunités au cours de l'exercice 2016.

Dans l'ensemble, nous nous attendons à ce que le volume total augmente d'environ 25 000 tonnes métriques.

Le processus de ratification de l'Accord économique et commercial global Canada-Union européenne (« AECG ») devrait être parachevé durant l'exercice 2017. La Société intensifiera ses activités de développement des marchés et explorera diverses possibilités en vue de profiter pleinement des occasions d'exportation qu'offrira ce nouvel accord commercial. La Société ne croit pas que l'AECG aura une incidence prononcée sur sa marge brute ajustée pour l'exercice 2017.

Au cours du second semestre de l'exercice 2016, le gouvernement de l'Alberta a annoncé l'adoption d'une taxe sur le carbone visant le gaz naturel se chiffrant à 1,011 $ par gigajoule à compter du 1er janvier 2017 et passant à 1,517 $ par gigajoule le 1er janvier 2018. L'incidence de la taxe sur le carbone devrait s'établir à environ 0,5 million de dollars pour l'exercice 2017, étant donné que la majorité de la campagne de coupe sera terminée d'ici le 1er janvier 2017. Nous prévoyons que les conséquences financières s'amplifieront pour les exercices ultérieurs étant donné que l'intégralité des campagnes de coupe sera assujettie à la nouvelle taxe sur le carbone.

Environ 65 % des besoins en gaz naturel pour l'exercice 2017 font l'objet d'opérations de couverture, à des prix moyens comparables à ceux de l'exercice 2016. En outre, nous avons pris certaines positions sur le marché à terme pour les exercices 2018 à 2020. Certaines de ces positions sont prises à des prix supérieurs à ceux pratiqués sur le marché à l'heure actuelle, mais à des prix identiques à ceux de l'exercice 2016, voire plus avantageux que ceux-ci. Nous continuerons à surveiller de près la dynamique du marché du gaz naturel afin de maintenir les coûts à des niveaux concurrentiels et de réduire au minimum les variations des coûts de gaz naturel.

Les dépenses en immobilisations pour l'exercice 2017 devraient être comparables à celle de l'exercice 2016 du fait du report de projets et de l'engagement de mettre à niveau des systèmes de contrôle ciblés dans certaines usines de l'Ouest. La Société continuera de procéder activement à des investissements en capital au titre de l'excellence d'exploitation afin de réduire les coûts et d'améliorer l'efficacité des activités de fabrication.

En raison du volume supplémentaire obtenu à compter de l'exercice 2017 devant être fourni par notre usine de Taber, la superficie contractuelle totale à cultiver y est de 28 000 acres. La récolte et la campagne de coupe des betteraves se sont amorcées à la mi-septembre. Les premières indications sont favorables étant donné que le rendement par acre de récolte et le taux d'extraction à ce jour dépassent légèrement les prévisions. Si les conditions de récolte actuelles se maintiennent et que ne survient aucun problème de stockage des betteraves, la récolte actuelle devrait permettre la production d'environ 115 000 tonnes métriques de sucre raffiné.

AU NOM DU CONSEIL D'ADMINISTRATION,
Stuart Belkin, président
Vancouver (Colombie-Britannique)
Le 23 novembre 2016

Renseignements