Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

15 juin 2010 08h50 HE

SCHL : Baisse du taux d'inoccupation des appartements en Nouvelle-Ecosse

HALIFAX, NOUVELLE-ÉCOSSE--(Marketwire - 15 juin 2010) - Selon les résultats, diffusés aujourd'hui, de l'Enquête sur les logements locatifs(1) réalisée au printemps par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), les taux d'inoccupation n'ont pas évolué de la même façon d'un centre urbain à l'autre de la Nouvelle-Écosse en avril 2010.

Le taux d'inoccupation des appartements locatifs en Nouvelle-Écosse a diminué en avril : il est passé de 3,8 % en 2009 à 2,8 % en 2010. Dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Halifax, où se trouvent la plupart des logements locatifs de la province, il est descendu à 2,5 %. New Glasgow et Truro ont également connu des baisses à cet égard, tandis que Cape Breton et Kentville ont enregistré des hausses.

À Halifax, le loyer mensuel moyen des unités de deux chambres s'élevait à 881 $ en avril 2010. Truro arrive deuxième (749 $), suivi de Cape Breton (640 $) et de Kentville (619 $). Les loyers moyens les plus bas dans la catégorie des logements de deux chambres, soit 602 et 598 $, ont été relevés à Kings (subdivision A) et à New Glasgow, respectivement.

« À Halifax, le nombre moins élevé d'ensembles locatifs venus s'ajouter sur le marché, le solde migratoire positif et la vigueur de l'emploi ont fait descendre le taux d'inoccupation à 2,5 % », a déclaré Matthew Gilmore, analyste principal de marché au Centre d'affaires de l'Atlantique de la SCHL. « Dans d'autres régions de la province, l'accumulation des stocks et l'émigration ont contribué à faire monter les taux d'inoccupation », a ajouté M. Gilmore.

Mettant à contribution plus de 60 ans d'expérience à titre d'organisme national responsable de l'habitation au Canada, la SCHL aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité. Elle offre également des données, des analyses et des rapports fiables, impartiaux et actuels sur le marché de l'habitation pour aider les consommateurs et le secteur de l'habitation à prendre des décisions importantes.

(1) La SCHL mène dorénavant l'Enquête sur les logements locatifs deux fois l'an, en avril et en octobre, afin de connaître les taux d'inoccupation, les taux de disponibilité et les loyers des logements d'initiative privée dans les centres urbains de plus de 10 000 habitants au Canada. Des rapports sont publiés en juin et en décembre.

L'enquête du printemps porte sur les immeubles comptant au moins trois appartements ou logements en rangée locatifs. Contrairement à l'enquête de l'automne :

  1. les données ne sont pas ventilées à l'échelle des zones géographiques dont sont constitués les centres urbains;
  2. l'enquête du printemps ne vise pas le marché locatif secondaire (appartements en copropriété, maisons individuelles, logements jumelés, duplex et appartements accessoires offerts en location).

Dans notre analyse, nous avons évité de comparer les résultats de l'enquête d'avril 2010 à ceux de l'enquête d'octobre 2009. Une des principales raisons qui ont motivé cette façon de procéder tient au fait que l'évolution des loyers, des taux d'inoccupation et des taux de disponibilité entre l'automne 2009 et le printemps 2010 peut ne pas être entièrement attribuable à des changements survenus dans la conjoncture du marché locatif; elle pourrait avoir été causée également par des facteurs saisonniers. Par exemple, si un plus grand nombre de personnes ont tendance à déménager au printemps plutôt qu'à l'automne, cela pourrait avoir des répercussions sur les taux d'inoccupation et de disponibilité, ainsi que sur les loyers. De plus, dans les centres comptant beaucoup d'étudiants universitaires, les taux d'inoccupation et de disponibilité pourraient être plus élevés au printemps, période où bien des étudiants retournent à la maison pour l'été.

Dans la mesure où de telles variations saisonnières existent, comparer les résultats de l'enquête effectuée au printemps avec ceux de l'enquête réalisée à l'automne pourrait entraîner des conclusions erronées sur les tendances du marché locatif.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site www.schl.ca ou composer le 1-800-668-2642.

This document is also available in English

Renseignements

  • Matthew Gilmore
    Analyste principal de marché
    Société canadienne d'hypothèques et de logement
    902-426-4686
    mgilmore@cmhc-schl.gc.ca