Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada



Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada

14 mars 2013 14h56 HE

Rx&D renouvelle sa requête au ministre de ne pas précipiter une décision qui pourrait créer un précédent inquiétant pour les patients québécois et réitère son offre de partenariat

Médicaments pour soigner des troubles gastro-intestinaux

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 14 mars 2013) - Messieurs Russell Williams, président de Rx&D - Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada et Claude Perron, président du Comité Québec de Rx&D et PDG de Shire Canada Inc, réitèrent leur demande au ministre de la Santé et des Services sociaux de ne pas prendre de décision précipitée suivant la réception de l'avis de l'Institut national d'excellence en santé et services sociaux (INESSS) sur les médicaments de la classe des inhibiteurs de pompes à protons (IPP) et de travailler avec nos membres en réel partenariat pour dégager des pistes de solution mutuellement satisfaisantes et plus appropriées pour la société québécoise.

« En annonçant la mise en place d'un prix maximum payable (PMP) à 0,55 cent pour l'ensemble des médicaments de cette classe, le ministre agirait sans tenir compte des impacts de sa décision sur près de 200 000 patients et sur le réseau de la santé. En fixant un PMP, on élève des obstacles financiers à ce qui pourrait s'avérer le traitement le plus efficace pour un patient, alors que plusieurs des patients touchés se verraient confrontés au choix difficile de maintenir leur thérapie médicamenteuse existante en déboursant l'écart entre le prix de leur médicament et celui remboursé par le ministre ou de changer pour un médicament différent susceptible d'engendrer une réponse différente ainsi que des effets secondaires.

« Chaque patient réagit différemment aux médicaments et c'est là un fait trop souvent mis de côté par les payeurs. L'existence de plusieurs choix thérapeutiques permet au médecin de personnaliser le traitement. Or, une décision politique s'apparentant à un prix de référence ou à un prix maximum payable pour une classe de médicaments irait à l'encontre de cette logique. Une logique par ailleurs reconnue dans la Politique québécoise du médicament de 2007. Un changement de thérapie peut se traduire par l'administration de médicaments moins efficaces, qui présentent plus d'effets indésirables et d'interactions médicamenteuses. De nombreux exemples peuvent illustrer ce propos, mais citons une étude de la Canadian Health Policy Institute publiée dans le journal Alimentary Pharmacology & Therapeutics qui a démontré qu'en Colombie-Britannique, bien que des économies aient été observées dans le budget médicament en y appliquant une approche similaire pour la même classe de médicaments visés par le ministre Hébert, les coûts globaux de santé ont augmenté de plus de 43 millions de dollars en raison de l'inefficacité thérapeutique prouvée de ces substitutions et leurs graves effets secondaires indésirables.

« Le modèle québécois en matière d'assurance et d'évaluation des médicaments est salué par plusieurs intervenants, groupes et observateurs. Dans ce contexte, mieux vaut écarter une approche qui a fait l'objet de plusieurs critiques, notamment en raison de son manque de transparence, ses impacts sur l'accès aux médicaments par les patients et la restriction de la liberté de choix des prescripteurs.

« Rx&D réitère son offre de partenariat au gouvernement du Québec afin de travailler ensemble pour trouver des solutions plus appropriées, dont l'intensification des efforts en matière d'utilisation optimale des médicaments. Notre partenariat historique avec le gouvernement a permis l'émergence d'une industrie pharmaceutique novatrice dynamique au Québec, qui a réussi à attirer près de 450 millions $ d'investissements en R et D dans ce secteur en 2010, soit 45 % de tous les investissements au Canada et près de 16 000 emplois directs et indirects y sont reliés, générant des impacts totaux de 1,2 milliard $ dans l'économie québécoise. »

À propos de Rx&D

Rx&D est une association de compagnies de pointe en recherche pharmaceutique engagées à améliorer la santé des Canadiens et des Canadiennes grâce à la découverte et au développement de nouveaux médicaments et vaccins. Notre communauté représente les hommes et femmes œuvrant pour plus de 50 compagnies membres et investit plus d'un milliard de dollars en recherche et développement chaque année pour alimenter l'économie du savoir au Canada, contribuant pour plus de 3 milliards de dollars à l'économie canadienne. Guidés par les pratiques de notre Code d'éthique, nos membres sont engagés à travailler en partenariat avec les gouvernements, les payeurs des régimes privés, les professionnels de la santé et les autres intervenants selon des règles d'éthique strictes.

Renseignements