RONA INC.
TSX : RON

RONA INC.

19 févr. 2009 08h47 HE

RONA annonce ses résultats pour l'exercice 2008

Croissance de 27 % des fonds générés par l'exploitation et réduction de 25 % de l'endettement net résultant de la solide performance du programme PEP et d'une gestion rigoureuse du bilan

BOUCHERVILLE, QUEBEC--(Marketwire - 19 fév. 2009) - RONA inc. (TSX:RON)

FAITS SAILLANTS DE L'EXERCICE 2008

- Ventes consolidées en hausse de 2,2 %.

- Ventes du secteur de la distribution en hausse de 4,9 % provenant d'une croissance des ventes comparables des marchands affiliés RONA et du recrutement de nouveaux marchands.

- Augmentation de 89 points de base de la marge brute ajustée excluant les éléments inhabituels et de 101 points de base en éliminant l'effet de la variation importante du poids relatif du secteur de la distribution.

- Réduction de 118 millions $, ou 13,8 %, des inventaires comparables et diminution de 37,5 millions, ou 16,1 %, des investissements en immobilisations.

- Fonds générés par l'exploitation de 350,3 millions, soit 3,03 $ par action, une augmentation de 26,6 % sur 2007.

- Réduction de l'endettement net de 163,2 millions $, ou 25,0 %, comparativement à 2007.

- Bénéfice net de 160,2 millions $, soit 1,37 $ par action dilué comparativement à 185,1 millions, soit 1,59 $ par action dilué en 2007. En excluant des éléments inhabituels de 11,0 millions $ après impôts, soit 0,10 $ par action comptabilisés en 2008, le bénéfice net par action dilué s'est établi à 1,47 $, soit une baisse de 7,5 % sur 2007.

- Poursuite de l'expansion du réseau par l'ouverture de six nouveaux magasins RONA, les rénovations majeures de dix magasins dont huit magasins Réno-Dépôt au Québec, le recrutement de 31 nouveaux marchands indépendants et la réalisation de plus de 160 projets d'amélioration et d'agrandissement de magasins affiliés.

RONA inc. (TSX:RON), le plus important distributeur et détaillant canadien d'articles de quincaillerie, de rénovation et de jardinage, annonce une hausse de 2,2 % de ses ventes consolidées, lesquelles ont atteint 4 891,1 millions de dollars pour l'exercice 2008 comparativement à 4 785,1 millions en 2007. Cette croissance est attribuable à la progression des ventes des marchands affiliés RONA, au recrutement de nouveaux marchands, à l'ouverture de nouveaux magasins et aux acquisitions réalisées à la fin 2007 et au début 2008. Ces éléments ont plus que compensé la baisse de 4 % des ventes comparables du réseau de magasins corporatifs et franchisés, lesquels ont fait face à des conditions de marché plus difficiles qu'anticipé tout au long de l'exercice dans certaines régions du pays, notamment en Alberta, en Colombie-Britannique et en Ontario.

Le bénéfice d'exploitation (BAIIA), incluant les éléments inhabituels, a atteint 377,1 millions de dollars pour l'exercice 2008, comparativement à 400,2 millions enregistrés en 2007. Quant à la marge d'exploitation, elle est passée de 8,36 % en 2007 à 7,71 % en 2008. En 2008, des éléments inhabituels de 16,0 millions de dollars (11,0 millions après impôts) ont été comptabilisés pour des coûts de fermeture et des frais d'annulation d'engagements futurs, net de gains sur cession d'actifs non stratégiques. De ce montant, 12,2 millions ont affecté le BAIIA. En excluant ces éléments, le bénéfice d'exploitation a atteint 389,3 millions de dollars pour l'exercice 2008, en baisse de 10,9 millions, soit 2,7 % sur celui de 2007. Cette diminution s'explique principalement par la pression sur les ventes dans l'industrie de la construction/rénovation attribuable à la baisse du niveau de confiance des consommateurs. Cette pression a eu un effet plus important sur les résultats du premier et du quatrième trimestres que sur ceux des deuxième et troisième trimestres, puisque le début et la fin de l'exercice représentent les périodes les moins achalandées de l'année où les coûts variables sont plus difficilement compressibles. La baisse du bénéfice d'exploitation est également attribuable aux magasins récemment ouverts, lesquels n'ont pas encore atteint leur plein potentiel. Les nombreuses améliorations d'efficacité enregistrées dans le cadre de la Phase 1 du plan stratégique 2008-2011, soit le programme PEP, ont cependant permis d'atténuer l'effet négatif relié à ces facteurs.

Quant à la marge d'exploitation excluant les éléments inhabituels, elle est passée de 8,36 % en 2007 à 7,96 % en 2008. Cette baisse est attribuable en grande partie à la forte croissance des activités de distribution provenant du recrutement de nouveaux marchands indépendants et de la bonne performance du réseau de marchands affiliés existant. Mentionnons que les activités de distribution génèrent de plus faibles marges que les activités de détail expliquant ainsi la pression à la baisse sur la marge d'exploitation. Bien que ces activités de développement aient affecté négativement la marge d'exploitation, elles ont généré un impact positif sur le rendement en capital de l'entreprise. Mentionnons également que la pression sur les ventes dans l'industrie de la construction/rénovation attribuable à la baisse du niveau de confiance des consommateurs a également affecté la marge d'exploitation de l'exercice. Cependant les améliorations d'efficacité provenant du programme PEP ont permis d'atténuer cet effet négatif.

Le bénéfice net, incluant les éléments inhabituels, s'est établi à 160,2 millions de dollars en 2008, soit 1,37 $ par action dilué, comparativement à 185,1 millions en 2007, ou 1,59 $ par action dilué. En excluant les éléments inhabituels, le bénéfice net a atteint 171,2 millions de dollars pour l'exercice 2008, soit 1,47 $ par action dilué, comparativement à 185,1 millions en 2007, ou 1,59 $ par action dilué. Il s'agit d'une baisse de 13,9 millions de dollars ou 7,5 %. Les facteurs ayant affecté le bénéfice d'exploitation s'appliquent également à la variation du bénéfice net. A ces facteurs s'ajoute l'augmentation des frais fixes liés à la croissance du réseau, notamment l'amortissement relié aux récentes ouvertures de magasins et aux acquisitions.

"Dès le début de 2008, RONA a adopté des mesures proactives pour faire face à l'environnement économique plus difficile qu'anticipé. D'ailleurs, à chacun des trimestres de l'exercice, nous avons amélioré notre efficacité opérationnelle dans le cadre de notre programme PEP (productivité, efficacité, profitabilité). Nous avons également considérablement amélioré notre bilan par la réduction de notre niveau d'endettement de plus de 160 millions de dollars grâce, entre autres, à une augmentation de près de 27 % de nos fonds générés par l'exploitation, lesquels ont atteint un niveau record de 350 millions de dollars en 2008. La vitalité de notre réseau de marchands affiliés et nos plus récents succès en recrutement nous ont également permis d'afficher une croissance de 4,9 % des ventes du secteur de la distribution en 2008 et de 15,3 % au quatrième trimestre de l'exercice. Ces divers éléments nous ont permis d'atténuer l'effet négatif sur nos résultats causé par la baisse du niveau de confiance des consommateurs canadiens ainsi que par la réduction des activités de construction/rénovation dans certaines régions du pays", a déclaré Robert Dutton, président et chef de la direction de RONA.

"Le contexte actuel demeure très favorable à la poursuite de la consolidation du marché canadien par le recrutement de marchands indépendants désirant joindre une forte marque avec un plan de développement des plus prometteurs. C'est d'ailleurs la raison qui a motivé ma décision de m'impliquer directement dans le recrutement et le soutien aux marchands. En 2008, nous avons recruté 31 marchands indépendants représentant des ventes au détail de 132 millions de dollars. Depuis le début de 2009, 4 marchands représentant des ventes au détail de 19 millions de dollars se sont ajoutés à ce nombre. Nous avons encore plusieurs dossiers à l'étude et poursuivrons le développement de ce vecteur de croissance avec vigueur au cours des prochains trimestres", a ajouté M. Dutton.

"Avec l'incertitude entourant les effets potentiels de la crise économique mondiale sur le comportement des consommateurs, nous demeurerons toutefois prudents dans nos autres activités de développement. Nous débutons l'année 2009 avec un programme PEP amélioré et une structure organisationnelle optimisée. Nous serons très vigilants tout au long de l'exercice afin d'adapter nos activités d'exploitation et nos investissements en immobilisations à la conjoncture particulière prévue en 2009. Déjà en début d'exercice, nous prévoyons réduire nos investissements en immobilisations de près de 50 millions de dollars, soit 25 % de moins qu'en 2008. Nous désirons conserver un bilan solide afin de profiter des occasions de croissance qui se présenteront pendant ou vers la fin de la période de récession", a conclu M. Dutton.

Bien que le programme PEP ait permis d'atténuer une très grande partie des effets négatifs liés aux conditions plus difficiles qu'anticipé depuis le début de l'exercice, l'ampleur de la crise économique mondiale qui sévit actuellement apporte un haut degré d'incertitude en ce qui concerne le comportement futur des consommateurs. La direction de RONA estime donc que la détérioration prévue de l'environnement économique au cours des prochains trimestres l'empêchera d'atteindre son objectif de faible croissance du bénéfice par action ("low single digit") en moyenne dans la première moitié de son plan 2008-2011.

La direction demeure toutefois optimiste quant aux facteurs fondamentaux qui soutiennent la demande et l'engouement pour les projets de rénovation d'autant plus que cette demande devrait être stimulée par les crédits à la rénovation mis en place par le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec en début d'exercice 2009 et bonifiés par RONA par la suite. La Compagnie entend également poursuivre avec vigueur la réalisation des diverses mesures pour stimuler les ventes et améliorer l'efficacité dans le cadre du programme PEP au cours des prochains trimestres.

Enfin, la direction estime que les périodes de grande incertitude économique occasionnent souvent d'importants changements dans le comportement des consommateurs, ce qui représente une excellente occasion de développer des concepts de magasins des plus innovateurs pour la reprise à venir. La Compagnie désire également conserver un bilan solide afin de profiter des occasions de croissance qui se présenteront pendant ou vers la fin de la période de récession.

FAITS SAILLANTS FINANCIERS DE L'EXERCICE 2008

Eléments de conjoncture

Dans l'ensemble en 2008, la conjoncture a été relativement favorable à l'activité de rénovation au Québec et dans les provinces de l'Atlantique. Rappelons que dans ces deux régions, RONA génère près de 50 % de ses ventes. Cependant, les hausses importantes du prix de vente des maisons ont continué d'affecter l'activité de construction/rénovation dans l'ouest du pays, particulièrement en Alberta, qui avait accumulé un inventaire élevé de maisons neuves invendues et la Colombie-Britannique, où le prix des maisons était devenu très dispendieux. En Ontario, l'activité de construction /rénovation de maisons individuelles a été affectée par les difficultés économiques de cette province, fortement touchée par le ralentissement dans le secteur de l'automobile.

D'ailleurs en 2008, les mises en chantier de maisons individuelles ont connu une décroissance de 18,1 % en milieu urbain au Canada selon les estimations de la SCHL. La décroissance a été particulièrement forte en Alberta où les mises en chantier de maisons individuelles ont diminué de 44 % alors qu'elles ont diminué de 19,8 % en Colombie-Britannique et de 15,1 % en Ontario. Au Québec, la baisse des mises en chantier a été beaucoup moins prononcée, soit de 5,3 % alors que dans les provinces de l'Atlantique, les mises en chantier de maisons individuelles ont augmenté de 13,2 %, reflétant ainsi une forte croissance économique dans les provinces de la Nouvelle-Ecosse et de Terre-Neuve. Les plus récentes statistiques publiées pour la revente de maisons et les prix de vente moyen des maisons sont également à la baisse particulièrement en Alberta, en Colombie-Britannique et en Ontario.

A compter du troisième trimestre, la situation économique a cependant changé de façon importante à travers le pays. Avec la crise financière et économique qui sévit actuellement à l'échelle mondiale, l'incertitude économique a atteint de nouveaux sommets, de sorte que la confiance des consommateurs a été durement touchée. D'ailleurs, selon le plus récent sondage publié par le Conference Board du Canada, la confiance des consommateurs canadiens se situait à son plus bas niveau des 26 dernières années en décembre dernier et ce, malgré une légère augmentation par rapport au mois précédent en raison de l'importante baisse du prix de l'essence.

Compte tenu des circonstances et de la baisse prévue de l'indice des prix à la consommation, la Banque du Canada a abaissé son taux directeur à plusieurs reprises au cours des derniers mois. Après la plus récente baisse de 50 points en janvier dernier, il se situe à 1,50 %. Selon le plus récent Rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada publié en janvier dernier, le PIB canadien devrait afficher une décroissance de 1,2 % en 2009. Mentionnons qu'en 2008, l'économie canadienne a affiché une croissance de 0,7 % de son PIB alors qu'en 2007, elle a connu une croissance de 2,7 %.

L'environnement de taux d'intérêt actuel demeure donc toujours favorable à de hauts niveaux de mises en chantier et de revente de logements. De plus, les pressions inflationnistes ont beaucoup diminué au cours des derniers mois. Cependant, l'accessibilité au crédit est de plus en plus restreinte et tel que mentionné précédemment, la confiance des consommateurs se situe à de très bas niveaux.

Toutefois, rappelons que les tendances sont toujours favorables à la rénovation au Canada. Plus de 65 % des logements ont plus de 25 ans, les baby-boomers représentent environ 30 % de la population et investissent d'importantes sommes, soit dans leur maison ou résidence secondaire et il y a toujours un fort engouement pour les activités de décoration et de jardinage. D'ailleurs, une tendance lourde se dessine du côté de la décoration de la cour extérieure des maisons ("outdoor living"). Enfin, de plus en plus, les nouvelles générations de Canadiens recherchent des solutions clés en main pour leurs projets de rénovation et un service hors-pair dans un magasin convivial à proximité de leur domicile. C'est donc en tenant compte de ces différentes tendances que RONA développe ses nouveaux formats et concepts de magasins, sélectionne ses produits et élabore des services innovateurs.

L'environnement d'affaires actuel est très favorable à la consolidation du marché de la construction/rénovation au Canada, particulièrement par le recrutement de marchands indépendants. D'ailleurs, les résultats de RONA en matière de recrutement démontrent bien qu'en période plus difficile, les marchands désirent joindre les rangs d'une entreprise avec une forte notoriété qui au-delà du pouvoir d'achat, leur fournit les outils de gestion et de développement pouvant les aider à mieux performer et à mettre en place un solide plan de croissance.

Ventes consolidées

Les ventes consolidées pour l'exercice terminé le 28 décembre 2008 se sont établies à 4 891,1 millions de dollars, soit 106,0 millions, ou 2,2 % de plus que les 4 785,1 millions enregistrés en 2007. La croissance est attribuable à l'ouverture de six magasins en cours d'exercice, au recrutement de 31 nouveaux marchands affiliés et à l'intégration des récentes acquisitions. En excluant l'apport des acquisitions, soit Noble Trade, Dick's Lumber, Centre de Rénovation André Lessard et Best-MAR, les ventes consolidées ont diminué de 1,3 %. Les ventes générées par les nouveaux magasins ouverts et recrutés au cours des 12 derniers mois n'ont pu compenser la baisse des revenus provenant de nos magasins comparables, lesquels ont diminué de 4,0 % au cours de l'exercice 2008, en excluant la déflation de 0,6 % du prix moyen des produits forestiers.

La diminution des ventes excluant les acquisitions, est attribuable, tel que mentionné précédemment, à une baisse continue du niveau de confiance des consommateurs canadiens, ainsi qu'à une baisse des mises en chantier et de la revente de maisons individuelles, particulièrement en Alberta, en Ontario et en Colombie-Britannique. Malgré une baisse du nombre de transactions en magasin causée par les éléments ci-dessus, les activités de fidélisation et de stimulation des ventes de RONA, ainsi que les efforts déployés par nos employés pour offrir le meilleur service et la meilleure expérience de magasinage de notre industrie ont contribué à une augmentation du panier moyen de notre clientèle. Les ventes ont diminué dans la plupart des catégories de produits, indiquant ainsi une baisse générale de la consommation depuis le début de l'exercice. Les ventes de produits de marque privée et les ventes des services d'installation ont toutefois connu une forte croissance depuis le début de l'année.

Marge brute ajustée

Pour l'exercice 2008, la marge brute ajustée excluant les éléments inhabituels s'est améliorée de 89 points de base, passant de 29,24 % en 2007 à 30,13 % en 2008. En éliminant l'effet de la variation importante du poids du secteur de la distribution dans le calcul de la marge, celle-ci a augmenté de 101 points de base. Pour sa part, la marge brute ajustée du secteur du détail a augmenté de 116 points de base. Cette croissance provient d'une meilleure gestion des catégories de produits, d'une augmentation des ventes des produits de la marque privée, d'une réduction des pertes en magasin ("shrink") et de l'amélioration continue des conditions d'achat auprès de nos fournisseurs.

Eléments inhabituels

Au cours de l'exercice, dans le cadre d'un vaste programme d'amélioration de l'efficacité et de l'optimisation du réseau de magasins RONA existants, la Compagnie a pris la décision de fermer quatre magasins moins performants et de transférer le volume d'affaires de ces magasins vers d'autres magasins RONA avoisinants. Au cours du deuxième trimestre, la Compagnie a vendu certains actifs non stratégiques et a réalisé un gain avant impôts de 1,4 million de dollars. Au cours du troisième trimestre 2008, la Compagnie a comptabilisé des frais inhabituels reliés à l'annulation d'engagements futurs. Au quatrième trimestre 2008, la Compagnie a également comptabilisé des frais inhabituels de 0,9 million de dollars reliés à la fermeture des magasins annoncés au deuxième trimestre. Pour l'exercice terminé le 28 décembre 2008, des frais inhabituels nets de 16,0 millions de dollars ont été comptabilisés dont 12,2 millions ont affecté le bénéfice d'exploitation et 3,8 millions l'amortissement et dépréciation ainsi que les frais financiers. Après impôts, les frais inhabituels pour l'exercice 2008 s'élèvent à 11,0 millions de dollars.

Bénéfice d'exploitation consolidé

Le bénéfice d'exploitation, incluant les éléments inhabituels, a atteint 377,1 millions de dollars pour l'exercice terminé le 28 décembre 2008, en baisse de 23,1 millions, soit 5,8 % sur les 400,2 millions enregistrés en 2007. Quant à la marge d'exploitation, elle est passée de 8,36 % en 2007 à 7,71 % en 2008, soit une baisse de 65 points de base, attribuable en grande partie aux éléments inhabituels et à la pression sur les ventes comparables.

En excluant les éléments inhabituels enregistrés aux deuxième, troisième et quatrième trimestres de 2008, le bénéfice d'exploitation a atteint 389,3 millions de dollars pour l'exercice 2008, en baisse de 10,9 millions, soit 2,7 % sur celui de 2007. Quant à la marge d'exploitation, elle est passée de 8,36 % en 2007 à 7,96 % en 2008, soit une baisse de 40 points de base.

La baisse du bénéfice d'exploitation s'explique principalement par la pression actuelle sur les ventes dans l'industrie de la construction/rénovation attribuable à la baisse du niveau de confiance des consommateurs. Cette pression a eu un effet plus important sur les résultats du premier et du quatrième trimestres que sur ceux des deuxième et troisième trimestres puisque le début et la fin de l'exercice représentent les périodes les moins achalandées de l'année où les coûts variables sont plus difficilement compressibles. La baisse du bénéfice d'exploitation est également attribuable aux magasins récemment ouverts, lesquels n'ont pas encore atteint leur plein potentiel. Les nombreuses améliorations d'efficacité enregistrées dans le cadre de la Phase 1 du plan stratégique 2008-2011, soit le programme PEP, ont cependant permis d'atténuer l'effet négatif relié à ces facteurs. Depuis le début de l'exercice, le programme PEP a permis, entre autres, d'améliorer la marge brute ajustée, de réduire le niveau des inventaires, d'optimiser le réseau de magasins existants, d'améliorer la logistique, d'accélérer le recrutement de marchands indépendants et d'améliorer le processus d'ouverture de nouveaux magasins.

Quant à la baisse de la marge d'exploitation, une grande partie de celle-ci est attribuable à la forte croissance des activités de distribution provenant du recrutement de nouveaux marchands indépendants et de la bonne performance du réseau de marchands affiliés existant. Mentionnons que les activités de distribution génèrent de plus faibles marges que les activités de détail expliquant ainsi la pression à la baisse sur la marge d'exploitation. Bien que ces activités de développement aient affecté négativement la marge d'exploitation, elles ont généré un impact positif sur le rendement en capital de l'entreprise. Mentionnons également que la pression sur les ventes dans l'industrie de la construction/rénovation attribuable à la baisse du niveau de confiance des consommateurs a également affecté la marge d'exploitation de l'exercice. Cependant les améliorations d'efficacité provenant du programme PEP ont permis d'atténuer cet effet négatif.

Bénéfice net

Le bénéfice net, incluant les éléments inhabituels pour l'exercice 2008 a diminué de 13,4 % pour s'établir à 160,2 millions de dollars, soit 1,37 $ par action dilué, comparativement à 185,1 millions en 2007, ou 1,59 $ par action dilué. Les facteurs ayant affecté le bénéfice d'exploitation s'appliquent également à la variation du bénéfice net. A ces facteurs s'ajoute l'augmentation des frais fixes liés à la croissance du réseau, notamment l'amortissement relié aux récentes ouvertures de magasins et aux acquisitions.

En excluant les éléments inhabituels, le bénéfice net a atteint 171,2 millions de dollars pour l'exercice 2008, soit 1,47 $ par action dilué, comparativement à 185,1 millions en 2007, ou 1,59 $ par action dilué. Il s'agit d'une baisse de 13,9 millions soit 7,5 % reflétant la pression sur les ventes dans l'industrie de la construction/rénovation, laquelle n'a pu être complètement compensée par les mesures d'amélioration de l'efficacité mises en place depuis le début de l'exercice.

FAITS SAILLANTS DU QUATRIEME TRIMESTRE

Ventes consolidées

Les ventes consolidées pour le quatrième trimestre 2008 se sont établies à 1 124,6 millions de dollars, soit 37,6 millions, ou 3,5 % de plus que les 1 087,0 millions enregistrés en 2007. La croissance est attribuable à l'ouverture de magasins, au recrutement de nouveaux marchands affiliés et aux acquisitions. En excluant l'apport des acquisitions, soit Dick's Lumber, Centre de Rénovation André Lessard et Best-MAR, les ventes consolidées ont augmenté de 1,5 %. L'augmentation de 34,2 millions de dollars, soit 15,3 % des ventes du secteur de la distribution provenant d'une très bonne performance de notre réseau d'affiliés et de l'intégration rapide des plus récents marchands recrutés, de même que les ventes générées par les nouveaux magasins ouverts au cours des 12 derniers mois ont plus que compensé la baisse des revenus provenant de nos magasins comparables. La hausse des ventes du secteur de la distribution provient du stockage temporaire de certains matériaux de construction à bas prix en fin d'exercice et à la croissance générale des achats de matériaux de construction de notre réseau d'affiliés compte tenu de la mise en place d'un programme d'achat amélioré pour nos marchands spécialisés en matériaux de construction.

Au cours du quatrième trimestre 2008, les ventes comparables ont diminué de seulement 0,8 %, en excluant la déflation de 0,6 % du prix moyen des produits forestiers. Le Québec, les Prairies et les provinces de l'Atlantique ont très bien performé au cours du trimestre mais n'ont pu complètement compenser la pression actuelle sur les ventes dans les provinces de l'Alberta, de la Colombie-Britannique et de l'Ontario, plus durement touchées par le ralentissement économique.

Malgré une baisse du nombre de transactions en magasin causée par les éléments ci-dessus, les activités de fidélisation et de stimulation des ventes de RONA, ainsi que les efforts déployés par nos employés afin d'offrir le meilleur service et la meilleure expérience de magasinage de notre industrie ont contribué à maintenir le panier moyen de notre clientèle à un niveau légèrement inférieur à celui du quatrième trimestre de 2007. Les ventes ont diminué dans la plupart des catégories de produits, indiquant ainsi une baisse générale de la consommation au cours du trimestre. Tel que mentionné dans l'analyse des résultats de l'exercice, les ventes de produits de la marque privée et les ventes des services d'installation ont toutefois connu une forte croissance depuis le début de l'année.

Marge brute ajustée

Au quatrième trimestre 2008, la marge brute ajustée excluant les éléments inhabituels est passée de 30,82 % en 2007 à 30,59 % en 2008, soit une diminution de 23 points de base. La diminution de la marge brute ajustée est principalement attribuable à la forte croissance des activités de distribution provenant du recrutement de nouveaux marchands indépendants et de la bonne performance de nos marchands affiliés existants. Elle est également attribuable à un poids plus important de produits forestiers et de matériaux de construction dans la répartition des ventes du quatrième trimestre 2008 provenant du stockage temporaire de certains matériaux de construction à bas prix en fin d'exercice et à la croissance générale des achats de matériaux de construction de notre réseau d'affiliés compte tenu de la mise en place d'un programme d'achat amélioré pour nos marchands spécialisés en matériaux de construction. Mentionnons que les activités de distribution génèrent de plus faibles marges que les activités de détail et que la marge sur la vente de produits forestiers et de matériaux de construction est généralement plus basse que sur la vente de produits de quincaillerie, expliquant ainsi la pression à la baisse sur la marge brute ajustée. Bien que ces activités de développement aient affecté négativement la marge brute ajustée, elles ont généré un impact positif sur le rendement en capital de l'entreprise. En éliminant l'effet de la variation importante du poids du secteur de la distribution dans le calcul de la marge, celle-ci a augmenté de 32 points de base. Pour sa part, la marge brute ajustée du secteur détail a augmenté de 95 points de base. Cette croissance provient d'une meilleure gestion des catégories de produits, d'une augmentation des ventes de produits de la marque privée, d'une réduction des pertes en magasin ("shrink") et de l'amélioration continue des conditions d'achat auprès de nos fournisseurs.

Eléments inhabituels

Tel que mentionné dans l'analyse des résultats de l'exercice, dans le cadre d'un vaste programme d'amélioration de l'efficacité et de l'optimisation du réseau de magasins RONA existants, la Compagnie a pris la décision de fermer quatre magasins moins performants et de transférer le volume d'affaires de ces magasins vers d'autres magasins RONA avoisinants. Au cours du quatrième trimestre 2008, la Compagnie a comptabilisé des frais inhabituels de 0,9 million de dollars reliés à ces fermetures. Après impôts, ces frais inhabituels s'élèvent à 0,6 million de dollars.

Bénéfice d'exploitation consolidé

Le bénéfice d'exploitation, incluant les éléments inhabituels, a atteint 70,9 millions de dollars pour le quatrième trimestre 2008 comparativement à 75,9 millions en 2007. Quant à la marge d'exploitation, elle est passée de 6,99 % en 2007 à 6,31 % en 2008. En excluant les éléments inhabituels enregistrés, le bénéfice d'exploitation a atteint 71,8 millions de dollars au quatrième trimestre 2008, en baisse de 4,2 millions, soit 5,5 % sur celui de 2007. Quant à la marge d'exploitation, elle est passée de 6,99 % en 2007 à 6,38 % en 2008, soit une diminution de 61 points de base.

En plus du changement de mix mentionné dans l'analyse de la marge brute ajustée, cette baisse s'explique par la pression actuelle sur les ventes dans l'industrie de la construction/rénovation attribuable à la diminution du niveau de confiance des consommateurs. Cette pression a eu un impact plus important sur les résultats du premier et du quatrième trimestres que ceux des deuxième et troisième trimestres, puisque le début et la fin de l'exercice représentent les périodes les moins achalandées de l'année où les coûts variables sont plus difficilement compressibles. La baisse est également attribuable aux magasins ouverts récemment, lesquels n'ont pas encore atteint leur plein potentiel. Tel que mentionné dans l'analyse des résultats de l'exercice, les nombreuses améliorations d'efficacité enregistrées dans le cadre de la Phase 1 du plan stratégique 2008-2011, soit le programme PEP, ont cependant permis d'atténuer l'effet négatif relié à ces trois facteurs. Depuis le début de l'exercice, le programme PEP a permis, entre autres, d'améliorer la marge brute ajustée, de réduire le niveau des inventaires, d'optimiser le réseau de magasins existants, d'améliorer la logistique, d'accélérer le recrutement de marchands indépendants et d'améliorer le processus d'ouverture de nouveaux magasins.

Bénéfice net

Le bénéfice net, incluant les éléments inhabituels pour le quatrième trimestre 2008 s'est établi à 25,7 millions de dollars, soit 0,22 $ par action dilué, comparativement à 30,5 millions en 2007, ou 0,26 $ par action dilué. En excluant les éléments inhabituels mentionnés, le bénéfice net a atteint 26,3 millions de dollars au quatrième trimestre 2008, soit 0,23 $ par action dilué, comparativement à 30,5 millions en 2007, ou 0,26 $ par action dilué. Il s'agit d'une baisse de 4,2 millions soit 13,8 %. Les facteurs ayant affecté le bénéfice d'exploitation s'appliquent également à la variation du bénéfice net. A ces facteurs s'ajoute l'augmentation des frais fixes liés à la croissance du réseau, notamment l'amortissement relié aux récentes ouvertures de magasins et aux acquisitions.

TRESORERIE ET SITUATION FINANCIERE

L'exploitation a généré des fonds de 275,0 millions de dollars au cours de l'exercice 2008, comparativement à 286,2 millions en 2007. Nette de la variation d'éléments du fonds de roulement, l'exploitation a généré des fonds de 350,3 millions de dollars, contre 276,8 millions en 2007, une augmentation de 73,5 millions soit 26,6 %. Mentionnons que les stocks provenant des magasins comparables et des centres de distribution ont diminué de 118 millions de dollars au cours de l'exercice 2008. D'ailleurs, tel qu'illustré dans le tableau ci-dessous, le niveau des inventaires comparables a diminué de façon significative à chacun des trimestres de l'exercice 2008.



Réduction des inventaires comparables

-------------------------------------------------------------------------
Premier Deuxième Troisième Quatrième
En millions de trimestre trimestre trimestre trimestre
dollars 2008 2008 2008 2008
-------------------------------------------------------------------------
Niveau des inventaires à
la fin de la période
correspondante en 2007 944 $ 959 $ 872 $ 856 $
-------------------------------------------------------------------------
Réduction des inventaires
comparables 83 $ 118 $ 80 $ 118 $
-------------------------------------------------------------------------
Réduction en pourcentage 8,8 % 12,3 % 9,2 % 13,8 %
-------------------------------------------------------------------------


Au cours du deuxième trimestre de l'exercice 2008, la direction de RONA a pris la décision de réduire son programme d'immobilisations de 240 millions de dollars à 200 millions pour 2008, et ce, compte tenu des conditions de marché plus difficiles que prévu. RONA a terminé l'exercice avec un investissement total de 196,1 millions de dollars en immobilisations, soit 37,6 millions, ou 16,1 % de moins que les 233,7 millions investis en 2007.

Ces investissements ont été consacrés à l'expansion de notre réseau de détail, à savoir la construction de nouveaux magasins ainsi que la réfection, la rénovation et la mise à niveau de magasins existants en fonction des nouveaux concepts, notamment des magasins exploités sous la bannière Réno-Dépôt. Nous avons également consenti une partie des investissements à l'amélioration continue des systèmes d'information afin d'accroître notre efficacité opérationnelle. Tout au long de l'exercice, la Compagnie a appliqué une gestion financière disciplinée et un suivi rigoureux des investissements en immobilisations.

Avec les importants fonds générés par l'exploitation et la gestion disciplinée du fonds de roulement et des investissements en immobilisations tout au long de l'exercice, l'endettement net de la Compagnie au 28 décembre 2008 se situait à 490,3 millions de dollars. Il s'agit d'une diminution de 163,2 millions de dollars, soit 25,0 % comparativement à 2007.

Le bilan de RONA demeure très solide. Au 28 décembre 2008, le ratio dette totale / capital utilisé se chiffrait à 25,2 %, comparativement à 33,1 % à la clôture de l'exercice 2007. Le ratio capitaux propres / total de l'actif atteignait 59,6 % au terme de l'exercice 2008, comparativement à 53,4 % à pareille date en 2007.

RONA a accès à 650 millions de dollars de crédit rotatif, soit 150 millions de plus depuis le 11 juillet 2008. A la fin de l'exercice, cette facilité était utilisée à hauteur de 42 millions de dollars. Le renouvellement de cette facilité de crédit n'est pas prévu avant 2012 alors que l'échéance des débentures non garanties constituant la majeure partie de la dette à long terme est en 2016. L'exploitation de la Compagnie produit également des flux financiers importants. Avec un niveau d'endettement relativement bas et des taux fixés à long terme sur la majeure partie de sa dette à long terme, RONA dispose en outre de liquidités importantes et d'un accès à plusieurs millions de dollars de crédit à des taux avantageux. Nos ressources financières sont donc suffisantes pour faire face à la présente récession et poursuivre le développement de façon disciplinée sur nos quatre vecteurs de croissance : la croissance des ventes de notre réseau existant, la construction de nouveaux magasins corporatifs et franchisés, le recrutement de nouveaux marchands affiliés et les acquisitions.

PERSPECTIVES

Tel que mentionné en détail dans la section éléments de conjoncture, la situation économique a changé de façon importante vers la fin du troisième trimestre 2008. Avec la crise financière et économique qui sévit actuellement à l'échelle mondiale, l'incertitude économique a atteint de nouveaux sommets, de sorte que la confiance des consommateurs a été durement touchée selon les plus récents sondages.

Avec les multiples baisses du taux directeur de la Banque du Canada en 2008 et au début de 2009, l'environnement actuel des taux d'intérêt demeure toujours favorable à de hauts niveaux de mises en chantier et de revente de logements. Cependant, l'accessibilité au crédit est de plus en plus restreinte et la confiance des consommateurs est à sont plus bas niveau des 26 dernières années.

Bien que le programme PEP ait permis d'atténuer une très grande partie des effets négatifs liés aux conditions plus difficiles qu'anticipé depuis le début de l'exercice causés par l'ampleur de la crise économique mondiale, la direction de RONA estime donc que la détérioration prévue de l'environnement économique au cours des prochains trimestres l'empêchera d'atteindre son objectif de faible croissance du bénéfice par action ("low single digit") en moyenne dans la première moitié de son plan 2008-2011.

La direction demeure toutefois optimiste quant aux facteurs fondamentaux qui soutiennent la demande et l'engouement pour les projets de rénovation d'autant plus que cette demande devrait être stimulée par les crédits à la rénovation mis en place par le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec en début d'exercice 2009 et bonifiés par RONA par la suite.

La Compagnie entend également poursuivre avec vigueur la réalisation des diverses mesures pour stimuler les ventes et améliorer l'efficacité dans le cadre du programme PEP au cours des prochains trimestres. Certaines sont la poursuite d'initiatives porteuses introduites en 2008, d'autres sont de nouvelles initiatives toujours selon les quatre grands projets introduits en 2008. Les principales mesures qui seront mises en place en 2009 dans le cadre du programme PEP sont les suivantes :

L'amélioration de la profitabilité de notre réseau de magasins corporatifs :

- Continuer d'accroître la marge brute ajustée du secteur du détail.

- Poursuivre l'amélioration du taux de pertes en magasin ("shrink").

- Poursuivre l'optimisation du réseau par la mise en place de plans d'amélioration pour les magasins les moins performants.

- Poursuivre l'amélioration des différents systèmes d'information de la Compagnie afin d'accroître l'efficacité et faciliter la prochaine vague de croissance par acquisitions de la Compagnie.

- Poursuivre la vente d'actifs non stratégiques.

L'optimisation de la chaîne d'approvisionnement :

- Poursuivre la réduction des inventaires comparables et améliorer les taux de rotation en magasins et aux centres de distribution.

- Améliorer la qualité des inventaires avec la collaboration accrue des fournisseurs.

- Poursuivre l'optimisation des canaux de distribution et revoir les ententes de transport.

- Accroître la capacité de distribution de la Division du marché commercial et professionnel.

L'accélération du recrutement de marchands indépendants :

- Accélérer le recrutement de marchands indépendants et accroître le taux de fidélisation des marchands existants.

- Favoriser les projets d'expansion des marchands indépendants existants.

L'amélioration des ventes et la fidélisation de la clientèle du réseau RONA :

- Mettre en place un programme de revitalisation des magasins à grande surface existants et créer un concept innovateur pour les futures ouvertures.

- Créer de nouveaux concepts de magasins spécialisés.

- Accroître le taux de pénétration des produits de la marque privée de 17 % à 18 %.

- Accroître la force de vente de la Division du marché commercial et professionnel afin d'augmenter les ventes à cette clientèle à travers tout le réseau RONA.

- Diversifier les activités de la Division du marché commercial et professionnel dans d'autres catégories de produits reliés à la rénovation, tels les produits de ventilation et de climatisation.

- Poursuivre le développement de nouveaux projets de rénovation dans la série Les prêts-à-rénover RONA incluant des projets Prêts-à-construire et des projets Prêts-à-décorer.

- Continuer d'accroître les ventes des services d'installation et l'utilisation du Guide projet pour les travaux de rénovation majeurs de la clientèle et tirer avantage des programmes de crédits à la rénovation annoncés par le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec et bonifiés par RONA par la suite.

- Continuer d'accroître le nombre de clients utilisant le programme AIR MILESMC ainsi que la carte de crédit RONA Desjardins.

- Poursuivre la mise en marché de produits éco-responsables et développer une gamme de produits éco-énergétiques avec la rigoureuse approche de l'analyse du cycle de vie.

- Mettre en marché de nouvelles catégories de produits et démarrer un service de réparation pour les produits de la marque privé et les équipements de jardin.

Dans le but de donner un dynamisme renouvelé et un levier solide à l'organisation pour poursuivre la réalisation du plan stratégique 2008-2011, RONA a apporté des changements à sa structure organisationnelle au cours des derniers mois. Les opérations des grandes surfaces et des magasins de proximité et spécialisés ont été regroupées au sein d'un seul et même service. Les activités de marketing de RONA ont été consolidées et élargies et sont aujourd'hui davantage orientées vers l'innovation et l'expérience client. Une nouvelle vice-présidence à la gestion de la chaîne d'approvisionnement a également été introduite et le recrutement et le support aux marchands indépendants est maintenant sous la supervision directe du président et chef de la direction. Enfin, de nouveaux outils pour la gestion du talent et la planification de la relève pour les cadres supérieurs seront introduits en 2009.

RONA débute donc l'année 2009 avec un programme PEP amélioré et une structure organisationnelle optimisée. La Compagnie sera toutefois très vigilante tout au long de l'année afin d'adapter ses activités d'exploitation et ses investissements en immobilisations à la conjoncture particulière prévue en 2009. Déjà en début d'exercice, RONA prévoit réduire ses investissements en immobilisations de 196,1 millions en 2008 à 150 millions en 2009. Des sept magasins actuellement en construction, trois ouvriront leurs portes en 2009. Il s'agit de l'agrandissement d'un magasin à grande surface Réno-Dépôt à LaSalle au Québec; de l'ouverture d'un nouveau magasin de proximité à Strathmore en Alberta sous la bannière TOTEM; et de la reconstruction et de la relocalisation d'un magasin RONA à la suite d'un incendie à St-Georges-de-Beauce au Québec. L'ouverture des quatre autres magasins aura lieu au début de 2010, trois de ces magasins sont situés en Ontario et l'autre en Alberta.

La direction estime cependant que les conditions de marché actuelles représentent un important potentiel pour la consolidation du marché canadien de la construction/rénovation, particulièrement par le recrutement de marchands indépendants. La direction estime également que les périodes de grande incertitude économique occasionnent souvent d'importants changements dans le comportement des consommateurs, ce qui représente une excellente occasion de développer des concepts de magasins des plus innovateurs pour la reprise à venir dans notre secteur d'activité. La Compagnie désire également conserver un bilan solide afin de profiter des occasions de croissance qui se présenteront pendant ou vers la fin de la période de récession.

AFFAIRES DE LA SOCIETE

En janvier dernier, dans le cadre de la septième édition des Prix d'excellence en gouvernance d'entreprise Korn Ferry / Magazine Commerce, RONA a été désigné entreprise gagnante dans la catégorie grande entreprise. Cette reconnaissance témoigne des efforts importants déployés par la direction de RONA et les membres de son Conseil d'administration depuis de nombreuses années afin de maintenir des pratiques exemplaires au niveau de la gouvernance et de l'éthique en affaires.

INFORMATION ADDITIONNELLE

Le Rapport de gestion et les états financiers non vérifiés pour l'exercice 2008 peuvent être consultés sur le site Internet de la Compagnie à l'adresse www.rona.ca, section Investisseurs et sur le site www.sedar.com. Le lecteur trouvera le rapport annuel de la Compagnie sur son site Web. Il y trouvera d'autres informations relatives à RONA, y compris la Notice annuelle de la Compagnie, ainsi que sur le site SEDAR.

CONFERENCE TELEPHONIQUE AVEC LA COMMUNAUTE FINANCIERE

Le jeudi 19 février 2009 à 11 heures (HE), RONA tiendra une conférence téléphonique pour la communauté financière. Pour joindre la conférence téléphonique vous devrez composer le 514-861-4190 ou 1 877 677-7769. Pour suivre la conférence en ligne, veuillez accéder à l'adresse suivante :
http://events.startcast.com/events6/153/C0003/Default.aspx

MESURES DE PERFORMANCE NON CONFORME AUX PCGR

Dans ce communiqué, comme dans notre gestion interne, nous utilisons la notion de "bénéfice avant intérêts, impôts, amortissements et dépréciation et part des actionnaires sans contrôle ("BAIIA")", que nous désignons également comme "bénéfice d'exploitation". Cette mesure correspond à l'item "bénéfice avant les postes suivants" dans nos états financiers consolidés. Nous utilisons également la notion de "marge brute ajustée" laquelle correspond aux ventes moins le coût des marchandises incluant la totalité des rabais reçus des fournisseurs.

Bien que le BAIIA et la marge brute ajustée n'aient pas de sens normalisé par les PCGR, son usage est largement répandu dans notre industrie et dans les milieux financiers pour mesurer la rentabilité des opérations proprement dites, abstraction faite des considérations fiscales ainsi que de l'utilisation et du coût de notre capital. Comme ces mesures ne sont pas normalisées, elles peuvent ne pas être strictement comparables d'une société à une autre. Cependant, nous l'établissons de la même façon pour chacun de nos secteurs identifiés et, sauf mention expresse, notre méthode ne change pas dans le temps.

Le BAIIA et la marge brute ajustée ne devraient pas être considérés isolément ou comme substitut aux autres mesures de performance calculées selon les PCGR, mais plutôt comme une information complémentaire.

Au cours de l'exercice 2008, RONA a comptabilisé des éléments inhabituels pour coûts de fermeture de magasins et gains sur disposition d'actifs ainsi que des frais inhabituels reliés à l'annulation d'engagements futurs. Dans le présent document, des analyses de variance de la marge brute ajustée, du bénéfice d'exploitation, de la marge d'exploitation, du bénéfice net et du bénéfice par action excluant ces éléments inhabituels sont présentées. Bien que ces mesures n'aient pas de sens normalisé par les PCGR, la direction de la Compagnie considère qu'elles constituent de bons indicateurs de la performance opérationnelle des activités existantes.

INFORMATION PROSPECTIVE

Ce Communiqué comprend des énoncés prospectifs comportant des risques et des incertitudes. Tous les énoncés autres que des énoncés de faits historiques inclus dans ce communiqué, y compris des énoncés sur les perspectives de l'industrie et sur les perspectives, les projets, la situation financière et la stratégie d'affaires de la Compagnie, peuvent constituer des énoncés prospectifs au sens de la législation et la réglementation canadiennes en matière de valeurs mobilières. Les investisseurs et autres personnes devraient éviter de se fier indûment à tout énoncé prospectif.

Pour de plus amples renseignements sur les risques, incertitudes et hypothèses susceptibles d'entraîner un écart entre les résultats réels de la Compagnie et les attentes actuelles, veuillez vous reporter également aux documents publics déposés par la Compagnie qui sont accessibles à www.sedar.com et à www.rona.ca. Plus particulièrement, d'autres précisions et la description de ces facteurs et d'autres facteurs sont présentées dans le rapport de gestion, sous la rubrique "Risques et incertitudes", et sous la rubrique "Facteurs de risque" de la notice annuelle courante de la Compagnie.

Les énoncés prospectifs figurant dans ce communiqué reflètent les attentes de la Compagnie au 19 février 2009 et sont sous réserve des changements pouvant survenir après cette date. La Compagnie nie expressément toute obligation ou tout engagement de mettre à jour ou de réviser ces énoncés prospectifs, que ce soit en raison de nouveaux renseignements ou d'événements futurs ou pour quelque autre motif que ce soit, à moins que les lois sur les valeurs mobilières applicables le requièrent.

A PROPOS DE RONA

RONA est le plus important distributeur et détaillant canadien de produits de quincaillerie, de rénovation et de jardinage. RONA exploite un réseau de près de 700 magasins corporatifs, franchisés et affiliés, de dimensions et de formats variés, qui emploie plus de 29 000 personnes dans toutes les régions du Canada, sous diverses bannières. Le réseau de magasins RONA totalise plus de 15 millions de pieds carrés et réalise des ventes au détail annuelles de plus de 6,3 milliards de dollars.



RONA inc.
Etats financiers consolidés
au 28 décembre 2008 et au 30 décembre 2007


RONA inc.
Résultats consolidés
des exercices terminés le 28 décembre 2008 et le 30 décembre 2007
(non vérifiés et en milliers de dollars, sauf le bénéfice net par action)
-------------------------------------------------------------------------

4e trimestre Cumulatif
-------------------------------------------------------------------------
2008 2007 2008 2007
-------------------------------------------------------------------------

Ventes 1 124 612 $ 1 087 035 $ 4 891 122 $ 4 785 106 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant les
postes suivants
(note 5) 70 914 75 940 377 101 400 207
-------------------------------------------------------------------------

Intérêts sur la dette
à long terme 5 694 6 599 28 106 28 270
Intérêts sur les
emprunts bancaires 590 894 2 134 3 329
Amortissements et
dépréciation (notes 11,
13 et 14) 26 192 23 397 108 091 90 901
-------------------------------------------------------------------------
32 476 30 890 138 331 122 500
-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant impôts sur
les bénéfices et part
des actionnaires sans
contrôle 38 438 45 050 238 770 277 707
Impôts sur les bénéfices
(note 6) 11 838 13 925 73 541 88 130
-------------------------------------------------------------------------
Bénéfice avant part des
actionnaires sans
contrôle 26 600 31 125 165 229 189 577
Part des actionnaires
sans contrôle 903 636 5 030 4 488
-------------------------------------------------------------------------
Bénéfice net et
résultat étendu 25 697 $ 30 489 $ 160 199 $ 185 089 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------

Bénéfice net par
action (note 25)
De base 0,22 $ 0,26 $ 1,39 $ 1,61 $
Dilué 0,22 $ 0,26 $ 1,37 $ 1,59 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers
consolidés.



RONA inc.
Bénéfices non répartis consolidés
Surplus d'apport consolidé
des exercices terminés le 28 décembre 2008 et le 30 décembre 2007
(non vérifiés et en milliers de dollars)
-------------------------------------------------------------------------

2008 2007
-------------------------------------------------------------------------

Bénéfices non répartis consolidés
Solde au début présenté antérieurement 892 967 $ 709 467 $
Instruments financiers - comptabilisation
et évaluation (note 3) - (1 589)
-------------------------------------------------------------------------
Solde au début retraité 892 967 707 878
Bénéfice net 160 199 185 089
-------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin 1 053 166 $ 892 967 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------

Surplus d'apport consolidé
Solde au début 11 045 $ 9 182 $
Coût de rémunération au titre des régimes
d'options d'achat d'actions 1 518 2 082
Exercice d'options d'achat d'actions - (219)
-------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin 12 563 $ 11 045 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers
consolidés.



RONA inc.
Flux de trésorerie consolidés
des exercices terminés le 28 décembre 2008 et le 30 décembre 2007
(non vérifié et en milliers de dollars)
-------------------------------------------------------------------------

4e trimestre Cumulatif
-------------------------------------------------------------------------
2008 2007 2008 2007
-------------------------------------------------------------------------
Activités d'exploitation
Bénéfice net 25 697 $ 30 489 $ 160 199 $ 185 089 $
Eléments hors caisse
Amortissements et
dépréciation 26 192 23 397 108 091 90 901
Instruments financiers
dérivés 1 011 819 1 192 (2 483)
Impôts futurs (1 696) 2 032 (1 733) 1 894
Pertes nettes (gains
nets) sur cession
d'éléments d'actif (926) 152 (2 796) 1 041
Coût de rémunération au
titre des régimes
d'options d'achat
d'actions 380 537 1 518 2 082
Part des actionnaires
sans contrôle 903 636 5 030 4 488
Autres éléments 1 259 731 3 465 3 158
-------------------------------------------------------------------------
52 820 58 793 274 966 286 170
Variations d'éléments
du fonds de roulement
(note 7) 36 896 69 294 75 336 (9 361)
-------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés
aux activités
d'exploitation 89 716 128 087 350 302 276 809
-------------------------------------------------------------------------
Activités d'investissement
Acquisitions d'entreprises
(note 8) (765) (53 162) (4 824) (228 502)
Avances à des coentreprises
et autres avances (18) (7 666) 8 139 (2 795)
Autres placements (715) - (3 155) (588)
Immobilisations (66 463) (73 175) (196 145) (233 662)
Autres éléments d'actif (7 085) (3 489) (13 380) (9 414)
Cession d'immobilisations 2 776 9 339 11 686 10 375
Cession de placements 1 909 556 10 618 6 653
-------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés
aux activités
d'investissement (70 361) (127 597) (187 061) (457 933)
-------------------------------------------------------------------------
Activités de financement
Emprunts bancaires et
crédit rotatif (25 354) 16 488 (131 518) 156 128
Autres emprunts à
long terme 6 583 807 8 560 1 740
Remboursements d'autres
emprunts à long terme
et rachat d'actions
privilégiées (15 904) (17 601) (33 946) (36 472)
Emission d'actions
ordinaires 1 194 1 160 5 592 5 318
Emission de titres de
participation auprès
des actionnaires sans
contrôle - - - 750
Dividendes en espèces
versés par une filiale
aux actionnaires sans
contrôle (2 450) (1 960) (2 450) (1 960)
-------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés
aux activités de
financement (35 931) (1 106) (153 762) 125 504
-------------------------------------------------------------------------
Augmentation (diminution)
nette de l'encaisse (16 576) (616) 9 479 (55 620)
Encaisse au début 28 921 3 482 2 866 58 486
-------------------------------------------------------------------------
Encaisse à la fin 12 345 $ 2 866 $ 12 345 $ 2 866 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
Informations
supplémentaires

Intérêts versés 1 541 $ 2 933 $ 33 165 $ 28 555 $
Impôts sur les bénéfices
versés 8 255 $ 23 782 $ 75 508 $ 100 952 $
-------------------------------------------------------------------------

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers
consolidés.



RONA inc.
Bilans consolidés
au 28 décembre 2008 et au 30 décembre 2007
(non vérifiés et en milliers de dollars)
-------------------------------------------------------------------------

2008 2007
-------------------------------------------------------------------------

Actif
Actif à court terme
Encaisse 12 345 $ 2 866 $
Débiteurs (note 9) 234 027 237 043
Impôts sur les bénéfices à recevoir 6 046 5 684
Stock (note 4) 763 239 856 326
Frais payés d'avance 33 104 24 249
Instruments financiers dérivés (note 21) 1 089 1 168
Impôts futurs (note 6) 13 800 12 279
-------------------------------------------------------------------------
1 063 650 1 139 615
Placements (note 10) 10 186 11 901
Immobilisations (note 11) 875 634 816 919
Immobilisations destinées à la vente (note 12) 34 870 -
Ecarts d'acquisition 454 889 454 882
Marques de commerce (note 13) 3 797 4 145
Autres éléments d'actif (note 14) 38 466 32 349
Impôts futurs (note 6) 24 681 22 635
-------------------------------------------------------------------------
2 506 173 $ 2 482 446 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------

Passif
Passif à court terme
Emprunts bancaires (note 15) 8 468 $ 19 574 $
Comptes fournisseurs et charges à payer 422 318 421 446
Instruments financiers dérivés (note 21) 2 180 1 067
Impôts futurs (note 6) 4 854 3 650
Versements sur la dette à long terme (note 16) 15 696 34 239
-------------------------------------------------------------------------
453 516 479 976
Dette à long terme (note 16) 478 475 602 537
Autres passifs à long terme (note 17) 28 571 24 526
Impôts futurs (note 6) 23 998 23 781
Part des actionnaires sans contrôle 29 098 26 420
-------------------------------------------------------------------------
1 013 658 1 157 240
-------------------------------------------------------------------------
Capitaux propres
Capital-actions (note 19) 426 786 421 194
Bénéfices non répartis 1 053 166 892 967
Surplus d'apport 12 563 11 045
-------------------------------------------------------------------------
1 492 515 1 325 206
-------------------------------------------------------------------------
2 506 173 $ 2 482 446 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers
consolidés.

RONA inc.
Notes complémentaires aux états financiers consolidés
au 28 décembre 2008 et au 30 décembre 2007
(non vérifiées et en milliers de dollars, sauf les montants par action)
-------------------------------------------------------------------------


1. Statuts et nature des activités

La compagnie, constituée en vertu de la Partie IA de la Loi sur les compagnies (Québec), est un distributeur et un détaillant d'articles de quincaillerie, de rénovation et de jardinage au Canada.

2. Modifications de conventions comptables

Au début de l'exercice 2008, la compagnie a adopté rétrospectivement sans retraitement des états financiers des exercices antérieurs les nouvelles recommandations suivantes du Manuel de l'Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) :

Instruments financiers - Informations à fournir et présentation

Le chapitre 3862 Instruments financiers - Informations à fournir décrit l'information à fournir par les entités relativement à l'importance des instruments financiers par rapport à la situation financière et la performance financière de l'entité ainsi que la nature et l'ampleur des risques découlant des instruments financiers auxquels l'entité est exposée et la façon dont l'entité gère ces risques. Le chapitre 3863 Instruments financiers - Présentation établit les normes de présentation pour les instruments financiers et les dérivés non financiers. Ces chapitres complètent les principes de comptabilisation, d'évaluation et de présentation des instruments financiers énoncés dans le chapitre 3855, Instruments financiers - Evaluation et comptabilisation et le chapitre 3865, Couvertures et ils viennent remplacer les normes de présentation du chapitre 3861, Instruments financiers - Informations à fournir et présentation.

Informations à fournir concernant le capital

Le chapitre 1535 Informations à fournir concernant le capital établit les normes relatives à l'information à fournir sur le capital de l'entité et la façon dont il est géré afin de permettre aux utilisateurs de ces états financiers d'évaluer les objectifs, politiques et procédures de gestion de son capital.

Stocks

Le chapitre 3031, Stocks, en remplacement du chapitre 3030 du même nom, donne des directives quant à la base et la méthode d'évaluation des stocks et permet aussi, en cas de remontée de la valeur de ceux-ci, la reprise de dépréciations prises antérieurement. Finalement, le chapitre donne de nouvelles directives concernant les informations à fournir sur les méthodes comptables adoptées, les valeurs comptables, les montants comptabilisés en charges, les dépréciations et le montant de toute reprise de dépréciation.

L'adoption de ces recommandations n'a pas eu d'incidence significative sur les résultats, la situation financière et les flux de trésorerie de la compagnie.

3. Conventions comptables

Estimations comptables

Pour dresser des états financiers conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada, la direction de la compagnie doit faire des estimations et poser des hypothèses qui ont une incidence sur les montants présentés dans les états financiers et les notes y afférentes. Les estimations importantes de ces états financiers consolidés consistent notamment à évaluer les débiteurs, le stock, les actifs à long terme, les écarts d'acquisition, les coûts de fermeture de magasin, les impôts sur les bénéfices ainsi que certaines hypothèses actuarielles et économiques utilisées afin de déterminer le coût des régimes de retraite et les obligations au titre des prestations de retraite constituées. Ces estimations sont fondées sur la connaissance que la direction possède des événements en cours et sur les mesures que la compagnie pourrait prendre à l'avenir. Les résultats réels pourraient être différents de ces estimations.

Principes de consolidation

Ces états financiers incluent les comptes de la compagnie et de ses filiales. De plus, la compagnie inclut sa quote-part des éléments d'actif, de passif et des résultats des coentreprises dans lesquelles elle détient une participation, cette quote-part étant comptabilisée selon la méthode de la consolidation proportionnelle.

Constatation des produits

La compagnie constate ses produits à la suite de la vente en magasin ou à la livraison de la marchandise, lorsque la vente est acceptée par le client et lorsque le recouvrement est raisonnablement assuré.

Evaluation du stock

Le stock est évalué au moindre du coût et de la valeur de réalisation nette, le coût étant déterminé selon la méthode du coût moyen pondéré.

Remises de fournisseurs

La compagnie comptabilise une contrepartie en espèces reçue de fournisseurs en réduction du prix des biens des fournisseurs et réduit le coût des marchandises vendues et du stock connexe figurant dans les états des résultats consolidés et les bilans consolidés. Certaines exceptions s'appliquent quand la contrepartie en espèces reçues constitue soit un remboursement des frais de vente supplémentaires engagés par le revendeur, soit un paiement à l'égard de biens ou de services procurés au fournisseur, auquel cas la remise est constatée à titre de réduction des charges d'exploitation.

Immobilisations

Les immobilisations sont comptabilisées au coût incluant, s'il y a lieu, des intérêts capitalisés. L'amortissement commence dès l'utilisation des actifs et est comptabilisé selon la méthode linéaire et aux taux annuels suivants, de façon à amortir le coût de ces actifs sur leur durée de vie utile estimative.



Taux
------------------------------------------------------------------------
Stationnements 8 % et 12,5 %
Bâtiments 4 % et 5 %
Améliorations locatives 5 % à 33 %
Mobilier et équipement 10 % à 30 %
Equipement informatique et logiciels 10 % à 33 %


Dépréciation d'actifs à long terme

Les actifs à long terme sont soumis à un test de recouvrabilité lorsque des événements ou des changements de situation indiquent que leur valeur comptable pourrait ne pas être recouvrable. La valeur comptable d'un actif à long terme n'est pas recouvrable si elle excède le total des flux de trésorerie non actualisés qui résulteront vraisemblablement de l'utilisation et de la sortie éventuelle de l'actif. Dans un tel cas, une perte de valeur doit être constatée et correspond à l'excédent de la valeur comptable de l'actif à long terme sur sa juste valeur.

Les marques de commerce à durée de vie limitée sont amorties linéairement sur des périodes de cinq à sept ans.

Ecarts d'acquisition et marques de commerce non amortissables

Les écarts d'acquisition représentent l'excédent du coût d'acquisition d'entreprises sur le montant net des valeurs attribuées aux éléments de l'actif acquis et du passif pris en charge. Les écarts d'acquisition ne sont pas amortis. Ils sont soumis à un test de dépréciation annuellement ou plus fréquemment si des événements ou des changements de situation indiquent qu'ils ont subi une baisse de valeur. Le test de dépréciation consiste en une comparaison de la juste valeur des unités d'exploitation de la compagnie avec leur valeur comptable. Lorsque la valeur comptable d'une unité d'exploitation excède sa juste valeur, la compagnie compare la juste valeur de tout écart d'acquisition rattaché à l'unité d'exploitation à sa valeur comptable. Une perte de valeur est constatée aux résultats pour un montant égal à l'excédent. La juste valeur d'une unité d'exploitation est calculée en fonction de l'évaluation des flux de trésorerie actualisés.

Les marques de commerce non amortissables sont également soumises à un test de dépréciation annuellement ou plus fréquemment si des événements ou des changements de situation indiquent que la valeur comptable ne sera peut-être pas recouvrable. Une perte de valeur est constatée lorsque la valeur comptable de l'actif dépasse la valeur non actualisée des flux de trésorerie futurs attendus de l'actif. Le montant de la perte est quantifié en comparant la valeur comptable de l'actif à sa juste valeur. La juste valeur est calculée en fonction des flux de trésorerie actualisés.

Autres éléments d'actif

Les frais de préouverture sont amortis selon la méthode de l'amortissement linéaire sur une période de trois ans à compter du début des activités.
Les frais de financement ont trait aux facilités de crédit et sont amortis selon la méthode de l'amortissement linéaire selon la durée du financement sur une période de six ans.

Les frais afférents aux contrats de cession-bail sont amortis selon la méthode de l'amortissement linéaire selon la durée des baux.

Les frais de recrutement de marchands sont amortis selon la méthode de l'amortissement linéaire sur une période de cinq ans.

Impôts sur les bénéfices

La compagnie utilise la méthode du passif fiscal pour comptabiliser les impôts sur les bénéfices. Selon cette méthode, les actifs et les passifs d'impôts futurs sont déterminés en fonction de la différence entre la valeur comptable et la valeur fiscale des actifs et des passifs. Ils sont mesurés en appliquant les taux d'imposition et les lois fiscales en vigueur ou pratiquement en vigueur à la date des états financiers, pour les exercices au cours desquels les écarts temporaires sont susceptibles de se résorber.

Autres passifs à long terme

Les autres passifs à long terme sont constitués d'un gain reporté sur une transaction de cession-bail et d'obligations reportées relatives à des baux. Ils sont amortis selon la méthode de l'amortissement linéaire selon la durée des baux.

Les obligations reportées relatives à des baux résultent de la constatation par la compagnie de la charge locative de façon linéaire sur la durée du bail lorsque des baux contiennent des clauses de prix échelonnés.

Régimes de rémunération à base d'actions

La compagnie comptabilise ses options émises selon la méthode de la juste valeur. Le coût de rémunération doit être mesuré à la date d'attribution et doit être constaté sur la période d'acquisition des droits par les détenteurs. Toute contrepartie reçue des employés au moment de l'exercice des options ou de l'achat des actions est portée au compte de capital-actions, ainsi que le coût de rémunération correspondant constaté à titre de surplus d'apport.

Conversion des devises

Les éléments monétaires du bilan sont convertis aux taux de change en vigueur à la fin de l'exercice, tandis que les éléments non monétaires sont convertis aux taux de change d'origine. Les revenus et les dépenses sont convertis aux taux de change en vigueur à la date des opérations ou aux taux de change moyens de la période. Les gains ou pertes résultant de la conversion sont imputés aux résultats de l'exercice.

Instruments financiers

Les actifs et les passifs financiers sont constatés initialement à la juste valeur et leur évaluation ultérieure dépend de leur classement, comme il est décrit ci-après :

- L'encaisse est classée comme actif financier détenu à des fins de transaction. Elle est évaluée à la juste valeur et les variations de la juste valeur sont comptabilisées aux résultats.

- Les débiteurs ainsi que les prêts et avances à long terme et les actions privilégiées rachetables (qui sont inclus dans les placements) sont classés comme prêts et créances. Ils sont enregistrés au coût lequel, lors de l'enregistrement initial, correspond à sa juste valeur. Les évaluations subséquentes des débiteurs sont enregistrées au coût après amortissement, lequel correspond généralement au montant comptabilisé initialement moins toute provision pour créances douteuses. Les évaluations subséquentes des prêts et avances à long terme ainsi que les actions privilégiées rachetables sont enregistrées au coût après amortissement selon la méthode du taux d'intérêt effectif moins tout amortissement.

- Les emprunts bancaires, les comptes fournisseurs et charges à payer et le crédit rotatif sont classés comme autres passifs financiers. Ils sont évalués initialement à leur juste valeur. Les évaluations subséquentes sont enregistrées au coût après amortissement selon la méthode du taux d'intérêt effectif.

- La dette à long terme est classée comme autre passif financier. Elle est évaluée, à l'exception du crédit rotatif, au coût après amortissement, lequel correspond au montant comptabilisé initialement plus tout amortissement cumulé des frais de financement. Le montant comptabilisé initialement correspond au principal de la dette moins les frais de financement applicables. L'adoption de cette recommandation du Manuel de l'ICCA en 2007 a entraîné une diminution des frais de financement reportés (qui étaient auparavant inclus dans les autres éléments d'actif) de 4 824 $, une diminution de la dette à long terme de 4 870 $ et une augmentation du solde d'ouverture des bénéfices non répartis de 46 $ (31 $, net des impôts futurs).

- La compagnie a recours à des instruments financiers dérivés pour gérer les risques de change. La compagnie n'utilise pas d'instruments financiers dérivés aux fins de spéculation ni de négociation. Les dérivés sont classés comme passifs détenus à des fins de transaction et sont évalués à leur juste valeur.

- Les coûts de transaction relatifs aux autres passifs financiers sont comptabilisés en réduction de la valeur comptable des passifs financiers afférents.

- La compagnie ne comptabilise comme actifs et passifs séparés que les dérivés incorporés dans des instruments hybrides émis, acquis ou substantiellement modifiés par la compagnie depuis le 29 décembre 2002 lorsque ces instruments hybrides ne sont pas comptabilisés comme étant détenus à des fins de transaction et étaient encore en vigueur au 1er janvier 2007. Les dérivés incorporés qui ne sont pas étroitement liés au contrat hôte doivent être séparés et classés comme instruments financiers détenus à des fins de transaction et sont donc évalués à la juste valeur avec les variations de la juste valeur comptabilisées dans les résultats. La compagnie n'a identifié aucun dérivé incorporé devant être séparé à l'exception des dérivés incorporés dans les contrats d'achat faits dans un pays étranger et payés dans une devise qui n'est pas la monnaie usuelle d'une des deux parties principales au contrat. Même si les paiements sont faits dans une monnaie couramment utilisée dans l'environnement économique où intervient la transaction, la compagnie a pris la décision de séparer les dérivés incorporés. L'adoption de cette recommandation de l'ICCA en 2007 a entraîné une augmentation des passifs à court terme de 2 382 $ et une diminution des bénéfices non répartis de 2 382 $ (1 620 $, net des impôts futurs) au 1er janvier 2007. Pour l'exercice terminé le 30 décembre 2007, cette modification a entraîné une augmentation du bénéfice avant intérêts, amortissements et dépréciation, impôts sur les bénéfices et part des actionnaires sans contrôle, de 4 219 $, du bénéfice net de 2 868 $, du bénéfice par action et du bénéfice dilué par action de 0,03 $.

Avantages sociaux futurs

La compagnie comptabilise ses obligations découlant des régimes de retraite des salariés de même que les coûts connexes, déduction faite des actifs des régimes.

Pour les régimes à prestations déterminées, les conventions comptables suivantes ont été retenues :

- l'évaluation actuarielle des obligations au titre des prestations de retraite constituées est fondée sur la méthode de répartition des prestations au prorata des services, à partir des hypothèses les plus probables de la direction concernant le rendement prévu des placements des régimes, la progression des salaires et l'âge de départ à la retraite des salariés;

- pour les besoins du calcul du rendement prévu des actifs des régimes, ces actifs sont évalués à leur juste valeur;

- le coût des services passés découlant des modifications apportées aux régimes est reporté et amorti selon la méthode de l'amortissement linéaire sur la durée résiduelle moyenne d'activité des salariés actifs à la date des modifications;

- les gains actuariels (pertes actuarielles) résultent de l'écart entre le rendement à long terme réel des actifs du régime au cours d'une période et le rendement prévu pendant cette période, ou des modifications apportées aux hypothèses actuarielles utilisées pour déterminer l'obligation au titre des prestations constituées. L'excédent du gain actuariel net ou de la perte actuarielle nette sur 10 % de l'obligation au titre des prestations constituées ou sur 10 % de la juste valeur des actifs du régime si ce dernier montant est plus élevé, est amorti sur la durée résiduelle moyenne d'activité des salariés actifs. La durée résiduelle moyenne d'activité des salariés actifs couverts par les régimes de retraite est de 12 ans (16 ans au 30 décembre 2007);

- l'obligation transitoire est amortie sur 10 ans selon la méthode linéaire, ce qui représente la durée résiduelle moyenne d'activité des salariés censés recevoir des avantages en vertu du régime d'avantages sociaux en 2000.

Pour les régimes à cotisations déterminées, la charge de retraite inscrite aux résultats correspond aux cotisations que la compagnie est tenue de verser en échange des services rendus par les employés.

Bénéfice par action et information relative au nombre d'actions

Le bénéfice par action est calculé en divisant le bénéfice net disponible pour les porteurs d'actions ordinaires par le nombre moyen pondéré d'actions ordinaires en circulation au cours de l'exercice. Le bénéfice dilué par action est calculé en tenant compte de la dilution qui pourrait survenir si les titres ou autres contrats visant à émettre des actions ordinaires étaient exercés ou convertis en actions ordinaires au début de la période ou à la date de leur émission si elle est postérieure. La méthode du rachat d'actions est utilisée pour déterminer l'effet de dilution des options d'achat d'actions. Cette méthode suppose que le produit découlant de l'exercice des options d'achat d'actions sert à racheter les actions ordinaires à leur cours moyen pendant la période.

Exercice

L'exercice de la compagnie se termine le dernier dimanche de décembre. Les exercices terminés le 28 décembre 2008 et le 30 décembre 2007 comprennent 52 semaines d'exploitation.

Chiffres correspondants

Certains chiffres correspondants ont été reclassés afin de rendre leur présentation conforme à celle adoptée au cours de l'exercice.

4. Stock

Pour les périodes de treize et cinquante-deux semaines terminées le 28 décembre 2008, des montants de 815 797 $ et 3 571 962 $ de stock ont été imputés en charges dans les résultats consolidés (803 708 $ et 3 542 605 $ au 30 décembre 2007). Ces montants incluent une charge de dépréciation de stock de 7 840 $ et de 46 752 $ (14 296 $ et 48 883 $ au 30 décembre 2007).

5. Coûts de fermeture de magasins

Coûts de retrait et de sortie et de dépréciation d'actifs

En avril 2008, la direction de la compagnie a approuvé un plan détaillé pour la fermeture de quatre de ses magasins inclus dans le secteur des magasins corporatifs et franchisés. Trois de ces magasins ont été fermés en 2008 et un fermera en 2009. Durant les périodes de treize et cinquante-deux semaines terminées le 28 décembre 2008, la compagnie a constaté les coûts suivants :



4e trimestre Cumulatif
-------------------------------------------------------------------------
2008 2007 2008 2007
-------------------------------------------------------------------------

Obligations locatives - $ - $ 4 231 $ - $
Dépréciation du stock 100 - 2 214 -
Prestations de cessation
d'emploi 13 - 277 -
-------------------------------------------------------------------------
Total constaté dans le
bénéfice avant les postes
suivants 113 - 6 722 -
Dépréciation
d'immobilisations - - 2 857 -
-------------------------------------------------------------------------
Total des coûts 113 $ - $ 9 579 $ - $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------
La compagnie estime que des coûts additionnels de 2 980 $ liés à la
fermeture des magasins, dont notamment des obligations locatives, seront
comptabilisés lorsque les critères de constatation seront rencontrés.



Le passif lié aux coûts de retrait et de sortie et de dépréciation
d'actifs s'établissait comme suit :

2008 2007
-------------------------------------------------------------------------
Solde au début - $ - $
Coûts constatés :
Obligations locatives 4 231 -
Prestations de cessation d'emploi 277 -
Moins : versements en espèces (933) -
-------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin 3 575 $ - $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------


Autres coûts de fermeture

En plus des coûts de retrait et de sortie et de dépréciation d'actifs, la compagnie a enregistré des frais d'opération, incluant intérêts et amortissements, afférents à la liquidation des actifs des magasins pour des montants de 1 101 $ et de 5 202 $, durant les périodes de treize et cinquante-deux semaines terminées le 28 décembre 2008. La compagnie estime que des frais de liquidation additionnels de 1 255 $ seront encourus durant le prochain trimestre afin de compléter la liquidation des actifs de ces magasins.

6. Impôts sur les bénéfices



2008 2007
-------------------------------------------------------------------------

Exigibles 75 274 $ 86 236 $
Futurs (1 733) 1 894
-------------------------------------------------------------------------
73 541 $ 88 130 $
-------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------


Les impôts futurs résultent principalement de la variation d'écarts temporaires.

Le taux effectif d'impôts sur les bénéfices est différent du taux réglementaire d'impôts sur les bénéfices au Canada. Cette différence résulte des éléments suivants :



2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Taux réglementaire d'impôts sur les bénéfices
au fédéral 19,5 % 22,1 %
Taux réglementaire des différentes provinces 11,2 9,8
------------------------------------------------------------------------
Taux réglementaire d'impôts sur les bénéfices
combinés 30,7 31,9
Frais non déductibles 0,3 0,4
Autres (0,2) (0,6)
------------------------------------------------------------------------
Taux effectif d'impôts sur les bénéfices 30,8 % 31,7 %
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



Les actifs et les passifs d'impôts futurs proviennent des écarts entre la
valeur fiscale et la valeur comptable des éléments suivants :

2008 2007
------------------------------------------------------------------------
Actifs d'impôts futurs
Court terme
Pertes autres qu'en capital reportées 1 325 $ 2 024 $
Frais directs relatifs aux acquisitions
d'entreprises 700 674
Provisions non déduites et autres 11 775 9 581
------------------------------------------------------------------------
13 800 $ 12 279 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

Long terme
Pertes autres qu'en capital reportées 7 602 $ 5 754 $
Immobilisations et frais de préouverture 7 095 7 152
Gain reporté sur une transaction de cession-bail 3 645 4 137
Ecarts d'acquisition 1 101 1 101
Revenus reportés et autres 5 238 4 491
------------------------------------------------------------------------
24 681 $ 22 635 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

Passifs d'impôts futurs
Court terme
Paiements incitatifs reçus 2 691 $ 2 065 $
Autres 2 163 1 585
------------------------------------------------------------------------
4 854 $ 3 650 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

Long terme
Immobilisations et frais de préouverture 13 392 $ 15 822 $
Ecarts d'acquisition 5 842 3 544
Régimes de retraite 2 395 2 079
Autres 2 369 2 336
------------------------------------------------------------------------
23 998 $ 23 781 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



7. Informations sur les flux de trésorerie

Les variations d'éléments du fonds de roulement se détaillent comme suit :

2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Débiteurs (6 518)$ 11 801 $
Stock 94 455 (18 451)
Frais payés d'avances (8 916) (3 740)
Comptes fournisseurs et charges à payer (4 495) 13 700
Impôts sur les bénéfices (à recevoir) à payer 810 (12 671)
------------------------------------------------------------------------
75 336 $ (9 361)$
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


8. Acquisitions d'entreprises

Au cours de l'exercice 2008, la compagnie a acquis deux compagnies (sept compagnies en 2007), ouvrant dans le secteur d'activité des magasins corporatifs et franchisés au moyen d'achat d'actifs (achat d'actions et achat d'actifs en 2007). En considérant les coûts directs d'acquisition, ces acquisitions ont été effectuées pour une contrepartie de 5 622 $ (253 704 $ en 2007). La compagnie a financé ces acquisitions à même ses facilités de crédit existantes. Les résultats d'exploitation de ces compagnies sont consolidés depuis leur date d'acquisition.



La répartition préliminaire des prix d'achats des acquisitions a été
établie de la façon suivante :

2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Débiteurs 2 697 $ 42 147 $
Stock 2 997 50 871
Autres éléments d'actifs à court terme 66 805
Immobilisations 4 658 40 403
Ecarts d'acquisition 2 725 138 817
Marques de commerce - 2 981
Autres éléments d'actif - 118
Impôts futurs - 1 240
Passif à court terme (4 413) (18 636)
Dette à long terme (3 108) (5 042)
------------------------------------------------------------------------
5 622 253 704
Moins : Coûts directs d'acquisition courus (48) (1 044)
Soldes de prix d'achat (750) (24 158)
------------------------------------------------------------------------
Contreparties payées en espèces 4 824 $ 228 502 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


Au cours de l'exercice, suite à l'obtention d'information additionnelle concernant la répartition du prix d'achat d'acquisitions effectuées lors du quatrième trimestre 2007, la compagnie a diminué les écarts d'acquisition pour un montant de 2 719 $, diminué les autres actifs nets acquis pour un montant de 951 $ et réduit les soldes de prix d'achat en contrepartie.
La compagnie prévoit qu'un montant de 1 206 $ viendra réduire la portion déductible des écarts d'acquisition sur le plan fiscal.

9. Débiteurs



2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Comptes clients
Magasins affiliés et franchisés 63 361 $ 49 451 $
Coentreprises 6 443 8 176
Autres (clients au détail) 155 689 153 502
Avances à des coentreprises, variant de
taux préférentiel à taux préférentiel plus 3 % - 8 139
Autres débiteurs 6 806 13 492
Portion des placements encaissable à court terme 1 728 4 283
------------------------------------------------------------------------
234 027 $ 237 043 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



10. Placements

2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Coentreprises, au coût
Actions privilégiées, dividende de 6 % - $ 1 071 $
Prêts hypothécaires, taux moyen pondéré de
9,5% en 2007 - 693
Satellites
Actions à la valeur de consolidation 3 342 2 387
Actions privilégiées, au coût, rachetables
sur 10 ans, échéant en 2011 240 320
Prêt et avances au coût
Prêts hypothécaires et billets à terme,
taux moyen pondéré de 5,9 % (5,7 % en 2007),
échéant à différentes dates jusqu'en 2016 7 667 11 071
Autres 665 642
------------------------------------------------------------------------
11 914 16 184
Portion des placements encaissable à court terme 1 728 4 283
------------------------------------------------------------------------
10 186 $ 11 901 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

Les résultats consolidés incluent des revenus de dividendes de 29 $ (82 $
en 2007) et des revenus d'intérêts de 3 466 $ (2 885$ en 2007).



11. Immobilisations

2008
------------------------------------------------------------------------
Amortissement Coût
Coût cumulé non amorti
------------------------------------------------------------------------

Terrains et stationnements 170 279 $ 16 359 $ 153 920 $
Bâtiments 259 219 45 919 213 300
Améliorations locatives 187 360 85 146 102 214
Mobilier et équipement 333 593 181 992 151 601
Equipement informatique et
logiciels 213 563 127 057 86 506
Projets en cours (a) 62 819 - 62 819
Terrains pour développement futur 91 707 - 91 707
Biens loués en vertu de contrats
de location acquisition (b)
Mobilier et équipement 15 501 6 616 8 885
Equipement informatique et
logiciels 21 252 16 570 4 682
------------------------------------------------------------------------
1 355 293 $ 479 659 $ 875 634 $
------------------------------------------------------------------------



2007
------------------------------------------------------------------------
Amortissement Coût
Coût cumulé non amorti
------------------------------------------------------------------------

Terrains et stationnements 166 386 $ 11 871 $ 154 515 $
Bâtiments 234 995 43 294 191 701
Améliorations locatives 174 231 67 198 107 033
Mobilier et équipement 292 670 153 810 138 860
Equipement informatique et
logiciels 166 544 105 665 60 879
Projets en cours (a) 71 175 - 71 175
Terrains pour développement futur 73 328 - 73 328
Biens loués en vertu de contrats
de location acquisition (b)
Mobilier et équipement 18 690 7 706 10 984
Equipement informatique
et logiciels 21 372 12 928 8 444
------------------------------------------------------------------------
1 219 391 $ 402 472 $ 816 919 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


L'amortissement des immobilisations représente 97 417 $ (81 506 $ en 2007).

(a) Les projets en cours sont constitués de coûts relatifs à la construction de bâtiments qui serviront à l'exploitation de magasins et des centres de distribution.

(b) Au cours de l'exercice, la compagnie a acquis pour 2 743 $ (6 017 $ en 2007) de biens loués au moyen de contrats de location-acquisition.

12. Immobilisations destinées à la vente

La compagnie a décidé de se départir de terrains et de bâtiments du secteur des magasins corporatifs et franchisés qui ne sont plus utilisés à des fins d'exploitation, et par conséquent, elle a établi un plan de vente détaillé à cet effet. La compagnie prévoit se départir des immobilisations destinées à la vente dans un délai n'excédant pas un an.



13. Marques de commerce

2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Coût 4 495 $ 4 495 $
Amortissement cumulé 698 350
------------------------------------------------------------------------
Coût non amorti 3 797 $ 4 145 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



L'amortissement des marques de commerce représente 348 $ (216 $ en 2007).
Du coût total, un montant de 2 321 $ est non amortissable.

14. Autres éléments d'actif

2008 2007
------------------------------------------------------------------------
Au coût non amorti
Frais de préouverture 11 269 $ 15 753 $
Frais de financement 3 657 3 122
Frais afférents aux contrats de cession-bail 2 879 2 653
Frais de recrutement de marchands 10 765 3 672
Actif au titre des prestations constituées
(note 22) 9 896 7 149
------------------------------------------------------------------------
38 466 $ 32 349 $
------------------------------------------------------------------------

L'amortissement des autres éléments d'actif représente 10 326 $ (9 179 $ en 2007).


15. Facilités de crédit

a) Compagnie mère et certaines de ses filiales

Le 6 octobre 2006, la compagnie a complété le refinancement de ses facilités de crédit en vertu d'une nouvelle convention conclue avec un syndicat de prêteurs. La convention prévoit une facilité de crédit renouvelable non garantie de 650 000 $. La prime sur le taux d'intérêt de base et les frais d'emprunt varie en fonction de la notation de crédit accordée aux débentures non garanties. La convention vient à échéance en 2012.

La facilité de crédit peut aussi servir à l'émission de lettres de garantie et de lettres de crédit à l'importation. Au 28 décembre 2008, les lettres de garantie émises totalisent 2 114 $. Pour l'année 2008, le taux d'intérêt moyen pondéré sur les emprunts par crédit rotatif est de 4,5 % (5,5 % en 2007).

La compagnie doit respecter certains ratios financiers. Au 28 décembre 2008 et au 30 décembre 2007, ceux-ci sont respectés.

La compagnie dispose aussi d'une autre facilité de crédit non garantie d'un montant pouvant atteindre 55 000 $ utilisée pour l'émission de lettres de crédit à l'importation. Les conditions à respecter sont les mêmes que celles du crédit rotatif. Au 28 décembre 2008, le montant utilisé est de 31 258 $ (29 493 $ en 2007).

b) Autres filiales

Des éléments d'actif au montant de 36 815 $ (120 480 $ en 2007) sont donnés en garantie d'emprunts bancaires. Ces emprunts bancaires portent intérêt à des taux variant du taux préférentiel au taux préférentiel plus 0,25 % et sont renouvelables annuellement. Au 28 décembre 2008, les taux d'intérêt varient de 3,5 % à 3,75 % (de 6 % à 7 % en 2007). Le montant autorisé de ces facilités de crédit est de 21 000 $ (58 250 $ en 2007) et le montant utilisé est de 7 340 $ (17 142 $ en 2007).

c) Coentreprises

Des éléments d'actif sont donnés en garantie d'emprunts bancaires. La quote-part de la compagnie de ces éléments d'actif s'élève à 10 672 $ (12 408 $ en 2007) Ces emprunts bancaires portent intérêt à des taux variant du taux préférentiel au taux préférentiel plus 1 % et sont renouvelables annuellement. Au 28 décembre 2008, les taux d'intérêt varient de 3,5 % à 4,5 % (de 6 % à 7 % en 2007). Le montant autorisé de ces facilités de crédit est de 17 200 $ (18 700 $ en 2007) et le montant utilisé est de 1 128 $ (2 432 $ en 2007).

16. Dette à long terme



2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Crédit rotatif, taux moyen pondéré 4,5 %
(5,5% en 2007) (note 15) 39 789 $ 160 200 $
Débentures non garanties, 5,4 %, échéant en
2016 (a) 396 182 395 821
Emprunts hypothécaires garantis par des actifs
dont le coût non amorti est de 58 557 $
(43 069 $ en 2007), à des taux variant de
1,68 % à 7,95 % (de 5,1 % à 10,0 % en 2007),
échéant à différentes dates jusqu'en 2017 37 524 32 512
Obligations relatives aux biens loués,
taux variant de 0 % à 12,4 % (de 2,9 % à 12,4 %
en 2007), échéant à différentes dates
jusqu'en 2016 11 058 15 317
Soldes de prix d'achats, variant de taux
préférentiel moins 1 % à 5 %, payables
à différentes dates jusqu'en 2010 5 618 27 926
Actions émises et payées
4 000 000 actions privilégiées catégorie D
(5 000 000 actions en 2007) (b) 4 000 5 000
------------------------------------------------------------------------
494 171 636 776
Versements exigibles à court terme 15 696 34 239
------------------------------------------------------------------------
478 475 $ 602 537 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

(a) Taux effectif de 5,5 %
(b) Au cours de l'exercice, la compagnie a racheté 1 000 000 d'actions
(1 000 000 actions en 2007) en contrepartie de 1 000 $ en espèces
(1 000 $ en 2007). Ces actions sont rachetables sur une période de
10 ans.



Les dividendes affectant les résultats représentent 200 $ (240 $ en 2007).

Les versements et rachats à effectuer au cours des prochains exercices
s'établissent comme suit :

Autres
Obligations emprunts
relatives aux à long terme
biens loués et actions
------------------------------------------------------------------------
2009 5 016 10 962
2010 3 689 6 300
2011 1 872 5 884
2012 653 10 397
2013 166 45 369
2014 et suivants 71 408 263
------------------------------------------------------------------------
Total des paiements minimums exigibles 11 467
Frais financiers inclus dans les paiements
minimums exigibles 409
------------------------------------------------------------------------
11 058
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



17. Autres passifs à long terme

2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Gain reporté sur une transaction de cession-bail 12 470 $ 13 140 $
Obligations reportées relatives à des baux 16 101 11 386
------------------------------------------------------------------------
28 571 $ 24 526 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


18. Garanties, engagements et éventualités

Garanties

Dans le cours normal de ses activités, la compagnie conclut des ententes qui peuvent comporter des éléments répondant à la définition de " garantie " aux termes de la NOC-14.

La compagnie se porte garante d'emprunts hypothécaires pour un montant de 1 855 $. Ces emprunts s'échelonnent jusqu'en 2012 et la valeur nette comptable des actifs détenus en garantie, principalement composés de terrains et de bâtiments, est de 5 847 $.

En vertu de conventions de rachat de biens en stocks, la compagnie s'est engagée auprès d'institutions financières à racheter les stocks de certains de ses clients à une moyenne de 62 % de la valeur au coûtant des stocks pour un montant maximal de 66 894 $. Dans l'éventualité d'un recours, les stocks seraient écoulés dans le cours normal des activités de la compagnie. Ces conventions ont une durée indéterminée mais peuvent être résiliées par la compagnie avec un préavis de 30 jours. De l'avis de la direction, la probabilité que des paiements importants soient engagés en vertu de ces obligations est faible.

Engagements

La compagnie s'est engagée en vertu de contrats de location échéant jusqu'en 2018 à verser une somme de 74 366 $ pour du matériel roulant, de l'équipement informatique, de l'équipement de distribution, un entrepôt et pour l'immeuble abritant le siège social et le centre de distribution situé au Québec.

La compagnie s'est aussi engagée, en vertu de contrats échéant jusqu'en 2029 à verser des loyers minimums de 1 053 451 $ pour des locaux de magasins corporatifs.

Dans le cadre de l'exploitation des magasins à grande surface avec des marchands actionnaires, la compagnie intervient à titre de locataire principal, pour ensuite établir une entente de sous-location avec les marchands actionnaires concernés. A cet effet, la compagnie s'est engagée en vertu de contrats échéant jusqu'en 2023 à verser des loyers minimums de 92 764 $ pour des locaux et un terrain sur lequel un bâtiment est érigé. En contrepartie, la compagnie a signé des ententes de sous-location pour une somme de 92 012 $.

Les paiements minimums exigibles (encaissements minimums exigibles) pour les cinq prochains exercices, en vertu des contrats de location, s'élèvent à 120 466 $ (10 033 $) en 2009, à 117 025 $ (10 033 $) en 2010, à 111 956 $ (10 077 $) en 2011, à 105 061 $ (10 037 $) en 2012 et à 96 640 $ (9 787 $) en 2013.

En 2005, la compagnie a conclu une entente de partenariat d'une durée de huit années pour des droits de commandites olympiques et paralympiques évaluée à 60 000 $. De plus, en 2006 la compagnie s'est engagée à fournir un montant additionnel de 7 000 $ par l'entremise de programmes de soutien financier aux athlètes. Au 28 décembre 2008, le solde de ces engagements est de 28 508 $, soit 12 758 $ en 2009, 11 150 $ en 2010, 2 400 $ en 2011 et 2 200 $ en 2012.

Eventualités

La compagnie fait l'objet de réclamations et de litiges divers dans le cadre de ses activités et les assureurs de la compagnie ont pris fait et cause dans certains de ces dossiers. De plus, lors de l'acquisition de Réno-Dépôt Inc., le vendeur s'est engagé à indemniser la compagnie pour les litiges qu'elle a dû assumer dans le cadre de cette acquisition.
La direction ne s'attend pas à ce que l'issue de ces réclamations et de ces litiges ait une incidence négative importante sur les résultats de la compagnie et a jugé ses provisions suffisantes à cet égard.

19. Capital-actions



Autorisé
Nombre illimité d'actions
Ordinaires
Privilégiées catégorie A, pouvant être émises en séries
Série 5, dividende non cumulatif égal à 70 % du taux préférentiel,
rachetables au gré de la compagnie au prix de leur émission
Privilégiées catégorie B, dividende non cumulatif de 6 %, rachetables au
gré de la compagnie à leur valeur nominale de 1 $ chacune
Privilégiées catégorie C, pouvant être émises en séries
Série 1, dividende non cumulatif égal à 70 % du taux préférentiel,
rachetables au gré de la compagnie à la valeur nominale de 1 000 $
chacune
Privilégiées catégorie D, dividende cumulatif de 4 %, rachetables au gré
de la compagnie à leur prix d'émission. Depuis 2003, elles sont
rachetables sur une période maximale de dix ans à raison de 10 % par
année, à leur prix d'émission (note 16)



Emis et payé :

Les tableaux suivants présentent les variations du nombre d'actions
ordinaires en circulation et leur valeur globale :

28 décembre 2008
------------------------------------------------------------------------
Nombre d'actions Montant
------------------------------------------------------------------------
Solde au début 115 412 766 418 246 $
Emission en contrepartie de dépôts reçus
sur souscription d'actions ordinaires 197 854 3 349
Emission à la suite de l'exercice d'options
d'achat d'actions 89 000 309
Emission pour une contrepartie en espèces 120 079 1 573
------------------------------------------------------------------------
Solde avant élimination des participations
croisées 115 819 699 423 477
Elimination des participations croisées (72 396) (435)
-------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin 115 747 303 423 042
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
Dépôts sur souscription d'actions ordinaires,
nets des éliminations des coentreprises (a) 3 744
------------------------------------------------------------------------
426 786 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



30 décembre 2007
------------------------------------------------------------------------
Nombre d'actions Montant
------------------------------------------------------------------------
Solde au début 114 935 569 413 542 $
Emission en contrepartie de dépôts reçus
sur souscription d'actions ordinaires 120 715 2 513
Emission à la suite de l'exercice d'options
d'achat d'actions 339 327 1 876
Emission pour une contrepartie en espèces 17 155 315
------------------------------------------------------------------------
Solde avant élimination des participations
croisées 115 412 766 418 246
Elimination des participations croisées (70 319) (401)
------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin 115 342 447 417 845
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
Dépôts sur souscription d'actions ordinaires,
nets des éliminations des coentreprises (a) 3 349
------------------------------------------------------------------------
421 194 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
(a) Les dépôts reçus sur souscription d'actions ordinaires représentent des
sommes encaissées au cours de l'exercice en vertu d'ententes commerciales
conclues avec les marchands affiliés et franchisés. Ces dépôts sont
convertis annuellement en actions ordinaires.


Régime d'options d'achat d'actions du 1er mai 2002

La compagnie a adopté un régime d'options d'achat d'actions pour les cadres supérieurs désignés qui a été approuvé par les actionnaires le 1er mai 2002 et 2 920 000 options ont été attribuées à cette date. Les options attribuées en vertu de ce régime peuvent être exercées depuis que la compagnie a procédé à un appel public à l'épargne le 5 novembre 2002. La compagnie peut attribuer des options sur un nombre maximal de 3 740 000 actions ordinaires. Au 28 décembre 2008, les 2 920 000 options octroyées ont un prix de levée de 3,47 $ et de ce nombre, 1 538 500 options (1 449 500 options au 30 décembre 2007) ont été exercées.

La juste valeur de chaque option octroyée a été estimée à la date d'attribution au moyen du modèle d'évaluation d'options de Black et Scholes. Les calculs ont reposé sur un cours de l'action de 3,47 $, une volatilité prévue de 30 %, un taux d'intérêt sans risque de 4,92 %, une durée prévue de quatre ans et un dividende prévu de 0 %. Selon cette méthode, la juste valeur des options accordées était de 1,10 $ par option.

Il n'y a aucun coût de rémunération passé en charges au titre de ce régime pour les exercices terminés le 28 décembre 2008 et le 30 décembre 2007.

Régime d'options d'achat d'actions du 24 octobre 2002

Le 24 octobre 2002, le conseil d'administration a approuvé un autre régime d'options d'achat d'actions pour les cadres supérieurs désignés de la compagnie et pour des administrateurs désignés. Le nombre total d'actions ordinaires qui peuvent être émises aux termes du régime ne dépassera pas 10 % du nombre d'actions ordinaires émises et en circulation moins le nombre d'actions faisant l'objet des options octroyées aux termes du régime d'options d'achat d'actions du 1er mai 2002. Ces options deviennent acquises à raison de 25 % par année si le cours de l'action s'est transigé pendant au moins 20 jours ouvrables consécutifs pendant la période de 12 mois précédant la date anniversaire de l'octroi à un prix égal ou supérieur au prix de l'octroi plus une prime de 8 % composée annuellement.

Le 8 mars 2007, le conseil d'administration a approuvé certaines modifications au régime. Ces modifications ont aussi été approuvées par les actionnaires lors de l'assemblée annuelle de ceux-ci le 8 mai 2007. Entre autres, ces modifications prévoient que ce régime n'est plus applicable aux administrateurs désignés de la compagnie ainsi que le remplacement des modalités d'octroi prévues au régime, par un mécanisme plus flexible pour fixer les modalités d'octroi des options. Le conseil d'administration pourra adopter les modalités les plus appropriées pour chaque type d'octroi. Lors des octrois d'options du 8 mars 2007, du 29 février 2008 et du 9 décembre 2008, le conseil a approuvé les octrois d'options dont les acquisitions seront sur une période de 4 ans suivant la date anniversaire des octrois, et ce, à raison de 25 % par année.

Au 28 décembre 2008, les 1 959 052 options (1 700 852 options au 30 décembre 2007) octroyées ont un prix de levée variant de 10,86 $ à 26,87 $ (14,29 $ à 26,87 $ au 30 décembre 2007) et de ce nombre, 85 100 options (85 100 options au 30 décembre 2007) ont été exercées et 274 450 options (163 700 options au 30 décembre 2007) ont été frappées d'extinction.

La juste valeur des options octroyées a été estimée à la date d'attribution au moyen du modèle d'évaluation d'options de Black et Scholes en fonction des moyennes pondérées des hypothèses suivantes pour les options octroyées au cours de la période :



28 décembre 30 décembre
2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Juste valeur moyenne pondérée par option
octroyée 4,39 $ 8,50 $
Taux d'intérêt sans risque 3,19 % 3,90 %
Volatilité prévue de l'action 26 % 26 %
Dividende annuel prévu 0 % 0 %
Durée prévue (en années) 6 6


Le coût de rémunération passé en charges au titre de ce régime a été de 380 $ et de 1 518 $ pour les périodes de treize et de cinquante-deux semaines terminées le 28 décembre 2008 (537 $ et de 2 082 $ au 30 décembre 2007).

Un sommaire de la situation des régimes d'options d'achat d'actions de la compagnie et des changements survenus dans les périodes terminées à ces dates est présenté ci-après :



28 décembre 2008
------------------------------------------------------------------------
Prix de levée
Options moyen pondéré
------------------------------------------------------------------------
Solde au début 2 922 552 11,31 $
Octroyées 258 200 13,99
Exercées (89 000) 3,47
Frappées d'extinction (110 750) 20,07
------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin 2 981 002 11,46
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
Options pouvant être exercées à la fin 1 965 569 7,22 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



30 décembre 2007
------------------------------------------------------------------------
Prix de levée
Options moyen pondéré
------------------------------------------------------------------------
Solde au début 3 162 479 10,16 $
Octroyées 196 000 23,58
Exercées (339 327) 4,88
Frappées d'extinction (96 600) 20,94
------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin 2 922 552 11,31
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
Options pouvant être exercées à la fin 2 011 194 6,70 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



Le tableau ci-après résume l'information relative aux options d'achat
d'actions en cours au 28 décembre 2008 :

Nombre d'options Nombre d'options
Prix de levée Date d'expiration en cours pouvant être exercées
--------------------------------------------------------------------------
3,47 $ 31 décembre 2012 1 381 500 1 381 500
10,86 $ 9 décembre 2018 15 000 -
14,18 $ 29 février 2018 223 300 -
14,29 $ 16 décembre 2013 432 550 432 550
20,27 $ 22 décembre 2014 384 250 103 750
21,21 $ 24 février 2016 340 500 -
21,78 $ 1er septembre 2016 17 576 4 394
23,58 $ 8 mars 2017 163 250 43 375
23,73 $ 5 avril 2015 5 500 -
26,87 $ 24 février 2016 17 576 -
--------------------------------------------------------------------------
2 981 002 1 965 569
--------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------


20. Informations à fournir concernant le capital

La compagnie maintient un niveau de capital lui permettant de rencontrer plusieurs objectifs. Elle vise principalement un ratio de dette totale sur le capital acceptable afin d'avoir accès à des sources de financement suffisantes lui permettant de supporter ses opérations courantes, de poursuivre sa stratégie de croissance interne et d'entreprendre des acquisitions ciblées.

La dette totale se compose des emprunts bancaires et de la dette à long terme. Le capital de la compagnie se compose de la dette totale et des capitaux propres.

Au 28 décembre 2008, la compagnie présente un ratio dette totale/capital de 25,2 % (33,1 % au 30 décembre 2007).

La compagnie gère sa structure de capital et y apporte des rajustements en fonction des changements qui touchent la conjoncture économique et les caractéristiques de risque des actifs sous-jacents. Afin de maintenir ou de rajuster sa structure de capital, la compagnie peut être amenée à émettre de nouvelles actions ou à vendre des actifs afin de réduire la dette.
Les facilités de crédit de la compagnie sont assorties de certaines clauses restrictives touchant entre autres le ratio de levier financier et les ratios de couverture d'intérêts. Ces ratios sont soumis trimestriellement au conseil d'administration de la compagnie et sont respectés au 28 décembre 2008. A l'exception des clauses restrictives liées aux facilités de crédit, la compagnie n'est soumise à aucune exigence en matière de capital imposée par des tiers.

21. Instruments financiers

La valeur comptable et la juste valeur des instruments financiers étaient les suivantes :



28 décembre 2008 30 décembre 2007
------------------------------------------------------------------------
Valeur Juste Valeur Juste
comptable Valeur comptable Juste
------------------------------------------------------------------------
valeur
Actifs financiers détenus
à des fins de transaction
Encaisse 12 345 $ 12 345 $ 2 866 $ 2 866 $
Instruments financiers
dérivés 1 089 1 089 1 168 1 168

Prêts et créances
Débiteurs 234 027 234 027 237 043 237 043
Actions privilégiées
rachetables - - 1 071 1 071

Passifs financiers
Emprunts bancaires 8 468 (a) 19 574 19 574
Comptes fournisseurs et
charges à payer 422 318 422 318 421 446 421 446
Crédit rotatif 39 789 (a) 160 200 160 200
Débentures 396 182 302 640 395 821 372 145
Emprunts hypothécaires et
soldes de prix d'achat 43 142 (a) 60 438 60 438
Actions privilégiées 4 000 4 000 5 000 5 000

Passifs financiers détenus à
des fins de transaction
Instruments financiers
dérivés 2 180 2 180 1 067 1 067
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

(a) Voir les méthodes et hypothèses à la page suivante.


Les méthodes et hypothèses suivantes ont été utilisées pour déterminer la juste valeur estimative de chaque catégorie d'instruments financiers :

- la juste valeur des débiteurs, des comptes fournisseurs et charges à payer est comparable à leur valeur comptable en raison des courtes échéances;

- la juste valeur des prêts et avances, dont la quasi-totalité a été consentie à des marchands actionnaires, n'a pas été déterminée puisque ces transactions sont faites dans le cadre du maintien ou du développement des relations commerciales et ne reflètent pas nécessairement les conditions qui seraient négociées avec des tiers. De plus, la compagnie détient des sûretés sur certains placements qui peuvent lui accorder un recours éventuel sur l'exploitation des commerces des marchands actionnaires en cause;

- par les années passées, il y avait peu de différence entre la juste valeur et la valeur comptable des emprunts bancaires et des dettes à long terme qui portent intérêt à des taux qui varient en fonction du taux du marché. Toutefois, étant donné l'état des marchés financiers, dont notamment les conditions de crédit actuelles, la juste valeur des dettes à long terme pourrait être inférieure à la valeur comptable. La compagnie n'est pas en mesure d'identifier des dettes similaires sur le marché, incluant des transactions récentes, qui auraient substantiellement les mêmes termes et conditions empêchant par le fait même une évaluation suffisamment adéquate de la juste valeur. Par conséquent, la détermination de la juste valeur n'a pas été calculée car de l'avis de la direction, le temps et les coûts nécessaires à cette évaluation excèdent largement les bénéfices de présenter une juste valeur.

- la juste valeur des débentures a été déterminée en fonction des prix du marché;

- la juste valeur des actions privilégiées catégorie D, présentées dans la dette à long terme, se rapproche de leur valeur de rachat;

- la juste valeur des instruments dérivés a été déterminée en comparant les taux initiaux des dérivés avec les taux en vigueur lors de la réévaluation de ceux-ci avec des contrats ayant la même valeur et la même échéance.

Les produits, charges, gains et pertes générés par des actifs ou des passifs financiers enregistrés en résultat net sont les suivants :



4e trimestre Cumulatif
------------------------------------------------------------------------
2008 2007 2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Intérêts sur les débiteurs (330)$ (606)$ (2 603)$ (2 978)$
Intérêts sur les prêts et
avances à long terme (662) (727) (3 466) (2 885)
Dividendes sur les actions
privilégiées rachetables - (19) (29) (82)
Intérêts sur l'encaisse et les
emprunts bancaires 590 894 2 134 3 329
Intérêts sur la dette à long
terme 5 694 6 599 28 106 28 270
Perte (gain) sur la juste valeur
des instruments financiers
dérivés (824) (91) 846 (3 738)
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


Risque de crédit

Le risque de crédit fait référence au risque qu'une partie à un instrument financier manque à l'une ou l'autre de ses obligations et amène de ce fait la compagnie à subir une perte financière, les principaux risques étant liés aux débiteurs ainsi qu'aux prêts et avances de la compagnie. Celle-ci peut également être exposée au risque de crédit en raison de son encaisse et de ses contrats de change à terme, risque qu'elle gère en ne traitant qu'avec des institutions financières de renom.

Pour gérer le risque de crédit sur les débiteurs ainsi que sur les prêts et avances à recevoir, la compagnie détient des hypothèques sur certains biens meubles et immeubles appartenant à ses débiteurs ainsi que des cautionnements et examine régulièrement leur solidité financière. Des provisions sont comptabilisées à la date du bilan afin de tenir compte des pertes potentielles et sont établies client par client.



Au 28 décembre 2008, le classement chronologique des comptes clients était
comme suit :
Courant 168 836 $
Dû depuis 0 à 30 jours 36 342
Dû depuis 31 à 120 jours 20 076
Dû depuis plus de 121 jours 12 549
------------------------------------------------------------------------
Comptes clients 237 803
Moins : provision pour mauvaises créances 12 310
------------------------------------------------------------------------
225 493 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



Ce qui suit présente l'évolution de la provision pour mauvaises créances
qui a été constituée à l'égard des comptes clients :

Solde au 30 décembre 2007 10 181 $
Dépense pour mauvaises créances 3 384
Montants radiés et recouvrements (1 255)
------------------------------------------------------------------------
Solde au 28 décembre 2008 12 310 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


Au 28 décembre 2008, l'exposition maximale au risque de crédit est de 247 461 $ (242 148 $ au 30 décembre 2007), ce qui représente la valeur comptable des instruments financiers inscrits à l'actif de la compagnie.

Risque de liquidité

Le risque de liquidité est défini comme étant le risque que la compagnie ne puisse satisfaire à ses obligations à temps ou à un prix raisonnable. La compagnie gère son risque de liquidité en tenant compte des besoins opérationnels et en recourant à de multiples sources de financement pour maintenir sa flexibilité. La compagnie établit des prévisions budgétaires et de trésorerie afin de s'assurer qu'elle dispose des fonds nécessaires pour rencontrer ses obligations. Au cours des dernières années, la compagnie a financé l'accroissement de sa capacité, l'augmentation de son chiffre d'affaires, ses besoins en fonds de roulement et ses acquisitions, principalement par des fonds autogénérés, par l'émission de débentures et par l'utilisation régulière de son crédit rotatif.

Ce qui suit indique les montants exigibles aux dates d'échéance contractuelle des passifs financiers, ce qui exclut les paiements d'intérêts futurs, mais inclut les intérêts courus au 28 décembre 2008 :



Moins de 5 ans
Total 1 an 1 - 2 ans 3 - 4 ans et plus
------------------------------------------------------------------------

Crédit rotatif 39 789 $ - $ - $ 39 789 $ - $
Débentures 400 000 - - - 400 000
Emprunts
hypothécaires
et soldes de
prix d'achat 43 386 9 962 10 184 14 977 8 263
Obligations
relatives aux
biens loués 11 467 5 016 5 561 819 71
Actions
privilégiées 4 000 1 000 2 000 1 000 -
Emprunts
bancaires 8 468 8 468 - - -
Comptes
fournisseurs
et charges
à payer 422 318 422 318 - - -
Instruments
Financiers
dérivés 2 180 2 180 - - -
------------------------------------------------------------------------
Total 931 608 $ 448 944 $ 17 745 $ 56 585 $ 408 334 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


Risque de change

Le risque de change de la compagnie provient d'achats faits en dollars américains. Afin de limiter les impacts sur le bénéfice net dû à la variation du dollar canadien par rapport au dollar américain, la compagnie a recours à des contrats de change à terme. La compagnie n'utilise pas d'instruments financiers dérivés aux fins de spéculation ni de négociation.

Au 28 décembre 2008, la valeur nominale des contrats de change à terme est de 54 400 $ US. Le taux moyen de ces contrats est de 1,1909 et ils viennent à échéance à différentes dates jusqu'en avril 2009.

Le 28 décembre 2008, si le dollar canadien avait varié de 1 %, à la hausse ou à la baisse en comparaison avec le dollar américain, avec l'hypothèse que toutes les autres variables demeurent constantes, le bénéfice net de la compagnie pour les périodes de treize et cinquante-deux semaines terminées le 28 décembre 2008 aurait été inférieur ou supérieur de 144 $.

Risque de taux d'intérêt

Dans le cours normal de ses affaires, la compagnie est exposée à un risque de fluctuations de taux d'intérêt en raison des prêts et créances qu'elle consent ainsi que des emprunts qu'elle contracte à des taux variables. La compagnie gère son exposition aux variations de taux d'intérêt par une répartition de sa dette financière entre des instruments comportant des taux fixes et des taux variables.

Le 28 décembre 2008, si les taux d'intérêt avaient varié de 25 points de base, à la hausse ou à la baisse, avec l'hypothèse que toutes les autres variables demeurent constantes, le bénéfice net de la compagnie pour les périodes de treize et cinquante-deux semaines terminées le 28 décembre 2008 aurait été inférieur ou supérieur de 17 $ et de 229 $.

22. Avantages sociaux futurs

Au 28 décembre 2008, la compagnie maintient neuf régimes de retraite à cotisations déterminées et quatre à prestations déterminées.

La charge totale à l'égard des régimes de retraite à cotisations déterminées est de 9 326 $ (8 818 $ en 2007).

Le total des paiements en espèces au titre des avantages sociaux futurs pour 2008, qui est constitué des cotisations de la compagnie à ses régimes de retraite à prestations déterminées et à cotisations déterminées, s'est chiffré à 12 218 $ (12 528 $ en 2007).

La compagnie évalue ses obligations au titre des prestations constituées et la juste valeur des actifs des régimes pour les besoins de la comptabilité au 31 décembre de chaque année. Les régimes à prestations déterminées font l'objet d'une évaluation actuarielle aux fins de la capitalisation tous les trois ans. L'un d'entre eux a été évalué au 31 décembre 2006 et les autres au 31 décembre 2007. Les prochaines évaluations actuarielles aux fins de la capitalisation auront lieu les 31 décembre 2009 et 31 décembre 2010, respectivement.

Les informations relatives aux régimes de retraite à prestations déterminées, prises collectivement, se présentent comme suit :



2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Obligations au titre des prestations constituées
Solde au début 40 736 $ 43 785 $
Coût des services rendus 499 525
Cotisations des employés 227 227
Intérêts débiteurs 2 246 2 230
Prestations versées (1 842) (2 915)
Gain actuariel (9 321) (2 105)
Règlement (218) (1 011)
------------------------------------------------------------------------
Solde à la fin 32 327 $ 40 736 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

Actifs des régimes
Juste valeur au début 38 702 $ 39 264 $
Rendement réel (5 670) (544)
Cotisations de l'employeur 4 016 3 710
Cotisations des employés 227 227
Prestations versées (1 842) (2 915)
Règlement (264) (1 040)
------------------------------------------------------------------------
Juste valeur à la fin 35 169 $ 38 702 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

Situation de capitalisation - excédent
(déficit) 2 842 $ (2 034)$
Coût non amorti des services passés 8 22
Perte actuarielle nette non amortie 7 023 9 034
Obligation transitoire non amortie 45 87
Provision pour moins-value (29) (139)
------------------------------------------------------------------------
Actif au titre des prestations constituées 9 889 $ 6 970 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

Actif au titre des prestations constituées
compris dans les autres éléments d'actifs
(note 14) 9 896 $ 7 149 $
Passif au titre des prestations constituées
compris dans les comptes fournisseurs et
charges à payer 7 $ 179 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

Composition des actifs des régimes
Titres de participation 52 % 58 %
Titres des créances 48 % 42 %
------------------------------------------------------------------------
Total 100 % 100 %
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

La charge nette de retraite au titre des régimes à prestations déterminées
se présente comme suit :



2008 2007
-------------------------------------------------------------------------

Coûts des services rendus au cours de l'exercice 499 $ 525 $
Intérêts débiteurs 2 246 2 230
Rendement réel des actifs des régimes 5 670 544
Gain actuariel (9 321) (2 105)
------------------------------------------------------------------------
Composantes du coût des avantages sociaux futurs
avant ajustements visant à prendre en compte
la nature à long terme de ce coût (906) 1 194
Ajustements visant à prendre en compte la nature
à long terme du coût des avantages sociaux
futurs :
Ecart entre le rendement prévu et le rendement
réel des actifs des régimes pour l'exercice (8 396) (3 341)
Ecart entre le montant de la perte actuarielle
constaté pour l'exercice et le montant réel
de la perte actuarielle ou du gain actuariel
sur l'obligation au titre des prestations
constituées pour l'exercice 10 393 2 733
Gain dû au règlement 60 (2)
Amortissement du coût des services passés 14 14
Amortissement de l'obligation transitoire 42 42
------------------------------------------------------------------------
1 207 640
Provision pour moins-value constituée à l'égard
de l'actif au titre des prestations constituées (110) 139
------------------------------------------------------------------------
Coûts constatés au titre des prestations
déterminées 1 097 $ 779 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


Les moyennes pondérées des hypothèses actuarielles significatives retenues pour évaluer les obligations au titre des prestations constituées et de la charge nette de retraite pour les régimes à prestations déterminées sont les suivantes :



2008 2007
------------------------------------------------------------------------
Obligation au titre des prestations
constituées au 31 décembre
Taux d'actualisation 7,5 % 5,5 %
Taux de croissance de la rémunération 3,5 % 3,8 %
Charge nette de retraite pour les exercices
terminés le 31 décembre :
Taux d'actualisation 5,5 % 5,2 %
Taux de rendement prévu des actifs 7,0 % 7,0 %
Taux de croissance de la rémunération 3,4 % 3,8 %
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


23. Informations sur les coentreprises

Les participations dans des coentreprises peuvent ne pas être comparables d'un exercice financier à l'autre, étant donné que la compagnie peut céder ses participations et qu'elle peut acquérir des participations dans de nouvelles coentreprises. De plus, ces dernières peuvent ne pas avoir un exercice financier complet.

La compagnie détient la quote-part suivante des éléments d'actif, de passif, de résultats et de trésorerie relativement à ses participations dans des coentreprises :



2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Actif à court terme 11 728 $ 14 459 $
Actif à long terme 14 496 19 177
Passif à court terme 6 854 16 250
Passif à long terme 8 795 5 719
Ventes 56 423 57 599
Bénéfice avant intérêts, amortissements, impôts
sur les bénéfices et part des actionnaires
sans contrôle 4 793 2 746
Bénéfice net 1 823 749
Flux de trésorerie liés aux activités
d'exploitation (3 847) 6 919
Flux de trésorerie liés aux activités
d'investissement 4 808 (9 411)
Flux de trésorerie liés aux activités de
financement 703 2 841
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


Les ventes de la compagnie incluent des ventes effectuées à la juste valeur à des coentreprises pour un montant de 92 586 $ (91 456 $ en 2007).

La quote-part de la compagnie dans les engagements de ces coentreprises représente 117 $ (327 $ en 2007).

24. Informations sectorielles

La compagnie compte deux secteurs d'activité isolables : celui de la distribution et celui des magasins corporatifs et franchisés. La distribution correspond à l'approvisionnement des magasins affiliés, franchisés et corporatifs. Les magasins corporatifs et franchisés correspondent aux opérations de détail des magasins corporatifs et à la quote-part des opérations de détail des magasins franchisés dans lesquels la compagnie détient une participation.

Les conventions comptables qui s'appliquent aux secteurs isolables sont les mêmes que celles qui sont décrites dans les conventions comptables. La compagnie évalue la performance selon le bénéfice avant intérêts, amortissements et dépréciation, loyers, impôts sur les bénéfices et part des actionnaires sans contrôle, à savoir les ventes moins les frais imputables. La compagnie comptabilise les opérations intersectorielles à la juste valeur.



4e trimestre Cumulatif
------------------------------------------------------------------------
2008 2007 2008 2007
-------------------------------------------------------------------------
Ventes des secteurs(a)
Magasins corporatifs
et franchisés 866 837 $ 863 443 $ 3 741 748 $ 3 688 966 $
Distribution 513 555 496 836 2 357 209 2 327 302
------------------------------------------------------------------------
Total 1 380 392 1 360 279 6 098 957 6 016 268
------------------------------------------------------------------------
Ventes intersectorielles
et redevances (a)
Magasins corporatifs
et franchisés - - - -
Distribution (255 780) (273 244) (1 207 835) (1 231 162)
------------------------------------------------------------------------
Total (255 780) (273 244) (1 207 835) (1 231 162)
------------------------------------------------------------------------
Ventes (a)
Magasins corporatifs
et franchisés 866 837 863 443 3 741 748 3 688 966
Distribution 257 775 223 592 1 149 374 1 096 140
-----------------------------------------------------------------------
Total 1 124 612 1 087 035 4 891 122 4 785 106
-----------------------------------------------------------------------
Bénéfice avant intérêts,
amortissements et
dépréciation, loyers,
impôts sur les
bénéfices et part
des actionnaires sans
contrôle (a)
Magasins corporatifs
et franchisés 83 256 89 021 416 940 432 678
Distribution 19 866 20 237 99 141 97 677
-----------------------------------------------------------------------
Total 103 122 109 258 516 081 530 355
-----------------------------------------------------------------------
Bénéfice avant intérêts,
amortissements et
dépréciation, impôts
sur les bénéfices et
part des actionnaires
sans contrôle (a)
Magasins corporatifs
et franchisés 55 949 61 004 299 998 324 305
Distribution 14 965 14 936 77 103 75 902
-----------------------------------------------------------------------
Total 70 914 75 940 377 101 400 207
-----------------------------------------------------------------------
Acquisition
d'immobilisations
Magasins corporatifs et
franchisés 49 648 87 682 159 508 242 297
Distribution 17 392 13 632 41 832 28 857
-----------------------------------------------------------------------
Total 67 040 101 314 201 340 271 154
-----------------------------------------------------------------------
Ecarts d'acquisition
Magasins corporatifs
et franchisés (1 456) 16 512 7 138 324
Distribution - - - -
-----------------------------------------------------------------------
Total (1 456) 16 512 7 138 324
-----------------------------------------------------------------------
Total de l'actif
Magasins corporatifs
et franchisés 2 114 290 2 129 570
Distribution 391 883 352 876
-----------------------------------------------------------------------
Total 2 506 173 $ 2 482 446 $
-----------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------
(a) Au cours du premier trimestre 2008, la compagnie a revu la façon dont
elle analysait les informations sectorielles et a conséquemment
apporté des modifications à la présentation de celles-ci entre les
secteurs. La période comparable de 2007 a été redressée afin d'en
tenir compte.


25. Bénéfice par action

Le tableau suivant présente le calcul du bénéfice net de base et dilué par
action :

4e trimestre Cumulatif
------------------------------------------------------------------------
2008 2007 2008 2007
------------------------------------------------------------------------

Bénéfice net 25 697 $ 30 489 $ 160 199 $ 185 089 $
------------------------------------------------------------------------

Nombre d'actions
(en milliers)
Moyenne pondérée des
actions utilisée pour
le calcul du bénéfice
net de base par
action 115 746,4 115 346,2 115 643,6 115 289,2
Effet de dilution des
options d'achat
d'actions (a) 965,5 1 296,4 1 060,1 1 447,4
------------------------------------------------------------------------
Moyenne pondérée des
actions utilisée pour
le calcul du bénéfice
net dilué par
action 116 711,9 116 642,6 116 703,7 116 736,6
------------------------------------------------------------------------

Bénéfice net de base
par action 0,22 $ 0,26 $ 1,39 $ 1,61 $

Bénéfice net dilué par
action 0,22 $ 0,26 $ 1,37 $ 1,59 $
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

(a) Au 28 décembre 2008, 1 166 952 options d'achat d'actions ordinaires
(602 252 options au 30 décembre 2007) n'ont pas été incluses dans le
calcul du bénéfice net dilué par action parce que l'incidence du coût
de rémunération non constaté futur de ces options a un effet
antidilutif.


26. Effet des nouvelles normes comptables non encore appliquées

Ecarts d'acquisition et actifs incorporels

En février 2008, l'ICCA a publié le Chapitre 3064 Ecarts d'acquisition et actif incorporels qui vient remplacer le Chapitre 3062 du même nom. Il est applicable aux exercices ouverts à compter du 1er octobre 2008 soit au premier trimestre 2009 pour la compagnie. Le nouveau chapitre confirme qu'au moment de leur constatation initiale, les actifs incorporels doivent être comptabilisés à titre d'actifs seulement s'ils répondent à la définition d'un actif incorporel et aux critères de comptabilisation d'un actif. De plus, le chapitre 3064 fournit des indications supplémentaires relativement à la comptabilisation des actifs incorporels développés à l'interne.

La compagnie évalue présentement les effets de l'adoption de ce nouveau chapitre sur ses états financiers consolidés. Selon les analyses effectuées jusqu'à maintenant, certains actifs qui sont actuellement comptabilisés au bilan de la compagnie ne répondront plus aux exigences du nouveau chapitre. Notamment, les frais de préouverture de magasins et de centres de distribution (présentement inclus dans les autres éléments d'actifs), les frais de publicité d'ouverture de magasin ainsi que les frais engagés dans le cadre de la commandite olympique et paralympique (présentement inclus dans les frais payés d'avance). Au premier trimestre de 2009, les soldes de ces actifs au 31 décembre 2007, soit au début du 1er trimestre 2008, seront retraités et présentés dans les bénéfices non répartis et les résultats de 2008 seront également retraités afin de les rendre comparables à ceux de 2009.

Les impacts au 28 décembre 2008, selon les analyses effectuées jusqu'à maintenant, de l'application des recommandations du nouveau chapitre sur les états financiers consolidés au cours de sa première période d'application consistent en une réduction des frais payés d'avance de 21 784 $ (12 143 $ au 31 décembre 2007), une réduction des autres actifs de 11 269 $ (15 753 $ au 31 décembre 2007), une réduction du bénéfice net de 3 571 $ et une réduction des bénéfices non répartis de 31 467 $.

Normes internationales d'information financière

En février 2008, le conseil des normes comptables du Canada a annoncé la date de basculement des PCGR canadiens aux Normes internationales d'information financière (IFRS). Ainsi, les entreprises canadiennes ayant une obligation publique de rendre des comptes devront adopter les IFRS pour leurs états financiers des périodes ouvertes à compter du 1er janvier 2011. Lors du passage des PCGR canadiens aux IFRS, la compagnie établira l'information financière tant courante que comparative en se conformant aux IFRS. La compagnie s'attend à ce que cette transition ait une incidence sur les méthodes de comptabilisation, la présentation de l'information financière et les systèmes d'information. La compagnie évalue actuellement les incidences de ces nouvelles normes sur ses états financiers consolidés.

Renseignements

  • Médias :
    RONA Inc.
    Eva Boucher-Hartling
    Directrice, Communications externes
    514-599-5900, extension 5114
    eva.boucher-hartling@rona.ca
    ou
    Communauté financière :
    RONA Inc.
    Stéphane Milot
    Directeur principal, Relations avec les investisseurs
    514-599-5951
    stephane.milot@rona.ca