SOURCE: Rubicon Minerals Corporation

Rubicon Minerals Corporation

26 févr. 2016 08h29 HE

Rubicon dépose un rapport technique pour le projet aurifère Phoenix, situé à Red Lake, en Ontario

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - Feb 26, 2016) - Rubicon Minerals Corporation (TSX : RMX) (OTC PINK : RBYCF) (« Rubicon » ou la « Société ») annonce avoir déposé un rapport technique pour le projet aurifère Phoenix, y compris le gisement aurifère F2, situé à Red Lake, en Ontario, conformément aux exigences de la Norme canadienne 43-101 relative à l'information concernant les projets miniers (le « Rapport technique »). Le Rapport technique, daté du 11 janvier 2016, a été préparé par SRK Consulting (Canada) Inc. (« SRK ») qui est une entreprise de conseil indépendante de Rubicon. Le Rapport technique a été déposé sur SEDAR en application du communiqué de presse de Rubicon en date du 11 janvier 2016 annonçant les résultats d'une déclaration actualisée des ressources minérales pour le gisement aurifère F2. Un exemplaire du Rapport technique est accessible en ligne sous le profil de Rubicon à l'adresse www.sedar.com et sur le site Internet de la Société à l'adresse www.rubiconminerals.com.

Travaux de prospection recommandés

Le Rapport technique fournit des détails sur le projet aurifère Phoenix (le « Projet ») et sur la réduction des ressources minérales dans l'estimation SRK 2016 des ressources minérales, comparativement à l'estimation SRK 2013 des ressources minérales. Bien que les développements souterrains et le programme de carottage en 2015 aient mis en évidence la complexité de la répartition des interceptions de minéralisation aurifère à teneur élevée dans la partie supérieure du gisement aurifère F2, tant Rubicon que SRK croient qu'il existe un potentiel d'extension des ressources minérales avec de nouveaux travaux d'exploration et de délimitation. Il existe de nombreuses interceptions de minéralisation aurifère à teneur élevée avec de bonnes largeurs, en dessous du niveau des 610 mètres, qui méritent des forages de suivi. Avec la nouvelle compréhension des contrôles structuraux associés à la minéralisation aurifère au-dessus du niveau des 610 mètres, il existe une possibilité supplémentaire, en effectuant des forages convenablement orientés, d'explorer et de délimiter des ressources aurifères supplémentaires. L'entreprise, en consultation avec SRK et d'autres conseillers géologiques, a élaboré des plans d'exploration mis à jour pour le gisement aurifère F2. En outre, l'entreprise a examiné d'autres cibles d'exploration historique sur ses 286 kilomètres carrés de terres à Red Lake, en Ontario, au Canada.

Par ailleurs, SRK croit qu'un forage à maillage serré est requis pour démontrer la continuité de la minéralisation aurifère à teneur élevée au-dessus et au-dessous du niveau de 305 mètres du gisement aurifère F2. SRK croit également qu'il existe une possibilité d'élargissement des ressources minérales avec des forages supplémentaires, de type oblique, vers les ensembles lithologiques et les structures de cisaillement transversal (les « structures D2 ») orientées d'est en ouest (grille de la mine).

Un programme d'exploration proposé doit comporter les éléments suivants :


--  Carottage d'extension et intercalaire ciblant la minéralisation aurifère et les extensions longitudinales
    peu profondes (au-dessus et en dessous du niveau de 305 mètres d'altitude) avec
    pour objectif d'établir la continuité de la minéralisation aurifère à teneur élevée
    associée aux structures D2 et de développer les ressources
    minérales. 

--  Suivi des travaux de forage au diamant dans les zones de densité de forage plus faible en dessous du
    niveau de 610 mètres, depuis le développement existant à ce niveau. Ce programme
    doit cibler les interceptions à teneur élevée et les extensions en amont-pendage et en aval-pendage
    des structures D2 qui croisent les roches basaltiques riches en titane
    (le « basalte riche en Ti ») avec la possibilité d'élargir les ressources
    minérales. 

--  Carottage d'extension pour tester les extensions de la zone de la brèche modélisée
    et les autres zones de la brèche intersectées par les forages. 

--  Développement souterrain au niveau de 610 mètres, afin d'établir des
    stations de forage et fournir l'accès pour le forage. 

--  Percement de galeries d'exploration souterraines dans les zones minéralisées et échantillonnage
    pour étudier et mieux caractériser la continuité de la minéralisation
    aurifère et valider le modèle des ressources minérales. 

--  Modélisation de la géologie et des ressources minérales de façon à intégrer les nouvelles données de géologie
    et de forage, ainsi que l'interprétation géologique révisée, le cas échéant. 

La compréhension de la répartition, de la forme et de la continuité de la minéralisation aurifère bénéficierait également d'expositions souterraines supplémentaires. La rampe souterraine jusqu'au niveau de 366 mètres devrait être terminée pour permettre le développement d'une galerie au niveau de 400 mètres, essentiellement au milieu du basalte riche en Ti. Cette galerie devrait fournir de bonnes expositions pour valider l'interprétation géologique et le modèle des ressources minérales.

La Société envisage une approche progressive pour son programme d'exploration. La phase préliminaire comporte environ 25 000 mètres de forage intercalaire et d'extension, à partir du niveau de 610 mètres et entre les niveaux de 244 et 366 mètres, à un coût estimatif de 6 millions de dollars canadiens. Des travaux d'exploration et de développement supplémentaires pourraient s'ensuivre, en fonction de la réussite du programme.

Études de bureau mises à part, Rubicon n'a pas l'intention de mettre en œuvre ce programme d'exploration dans l'avenir immédiat. Ce programme d'exploration nécessiterait l'obtention d'un financement supplémentaire par la Société. Rubicon continue à évaluer des options stratégiques dans le but de maximiser la valeur pour la Société et ses actionnaires, et à poursuivre des pourparlers avec ses créanciers et autres parties.

RUBICON MINERALS CORPORATION

Michael Winship, président directeur-général par intérim

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs et autres avertissements

Le présent communiqué de presse contient des informations qui constituent des « énoncés prospectifs » et des « informations prospectives » (ci-après, collectivement, les « énoncés prospectifs »), au sens des lois canadiennes et des États-Unis relatives aux valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse incluent, sans s'y limiter, les énoncés concernant le potentiel d'augmentation des ressources au niveau du projet, les exigences nécessaires pour démontrer la continuité de la minéralisation aurifère à teneur élevée du gisement aurifère F2, les éléments requis pour un programme d'exploration potentiel, le coût approximatif et les exigences pour le financement supplémentaire d'un programme d'exploration potentiel.

Les énoncés prospectifs reposent sur les opinions et estimations de la direction à la date où de tels énoncés sont émis et représentent le meilleur jugement de la direction sur la base des faits et suppositions qu'elle considère raisonnables. Les hypothèses importantes sur lesquelles reposent lesdits énoncés prospectifs comprennent notamment : que la demande en or et en gisements de métaux de base va évoluer comme prévu, que le cours de l'or se maintiendra à des niveaux qui rendront le projet aurifère Phoenix potentiellement rentable, que les plans d'investissement et d'exploitation ne seront pas interrompus par des problèmes opérationnels, une pénurie d'énergie, des conflits professionnels ou des conditions météorologiques défavorables, que Rubicon continuera de pouvoir attirer et conserver un personnel qualifié, que les estimations des ressources minérales, telles qu'indiquées dans le Rapport technique, seront réalisées.

De par leur nature, les énoncés et informations prospectifs impliquent des risques, des incertitudes et d'autres facteurs, connus et inconnus, susceptibles d'entraîner un écart important entre les résultats, les performances et les accomplissements réels de Rubicon et ceux décrits, de façon implicite ou explicite, par lesdits énoncés prospectifs. Ces facteurs comprennent, entre autres : les variations possibles de la minéralisation, des teneurs et des taux de récupération ou de production ; les résultats réels des activités d'exploration en cours ; les résultats réels des activités de remise en état ; les conclusions des futures évaluations économiques ; les modifications des paramètres à mesure que les plans seront affinés ; les défaillances des équipements ou des procédés à fonctionner comme prévu ; les accidents et autres risques liés au secteur minier ; les retards et autres risques liés aux activités de construction et d'exploitation ; la date et la réception des autorisations officielles d'exploitation ; la capacité de Rubicon et des autres parties intéressées à satisfaire aux exigences réglementaires ; la disponibilité de financement pour les besoins des transactions proposées, des programmes envisagés et du capital d'exploitation dans des conditions raisonnables ; la capacité des prestataires de services tiers à fournir leurs services selon des conditions raisonnables et à temps ; la situation du marché et du contexte des affaires en général, ainsi que la situation économique, concurrentielle, politique et sociale.

Le Rapport technique comprend les ressources présumées qui sont considérées trop spéculatives sur le plan géologique pour que des considérations économiques leur soient appliquées aux fins de classification comme réserves minérales. La quantité et la teneur des ressources présumées mentionnées dans le Rapport technique sont incertaines par nature et il n'y a pas eu suffisamment d'exploration pour définir ces ressources présumées comme des ressources minérales mesurées ou indiquées.

Il est important de noter que les informations fournies dans le présent communiqué de presse sont de nature préliminaire. Il n'existe aucune certitude qu'une mine potentielle sera réalisée. Une décision de mise en production de la mine qui n'est pas basée sur une étude de faisabilité démontrant la viabilité économique et technique ne fournit pas une communication adéquate de l'incertitude accrue et des risques spécifiques d'échec associés à une telle décision de mise en production.

Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué sont valides à la date indiquée et Rubicon rejette toute obligation quant à la mise à jour de tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouvelles informations ou d'événements ou de résultats futurs, sauf exigence de la législation sur les valeurs mobilières. Aucune assurance ne peut être donnée quant à l'exactitude des énoncés prospectifs, étant donné que les résultats réels et les événements futurs pourraient différer sensiblement de ceux anticipés dans ces énoncés. Par conséquent, le lecteur ne doit pas se fier indûment aux énoncés prospectifs.

Mise en garde à l'intention des lecteurs des États-Unis à propos des estimations de ressources indiquées et présumées

Le présent communiqué de presse utilise les termes de ressources minérales « mesurées » et « indiquées » et de ressources minérales « présumées ». La Société signale aux investisseurs des États-Unis que, même si ces termes sont reconnus et requis par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières, ils ne sont pas reconnus par la SEC. L'estimation des ressources minérales « mesurées », « indiquées » et « présumées » implique une plus grande incertitude quant à leur existence et à leur viabilité économique, par rapport à l'estimation des réserves prouvées et probables. L'estimation des ressources « présumées » implique une bien plus grande incertitude quant à leur existence et à leur viabilité économique, par rapport à l'estimation des autres catégories de ressources. Il ne peut être supposé que les ressources minérales « mesurées », « présumées » ou « indiquées », en partie ou en totalité, soient un jour classées dans une catégorie supérieure.

En vertu des lois canadiennes, les estimations des « ressources minérales présumées » ne peuvent constituer la base d'études de faisabilité, d'études de pré-faisabilité ni d'autres études économiques, sauf dans les cas prévus, comme lors d'une estimation économique préliminaire dans certaines circonstances. La SEC autorise généralement les émetteurs à inclure uniquement dans leurs rapports la minéralisation qui ne constitue pas de « réserves » comme le tonnage et la teneur sur place, sans référence aux mesures d'unité. En vertu des normes américaines, la minéralisation ne peut être classée en tant que « réserve » que lorsqu'il a été déterminé qu'elle pouvait être produite ou extraite de façon rentable et légale au moment où la détermination de la réserve a été effectuée. Les investisseurs aux États-Unis sont avertis de ne pas considérer que les ressources « mesurées », « présumées » ou « indiquées », en partie ou dans leur totalité, existent ni qu'elles peuvent être extraites de façon rentable ou légale. Les informations concernant les descriptions de la minéralisation et des ressources contenues dans le présent document ne peuvent pas être comparées avec les informations rendues publiques par des sociétés aux États-Unis sujettes aux exigences de la SEC en matière de rapport et de déclaration.

Ressources minérales

Les ressources minérales ne constituent pas des réserves minérales et n'ont pas démontré leur viabilité économique. L'estimation des ressources minérales peut être sensiblement affectée par des questions environnementales, liées aux permis, légales, liées aux titres, fiscales, de marketing et socio-politiques ou par toute autre problème pertinent. La quantité et la teneur des ressources présumées rapportées dans cette estimation sont incertaines par nature et il n'y a pas eu suffisamment d'exploration pour définir ces ressources présumées comme des ressources minérales mesurées ou indiquées. Il n'est pas non plus certain qu'une exploration supplémentaire résultera en leur passage à la catégorie de ressources minérales mesurées ou indiquées. Les ressources minérales mentionnées dans le présent communiqué de presse sont rapportées en utilisant les normes de l'ICM.

Personnes qualifiées

Le contenu de ce communiqué de presse a été lu et approuvé par Howard Bird, B.Sc. (avec distinction), géoscientifique professionnel, vice-président de la prospection, une personne qualifiée, au sens de la définition établie par le règlement NI 43-101.

La Bourse de Toronto n'a pas examiné le présent communiqué de presse et décline toute responsabilité quant à l'adéquation ou à l'exactitude de celui-ci.

Renseignements