Canadian Health Policy Institute

Canadian Health Policy Institute

28 août 2013 07h00 HE

Selon le Canadian Health Policy Institute, les substituts thérapeutiques aux médicaments IPP pourraient coûter entre 50 et 162 millions $ au Québec

TORONTO, CANADA--(Marketwired - 28 août 2013) - Le ministère québécois de la Santé a récemment annoncé des changements à sa politique de remboursement des médicaments IPP (médicaments inhibiteurs de la pompe à protons) couverts par le régime public d'assurance médicaments (RGAM) du Québec. À compter du 1er octobre 2013, la nouvelle politique fixe le prix maximum payable (PMP) pour tous les médicaments IPP à 0,55 $ l'unité. Les coûts à hauteur du PMP seront assurés publiquement. Les patients n'optant pas pour les médicaments IPP vendus à un montant inférieur au PMP devront payer la différence de leur poche. Ce changement de politique fait suite à une étude menée par l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) qui a reconnu l'équivalence thérapeutique de tous les médicaments IPP, bien qu'il s'agisse de produits biochimiquement différents. L'INESSS prévoit ainsi une économie annuelle de 32 à 41 millions $ pour le RGAM, à compter de la prise d'effet de la nouvelle politique.

En 2003, l'assurance-médicaments de la Colombie-Britannique avait adopté une politique similaire. Une nouvelle étude publiée dans Canadian Health Policy, le journal en ligne du Canadian Health Policy Institute (CHPI), s'appuie sur les données issues de l'expérience de la Colombie-Britannique pour estimer l'impact potentiel sur les coûts totaux du système de santé générés par les substituts thérapeutiques aux médicaments IPP qui pourraient être utilisés au Québec.

Selon cette étude, en supposant que les trois premières années de mise en place du PMP (de 2014 à 2016) au cours de cette expérience au Québec fournissent des résultats proportionnellement similaires aux constats réels de la Colombie-Britannique (de 2003 à 2005), le total potentiel des coûts nets du système de santé associés aux substituts thérapeutiques des médicaments IPP pourrait atteindre un montant estimé à 49,8 millions $. Si la politique atteint 100 % de conformité au sein du groupe de patients concernés par cette incitation financière à changer de médicaments IPP, les coûts nets pourraient atteindre 162 millions $. Dans les deux scénarios, les coûts estimés sont nets des économies de prix associées au PMP pour ce groupe de patients.

L'article Potential costs from therapeutic substitution of proton pump inhibitor (PPI) drugs in Quebec (Coûts potentiels des substituts thérapeutiques aux médicaments IPP [médicaments inhibiteurs de la pompe à protons] au Québec) peut être téléchargé gratuitement depuis Canadian Health Policy, le journal en ligne du Canadian Health Policy Institute (CHPI). Il peut également être consulté à l'adresse Internet suivante : www.canadianhealthpolicy.com.

À propos du CHPI

Le Canadian Health Policy Institute (CHPI) est un groupe de réflexion à but non lucratif financé par des subventions de recherche indépendantes et des subventions de fonctionnement non restrictives issues du secteur public, du secteur privé et du secteur à but non lucratif. Le CHPI est dédié à la conduite, à la publication et à la communication de recherches socio-économiques prouvées concernant les performances du système de santé et les questions de politique de santé importantes pour les Canadiens.

Renseignements