SOURCE: Rubicon Minerals Corporation

Rubicon Minerals Corporation

23 mars 2016 02h12 HE

Rubicon Minerals annonce le dépôt de ses états financiers annuels pour l'exercice clos le 31 décembre 2015

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - Mar 23, 2016) - Rubicon Minerals Corporation (TSX : RMX) (OTC PINK : RBYCF) (« Rubicon » ou la « Société ») a annoncé aujourd'hui avoir déposé sa notice annuelle, ses états financiers consolidés vérifiés et le rapport de gestion connexe pour l'exercice clos le 31 décembre 2015. La Société confirme qu'une copie des états financiers annuels de Rubicon est disponible sur le site www.rubiconminerals.com ou www.sedar.com.

Perspectives et poursuite des activités

Le modèle géologique et l'estimation des ressources SRK 2016 ont considérablement revu à la baisse le tonnage, la teneur et la quantité d'or dans le gisement aurifère F2. Davantage de travaux d'exploration sont nécessaires en profondeur et le long de l'axe minéralisé du gisement pour pouvoir éventuellement élaborer une stratégie économique d'exploitation minière concernant le projet aurifère Phoenix (le « Projet »). Toutefois, études de bureau et préparation de plans d'exploration future mises à part, Rubicon n'a pas l'intention de mettre en œuvre le programme d'exploration dans l'avenir immédiat. Un programme d'exploration nécessiterait l'obtention d'un financement supplémentaire par la Société. Rubicon continue à évaluer des options stratégiques dans le but de maximiser la valeur pour la Société et ses actionnaires, et poursuit les pourparlers avec ses prêteurs et autres parties.

En date du 31 décembre 2015, la Société avait un fonds de roulement négatif de 179,9 millions CAD, y compris la trésorerie et les équivalents de trésorerie de 22,3 millions CAD. Le 12 février 2016, la Société est entrée en violation d'une clause technique de sa facilité de prêt puisque le Projet ne satisfaisait pas les exigences de traitement à cette date de 875 tonnes par jour pendant une période de 60 jours consécutifs. Le 12 mars 2016, la violation de la clause technique est devenue un cas de défaut en vertu des conditions générales de la facilité de prêt. La Société poursuit toujours des pourparlers avec le prêteur garanti de sa facilité de prêt, CPPIB Credit Investments (« CPPIB »). Toutefois, rien ne garantit que CPPIB n'exercera pas ses droits ou recours en cas de défaut, tels que décrits dans l'accord de la facilité de prêt.

Les incertitudes substantielles soulèvent de graves doutes quant à la capacité de Rubicon à poursuivre ses activités. Il est possible que la Société ne soit pas en mesure de liquider ses actifs ou de s'acquitter de ses obligations dans le cours normal des affaires. Rubicon pourrait entraîner une dilution considérable de la participation des actionnaires actuels en cas de restructuration et de refinancement, ou pourrait être forcée à demander un allégement de ses obligations en vertu d'un processus de restructuration approuvé par les tribunaux.

Reclassification de la perte de valeur et du passif

La Société a constaté en 2015 une perte de valeur de 203,5 millions CAD de ses immobilisations corporelles et inventaires. En outre, Rubicon a reclassé sa facilité de prêt, sa facilité portant sur le flux aurifère et ses contrats de location-financement, dont les soldes respectifs sont de 69,9 millions CAD, 103,6 millions CAD et 11,5 millions CAD, de dettes à long terme à dettes à court terme au 31 décembre 2015.

RUBICON MINERALS CORPORATION

Michael Winship, président directeur-général par intérim

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs et autres avertissements

Le présent communiqué de presse contient des informations qui constituent des « énoncés prospectifs » et des « informations prospectives » (ci-après, collectivement, les « énoncés prospectifs »), au sens des lois canadiennes et des États-Unis relatives aux valeurs mobilières. En général, les énoncés prospectifs peuvent être identifiés par des termes ou expressions de nature prospective comme « croit », « considère », « pourrait », « aura », « devrait », « prévoit », « s'attend à », « potentiel », « estime », « prévisions », « budget », « probable », « objectif » et d'autres termes ou expressions semblables, qui indiquent que des événements ou des conditions « vont », « pourraient » ou « devraient » se produire dans l'avenir. Dans certains cas, les énoncés prospectifs sont déclarés en utilisant le temps présent des verbes, par exemple pour ce qui concerne des affaires courantes susceptibles de se prolonger dans le futur, ou pouvant avoir une incidence ou un effet dans l'avenir. De par leur nature, les énoncés et informations prospectifs reflètent nos attentes, estimations et hypothèses actuelles, et impliquent un certain nombre de risques, d'incertitudes et d'autres facteurs, connus et inconnus, susceptibles d'entraîner un écart important entre nos résultats, nos performances et nos accomplissements réels et ceux décrits, de façon implicite ou explicite, par lesdits énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs incluent, sans s'y limiter, les énoncés concernant les besoins nécessaires pour pouvoir éventuellement élaborer une stratégie économique d'exploitation minière concernant le Projet, les intentions de Rubicon à l'égard d'un programme d'exploration, la capacité de Rubicon à liquider ses actifs ou s'acquitter de ses obligations dans le cours normal des affaires, la possibilité que Rubicon inflige une dilution considérable de la participation des actionnaires actuels en cas de restructuration et de refinancement, la possibilité que la Société soit forcée à demander un allégement de ses obligations en vertu d'un processus de restructuration approuvé par les tribunaux.

Les énoncés prospectifs reposent sur les opinions et estimations de la direction à la date où de tels énoncés sont émis et représentent le meilleur jugement de la direction sur la base des faits et suppositions qu'elle considère raisonnables. Si de telles dispositions et estimations s'avèrent incorrectes, les résultats actuels et futurs peuvent être sensiblement différents de ceux exprimés dans les énoncés prospectifs. Les hypothèses importantes sur lesquelles reposent lesdits énoncés prospectifs comprennent notamment : que la demande en or et en gisements de métaux de base va évoluer comme prévu, que le cours de l'or se maintiendra à ou atteindra des niveaux qui rendront le projet aurifère Phoenix potentiellement rentable, que les plans d'investissement et d'exploitation ne seront pas interrompus par des problèmes opérationnels, des problèmes liés aux titres fonciers, une perte de permis d'extraction, des préoccupations concernant l'environnement, une pénurie d'énergie, des conflits professionnels, des besoins en financement ou des conditions météorologiques défavorables, que Rubicon continuera de pouvoir attirer et conserver un personnel qualifié, et qu'il n'y aura aucune variation importante inattendue en termes de coûts énergétiques ou d'équipements.

De par leur nature, les énoncés et informations prospectifs impliquent des risques, des incertitudes et d'autres facteurs, connus et inconnus, susceptibles d'entraîner un écart important entre les résultats, les performances et les accomplissements réels de Rubicon et ceux décrits, de façon implicite ou explicite, par lesdits énoncés prospectifs. Ces facteurs comprennent, entre autres : les variations possibles de la minéralisation, des teneurs et des taux de récupération ou de production ; l'incertitude sur les ressources minérales, l'incapacité de réaliser les estimations du potentiel d'exploration, des teneurs et des taux de récupération ; les résultats réels des activités d'exploration en cours ; les résultats réels des activités de remise en état en cours ; l'incertitude sur les opérations futures, les retards dans l'exécution des plans d'exploration pour une raison quelconque, y compris une insuffisance de capital, les retards dans la délivrance de permis et les questions liées aux relations du travail ; les conclusions des futures évaluations économiques ou géologiques ; les modifications des paramètres à mesure que les plans seront affinés ; les défaillances des équipements ou des procédés à fonctionner comme prévu ; les accidents et autres risques liés au secteur minier ; les retards et autres risques liés aux activités ; la date et la réception des autorisations officielles d'exploitation ; la capacité de Rubicon et des autres parties intéressées à satisfaire aux exigences réglementaires ; la capacité de Rubicon à se conformer à ses obligations en vertu des accords importants, y compris les accords de financement ; la disponibilité de financement pour les besoins des programmes envisagés et du capital d'exploitation dans des conditions raisonnables ; la capacité des prestataires de services tiers à fournir leurs services selon des conditions raisonnables et en temps opportun ; les risques associés à la capacité de retenir les cadres dirigeants et le personnel d'exploitation clés ; le coût des dépenses liées à la protection de l'environnement et des responsabilités environnementales potentielles ; l'insatisfaction ou les différends avec des communautés locales, des Premières Nations ou des collectivités autochtones ; les défaillances des équipements ou des procédés à fonctionner comme prévu ; la situation du marché et le contexte des affaires en général, ainsi que la situation économique, concurrentielle, politique et sociale.

Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse sont valides à la date de publication indiquée et Rubicon rejette toute obligation quant à la mise à jour de tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouvelles informations ou d'événements ou de résultats futurs, sauf lorsque requis par la législation sur les valeurs mobilières. Les lecteurs sont enjoints à examiner attentivement et à tenir compte des facteurs de risque identifiés dans le rapport de gestion (MD&A) pour la période se terminant le 31 décembre 2015, sous la rubrique intitulée « Facteurs de risque », pour une discussion des facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats, les performances et les accomplissements réels de Rubicon soient sensiblement différents de toute prévision de résultats, de performances ou d'accomplissements décrits, de façon implicite ou explicite, par lesdits énoncés prospectifs. Les lecteurs sont en outre avertis que la liste d'hypothèses et de facteurs de risque qui précède n'est pas exhaustive et il est recommandé que les investisseurs potentiels consultent l'analyse plus complète des activités, de la situation financière et des perspectives concernant Rubicon, incluse dans ce communiqué de presse. Les énoncés prospectifs contenus dans les présentes sont expressément qualifiés par cette mise en garde

Mise en garde à l'intention des lecteurs des États-Unis à propos des estimations de ressources indiquées et inférées

Le présent communiqué de presse utilise les termes de ressources minérales « mesurées » et « indiquées » et de ressources minérales « présumées ». La Société signale aux investisseurs des États-Unis que, même si ces termes sont reconnus et requis par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières, ils ne sont pas reconnus par la SEC. L'estimation des ressources minérales « mesurées », « indiquées » et « présumées » implique une plus grande incertitude quant à leur existence et à leur viabilité économique, par rapport à l'estimation des réserves prouvées et probables. L'estimation des ressources « présumées » implique une bien plus grande incertitude quant à leur existence et à leur viabilité économique, par rapport à l'estimation des autres catégories de ressources. Il ne peut être supposé que les ressources minérales « mesurées », « présumées » ou « indiquées », en partie ou en totalité, soient un jour classées dans une catégorie supérieure.

En vertu des lois canadiennes, les estimations des « ressources minérales présumées » ne peuvent constituer la base d'études de faisabilité, d'études de préfaisabilité ni d'autres études économiques, sauf dans les cas prévus, comme lors d'une estimation économique préliminaire dans certaines circonstances. La SEC autorise généralement les émetteurs à inclure uniquement dans leurs rapports la minéralisation qui ne constitue pas de « réserves » comme le tonnage et la teneur sur place, sans référence aux mesures d'unité. En vertu des normes américaines, la minéralisation ne peut être classée en tant que « réserve » que lorsqu'il a été déterminé qu'elle pouvait être produite ou extraite de façon rentable et légale au moment où la détermination de la réserve a été effectuée. Les investisseurs aux États-Unis sont avertis de ne pas considérer que les ressources « mesurées », « présumées » ou « indiquées », en partie ou dans leur totalité, existent ni qu'elles peuvent être extraites de façon rentable ou légale. Les informations concernant les descriptions de la minéralisation et des ressources contenues dans le présent document ne peuvent pas être comparées avec les informations rendues publiques par des sociétés aux États-Unis sujettes aux exigences de la SEC en matière de rapport et de déclaration.

Ressources minérales

Les ressources minérales ne constituent pas des réserves minérales et n'ont pas démontré leur viabilité économique. L'estimation des ressources minérales est, de par sa nature, incertaine et implique des jugements subjectifs concernant de nombreux facteurs pertinents et peut être sensiblement affectée par des questions environnementales, liées aux permis, légales, liées aux titres, fiscales, de marketing et socio-politiques, ou par toute autre problème pertinent. La quantité et la teneur des ressources présumées rapportées dans cette estimation sont incertaines par nature et il n'y a pas eu suffisamment d'exploration pour définir ces ressources présumées comme des ressources minérales mesurées ou indiquées. Il n'est pas non plus certain qu'une exploration supplémentaire résultera en leur passage à la catégorie de ressources minérales mesurées ou indiquées. L'exactitude de ces estimations est fonction de la quantité et de la qualité des données disponibles et des hypothèses et jugements utilisés dans l'ingénierie et l'interprétation des données géologiques, qui peuvent se révéler peu fiables et dépendent, dans une certaine mesure, de l'analyse des résultats de forage et d'inférences statistiques qui peuvent en fin de compte se révéler inexactes. Les estimations des ressources minérales peuvent avoir besoin d'être à nouveau estimées pour les raisons suivantes : (i) fluctuations du prix des minéraux, (ii) résultats des activités de forages d'exploration et de développement, (iii) résultats d'essais d'abattages en gradins et d'autres essais, (iv) essais métallurgiques et autres études, (v) exploitations minières proposées, y compris dilution, (vi) évaluation des plans de mine postérieurement à la date d'estimation et (vii) incapacité d'obtenir des permis, approbations et licences nécessaires. Les ressources minérales présentées dans le présent communiqué de presse ont été déclarées en employant les normes de l'Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM).

Personnes qualifiées

Le contenu du présent communiqué de presse a été lu et approuvé par Bill Shand, ingénieur professionnel, vice-président des opérations et Howard Bird, géologue minier en chef (avec distinction), vice-président de l'exploration. Tous deux sont des Personnes qualifiées au sens de la norme canadienne NI 43-101.

La Bourse de Toronto n'a pas examiné le présent communiqué de presse et décline toute responsabilité quant à l'adéquation ou à l'exactitude de celui-ci.

Renseignements