Rogers Sugar Income Fund
TSX : RSI.UN

Rogers Sugar Income Fund

18 nov. 2010 15h48 HE

Rogers Sugar Income Fund: Résultats du quatrième trimestre de 2010

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 18 nov. 2010) - Rogers Sugar Income Fund(TSX:RSI.UN)

- DROITS ANTI-DUMPING CONTRE LES ÉTATS-UNIS PROLONGÉS DE CINQ ANS LE 1er NOVEMBRE 2010

- VOLUME DE VENTES PLUS ÉLEVÉ AU QUATRIÈME TRIMESTRE

- RATIO DE DISTRIBUTION DE 79,5 % POUR L'EXERCICE

Message aux porteurs de parts

Au nom du conseil des fiduciaires, c'est avec plaisir que je vous présente les faits saillants des résultats financiers de Rogers Sugar Income Fund (le « Fonds ») pour le trimestre et l'exercice terminés le 30 septembre 2010.

Le tableau qui suit présente les résultats du quatrième trimestre ainsi que ceux des exercices terminés les 30 septembre 2010 et 2009.

  Trimestres terminés
les 30 septembre
  Exercices terminés
les 30 septembre
   
  2010
(non
vérifié)
  2009
(non
vérifié)
  2010
(non
vérifié)
    2009
(non
vérifié)
   
(En tonnes métriques) Volume 192 171   187 538   682 149     700 582    
(En milliers de dollars)                    
Marge brute 53 237 $ 40 559 $ 87 639   $ 92 793   $
Charges :                    
  Frais de vente et d'administration 6 088   5 244   20 056     20 044    
  Distribution 2 130   2 660   7 723     13 572    
  Amortissement 246   221   656     521    
Bénéfice avant les intérêts et la charge d'impôts (« BAII ») 44 773   32 434   59 204     58 656    
                     
Intérêts débiteurs 3 358   3 088   14 214     16 740    
                     
Charge (recouvrement) d'impôts 7 705   5 342   (224 )   (621 )  
Bénéfice net 33 710 $ 24 004 $ 45 214   $ 42 537   $

Il convient de noter que le quatrième trimestre de l'exercice 2009 comportait quatorze semaines d'exploitation comparativement à treize semaines en 2010 et que l'exercice 2009 en comptait cinquante-trois comparativement à cinquante-deux pour 2010.

Même avec une semaine d'exploitation en moins en 2010, le volume du quatrième trimestre a augmenté de 4 600 tonnes métriques comparativement à celui du trimestre correspondant de 2009. Cette semaine supplémentaire a représenté environ 13 000 tonnes métriques en 2009. Si les résultats trimestriels étaient rajustés en fonction de la semaine supplémentaire de l'exercice 2009, le volume du quatrième trimestre aurait été supérieur d'environ 17 600 tonnes métriques. L'augmentation découle principalement du volume des ventes à l'exportation qui accusait une hausse d'environ 19 100 tonnes métriques par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette hausse résulte des ventes effectuées aux États-Unis tout en absorbant les droits de tranche II qui s'élèvent à 360,00 $ la tonne métrique. Environ 20 000 tonnes métriques ont été expédiées aux termes des droits de tranche II pendant le quatrième trimestre. Pendant l'exercice 2010, le volume des ventes à l'industrie et à la consommation a diminué respectivement de 2 300 et de 1 600 tonnes métriques, en raison de la semaine supplémentaire d'exploitation au quatrième trimestre de 2009, qui aurait représenté respectivement environ 7 800 et 2 200 tonnes métriques. L'augmentation nette du volume des ventes à l'industrie est principalement liée au calendrier des expéditions.

Le volume des ventes de produits liquides a chuté de 10 500 tonnes métriques pendant le trimestre en raison de la perte de volume liée aux succédanés à base de SMHTF au cours de l'exercice, du fait de la majoration des prix mondiaux du sucre brut.

Le volume de ventes total de l'exercice s'est établi à 682 149 tonnes métriques, ce qui représente une baisse de 2,6 % en regard de l'exercice précédent. Toutefois, compte tenu de la semaine supplémentaire d'exploitation de l'exercice 2009, cette baisse se chiffre seulement aux environs de 0,6 %. La réduction de volume d'environ 18 400 tonnes métriques est principalement attribuable aux diminutions du volume de ventes de produits liquides d'environ 25 600 tonnes métriques, du volume des ventes industrielles de 6 200 tonnes métriques et du volume des ventes à la consommation d'environ 3 100 tonnes métriques, diminutions qui ont été en partie contrebalancées par un accroissement du volume des ventes à l'exportation d'environ 16 500 tonnes métriques.

Le volume des ventes à l'exportation s'est accru de 16 500 tonnes métriques pendant l'exercice 2010, et ce, bien qu'aucun contingent spécial américain n'ait été ouvert en 2010. Cet accroissement du volume des ventes s'explique par une occasion d'affaires imprévue, attribuable aux prix élevés du sucre raffiné aux États-Unis, en raison des réserves de sucre qui sont actuellement à un bas niveau, facteur auquel s'est ajouté le repli soudain des prix mondiaux du sucre brut au printemps 2010. En conséquence, la Société a pu effectuer la vente et l'expédition d'environ 41 600 tonnes métriques aux États-Unis. Même si la Société a assumé les droits de tranche II qui s'élèvent à près de 360,00 $ la tonne métrique, la vente a néanmoins généré une contribution aux marges brutes et aux coûts fixes. De plus, quelque 8 000 tonnes métriques ont été expédiées au Mexique pendant l'exercice 2010, alors qu'aucune expédition n'a été effectuée à l'exercice précédent. En 2009 des contingents spéciaux américains ont été ouverts au cours du premier trimestre de l'exercice, et Lantic a été en mesure d'obtenir une quote-part d'environ 34 000 tonnes métriques des contingents globaux et spécifiques au Canada et de la vendre.

La diminution de 6 200 tonnes métriques du volume des ventes industrielles au cours de l'exercice 2010 est attribuable à la semaine supplémentaire d'exploitation en 2009, qui représenterait environ 7 500 tonnes métriques.

Le volume des produits liquides a reculé de 25 600 tonnes métriques pendant l'exercice en raison de la perte d'un compte de succédanés à base de SMHTF du fait de la hausse du prix mondial du sucre brut.

Le volume des ventes à la consommation a diminué d'environ 3 100 tonnes métriques principalement en raison de la semaine d'exploitation supplémentaire de l'exercice 2009 et d'activités concurrentielles sur les marchés.

Du fait de l'adoption des nouvelles normes comptables sur les instruments financiers dérivés à compter du 1er octobre 2006, les résultats d'exploitation du Fonds pourraient fluctuer considérablement. Ces fluctuations découlent de l'évaluation à la valeur de marché de l'ensemble des instruments financiers dérivés et des instruments dérivés intégrés à des instruments non financiers à la fin de la période considérée. Ce bénéfice comptable ne donne pas une représentation complète des facteurs et des tendances qui influent sur l'industrie. Le Fonds a par conséquent établi une marge brute ajustée et un résultat ajusté visant à refléter le rendement qu'il dégage au cours de la période considérée, soit des mesures non conformes aux PCGR. Ce rendement ajusté peut être comparé au bénéfice établi pour les périodes intermédiaires antérieures. Dans le présent communiqué de presse, le Fonds traitera des marges brutes ajustées, lesquelles reflètent le bénéfice d'exploitation sans tenir compte de l'incidence de l'évaluation à la valeur de marché des instruments financiers dérivés et des instruments dérivés intégrés à des instruments non financiers.

Gain (perte) Trimestres terminés
les 30 septembre
    Exercices terminés
les 30 septembre
 
(En milliers de dollars) 2010
(non
vérifié)
  2009
(non
vérifié)
    2010
(non
vérifié)
    2009
(non
vérifié)
 
Ajustement lié à l'évaluation à la valeur de marché 18 580 $ 9 782   $ 3 258   $ (9 777) $
Cumul des écarts temporaires 11 559   (2 431 )   (1 979 )   1 022  
Total de l'ajustement du coût des ventes 30 139 $ 7 351   $ 1 279   $ (8 755) $
                     

Les gains réalisés ou pertes subies sur ces instruments ne sont constatés par la Société que lorsque les contrats de sucre sont livrés à l'utilisateur final ou lorsque le gaz naturel a été utilisé dans le cadre des activités d'exploitation.

Au cours du trimestre, un gain découlant de l'évaluation à la valeur de marché de 20,3 millions de dollars a été comptabilisé pour les contrats à terme normalisés sur le sucre, en raison de la flambée des prix mondiaux du sucre brut depuis juin 2010. Il en résulte un gain découlant de l'évaluation à la valeur de marché de 5,0 millions de dollars depuis le début de l'exercice. En ce qui concerne le gaz naturel, une part importante avait été couverte pendant les exercices précédents et, compte tenu du recul continu de la valeur marchande du gaz naturel, une perte évaluée à la valeur de marché de 0,4 million de dollars a été inscrite pour le trimestre et une perte de 4,3 millions de dollars a été constatée pour l'exercice. Les contrats de change à terme et les dérivés intégrés touchés par les variations du taux de change ont donné lieu à une perte combinée découlant de l'évaluation à la valeur de marché de 1,3 million de dollars pour le trimestre et à un gain par suite de l'évaluation à la valeur de marché de 2,6 millions de dollars pour l'exercice.

Le total de l'ajustement du coût des ventes ci-dessus comprend l'ajustement lié à l'évaluation à la valeur de marché et le cumul des écarts temporaires découlant du moment de la constatation du gain et de la perte de liquidation au titre des contrats à terme normalisés sur le sucre, des contrats sur le gaz naturel et des contrats de change à terme.

De plus, le Fonds a inscrit une perte minime découlant de l'évaluation à la valeur de marché pour l'exercice 2010 (perte de 3,4 millions de dollars pour l'exercice 2009) sur l'évaluation à la valeur de marché d'un swap de taux d'intérêt dans les intérêts débiteurs à court terme par suite d'une fluctuation, dans l'ensemble, des taux d'intérêt.

Par conséquent, l'ajustement total au bénéfice net avant les impôts et aux liquidités distribuables a donné lieu à un gain de 29,9 millions de dollars pour le trimestre, en regard d'un gain de 7,6 millions de dollars pour l'exercice 2009, et à un gain de 1,2 million de dollars pour l'exercice, contre une perte de 12,2 millions de dollars pour l'exercice 2009.

Informations financières ajustées :

  Trimestres terminés
les 30 septembre
    Exercices terminés les
30 septembre
   
(En milliers de dollars) 2010
(non
vérifié)
    2009
(non
vérifié)
    2010
(non
vérifié)
    2009
(non
vérifié)
   
                         
Marge brute selon les données susmentionnées 53 237   $ 40 559   $ 87 639   $ 92 793   $
Ajustement selon les données susmentionnées (30 139 )   (7 351 )   (1 279 )   8 755    
Marge brute ajustée 23 098     33 208     86 360     101 548    
BAII selon les données susmentionnées 44 773     32 434     59 204     58 656    
Ajustement selon les données susmentionnées (30 139 )   (7 351 )   (1 279 )   8 755    
BAII ajusté 14 634     25 083     57 925     67 411    
Bénéfice net selon les données susmentionnées 33 710     24 004     45 214     42 537    
Ajustement du coût des ventes selon les données susmentionnées (30 139 )   (7 351 )   (1 279 )   8 755    
Ajustement du swap de taux d'intérêt découlant de l'évaluation à la valeur de marché 214     (237 )   38     3 412    
Impôts reportés sur ce qui précède 8 351     2 222     738     (3 405 )  
Bénéfice net ajusté 12 136   $ 18 638   $ 44 711   $ 51 299   $

Pour le trimestre, la marge brute ajustée par tonne métrique s'est établie à 120,20 $, contre 177,07 $ pour l'exercice 2009. La diminution est principalement attribuable à ce qui suit :

  • composition du chiffre d'affaires et volume américain par rapport aux droits de tranche II qui représentent au-delà de 10 % du volume total expédié;
  • rétrécissement de la marge sur les expéditions américaines du fait du paiement des droits de tranche II de 360,00 $ US par tonne métrique;
  • augmentation du coût unitaire du sucre de betterave de Taber en raison de la piètre qualité de la betterave à sucre récoltée à la suite d'une forte gelée qui a nui au rendement de la raffinerie.

La baisse du ratio de la marge brute ajustée depuis le début de l'exercice de 18,35 $ par tonne métrique est principalement attribuable aux marges plus faibles sur le volume des ventes à l'exportation aux États-Unis pour lequel des droits de tranche II de 360,00 $ par tonne métrique ont été payés pour un volume de 41 600 tonnes métriques, ainsi qu'au coût unitaire plus élevé de Taber.

Taber a connu de mauvais résultats d'exploitation pour l'exercice 2010 en raison d'une forte gelée qui est survenue pendant la récolte, mettant prématurément fin à celle-ci. Environ 30 % des betteraves ont été laissées en terre et une grande partie de celles récoltées après le gel prolongé était en piètre état, ce qui a rendu leur transformation problématique. La production quotidienne de la raffinerie a chuté drastiquement, et le coût unitaire de Taber a considérablement augmenté, ce qui explique l'incidence négative sur les marges brutes.

Les coûts de distribution ont baissé de 0,5 million de dollars par rapport au trimestre correspondant de 2009 surtout en raison du nombre plus élevé de transferts de Vancouver à Taber au cours du dernier trimestre de l'exercice 2009.

Pour l'exercice, les coûts ont diminué de 5,8 millions de dollars, étant donné que moins de produits ont dû être transférés de Vancouver à Taber ainsi qu'aux expéditions supplémentaires à destination des États-Unis à la suite de l'ouverture des contingents spéciaux américains pendant l'exercice 2009. Au cours de l'exercice 2010, les expéditions aux États-Unis ont surtout été effectuées sur une base franco bord (base FOB).

Les frais d'administration sont comparables depuis le début de l'exercice avec ceux de la même période en 2009 et sont supérieurs de 0,8 million de dollars par rapport à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent, à cause du calendrier des charges.

Les intérêts débiteurs du trimestre, avant l'ajustement au titre de l'évaluation à la valeur de marché, avaient diminué de 0,3 million de dollars en raison des emprunts moins importants. Sans cet ajustement, les intérêts débiteurs pour l'exercice avaient augmenté de 0,8 million de dollars du fait de la radiation des frais de financement reportés à la suite du rachat anticipé des débentures convertibles de deuxième série. Pour le trimestre, une charge liée à l'évaluation à la valeur de marché de 0,2 million de dollars a été comptabilisée par opposition à un gain de 0,2 million de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice 2009. Pour l'exercice, les intérêts débiteurs liés à l'ajustement au titre de l'évaluation à la valeur de marché ont été minimes, comparativement aux intérêts débiteurs de 3,4 millions de dollars de l'exercice 2009.

Le Fonds mesure ses liquidités distribuables. Celles-ci ne sont pas une indication des flux de trésorerie ni des résultats d'exploitation établis selon les PCGR. Elles peuvent également ne pas être comparables à des mesures semblables présentées par d'autres sociétés ou fiducies de revenu. Du point de vue des porteurs de parts, les liquidités distribuables reflètent la capacité du Fonds à verser des distributions fondées sur le rendement des activités du Fonds et de sa filiale en exploitation au cours de la période considérée.

  (En milliers de dollars) Trimestres terminés
les 30 septembre
    Exercices terminés
les 30 septembre
   
  2010
(non
vérifié)
    2009
(non
vérifié)
    2010
(non
vérifié)
    2009
(non
vérifié)
   
Activités d'exploitation                        
Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation 69 056   $ 39 256   $ 83 203   $ 69 791   $
Dépenses en immobilisations (3 702 )   (2 130 )   (8 079 )   (6 285 )  
Liquidités distribuables normalisées 65 354     37 126     75 124     63 506    
Ajustements                        
  Variation des éléments hors caisse du fonds de roulement (23 991 )   (5 161 )   (20 337 )   3 360    
  Ajustements liés à l'évaluation à la valeur de marché et au moment de la constatation des instruments dérivés (29 925 )   (7 588 )   (1 241 )   12 167    
  Montant hors caisse au titre des instruments financiers (1 189 )   (1 856 )   (3 151 )   (18 421 )  
  Dépenses en immobilisations – investissements 1 686     182     1 713     221    
  Rachat, déduction faite de l'émission de parts de fiducie 531         808     (690 )  
  Frais de financement reportés         (2 365 )      
Liquidités distribuables ajustées 12 466   $ 22 703   $ 50 551   $ 60 143   $
Distributions déclarées 10 056   $ 10 035   $ 40 186   $ 40 206   $
                         

Les liquidités distribuables ajustées ont diminué de 10,2 millions de dollars au cours du trimestre, comparativement au trimestre correspondant de 2009, en raison de la baisse de 10,4 millions de dollars du BAII ajusté, et de la hausse des cotisations au régime de retraite par rapport aux charges de retraite engagées au cours de l'exercice 2009.

Pendant l'exercice 2010, le Fonds a distribué 40,2 millions de dollars, ou 0,46 $ par part, tout comme en 2009. Les liquidités distribuables ajustées se sont élevées à 50,6 millions de dollars au cours de l'exercice 2010, par rapport à 60,1 millions de dollars en 2009. Le recul de 9,5 millions de dollars découle essentiellement du repli de 9,5 millions de dollars du BAII ajusté. Le Fonds a distribué 79,5 % de ses liquidités distribuables au cours de l'exercice 2010, comparativement à 66,9 % en 2009.

Le 1er novembre 2010, le TCCE a décidé de supprimer les droits anti-dumping et les droits compensateurs imposés sur les expéditions de sucre raffiné provenant des pays de l'Union européenne. Cette décision décevante permet l'entrée au Canada de sucre faisant l'objet de subventions provenant de l'Union européenne au tarif minimal d'environ 30,00 $ par tonne métrique. Nous exercerons une étroite surveillance des importations de sucre raffiné provenant des pays de l'Union européenne, et nous nous adresserons au TCCE en temps opportun, si l'incidence financière de telles importations devient importante, au sens des lois portant sur les recours commerciaux du Canada.

L'ensemble du marché des édulcorants a connu une légère hausse au cours de l'exercice 2010, et nous sommes d'avis que cette tendance se poursuivra probablement au cours des prochains exercices. De nombreux fabricants de produits alimentaires américains ont modifié la composition de leurs produits pour utiliser le saccharose liquide plutôt que le SMHTF depuis quelques années. Nous croyons que cette tendance peut également avoir une incidence future sur le type d'édulcorant utilisé par les fabricants de produits alimentaires canadiens dans la composition de leurs produits. Grâce aux capacités de production de sucre liquide dont elle dispose, Lantic est bien positionnée pour répondre à une demande additionnelle de saccharose liquide, si celle-ci se concrétise.

Le prix du sucre raffiné a présentement fléchi aux États-Unis en raison de la récolte de betteraves de l'automne. Nous prévoyons qu'au fil de la vente de la récolte de betteraves, le marché peut faire de nouveau l'objet d'un resserrement, particulièrement si un retard touche le projet de raffinerie de sucre à canne en Louisiane. Les circonstances peuvent favoriser la répétition de l'avantage dont le Fonds a bénéficié pendant l'exercice 2010; le Fonds avait alors expédié plus de 41 000 tonnes métriques de sucre raffiné vers les États-Unis et, bien qu'il avait payé des droits de tranche II américains, il avait tout de même généré un surplus d'apport.

Au cours de l'exercice 2010, le Fonds a repris ses expéditions vers le Mexique, et a été en mesure de conclure un contrat visant un volume additionnel d'environ 15 000 tonnes métriques pour l'exercice 2011. Il continuera d'étudier cette occasion ainsi que toutes les autres possibilités d'exportation.

Les prix plus élevés du sucre brut actuellement en vigueur sur le marché mondial auront une incidence positive sur la marge brute ajustée pour l'ensemble des ventes de sucre de betterave au Canada, à l'exception des ventes de succédanés liquides à base de SMHTF. À Taber, la superficie de la plantation est de 30 000 acres pour la récolte en cours, et si les conditions se maintiennent, cela devrait assurer la production d'environ 80 000 à 90 000 tonnes métriques de sucre de betterave pour l'exercice 2011. La production totale est légèrement inférieure à ce qui avait initialement été prévu principalement en raison des conditions de culture plus fraîches qui ont réduit la production par acre de la récolte de betteraves, mais elle est beaucoup plus considérable que les 64 000 tonnes métriques produites pendant l'exercice 2010.

Plus de la moitié des besoins en gaz naturel pour l'exercice 2011 a fait l'objet d'opérations de couverture à des prix moyens comparables à ceux de l'exercice précédent. Tout volume ne faisant pas l'objet d'opérations de couverture devrait tirer parti de la baisse actuelle des prix du gaz naturel, ce qui devrait par conséquent hausser le ratio de marge brute ajustée. En outre, nous avons pris certaines positions sur le marché à terme pour les exercices 2012 à 2014. Certaines de ces positions sont prises à des prix supérieurs à ceux qui sont pratiqués sur le marché à l'heure actuelle, mais à des prix identiques à ceux de l'exercice 2010 ou encore plus avantageux que ceux-ci. Nous continuerons de surveiller de près la dynamique du marché du gaz naturel en ayant comme objectif de réduire nos coûts de gaz naturel.

AU NOM DU CONSEIL DES FIDUCIAIRES,

Signé

A. Stuart Belkin,

Vancouver (Colombie-Britannique)

Le 18 novembre 2010

Renseignements

  • M. Dan Lafrance, premier vice-président
    Finances, chef des finances et secrétaire
    514-940-4350
    514-527-1610 (FAX)
    www.lantic.ca