BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

03 oct. 2012 13h30 HE

Selon BMO, le libre-échange a été essentiel à la modernisation de l'économie canadienne

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 3 oct. 2012) - L'Accord de libre-échange (ALE) Canada-États-Unis et l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) qui a suivi ont joué un rôle crucial dans le développement de l'économie canadienne au cours du dernier quart de siècle, selon un nouveau rapport du Service des études économiques de BMO publié à l'occasion du 25e anniversaire de la signature de l'ALE.

« En définitive, l'ALE et l'ALENA ont joué un rôle déterminant dans la modernisation de l'économie canadienne et ils y sont pour beaucoup dans le fait que le Canada, un pays qui était relativement sous-performant parmi les économies du monde industrialisé, soit devenu un pays relativement surperformant », a déclaré Doug Porter, économiste en chef délégué, BMO Marchés des capitaux.

« Bien sûr, le Canada a procédé à un certain nombre de réformes au cours des années, mais à bien des égards, l'ALE a ouvert la voie, a fait remarquer M. Porter. L'accord a grandement clarifié les règles du commerce et de l'investissement en Amérique du Nord et il a sans doute contribué à empêcher l'adoption de mesures protectionnistes rigoureuses à l'intérieur de la région lors des périodes de fort ralentissement économique que nous avons connues au cours des dix dernières années. Les flux des échanges commerciaux et des investissements étrangers en Amérique du Nord se sont nettement intensifiés et l'accord a favorisé le recul de l'inflation au Canada. »

Le rapport indique que bien que la valeur totale du commerce bilatéral avec les États-Unis ait augmenté, passant d'un peu plus de 31 % du PIB avant l'ALE à un sommet de 56,7 % en 2000, le niveau des échanges a depuis baissé à un peu plus de 36 %. Ce recul des échanges commerciaux ne signifie pas que l'ALE n'a pas été un succès, a expliqué M. Porter. Le dédoublement de la personnalité des exportations canadiennes vers les États-Unis au cours du dernier quart de siècle en dit autant sur les fortes fluctuations du dollar canadien et les importants ajustements de l'économie américaine que sur la force sous-jacente des échanges commerciaux. Mesurée en dollars américains, la progression des exportations paraît beaucoup plus stable au cours des 20 premières années de l'accord. »

Au-delà de l'intensification des échanges commerciaux, l'ALE et l'ALENA visaient également à renforcer et à améliorer les conditions des investissements transfrontaliers, particulièrement celles des investissements directs étrangers. « Dans l'ensemble, l'ALE devrait être considéré comme une réussite sur ce front. Les investissements directs des États-Unis au Canada représentaient en moyenne à peine 1,7 milliard de dollars par année au cours des six années précédant l'entrée en vigueur de l'ALE et ils s'élevaient à 4,7 milliards par année au cours des six premières années de l'ALE, avant de grimper à 19,8 milliards de dollars par année depuis 1995, a poursuivi M. Porter. Ces chiffres représentent respectivement 0,3 %, 0,7 % et 1,6 % du PIB. Depuis 1995, les secteurs des ressources et des services financiers ont bénéficié d'un peu plus de la moitié des entrées de capitaux. »

Valeur du commerce provincial avec les États-Unis (1990-2011) Var. taux annualisé (%)
Canada 5,0
Saskatchewan 9,8
Alberta 9,2
Terre-Neuve-et-Labrador 8,6
Nouveau-Brunswick 8,0
Île-du-Prince-Édouard 7,5
Manitoba 7,1
Ontario 4,1
Colombie-Britannique 4,0
Québec 3,3
Nouvelle-Écosse 2,9
Valeur des échanges du Canada avec les États américains (1990-2011) Var. taux annualisé (%)
ÉTATS-UNIS 5,0
WYOMING 18,3
NEW HAMPSHIRE 13,1
NOUVEAU-MEXIQUE 12,2
OKLAHOMA 11,6
MONTANA 10,6
NEVADA 9,7
LOUISIANE 9,0
NEBRASKA 8,8
IDAHO 8,6
KENTUCKY 8,3
MINNESOTA 8,2
TEXAS 8,1
ILLINOIS 8,0
VIRGINIE-OCCIDENTALE 7,9
DAKOTA DU NORD 7,9
DAKOTA DU SUD 7,9
TENNESSEE 7,8
IOWA 7,7
ALABAMA 7,7
ARKANSAS 7,5
UTAH 7,3
INDIANA 7,1
RHODE ISLAND 6,8
MISSOURI 6,8
GÉORGIE 6,7
CAROLINE DU SUD 6,6
ALASKA 6,4
MISSISSIPPI 6,3
ARIZONA 6,1
CAROLINE DU NORD 5,9
WASHINGTON 5,8
CALIFORNIE 5,6
NEW JERSEY 5,5
MARYLAND 5,4
OHIO 5,3
HAWAII 5,2
FLORIDE 5,2
ORÉGON 5,1
PENNSYLVANIE 4,9
WISCONSIN 4,9
VIRGINIE 4,2
VERMONT 4,0
NEW YORK 3,7
MASSACHUSETTS 3,3
MAINE 3,0
CONNECTICUT 2,4
KANSAS 2,3
MICHIGAN 2,1
DELAWARE 1,4
COLORADO 0,7

Une version intégrale du rapport peut être téléchargée en accédant au site www.bmocm.com/economics.

Renseignements